MÉMOIRES D’Outre TOMBE (suite C)

 

 

 

 

Le Prof Bof a une peur bleue de mourir de parricide

Un cas d'alarmisme qui lui colle à la peau.

 

Croyant bien agir, il a donné, criminellement, deux biscuits Oréo à ses enfants avant d’aller au lit.. Ils en ont  sans doute volé une couple d'autres  étant donnée leur vaste intelligence héritée de leur paternel. Mais aujourd’hui, il s’en mord le  pouce ou les deux. : lisant la littérature courante, voyant les courageuses et désintéressées poursuites judicaires qui ont court aux USA, il est terrorisé : ses enfants paraissent tous en excellente santé, mais il y a  certainement anguille sous roches : s’il en croit ce que les savants patentés secondés par les avocats toujours aussi dévoués pour les causes exemplaires  affirment, s’il ne veut pas illusoirement s’en remettre aux apparences, ses pauvres enfants  sont tous des morts vivants, des cadavres ambulants, en sursis, des zombis   qui circulent, on ne sait trop comment, pour donner le change sans doute!  En apparence ils sont tous en parfaite santé mais c'est sans doute  des illusions si Bof s’en remet  à la science officielle; sans le savoir, les pauvres,  ils s’avancent dans la vie  toutes les artères bouchées irrémédiablement à cause des  gras trans  intégrés criminellement dans les Oréo de leur enfance, des deux maudits Oréo vespéraux, peut être même plus, que , dans sa mansuétude paternelle et irresponsable, il leur permit de goûter avant d’aller au lit, histoire de voir les derniers beaux sourires d'avant la nuit, prélude à de beaux rêves.

njd_Oreo Bof  en vient à craindre  par-dessus tout que s’ils prennent conscience  de l‘état    dramatique dans lequel ils se trouvent, ils en viennent dans un dernier sursaut ou souffle d’énergie ou un dernier adieu,  à penser à se venger cruellement d’un  paternel qui leur a permis des douceurs  qui en  fait étaient des clous de cercueils, tout au moins des bouchons d'artères. Autant les avoir mis  sur la cocaïne dès le départ pour en faire, Oh désespoir, des ministres.

Bof  se culpabilise  de n’avoir pas eu le courage de Churchill qui sous les bombes allemandes qui sillonnaient le ciel de Londres  disait à  ses concitoyens : « Chins Up ».  Pourquoi Bof n’a-t-il pas eu le courage de simplement prévenir ses pauvres enfants : «  A bas les Oréo. Et hop, par la fenêtre le paquet! À chacun sa carotte joyeuse  de fin de soirée».   Quelle fête et quelle économie pour leur héritage! Et quelle paix  pour la conscience tardive du paternel !

 

Bof serait-il doué d’un instinct prémonitoire qu’envierait le New Age? Malgré tous les millions de dollars dépensés par la compagnie en recherche d’un substitut au classique Oréo sous la  pression des groupes de pressions (!)  et des poursuites judiciaires, la compagnie n’a réussi jusqu’à maintenant qu’à  produire un nouveau  biscuit qui goûte … les carottes  au désespoir des quelques enfants à venir. 

 

LES BÉBÉS ÉCOLO…

 

Gus, un bébé vient de mourir  de façon bien  étrange. Les parents qui l’ont  conçu avaient, parait-il,  la tête farcie du principe de précaution jusqu’aux oreilles… Le bébé en aurait été marqué et  a refusé obstinément  de boire le lait maternel, tant qu’on ne lui aurait pas prouvé (on ne sait trop comment d’ailleurs) qu’il était absolument sans danger… réaction encore plus vive face à l’Enfalac.  Greenpeace appelé à la rescousse  a du avouer qu’on ne pouvait prouver l’innocuité  du lait maternel  et s’en lavait les mains avec de l’eau distillée et exigea à tout le moins que le cercueil du bébé soit de bois idoine quant à sa nature,  son  lieu d’origine et ultimement approuvé par le comité Bois Verts, Inc.

 

Bof  se recueille pour méditer…

Les termites fabriquent autant à elles seules de CO2 que toute l’activité industrielle humaine.
Haroun Tazieff

Pauvre fourmi humaine qui prétend pouvoir changer le climat de la terre !
Norbert Friob

« L’IPCC, financé par les Nations-Unies, est malgré lui soumis à la pression de nombreux lobbies: écologistes, industrie nucléaire, gouvernements du Tiers-Monde, pétroliers etc. Comme l’a dit un de ses climatologues :”Pour capter l’attention des autorités et du public, nous devons publier des rapports simplistes et alarmistes et ne pas parler de nos propres doutes”  R.Bates et al., Global warming : apocalypse or hot air, London, IEA Environment Unit, 1994

 

Bof  prend presque confiance dans l’avenir,…

 

…. du moins dans le peu qui lui reste.  Pour entretenir ses peurs, pour gratter ses plaies,  il  fait l’inventaire du placard spécial où il a remisé les  vêtements  super chauds qu’il avait achetés à prix fort  pour affronter le nouvel ère glacial que tous les savants annonçaient  il y a à peine trois décennies. Quelle brise rafraîchissante  pour nous aujourd’hui engagés dans des  chaleurs de plus en plus menaçantes… pour demain… ou après demain…

« Les météorologistes ne sont pas tous d'accord sur les causes et la magnitude de ce refroidissement rapide du climat. Mais ils sont unanimes pour dire que ce refroidissement va diminuer la production agricole dans les dernières décennies de siècle ». Peter Gwynne, Newsweek, Avril 28, 1975.

 

« La venue d'un nouvel âge glaciaire doit être reconnue comme source de maladie et de misère dans les années à venir. Dans les pays pauvres des milliers de personnes sont déjà mortes de froid. ». Nigel Calder, International Wildlife, July 1975.

 

« Une augmentation de la concentration des aérosols dans l'atmosphère d'un facteur 4 est suffisante pour baisser la température au niveau du sol de 3,5°C et de nous amener dans une nouvelle période glaciaire ». Dr.S.Schneider, Science, July 9,1971.

