MÉMOIRES D’OUTRE TOMBE  (SUITE 6)

 

 

 

Alarmisme académique.

Gus, si tu es en peine de te trouver un sujet de thèse ou de mémoire pour ta promotion.…

 

… N’oublie pas  que toutes les nouvelles technologies (du micro-onde au cellulaire en passant par  les jeux video)  ont été des sources inépuisables de thèses ou d’études sur les méfaits et dangers éventuels  de cette nouveauté surtout pour les cerveaux trop facilement malléables ou, pire, sur ceux en voie de momification incapables de l’adaptation  nécessaire pour survivre à la nouvelle invention…

 

La séquence des travaux est presque prédéterminée pour toute  nouvelle technologie. Et toutes vont dans la même direction : la démonisation de la nouveauté.

Ordre habituel : Danger pour la vue ou pour  autre organe (de l’ouie au zizi)?  Pour le cerveau (surchauffe ou  usure prématurée) ? Pour les enfants ?  Pour l’éducation ? Pour les relations interpersonnelles ? Pour les emplois ? Pour la vie sexuelle ? Pour les femmes enceintes ou pour  la santé des nouveaux nés ? Pour le gynécologue de service…  etc. ….

 

Et quand ces technologies auront toutes été abondamment analysées et abandonnées par les psychologues, sociologues, neurologues, statisticiens… une nouvelle technologie verra le jour et prendra le relais, Un cadeau du ciel ou du Père Noël : un bassin de recherches possibles rempli à neuf. Et le cycle des  enquêtes universitaires recommencera pour la grande joie des  étudiants en mal de sujet de thèses. Ou pour les  profs qui doivent  maintenir leur quota de publications pour rester en poste.

 

 

http://www.profbof.com/travail/untroc_fichiers/image027.gifRetour à la nature.

 

« La vie est belle, l’air est pur, l’eau est claire et limpide, on fait de l’exercice quotidien,  on ne mange que de l’organique et du bio, des viandes fraîches non transformées,  pas de gras trans, pas d’OGM, que des fruits et des racines, on maintient un poids plus que santé, et avec un peu de chance on va vivre jusqu’à trente ans »

 

UNE HISTOIRE VRAIE QUI EN DIT LONG SUR…

 

La veille du  jour de l’an, à Carmel, N.Y. un citoyen, R. Berger, appelle le 911, pour déclarer un renversement de mercure pour avoir briser son thermomètre rectal. L’histoire ne précise pas le lieu et la manière du bris.

Une centaine de pompiers, en costume d’urgence chimique, arrivent sur le champ pour regarder (et témoigner éventuellement)…le capitaine éponger précautionneusement  la goutte ou au pire les deux ou trois gouttes de mercure sur le plancher.

On ne lésine pas sur les précautions à prendre avec les matières dangereuses. C’est la loi !

 

Et Bof qui pense au plaisir qu'on avait étant jeune à jouer avec ces jolies petites boules presque incontrôlables et insaisissables… Et c’était évidemment avant que la civilisation soit entrée  dans sa phase de paranoïa.

 

 Et si on avait su  qu’il y avait des thermomètres rectal ou rectaux (au choix selon l’usage dit Grevisse) !  Que de complexes et de traumatismes inconscients évités par une fixation éventuelle au stade anal. Double chance, Gus, on n’avait pas encore lu Freud !

 

 Il  faut, Gus, être fait fort pour avoir survécu à de tels dangers… Et le père de Bof qui n’était même pas pompier…  C’est vrai qu’on n’avait pas de  Bounji   dans le temps  pour jouer avec la mort.