 

«  Les climatologistes du monde entier sont d'accord pour dire qu'il ne nous reste guère de temps pour nous préparer à la période glaciaire qui a commencé ». Douglas Colligan, Science Digest, February 1973.

 

 

ET LES POULES, DE LUXE OU PAS, S’EN PROMETTENT

 

Bof se croit par moment à sa dernière heure. Le complexe écolo-medico-alarmiste va finir par venir à bout de sa résilience. Il vient à peine de surmonter de peine et de misère ses hantises de mourir gelé dans un bloc de glace selon  les prédictions scientifiques des années 80  (qui ont inspiré, Gus,  The Day After Tomorrow ) et, guère plus jojo,  dernier cri de l’alarmisme,  il n’a pas encore fini de surmonter sa peur d’en finir en crevant d’un coup de chaleur, au pire en s’évaporant  selon les dernière mises à jour scientifiques, toujours   aussi infaillibles.. Maintenant sa fin semble encore plus proche, au bout de son jardin : il n’a qu’à regarder les poules de son voisin et une nouvelle crainte le tétanise et rouvre les plaies à peine cicatrisées. Il vient d'apprendre que le nouveau  responsable de la grippe aviaire à l’ONU, le Dr Nabarro,  prédit pour n’importe quand et n’importe où que la nouvelle grippe peut tuer entre 5 et 150 millions de victimes.  C’est le réchauffement climatique et le Sida conjugués, précise-t-il, mais en dix fois plus rapide.

            A son âge,  Bof le prend personnel. Il  se voit déjà faire le compte  dans les statistiques prévues initialement par l’ONU.  C’est quelques zéros bien impressionnant et surtout beaucoup de vies, en plus de celle de Bof.. C’est vrai qu’on est plus nombreux  qu'au  temps de la grippe espagnole,  mais  Bof croyait, sans doute à tort, que  la science avait fait quelques progrès depuis le temps du camphre et des médailles. Prudent, à défaut d’être brave, il s’est rapidement fait vacciner, deux fois plutôt qu’une,  une piqûre par fesse : on ne sait jamais si le mal vient de la droite ou de la gauche. Bof  pouvait à peine se rasseoir qu’il apprend  que le nouveau directeur est un peu trop généreux avec les zéros qui en comptabilité ne coûte pas cher mais valent beaucoup. Le nouveau directeur est rabroué et rappelé à l’ordre par le World Health Organisation  qui condamne son zèle alarmiste. On  supprime quelques zéros, dont Bof espère bien faire partie, aux prédictions de la semaine précédente  du Dr Nabarro  au zèle mortifère intempestif.

Depuis deux ans, la grippe aviaire a déjà fait 60 victimes en Asie. C'est modeste mais il est vrai qu’il y a un début à tout…

 

LA PREUVE DÉFINITIVE

 

Enfin, un inconnu a trouvé au fond d’une ruelle la preuve définitive du réchauffement climatique…

Des savants vérifient l’authenticité  des spécimens. Des spécialistes tentent d’en extraire des « carottes » pour une analyse plus approfondie.

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image023.jpg

 

Gus. Un conseil. Si tu veux  paraître plus tard comme un vieux sage qui en a vu bien d’autres… commence par prendre en note dans un cahier toutes les prédictions alarmistes qui te tombent sous  la main… Plus tard, si tu es toujours là, ..,. si tu ne t’es pas évaporé, tu pourras rire, à tout le moins sourire, en relisant tout cela devant un bon feu de bois.. pour te réchauffer… à moins que  tu aies à  partir ton climatiseur… (à moins que l’on se soient noyés tous les deux à Amsterdam en 2007 comme je te l’annonçais plus tôt)  Garde une vieille copie de  A day after tomorrow  pour te  rafraîchir, te venger ou te consoler des terreurs qu’on t’a fait subir. Depuis ces dix dernières années, c'est déjà bien amusant de voir les courbes de chaleur et les niveaux d’eaux appréhendés  subir une dépression digne d’un véritable crash boursier du catastrophisme à mesure que les dates fatidiques approchent. Bof garde en tête une trentaine de prédictions qui se sont avérées fausses… et qui ont affaibli son système nerveux.

«  Où sont passées les neiges d'antan ? » Villon en  1460.

Pauvre Gus, pas de neige au sol et on est au début de décembre. Tu  verses dans le catastrophisme, ou tout au moins dans l’alarmisme et  tu penses à vendre tes skis.  Le http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image006.gifréchauffement  planétaire vient de nous tomber dessus.  Patience, ton Prof vient une autre fois à ton secours pour te donner confiance dans l’avenir. Je viens de voir des rapports couvrant  plus  de cinq milles postes d'observation  aux USA (USHCN), au Canada (Canadian Daily Climate Dataset) et en Alaska  à propos de la date pour le début  de la neige restant au sol et du nombre de jours de couverture pour la saison. Comme le CO2 a  augmenté depuis l950 de 311 à 373 parties par million, la tentation est forte, (plusieurs y succombent  … jusqu’à la prochaine bordée de neige) d’y voir un rapport de cause à effet avec le retard de cette année.  Les statistiques sont cependant éloquentes : rien n’a significativement changé depuis  1950 :   pour l’Amérique du Nord, la moyenne de la première neige restante est  vers le 15 décembre et la moyenne de la durée de la couverture du sol est de 81 jours, et  on peut observer  cependant  des variations selon le lieu et l’année (en + ou -) de 18 jours quant  au commencement et de 15 jours quant à la durée de la  couverture.  Bon ski… Bof a connu pire dans le passé. 