 

les « hérétiques non-sceptiques »

Un autre courant de scientifiques à propos  des changements climatiques

 

En guise de vœux de l’année pour 2007, Le NEW YORK TIME du 1 janvier tente de faire le point sur le  problème écologique. On relève en particulier une tendance émergente face aux diverses opinions dans le débat récent : une mobilisation de savants qui se situent entre les deux pôles extrêmes des opinions courantes. : contre l’alarmisme systématique, la multiplication  des peurs d’une part et la négation du problème  ou la minimisation du rôle de l’homme en tant que cause du réchauffement de la planète. . Les ouragans de 2005 avaient excité les imaginations du public et des médias (malgré les prudences des spécialistes)   et 2006 a refroidi les ardeurs catastrophistes et reporté l’imminence  du danger.  On ne peut nier les risques, disent-ils, c’est stupide, prétendre fixer  un quelconque degré à des probabilités  est également stupide.

 

Même le défi pour la population se serait déplacé. Quand la maison est déjà en flamme, il est plus important d'avoir de bonnes  assurances, des «gicleurs » fonctionnels et de multiplier les efforts pour faire face aux conséquences : « appropriate response is more akin to buying fire insurance and installing sprinklers and new wiring in an old, irreplaceable house (the home planet) than to fighting a fire already raging.”

 

Pour marquer leur relative dissidence du courant principal, certains on dénommé les savants qui partagent ces points de vue ou mieux cette attitude des   « hérétiques  non sceptiques »

 

L’urgence n’est pas de cultiver l’alarmisme médiatique qui risque de produire plutôt un effet d’impuissance. On se veut avant tout pratique et l’urgence porte pour eux sur la réduction de la vulnérabilité aux extrêmes climatiques, tout en tendant progressivement à user de sources d’énergie non polluantes.  

 

Et Gus, comme ton prof s’amusait, il y a deux mois, on insiste pour marquer que  les solutions vont au-delà de changer ses ampoules pour des fluorescents ou  d’acheter des voitures hybrides….. Mesures qui  n’ont d'effet pratique que sur la bonne conscience de la population.

 

L’impact des dangers baigne toujours dans une substantielle incertitude mais la prudence  invite à développer des attitudes pour faire face au pire.

 

“Climate change is not a problem waiting for a solution (least of all a solution delivered and packaged by science), but a powerful idea that will transform the way we develop.”

 

Score de vulnérabilité…

 

A propos des désastres naturels actuels ou à venir, certains (The Christian Tearfund) ont tenté de fixer un indice de vulnérabilité (de 0 à 50) pour chaque pays, en tenant compte de leur situation géographique, des conditions climatiques particulières, de leur capacité à réagir en fonction des  institutions en place,  des infrastructures, des ressources professionnelles  et  financières disponibles.       

 Les plus menacés sont l’Éthiopie (score 41), le Burkina Faso (40), le  Pakistan (37), le Népal, (35) et le Bangladesh (32).

Les moins vulnérables : les Etats-Unis  et  l’Australie (10),   le Royaume Uni, l’Allemagne, et le Canada (11)

A titre d’exemple, un cyclone dévasta l’état d’Orissa en Inde (indice 30, revenu 2, 500$), détruisit un million d’habitations et tua 10 000 personnes. Katrina, par contre, d’une violence semblable, fit 116 morts  aux Etats-Unis (revenu per capita, 38 000$)

 

Une belle sautE d’humeur qui réjouit Bof  À propos de  “l’hystérique désir de vivre à risque nul”

 

« Arrêtez  donc de nous faire peur sur tout et sur rien. Arrêtez de fourrer votre nez dans nos assiettes, dans nos loisirs, dans nos plaisirs. Arrêtez de nous faire tirer  le boulet de la prévoyance absolue, arrêtez de faire de la morale avec la santé publique »….

« Il suffit d’un séjour dans les pays en voie de crever de leur non-développement pour réaliser, au retour, combien est ridicule notre société de prévoyance absolue, plombée de toutes les peurs, où le vivre-ensemble  se perçoit comme une extension de l’immunologie.

La santé publique chez nous passe de plus en plus par une hygiène mentale publique  et ça, ça devrait nous faire bien plus peur que la gastro. » (Foglia, La Presse, 11 janvier 07)

 

Le soutien-gorge écologique

No shopping bag bra --

Où n’ira pas se nicher la passion de l’environnement quand  elle s’empare des gens de bonne volonté à l’esprit créateur?

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas au Japon pour ne pas perdre la face …  face à Kyoto?

Le soutien-gorge  écologique se porte au secours des deux hémisphères nord et sud menacées par le réchauffement climatique et se convertit  en sac de provisions.  Par précaution on doit cependant  prévenir l’emballeur de service  de sa pointure de soutien-gorge… pour ne pas surcharger le sac. Le zèle écologique  se  mesure à la poitrine d’une chacune…

Certains trouvent que cette pratique est  discriminatoire et injuste  pour les mâles qui ne peuvent manifester autant de zèle pour la planète et risquent de passer pour des négationnistes du réchauffement climatique. Les femmes répliquent que leur ego  souffre aussi pour la planète quand elles reviennent  de leurs courses avec un soutien-gorge dépouillé de ses coussins.  A chacun ses sacrifices et de faire ce qu’il peut.

Les consommateurs japonais utilisent  approximativement  30 milliards de sacs de plastiques par année. Ce qui représente selon l’industrie le pétrole de deux grands navires-citernes pour les fabriquer et seulement 30% sont réutilisés. Si la pratique du soutien-gorge écolo (Gus, pas pour son contenu mais par son but) se généralisait  un navire de plus pourrait servir pour les croisières. Gus, tu suis les savants calculs de ton prof.

 Gus, des glaciers refusent de reculer par manque de gÉologues et d’observateurs…

(A quoi ça sert de reculer, si Greenpeace n’est pas là pour célébrer et nous conférer  notre quart d’heure de gloire,) du moins ça semble  bien ce qui se passe aux Indes. Jalousie ou rivalité entre glaciers de l’Alaska et  ceux de l’Himalaya. 

De fait, aux Indes, il existe 9 575 glaciers  De ceux-ci, seulement  une cinquantaine ont été étudiés par la douzaine  de spécialistes du pays. Cependant  d'après des données qui remontent à deux siècles et celles acquises par les géologues   qui y travaillent, aucun glacier ne manifeste un  quelconque retrait. C’est ce qu’a déclaré  au Hindustan Time, un des principaux géologues  des Indes, M Raina qui soutient n’avoir rien  constaté.  Des spécialistes de différentes régions des Indes ont secondé  ses affirmations.

A l’autre bout du monde, au Groenland , des études d’universitaires américains montrent que durant  la période 2004-2005  les principaux glaciers auraient « fondu » deux fois plus vite que la normale, mais  auraient récupéré leur vitesse « de croisière normale » de fonte depuis deus ans.

 Église contre église… ou contre secte… (gus, trouve la secte)

Le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion  avec comme gourou, Sa Sainteté le Pape Gore, qui  successeur de Jean Paul 2,  avec le même charisme, avec le même goût des pèlerinages,  soulève les foules avec sa dernière encyclique au goût du jour (audio-visuel). Il  menace l’humanité future avec des cataclysmes réinventés à partir de l’Apocalypse.  Et les disciples, du néophyte au cardinal,  prélats ou catéchumènes, enthousiasmés par la foi nouvelle,  rivalisent à qui renchérira  sur les malheurs qui se dessinent à l‘horizon.   On  enfile les désastres à venir comme des litanies, et à chaque énumération les fidèles doivent  répéter : Dear Gore, épargnez-nous. Un concile vient d’être tenu récemment, on proclame des dogmes où on engage  l’infaillibilité de la Nouvelle Église. On compte même faire brûler quelques hérétiques à    Nuremberg…quitte à  accélérer le réchauffement planétaire.  A défaut de mourir de peur,  les survivants seront ostracisés.