 

Une tragédie  impériale… et le droit de geler

 

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image024.jpgGus, ton prof vient de voir LA MARCHE DE L’EMPEREUR,  cette invraisemblable prouesse et victoire de la vie  sur  les éléments; la seule espèce à survivre et à se reproduire, à poil  évidemment, à des  températures  hivernales  de –30C et à des vents « à écorner les bœufs. » s’il y avait  … des boeufs. Bravo les manchots, vous portez mal votre nom. Courage, adaptation, acharnement à vivre en Antarctique, le continent le plus inhospitalier de la planète, qualités  dont l’humanité sera capable, espérons-le,  quand l’heure sera venue… Bof se demande quel drame ce pourrait être pour ces pauvres manchots si la température  montait de quelques maigres degrés. S’ils pouvaient parler, dénonceraient-ils cette catastrophe appréhendée  comme certains Inuits, à l’autre pôle,  revendiquent  « leur droit au froid »,… avec peut-être  en arrière pensée  des compensations financières (qui sont toujours un baume pour le cœur) de la part des pays  les plus créateurs de gaz à effet de serre.

 

Des chiffres qui  parlent

 

L’Arctique serait en train de fondre. Pourtant les températures y étaient plus élevées en 1930  qu’aujourd’hui avant d'entreprendre un cycle de refroidissement  d’un demi-siècle (C’est vrai que Ford venait d’inventer le modèle T)

 Tous les pays du monde  sont responsables pour moins de 3%  des gaz à effet de serre (le reste est naturel). Les USA sont responsables du cinquième de ce lot.  Même s’il était possible de satisfaire aux exigences fixées par Kyoto, ceci  empêcherait la température d’augmenter de 0.3. degré en 2050

 

Le pouvoir de l’argent : alarmistes ou  sceptiques, qui gagnent au jeu ?

 

Sur Internet on peut trouver des sites qui dénoncent avec photos, s.v.p. tous ceux qui manifestent quelque hésitation face à l’alarmisme  actuel avec  révélation des sommes d'argent qui leur auraient été versées, à eux personnellement ou à leur fondation, par des compagnies intéressées, le plus souvent des pétrolières.  Si on regarde les montants, ce n’est pas trop incriminant, des « peanuts »  à coté des sommes dont disposent les lobbies écologiques.   Les 12 principales  organisations écologiques géraient aux USA un budget global  de 2 milliards US$ en 2003.  Les environnementalistes au total disposeraient d’un budget de 8 milliards par année... Un responsable de la Nationale Audubon Society, Dan Beard , dans un moment de franchise avouait  :  « Vous lisez  dans votre courrier (ou e-mail) un suite ininterrompue d'alarmes dans le but de provoquer  vos émotions  de sorte que vous allez vous asseoir et écrire un chèque » . Gus, ton prof a déjà cité Stephen Schneider, autrefois grand avocat du refroidissement  global, recyclé dans le réchauffement (il faut bien suivre le thermostat idéologique)   qui simplement  et honnêtement indiquait la voix à suivre : « Nous devons présenter des scénarios alarmistes,    user de simplifications dramatiques et éviter de faire part des doutes que nous pouvons entretenir.  Chacun de nous doit décider quel est le juste  équilibre entre être efficace et être honnête. »

Les recherches  en climatologie sont devenues une big biseness et une manne pour les chercheurs de tout poil ou de tout calibre. Le gouvernement américain a consacré à ces recherches  et à l’éducation  écologique  15 milliards de dollars entre 1992 et 2000.  Les fonds des Nations Unis vont également dans le même sens.  A titre d'exemple : une fondation privée ( The Pew Charitable Trust Global Climate Center) commande une étude de 700 000$ pour savoir comment les fermiers aux Indes peuvent être affectés par la globalisation et les changements climatiques. Des centaines, sinon des milliers d’études du genre font la joie de chercheurs qui n’en demandaient pas tant.. Et qui ont intérêt à maintenir  l’urgence du problème et à terroriser la population.  Quand science,  pain quotidien, réputation  et pouvoir font un si bon ménage, qui réclamerait un divorce!

Plus grave cependant,  des journaux ou des revues (certaines de renom) ont donné ordre à leurs journalistes ou directeurs  de ne pas faire état des  chercheurs  qui manifestent un certain scepticisme face aux craintes formulées par l’establishment écologique. Charles Alexander, éditeur de Time Science, dans une conférence au Smithsonian Institute : « J’admettrais  volontiers  qu’à propos de réchauffement global nous avons franchi  la frontière entre le reportage et la plaidoirie ».

 

Et les règles du jeu  ne sont pas  équitables.

 

Daniel Koshlan Jr avait déjà noté quand il était  directeur de Science magazine « que  le Big Biseness  est sujet à  litige  et a poursuites pour ses erreurs ou ses fautes, mais les activistes n’ont jamais à répondre de quelque erreur ou  panique qu’il pourrait provoquer ». Une compagnie pharmaceutique  est poursuivie pour des milliards de dollars pour un médicament qui a soulagé des millions de patients mais a entraîné à ce qu’on prétend quelques défaillances du cœur;  par ailleurs les millions d'Africains qui sont morts depuis quelques années  de la malaria devenue  incontrôlable par suite de l’interdiction  du DDT (par quelques gouvernements, les groupes de pression et particulièrement par  GreenPeace qui y voit sa première grande victoire) ne peuvent exiger  des condamnations pour crimes contre l’humanité ou  des compensations financières à défaut de résurrections.  On s’en lave les mains. Point. Même si certains avouent l’erreur…

 

 

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image025.jpgGUS, après MONTRÉAL,

aux choses sérieuses maintenant !

Le sprint final pour le derby de Kyoto.

Les finalistes sont sur la ligne de départ.

 

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image026.jpgGus, il s’agit d’une course un peu spéciale, elle se court à reculons,  en défaisant le chemin parcouru ou l’équivalent, peu importe les trucs, c'est l’objectif qui compte…Il faut régresser en pédalant contre la montre, pardon! contre l’émission des gaz à effet de serre en excédant de l’objectif fixé à Kyoto puisqu’il faut rejoindre le niveau d’émission de GES de 1990 et y soustraire un 5% en prime de bonne volonté.

 

 Après les éliminatoires, voici la  liste des grands  coupables qui devront se faire aller par en arrière le plus longtemps. Dans le peloton de tête …

pour les objectifs les plus beaux à relever et aux défis  les plus  exaltants.  

 

 La foule en délire acclame …

 

A vos marques….

 

Le Canada   --24%

Le Portugal  --37%

L’IRLANDE --26 %

Le japon --18%

L’Espagne --42 %

La GRÈCE --26%

 

Les para-Olympiques de Kyoto : Un « outsider », un peu honteux,  se met également  au pas de course en marge  de la piste, les USA, avec un objectif de  --13% à atteindre. Le pays n’est malheureusement pas sur la liste officielle mais il tient à montrer sa bonne volonté et ses aptitudes à pédaler à contre courant. Il a triché sans doute ou court différemment,  puisqu’il  a déjà pris une avance et a retranché  2% de  son objectif.

 

Dans les estrades des  cyniques ou des jaloux, regardant le dernier peloton,   disent tout bas pour ne pas être entendus : « Ça leur apprendra à être performant, à se sortir des crises  et à créer de la richesse. Les salauds !! » 

 

Dans les estrades également, les nouveaux espoirs  de la pollution à venir,  l’Inde et surtout la Chine qui se voit  pour bientôt  dans le peloton de tête aux prochaines Olympiques à Kyoto et frémit de hâte de donner sa pleine mesure.

 

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » Certains vainqueurs sont un peu honteux, ont le triomphe modeste, ne pavoisent pas et  manifestent peu : ils n’ont eu qu’à détruire les vieilles usines ultra polluantes héritées de l’empire soviétique  et qui de toutes façons  n’étaient plus rentables. Une  dernière utilité cependant de ces usines : avoir fait monter l’objectif de 1990, ce qui le rendait facile à atteindre, surtout si depuis on s’enferme dans  une récession permanente. Viva Kyoto !

 

Également comme spectateur, un commentateur de carrière qui énonce les règles du jeu ou de la course : «The blunt truth about the politics of climate change is that no country will want to sacrifice its economy in order to meet this challenge”  Tony Blair. C’est ce que certains ont appelé “the Blair switch”

Andrew Kramer, un reporteur du New York Time (28/12/05) rage dans son coin « C’est un paradoxe du Protocole de Kyoto que des compagnies en Russie et autres pays de l’Est, qui comptent parmi les plus grands producteurs de GES  sont en position de gagner des centaines de millions de dollars  dans l’échange des droits de polluer. Les gains potentiels de Russie vont de 20 à $60 milliards »

A ses cotés, Andrei Illarionov rit dans sa barbe, il a toujours considéré Kyoto comme un « Auschwitz économique ». A la tête de l’Académie scientifique  de Russie, il s’était opposé à l’adhésion de la Russie au Protocole  qu’il considérait comme une farce. Poutine s’était fait tordre le bras par Tony Blair, qui en est bien revenu depuis, avec des promesses  de bonbons. Après sa démission, Illarionov se vide le cœur : « Le Protocole de Kyoto  est une menace pour la science et l’environnement, pour la santé et la sécurité publique, pour la croissance économique et pour la lutte internationale contre la faim et la pauvreté. Comme le fascisme et le communisme, le Kyotisme est  une menace  contre les libertés fondamentales derrière  un écran de fumée de propagande. Comme pour ces idéologies de haine de l’homme, la vérité prévaudra et il sera défait » (Financial Times, 15/11/04)

Un politicien risque sa carrière et fonce tête baissée dans le mur de l’hypocrisie officielle :

« Le Protocole de Kyoto est un énorme handicap  politique. Je pense que notre parti se retrouve dans le pétrin sur la question environnementale. En pratique personne ne sait vraiment ce qu’est le protocole de Kyoto ni ce que cela implique. »

Michael Ignatieff, principal candidat à la succession de Paul Martin, à la tête du parti libéral du Canada, parti qui s’est engagé envers le protocole…  mais les gaz à effet de serre ont augmenté de 24% sous leur règne de  huit ans. Ce qui oblige le Canada  à saborder, faute de mieux, son économie de 30% dans les six prochaines années s’il veut garder sa réputation de scout exemplaire à la face du monde, du moins en face de Greenpeace.

C'est ce qu’on appelle respecter les spécificités de la parole et les spécificités de l’action, Il ne convient pas  de mêler les genres, surtout si on est en politique et on compte se faire réélire.

(25/05/06)

Et ce n’est pas un lapsus, une fulgurance inconsciente, une chute de la picouille de la rectitude politique, il récidive et promet en plus de Kyoto de s’attaquer à d’autres vaches sacrées. Comme quoi la cure d'indouisme du parti  libéral serait terminée.

C’est vrai qu’il a appris à compter et à respecter les chiffres à Harvard.

Dans la foule, Martin, qui a accepté Kyoto, contre l’avis de ses spécialistes mais pour satisfaire aux démonstrations de rue et gagner quelques votes en cas de prochaines élections…bégaie, hésite, rit dans sa barbe et voit déjà son successeur  obligé de payer les milliards de dollars en  punition pour les succès de l’économie canadienne (il y a quelques siècles, Gus, c'est ce qu’on appelait « acheter des indulgences » ),  liquider ainsi  tous les surplus engrangés depuis et réglant ainsi subtilement et en douce  le problème du déséquilibre fiscal.

 

Dans les dernières rangées  du stade, un stand de parieurs.  Des spécialistes analysent  les données et misent de fortes sommes contre le Canada qu’ils connaissent mieux.

Malgré les bravades du Premier Ministre qui prétend que le Canada aura réduit ses émissions  de 270 mgt de Gaz à effet de serre (GES) en 2012 alors que si l’on considère les chiffres de 2005 une simple diminution de 170 mégatonnes suffirait pour revenir au niveau de 1990-6% et célébrer  au Champagne.