 (En passant, Gus, Bof pourrait te fournir une compilation savante de au moins  400 malheurs bien documentés et recensés dans les travaux scientifiques  allant de la disparition de certains pays à l’essoufflement de certains sportifs après avoir couru le mille. Évidemment comme d’habitude tu plaides l’ignorance ou l’innocence. A part ta saison de ski, écourtée d’une semaine cette année et qui t’a fait invoquer Saint Gore, de  combien de ces malheurs qui te pendent au  bout du nez as-tu pris véritablement conscience. Il est temps que tu arrêtes de jouer à l’innocent)  …

 Devant l’hystérie qui progresse,  une église rivale, qui voit son privilège de l’infaillibilité menacé, prévient son peuple de ne pas trembler trop devant les malheurs qui devraient bientôt déferler sur l’Australie… Le cardinal George Pell, de Sydney, (avec un agenda caché de sauver au moins l’Opéra et sa cathédrale) se croit obligé de protester contre le terrorisme de mise :  « On prétend que l‘océan s’élèvera de façon spectaculaire, qu’il y aura à l’occasion  des tsunamis  avec des vagues hautes  comme des buildings de huit étages,, que l’Amazonie sera détruite par la fonte des glaces de l’Arctique,…On réclame des procès style Nuremberg pour ceux qui entretiennent des doutes ou qui ne paniquent pas suffisamment…..Devant ces prophètes de la fin  du monde, on ne peut voir que  l’induction  d’une dose d’hystérie légère, semi religieuse, si vous voulez,  mais dangereusement près d’une superstition. »

Je suis profondément sceptique à propos du réchauffement climatique catastrophique causé par l’homme, mais je suis ouvert à des évidences ultérieures. Je serais surpris que la pollution industrielle et les émissions de carbone n’aient aucun mauvais effet. Mais assez c'est assez »

Le lendemain de la veille.

Gus, l’encre  du précédent document était à peine sèche (Gus, c’est une expression, on devrait parler plutôt de pixels) que ton prof est tombé par hasard sur un texte du patron de Monsieur le Cardinal.

Gus, je te jure qu’il ne m’a pas consulté..

  « Je suis heureux de saluer les membres de l'Académie pontificale des Sciences à l'occasion de cette Assemblée plénière, et je remercie …Le thème de votre rencontre - "Les prévisions scientifiques:  exactitude et limites"…

 

« La prévision scientifique soulève également la question des responsabilités éthiques du scientifique. Ses conclusions doivent être guidées par le respect de la vérité et par la reconnaissance honnête tant de l'exactitude que des limites inévitables de la méthode scientifique. Cela signifie bien évidemment éviter les prévisions inutilement alarmantes lorsque celles-ci ne sont pas étayées par des données suffisantes ou vont au-delà des capacités effectives de prévision de la science. Cela signifie cependant également éviter le contraire, c'est-à-dire le silence, né de la peur, face aux problèmes authentiques. L'influence des scientifiques sur la formation de l'opinion publique à partir de leur connaissance est trop importante pour être amoindrie par une hâte inopportune ou par la recherche d'une publicité superficielle… » Benoit le seizième du nom.

 

Le président de la World  Federation of Scientists, Antonio Zichichi, autrefois de l’Université de Bologne s’exprime…,

 

Il affirme que l’impact de l’activité  humaine compte pour moins de 10% sur l’environnement et trouve incohérentes et invalides, d’un point de vue scientifique, les méthodes employées  par le GIEC et dénonce en particulier l’usage que le Comité fait des modèles scientifiques.    Le GIEC a été fondé spécifiquement en 1988 pour montrer l‘influence de l’homme sur le climat. Sur la base des faits scientifiques et de la méthode scientifique « il n’est pas possible d’exclure l’idée que les changements climatique soient  dus à des causes naturelles »  et « il est possible que l’homme n’en  soit pas coupable »

 

Il rappelle qu’il y a  500 000 an, la Terre a perdu son Pole Nord et son Pole Sud  quatre fois.

 

Les causes des changements climatiques  sont multiples et il privilégie la fluctuation des rayons cosmiques.