 

Gus, les parieurs sont prudents et prennent ce dernier objectif comme critère. Et la plupart parient toujours contre le Canada.

 

Gus, sais-tu  ce que cela signifie 170 mégatonnes de GES à  éliminer ?

 

Un exemple : c’est immobiliser à tout jamais à peu près tout le transport au Canada, (voitures, camions, autobus,  trains, avions locaux, bateaux)  qui en 2003  déchargeait dans l’atmosphère  190 mégatonnes… en attendant qu’on puisse les faire repartir à l’eau ou à l’hydrogène…ou en poussant…

 

Un autre exemple : c'est, si c’était possible, éliminer trois fois toutes les industries manufacturières et de construction du pays à moins de les faire fonctionner à bras ou avec des éoliennes…  fabriquées à l’étranger évidemment.

 

On peut, il est vrai, étaler ou soupoudrer sur plusieurs secteurs ou individus (le défi d’Une-Tonne) cet effort de réduction… mais l’ordre de grandeur reste  le même. Si la réduction devait être assurée symboliquement par chacun des Canadiens, le défi serait de 5 tonnes par individu (20 par famille de quatre) pour l’objectif de 170 mégatonnes et de 8 tonnes pour atteindre l’objectif de 270  fixé par le gouvernement et proclamé par le Premier Ministre.

 

Gus, tu comprendras que les parieurs, qui flairent le profit et mesurent les risques, scrutent les statistiques,  méditent les paroles de Tony Blair,  misent  sur l’échec du Canada dans son « Back-pedalling »…  N’est pas pédale qui veut…

 

Des optimistes misent quelques dollars sur le succès du Canada, pratiquent des incantations, scrutent les astres,  se livrent à des danses du CO2  autour des cheminées ou des pots d’échappement…

 

Heureusement  que le Canada a prévu le pire et a déjà mis de coté plusieurs milliards de dollars pour acheter des  « droits de polluer » à des pays  qui ont déjà atteint ou dépassé leur objectif comme la plupart des pays  qui ont souffert de « l’hibernation » soviétique.. Ce sera la première fois de l’histoire que le fait d’être dans la dèche  est rentable  et peut être considéré comme un secteur progressif de l’économie.

 

Les parieurs  misent  également sur l’échec de l’Irlande, du Portugal, de l’Espagne… à moins que ces pays que se sont sortis récemment de la déche y retombent à nouveau…    à se ruiner  à racheter …des droits de polluer pour soutenir leurs jeunes entreprises.

 

Gus, la situation sur la ligne de départ en 2002.

Gus, remarque qu’il ne s’agit pas  d’une  classification des bonnes ou mauvaises volontés mais reflète plutôt le  dynamisme  économique des nations depuis ces quinze dernières années.

 Dans le tableau  suivant,  pour avoir une idée du chemin à parcourir ou à régresser, il faut ajouter à l’augmentation depuis  1990 , la diminution qui a été fixée comme objectif pour chaque pays et qui est entre parenthèse : Ex. Portugal = 48%

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image014.gif

 

Pour fin de comparaison

 

Situation en 2004.

Différence entre l’objectif fixé de Kyoto et la hausse réelle en % du PIB (qui devrait être éventuellement éliminé).

 

1. Espagne. 34

2. Canada 32.6

3. Autriche. 28.7

4. Luxembourg .28.3

6. Nouvelle-zélande 21.3

8. Italie. 18.6

10. Portugal 14

11. Japon. 12.5

Etc.

 

Parler des deux cotés de la bouche. Face, je gagne, pile, tu perds.

Certains journaux se sont étonnés que la déclaration de Stephen Guilbaud,  directeur de Greenpeace-Québec n’ait pas été reçue par un éclat de rire à la Grand’messe écologique de Montréal : « Le réchauffement global, ça  peut   vouloir dire plus froid,  ça  peut signifier plus sec, ça peut signifier plus humide,  c'est le problème qui nous occupe. »

C’est vrai que le nouveau dogme était  proféré par une  tête de Savonarole  moyenâgeux qui n’invite pas à la rigolade.  Au moins la nature, elle,  se payait  à l’occasion un peu d’humour : dehors les milliers  de manifestants contre le réchauffement  planétaire se tapaient les mains pour accélérer le dit réchauffement et grelottaient  en scandant leurs slogans  sous la température la plus froide de ce début d’hiver à Montréal.

Un spécialiste avait déjà fait remarquer  que l’industrie de l’alarmisme  en invoquant  la possibilité que le réchauffement global puisse provoquer une ère glaciaire  se mettait  dans une position  pour invoquer n’importe quel  changement climatique comme preuve du réchauffement global. Et se mettait ainsi  à l’abri  de quelque dénégation expérimentale que ce soit. « Face, je gagne, pile, tu perds »

(10/01/06) Piqué par la curiosité, Bof  est allé prendre la mesure du  succès de la Rencontre de Montréal sur Internet.    A part les   vitupérations contre les USA,  on garde un vague souvenir,  pour permettre de pavoiser,  des promesses de se revoir arrachées aux petites heures du dernier matin,  du concert des Au revoir, des Sayonara, des Auf widersehen, des Arivederci , des Hasta la vista, des See you again in 2012, etc. (Gus, ton prof se prend pour le pape), tout ce que Bof a trouvé dans 25 journaux ou Blog, c'est la célèbre parole de Stephen Guilbaud de Greenpeace ( voir plus haut) qui est en passe d’être la révélation  de cette rencontre et qui aurait proféré la seule chose à retenir. La plupart du temps, il est vrai, c’est pour en rigoler, mais d’autres poussent plus loin l’analyse et cherchent des interprétations plus sérieuses : c’est du zélotisme religieux,  des réminiscences du petit catéchisme: l’eau est changée en vin, puis en sang, puis en froid, puis en chaud, l’humide par un tour de passe-passe devient du sec, etc. D'autres voulant montrer leur large culture y ont vu  le principe de Protagoras,  tout est dans tout, le froid est fait de chaleur et la chaleur est fait de froidure… Les plus engagés restent  perplexes : comment  régler un problème si on n’est plus capable de l’identifier.

Au moins l’oracle radio canadienne en matière d’écologie aura connu son quart d’heure  de gloire  ne serait-ce que pour avoir consolé ses amis qui manifestaient en grelottant dehors contre le réchauffement climatique.

 

La goutte dans l’océan…

Dans quelle mesure l’activité humaine affecte les gaz à effet de serre?

Le bloc bleu  représente tous  les gaz à effet de serre qui   constituent seulement  2% de la totalité de l’atmosphère.

Réchauffement Climatique

 En jaune,  la  portion de CO2  dans l’ensemble de ces  gaz à effet de serre, soit  3.62 %                          En rouge, la part de co2  due à l’activité humaine, soit 3.4%

Gus, y as-tu pensé ? tu es responsable  de un sept milliardième de ce 3.4% de ce 3.62  de ce 2% de l’atmosphère terrestre

 

 

 

Le yoyo des glaciers.

 

                1983http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image015.jpg                                                                                                       http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image016.jpg1995

Les glaciers depuis des millénaires connaissent des phases d’expansion  et de régression.  L’évolution  du glacier des Bossons dans la vallée de Chamonix est particulièrement  bien documentée. 

Avec la petite « ère glaciaire » qui a suivi le Moyen Age, il  menace de s’étendre jusqu’à la vallée  et les syndics de Chamonix font appel à l’évêque pour conjurer le danger. Des processions  s’organisent et on tente d’ « exorciser » le glacier à  coup de goupillons. Décrue puis reprise. En 1815 nouvelle procession, on plante une croix en guise de STOP.  Cette croix qui a tenu le coup jusqu’au début du vingtième siècle  a permis de mesurer la vitesse de retrait  du glacier  qui s’est amorcé depuis 1815, soit 600 mètres jusqu’en 1911 et 1200 m jusqu’en 1950. Puis nouvelle phase de reprise et de décrue; en  1995 le glacier était revenu à sa position de 1952.  Le cumul des chutes de neige sur huit mois  varie peu. Cependant la chaleur  aurait augmenté depuis 1850  entre 0,5C et 0,7C

 

Gus, remarque que le glacier n’a pas attendu l’ONU, les rapports du GIEC et l’invention du moteur à combustion pour amorcer son retrait… Histoire probablement de reprendre son souffle pour revenir à la charge…

 

BOF RELÈVE Le défi d’une tonne  fixé par son gouvernement.

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image027.jpg 

Gus, ton prof a reçu son diplôme écologique de son gouvernement avec très grande distinction  (un peu plus et il recevait la visite du ministre responsable).

Il a rempli le questionnaire  à propos de sa consommation d’énergie (avec Madame Boffe qui en demande beaucoup pourtant)

 

   Et le jugement final fut un baume pour son  âme inquiète et un confort pour son sens de la responsabilité:

 

Excellents résultats ! Vos émissions sont bien en deçà  de la moyenne nationale. Vous feriez un ambassadeur du défi Une-Tonne idéal. Parcourez  le monde et  laissez vos voisins, amis et famille apprendre comment réduire leurs émissions de gaz à effet de serre….

En moyenne, chaque Canadien produit 5.5 tonnes d’émissions de gaz par année. Ce diagramme compare vos émissions individuelles de Ges… par rapport à la moyenne. Etc…

 

Gus, ton prof en fut tout ému et par précaution ou en  rappel,  il reprit  le test  en reproduisant de  son mieux  les mêmes données. Il bat son propre record, il passe de 3.1 tonnes  à 2.32 (aurait-il oublié madame boffe en chemin !?).  Le rapport de Bof a semble-t-il tellement impressionné les fonctionnaires qu'en l’espace de 5 minutes on avait modifié un peu la moyenne individuelle nationale qui passa discrètement de 5,5 tonnes d’émissions  à « plus de 5 tonnes »

 

(16 déc. 2005) Montréal. Chute de neige de 41 centimètres. Ce siècle a à peine 5 ans et déjà les journalistes l’ont  proclamée « la tempête du siècle »…

 

Le “riz d’or”  s’en vient, les alarmistes sonnent l’alarme comme il se doit… (déc.2005)

 

Un consortium asiatique de chercheurs en agriculture est  près de mettre au point les  vérifications de sécurité pour le  Golden Rice et permettre sa culture à grande échelle en 2008. Cet OGM, deuxième édition, a le mérite de  multiplier par 23 la provitamine A qui multiplie les vitamines A et dont une des principales propriétés serait d'éliminer  la   cécité qui affecte un million de nouveau-nés en ces régions.  Sa couleur et son nom lui viennent de la beta-carotène qu’il contient. Les alarmistes  professionnels sont aux aboies et indignés : on viole effrontément le principe de précaution sans avoir dédommagé Greenpeace. Cependant il est  difficile de contester car les Américains ne sont pas en cause ou si peu,  de plus qui oserait s’en prendre à des nouveau-nés?  On sert les rangs cependant et on change subtilement de tactique : une campagne est prévue pour apprendre aux  enfants les bienfaits  et les plaisirs de la cécité…  dont on tenterait de les priver. Et s’ils s’obstinent à voir la chose négativement, on fait valoir la place privilégiée qui les attend au ciel de Vishnou  pour assumer dans la joie leur vie de sacrifices.

 

Poste Canada songe à lancer un timbre en l'honneur de héros inconnus

 

La mode est à nous faire compatir aux horreurs des tranchées de la première guerre mondiale. Gus, as-tu songé à tous les malheurs, dangers ou obstacles qu'ont du surmonter ceux qui ont aujourd'hui soixante ans et plus.  A coté de la course à obstacles que fut leur vie de tous les jours, la vie de tranchées et les fêtes de Noël improvisées  sont du bonbon.