 

  UN CHEF D’ÉTAT DISSIDENT

 

  Vaclav Klaus, président de la République Tchèque et économiste de carrière,  critique le récent rapport du Giec. « C’est un rapport sans fondement scientifique…. Une personne saine d'esprit ne peut pas conclure que nous sommes en train de ruiner la planète comme Al Gore le prétend.  La planète n’a jamais été aussi hospitalière (user friendly) pour les humains qu’elle ne l’a jamais été dans le passé ».  Et dire qu’on nous annonçait il y a à peine trente ans une entrée dans un age glaciaire autrement plus dangereuse.

 

Dans un autre article, il reprend à son compte l’avis de Michael Crichton; « le plus grand défi auquel l’humanité a à faire face est de distinguer la réalité de l’imaginaire, la vérité de la propagande ». Ayant vécu l’expérience communiste, il n’hésite pas à affirmer que le plus grand danger qui menace la liberté n’est pas le communisme mais l’environnementalisme actuel  qui  ignore  la capacité d’adaptation  et de  créativité des sociétés libres. C’est de l’hystérie de paniquer sur .6 degré  de changement de la température alors qu’un chacun sait que la température a toujours évolué.  Il y va même d’un catalogue de prescriptions (que Bof ne se donne pas la peine de traduire)

 

 

As a witness to today’s worldwide debate on climate change, I suggest the following:

■Small climate changes do not demand far-reaching restrictive measures

■Any suppression of freedom and democracy should be avoided

■Instead of organising people from above, let us allow everyone to live as he wants

■Let us resist the politicisation of science and oppose the term “scientific consensus”, which is always achieved only by a loud minority, never by a silent majority

■Instead of speaking about “the environment”, let us be attentive to it in our personal behaviour

■Let us be humble but confident in the spontaneous evolution of human society. Let us trust its rationality and not try to slow it down or divert it in any direction

■Let us not scare ourselves with catastrophic forecasts, or use them to defend and promote irrational interventions in human lives.

 

Gus, très important : voir ce que Bof a mis ailleurs

 

   (Gus, à l’avenir pour éviter des redoublements et ne pas outrepasser sa largeur de bande, Bof mettra quelques fois des liens hypertextes à des textes que Bof pour le moment juge qu’ils seront ailleurs plus en évidence)

 

Le « Digest » du giec   (IPCC),

cul par-dessus tête…

 

 

 L’Empire contre attaque.

 

Le Prince Charles déclare que bannir McDonald’s est la clef pour un style de vie en santé.

Est-ce un remord tardif?  La Princesse Diana amenait souvent William et Henry au restaurant McDonald’s qui était près du Château de Windsor. C’est vrai qu'elle est morte aussi. Et c’était   avant la découverte des gras trans et des omega-3, autant dire au Moyen Age.

 

Un blogueur (inconnu) oppose Bof à Monsieur Hulot

au grand désespoir de Madame Boffe.*

Quand la TEMPÉRATURE s’en mêle  et veut se faire entendre

A Washington, ce 14 février, jour de la Saint-Valentin, une réunion avait été convoquée par le  sous comité de l’énergie et de la qualité de l’air sur le thème de la contribution des activités humaines au réchauffement de la planète..La réunion a été remise pour cause de refroidissement momentané de la planète à ce qu’il semble.. . ( 18 F à Washington et pire : prévision  de verglas d’un demi à trois quart de pouces…)

VOIR L’alarmisme a aussi ses traîtres,

sans doute payés par les pétrolières… évidemment!

« De l’environnementalisme  romantique  à l’environnementalisme scientifique »  Témoignage d’un pionnier de l’écologisme moderne.

En prime : Une quinzaine de témoignages tout à fait  récents qui réagissent à l’alarmisme catastrophiste à la mode.

 

Chine, charbon et avenir.