 

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image028.jpgAs tu songé, Gus ?  ils ont survécu à l'inconscience de leur mère qui a fumé durant leur gestation, à l'allaitement maternel, au lait non pasteurisé,  à l'environnement familial enfumé, à la pipe du paternel, aux Hot-dogs ou Hamburgers deux fois par semaine; pire,  à la visite au premier dimanche du mois ou à leur anniversaire au nouveau Mac Do du coin, aux premières pizza dégoulinantes du gras fondu des pepperoni, aux fèves au lard, aux gras trans, aux biscuits Oréo, aux médicaments sans couvercles de sécurité, à la couchette aux barreaux espacés de quatre pouces : pire, aux barreaux peints avec de la peinture contenant du plomb, ont joué dans la ruelle sans Adidas, eh Oui,  pieds nus en été, ont appris à monter leur  tricycle ou leur vélo sans casque protecteur, ont appris à jouer au hockey à l’extérieur dans la même ruelle  avec du crottin de cheval gelé et non aseptisé, ont  monté en automobile sans ceinture de sécurité,  ont parfois joué debout sur le siège arrière;  sans même pas un canal de télévision, encore moins un Nintendo ou un Play-station,  ils furent obligés d'endurer http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image020.jpgdeux parents,  x frères et soeurs,  mais des amis pleins la ruelle avec qui jouer et se chicaner ou même se battre; des amis  avec qui construire des go-carts avec quelques bouts de planches trouvés et des boites de carton récupérées se fichant bien du système de freinage..;  se sont fait traités de "French peasoup," et ont rétorqué hardiment par des « espèce de  Square  Head », ont tué sans aucune retenue et sans remords des cow-boys à faire déborder les cimetières du Far-West,  ont appris les mystères de la vie dans les puits d'escalier ou sous les escaliers plutôt que sur Internet, avant même que leur profs ne leur expliquent et leur permettent, se sont éraflé les genoux et ont enduré héroïquement la teinture d'Iode qui désinfectait, parait-il,  les plaies, spot  qu’on affichait par la suite comme une médaille de courage  et un hommage à l’audace de vivre;  ils jouaient dehors du matin au soir sans  cellulaire pour se rapporter,  ont reçu quelques taloches bien méritées de leurs professeurs (en compétition avec les parents) et oubliaient  de les traduire en justice, ont appris par coeur les 450 questions et réponses du petit catéchisme, ont été capable ensuite de retenir les noms de leurs « blondes ».

Gus, j’en passe, je ne te parle pas de l’arrivée au collège du petit nouveau qui devait assumer son rôle de souffre-douleur et des premiers pas dans le marché du travail sans syndicat  protecteur… etc.

 

 Et au crépuscule de sa vie, ce héros s’apprête  à affronter, ingérer, digérer toute la panoplie des médicaments de l’industrie pharmacologique, commettre des péchés contre la nature … et à oublier sur le tard tous ces sacrifices, ces efforts dans un  Elsheimer réconfortant.

 

Gus, quand tu vois un homme de ces générations, salue-le chapeau bas, il revient de loin, c'est un éclopé da la vie et il a survécu sans peur pour nous servir d’exemple, il  mérite certainement une médaille à défaut d'une tombe avec flamme éternelle,  ...peut-être un timbre.

Un dernier salut au courage de vivre…avant qu’ils disparaissent tous… ces héros des temps révolus.. qu’on peut invoquer dans les moments de détresses que nous réserve notre époque.
 

http://www.profbof.com/alarmisme/memoiresc_fichiers/image021.gif

 

Gus, quelques nouveautés « écologiques » cette dernière année.

 

A mesure qu’on s’approche des échéances prévues il y a cinq ans ou dix ans, les températures et le niveau des océans annoncées s’écrasent ou fondent comme neige au soleil. Les prédictions  sont en centimètres plutôt qu’en mètres.

 

Bien des spécialistes changent discrètement  leur vocabulaire; on passe du  « réchauffement climatique » au « changement climatique »  pour faire face à toutes les éventualités ou tout simplement pour ne par perdre la face au cas où… on ne sait jamais.  On sait que la science ne se trompe jamais, elle s’adapte.. Même un ayatollah local de Greenpeace l’a proclamé récemment : réchauffement  peut vouloir dire refroidissement, sécheresse, humidification.. La communauté scientifique qui  prédisait presque unanimement  un ère  glaciaire pour bientôt  il y a à peine 20 ans  (le temps de concevoir et lancer la production de A day after tomoroow)  manifeste aujourd’hui presque la même unanimité à prédire le contraire… Héraclite avait raison : tout est fait de contraires… le climat,  la science, Gus et Bof.

 

Pour les catastrophistes de carrière, au fond, il n’y a qu’une seule chose qui importe : réchauffement ou refroidissement, l’important,  peu importe les désastres,  pourvu que le coupable soit le même. c'est que l’homme en soit la cause.  Une nouvelle version du péché originel, du viol de la nature et de la sortie du paradis…Et pour la branche « melon d’eau » de l’écologie (verte à l’extérieur, rouge à l’intérieur), l’homme en question se ramène à un vulgaire exploiteur et profiteur dont on connaît bien l’origine et la patrie.

 

Se pourrait-il  que déjà le vent tourne … avec les courants de toutes sortes. . Les tempêtes sur l’Europe donnent  à réfléchir. La prestigieuse revue Nature (1  déc. 05)  affirme que les courants océaniques qui réchauffent l’Europe ont diminué de 30% depuis 1957. Le New Scientist (30 nov 05) rapplique : n’assiste-t-on pas à « un retour à une mini ère glaciaire » maintenant que le réchauffement commencé il y a deux siècles atteint un sommet…?

 

Justement cette année on aura vu la planète se partager en deux camps pratiquement égaux en population :

 

 D’un coté ceux qui ont adhéré  au protocole de Kyoto, particulièrement  la trentaine qui ont confirmé  leur adhésion par des engagements solennels  (le Canada et l’Europe); ils  ont choisi un semblant de castration  économique ou l’équivalent comme solution aux problèmes actuels, pour briser le système qui a conduit l’humanité au bord  de la catastrophe. De cette trentaine (voir  le tableau ci- haut) les économies florissantes (Irlande, Portugal, Canada, Espagne, Grèce…) , celles qui ont réussi à se soustraire au marasme économique assez généralisé et  qui ont réussi à donner  un peu de bien-être à leur population, seront manifestement  incapables de défaire ce qui a été fait, impuissantes politiquement et économiquement à revenir en arrière,  à  pédaler à reculons; ils  seront pour la plupart  pénalisés fortement et, s’ils sont  fidèles à leurs engagements, devront verser   aux économies non performantes tant économiquement qu’environnementalement (voir la liste ci-haut)  des milliards de dollars pour crime de lèse-planète appréhendé. Le coté le plus positif  de cette avenue est d'avoir amené la destruction  de ces petits chefs d’oeuvre de pollution industrielle qu’étaient les vielles usines inefficaces  héritées du régime soviétique, opération payante car elle permettront  éventuellement de recueillir les primes versées par les pays  qui sont encore  capable de produire de la richesse et qui devront se faire pardonner ou tout au moins s’excuser avec de beaux et bons dollars.

 

 L’autre moitié  de la planète est constituée par les pays les plus dynamiques (USA, Japon, Corée du Sud, Australie,  Chine et Inde). Ils  comptent surtout sur l’effort commun et le  dynamisme créateur  de leur  population pour  régler les problèmes qui se présentent à l’horizon.  Les deux grands pays (Chine et Inde) qui à eux seuls  forment plus d’ingénieurs  que l’Europe et l’Amérique réunies sont à la veille d’éclater et faire valoir leur génie créateur maintenant qu’on l’a libéré …politiquement ou culturellement…

 

La branche extrême de l’écologie actuelle veut  au pire la mort de l’homme, au mieux la mise sous boisseau  de sa créativité, perçue  comme une  nuisance  pour les autres espèces. Plus frondeurs, plus confiants dans l’avenir, certains pays  ont choisi de faire confiance à l’essor collectif de la créativité..   On n’a pas réglé le problème des pestes simplement en arrêtant de boire de l’eau. Et peut-être qu’une révolution industrielle nouveau genre, à base d’initiative, de créativité et de lois propices  donnera lieu, comme la première, à un essor économique renouvelé et permettra à un secteur encore plus grand de la population mondiale de sortir de la pauvreté millénaire qui fut le lot de l’humanité.

 

Bof  a plus confiance dans la dernière  attitude.  Il a toujours préféré ceux qui foncent et avancent plutôt           que ceux qui gémissent et s’assoient sur leur derrière  et ne rêvent que de retour en arrière…  Il a déjà défini du mieux qu’il le pouvait les beautés du génie humain et de la créativité. Il a déjà défini l’alarmisme  comme la volonté de régler les problèmes de l’avenir  avec les moyens d’aujourd’hui : le truc infaillible pour faire paniquer  une population portée sur la trouille.

 

 Gus, trois inventions capitales sont en attente, en gestation : on y investit et on y travaille  avec zèle : Quels pays penses-tu y arriveront les premiers et sauveront   la planète?  Gus, où s’est logée la créativité depuis deux générations ? Repasse les inventions majeures qui ont changé notre époque  et la liste des prix Nobel….

 

1. Diminuer  ou à la limite éliminer la pollution engendrée par le charbon, non pas s’en passer   (ce sera encore pour longtemps la seule source d’énergie pour bien des pays à défaut du nucléaire). Créer un charbon propre ou presque vert, ça vaudrait bien des Kyoto..  mais ça demande du génie  et un effort collectif… Déjà des progrès sont réalisés, d’autres pointent à l’horizon.

 

2. En arriver au véhicule  propre.. A l’hydrogène ou à  on ne sait trop quoi (Justement ce n’est pas encore inventé) En attendant, le meilleur aiguillon : le prix de l’essence… particulièrement aux USA. Faire payer cher aux  personnalités faibles qui croient se faire valoir par leur SUV ou la puissance de leur moteur (même hybride).  Katrina a été une bonne éducatrice en cette matière…Si la leçon peut porter!

 

3. Gérer  les déchets nucléaires…  Bof a de la difficulté à  s’imaginer avec l’accroissement des sciences, des savants,  des ingénieurs qu’on ne le réalisera pas dans quelques générations..  Un problème de recyclage un peu spécial mais peut-être pas impossible. Des écologistes de la première heure prônent l’usage du nucléaire comme le seul substitut raisonnable actuellement : les alarmistes, en principes, par vocation  et par définition, n’y voient que des catastrophes appréhendées.

 

Des pistons  en  pause-café

 

Le moteur de l’Impala  2007  aura  deux de ses  six pistons qui pourront prendre une pause si  les exigences de la traction  le permettent. Une  économie, parait-il, de cinq pour cent. pour le carburant.

 

 

mémoires d’outre tombe    d,  

 mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,  F, G

 

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

survivre comme ultime argument… contre la panique

Et

Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

Et

 

Kyoto comme mythe et Kyoto comme réalité

Kyoto pour les nuls ou pour ceux qui font semblant de l’être

 

 Bof vit tragiquement sa schizophrénie congénitale partagée entre le goût de vivre et la peur de vivre, entre le risque et la trouille, entre la vigilance et la panique. Bof a toujours pensé qu’on n’avait pas à anticiper  l’apocalypse pour éviter tout gaspillage, pour recycler tout ce qui peut l’être (il se propose de donner son corps à la science si on en veut bien),  pour éviter de polluer  inutilement (Gus, ton prof s’obstine cependant  à respirer…   la mort dans l’âme) et surtout éviter de  polluer pour des fins ostentatoires ou pour mousser des profits. 

 

Plus récent : Une centaine de pensées en vrac

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

 

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)