Gus, les spécialistes, en particulier les  techniciens, désespèrent de diminuer réellement les émissions de CO2 tant qu’on n’aura pas  réussi à « purifier » le charbon.. Aux Usa,  un tiers des émissions viennent du charbon pour l’énergie thermique.­. Et quant à la Chine, l’équivalent d’une grande centrale thermique est construite chaque semaine  selon des méthodes dépassées.  La partie est perdue si on ne réussit pas  à régler le problème du charbon… … Du charbon blanc (on a bien du chocolat blanc) ? ou à tout le moins écologique ?

VOIR.  Le climat se réchauffe. Assemblée contradictoire…

 Et le grand gagnant est….

 

HUMOUR DE LA NATURE

Ann Bancroft, qui fut la première femme à atteindre le Pôle Nord en 1981, et une nouvelle compagne Liv Amessen  tentèrent de renouveler l’exploit en 2007. L’expédition avait  également pour but d’aviver l’attention sur le  réchauffement climatique… et de constater de visu les changements  survenus depuis l’expédition d’il y a 20 ans.  Un trajet de 530 milles à travers l’océan  Arctique. Des communications  devaient être transmises  par satellites avec des écoles et des écolos des  USA.  Des spectacles étaient prévus : se déshabiller et se baigner là où les glaces étaient fondues. Malheureusement  l’expédition échoua et ont du abandonner. Des froids imprévisibles qui atteignirent     -58 F  la nuit sous la tente et même dépassant -100F à l’extérieur et un gel de trois orteils (du même pied, Gus) … les obligèrent   à rebrousser chemin….  Même  la température épuisa les piles dans certains de leurs équipements électroniques.

Et les enfants d’école ont du retourner  à leur devoir de mathématiques.

Ann Atwood qui aida à organier l’expédition conclut à l’imprévisibilité  du réchauffement global.

DES VERTS ET DES PAS MÛRS.

 

Élection au Québec. Le candidat vert, qui a récolté  3% des votes,  aimait bien mentionner dans ses rapports avec les journalistes, que lorsqu’on faisait un sondage sur les élections dans les écoles, c’était toujours son parti écologiste qui l’emportait auprès des enfants.  Donc quand ces enfants seront grands,  les verts prendront le pouvoir.

Réaction  d’un  chroniqueur : « Se rendait-il compte qu’il ne faisait que souligner l’infantilisation du discours écologiste ? Ben oui, les ti-nenfants sont écologistes, c’est bien pour ça que ce sont des ti-nenfants et quelques-uns vont le rester, hélas, toutes leur vie, dans le giron de môman-la-terre. »  Foglia

 

Hypocrisie, indulgences, richesses, crédits…et Pollution mentale.

Aux derniers Oscars, spectacle émouvant, certains ont invoqué la nécessité de prendre les transports en commun, histoire  d’honorer l’Oscar décerné à Al Gore. Comme la moitié de l’auditoire ou presque avaient un avion privé, on comprend que les applaudissements n’ont pas fait sauter le plafond.

Autrefois,  on pouvait tromper sa femme, sauter la bonne, exploiter ses ouvriers et se dorloter  la conscience en achetant à  prix d’or des indulgences… pour les bonnes causes.  John Travolta's House

Aujourd’hui, dans la nouvelle religion, on peut toujours continuer à voyager avec son  jet privé *  mais on peut toujours s’acheter des indulgences, pardon s’acheter des crédits de carbone pour avoir « des airs mails » de bonne conscience, crédits qui permettront aux riches de continuer à polluer, à bien parler (à $200 000. l’heure pour Al Gore) et aux pauvres d'expier, à mériter les crédits. 

* en hybride de luxe pour les courtes distances mais les célébrités sont sollicitées par toute la planète ne serait-ce que pour  faire un clip près du  Kalimanjaro ou avec un bébé phoque dans les bras

**. PHOTO.. Propriété de John Travolta. On y voit deux de ses cinq jets privés. Monsieur Travolta sermonne ses « fans » et y va de ses conseils pour sauver la planète, encourage un chacun à faire son effort selon ses moyens. A lui seul, il consomme avec ses avions cent fois la consommation totale d’un  citoyen américain ordinaire. Son empreinte personnelle sur la planète : avec ses avions  il génère  800  tonnes d’émission de carbone. On est loin du défi « une tonne » proposé timidement aux Canadiens par le précédent gouvernement. Pessimiste sur l’avenir de la planète, il  voit  la solution, à défaut de moteur nouveau, dans  l’émigration sur d’autres planètes ou dans la construction de dômes comme dans le roman Globalia de J.C. Rufin qu’il n’a sans doute pas lu.. Monsieur Travolta est  adepte de la scientologie.

 

 Gus, bien des artistes se précipitent pour monter aux barricades (Gus, sur le «stage»), pour défendre la planète que  leur mode de vie, leur  parc de voitures et de jets  semblent contredire. Dans ces concerts de masse pour la cause ou les causes, on peut toujours se demander si la publicité mondiale que leur confèrent ces grand-messes écologiques (en plus d’un diplôme de haute vertu) n’est pas plus l’objectif  recherché que leur contribution à la cause environnementale qu’ils sont supposés défendre mais  que leur style de vie contredit… (Gus, combien penses-tu sont venus en velo comme toi?)  Plus simple, mais plus coûteux, se faire photographier près d’un bébé phoque ou près de Knut le nouveau héros de la survie du zoo de Berlin. 

 

Et si encore on créait un fond  pour venir en aide aux pays éventuellement menacés avec l’argent que plusieurs  sauvent  en décidant de payer leurs  impôts dans des abris fiscaux où … là où c’est le plus  rentable au mépris de la solidarité la plus élémentaire, une valeur évidemment un peu ringarde et peu écologique.

 

Juillet 2007. Plusieurs ont été scandalisés, comme par des curés qui ne pratiquent pas ce qu’ils prêchent, par l’appui particulier de Madonna, qui y va d’une « toune » pour l’environnement mais qui laisse une empreinte personnelle de carbone cent fois (sinon plus) plus  imposante que celle d’un citoyen britannique  ordinaire : neuf  résidences,  une flotte de voitures, un jet privé,  c’est se présenter soi-même comme une catastrophe écologique. À quand le défroquage ?  ou la liquidation  du matériel  incriminant ?

 

Dimanche, 15 avril 2007  dans l’état de New York

Les avions sont collés au sol, les parties de baseball sont contremandées, la parade sur la 5ième avenue de la Greek-American Independence Day  est remise, la météo prévoit des pluies de 2 à 4 pouces, 20 pouces de neige en hauteur  et le tout accompagné de vents de 40 milles à l’heure…

Décidément les temps changent, ce n’est pas tout à fait le réchauffement promis par les alarmistes et le calendrier.  On change son vocabulaire, on parle plus  de changement climatique que de réchauffement climatique, histoire de ne pas faire rire de soi.

 

Les jeunes, ceux qui n’ont pas trop d’expérience,  qui ont à peine quelques années  dans leur culotte,  pavoisent,  et voient dans ce prélude de l’apocalypse,  en plus du congé, la  confirmation des discours que tiennent leurs  maîtresses pour les assagir en classe.

 

Les météorologistes,  les plus connaissants et les mieux informés en la matière,  ceux qu’on écoute le moins, (on préfère les activistes, des  diplômés des sciences humaines, des sociologues, des acteurs, etc.…)  calment  un peu les enthousiasmes alarmistes : ce type de tempête se produit habituellement à tous les vingt ans… depuis bien longtemps….

 

 

Dans les journaux…. (lettres des lecteurs, avril 07) «

 

« Ça devient assommant ce matraquage et cette hystérie sur le réchauffement climatique. Pourquoi pas une dictature verte tant qu’à faire ? » X

 

« Pour ma part, c'est fini. J’abandonne. J’étais un environnementaliste de la première heure mais le discours environnemental a pris une tournure sectaire qui n’a  rien à envier aux religions les plus  rigides de ce monde. C’est le « Crois ou meurs », c’est la promesse de la catastrophe mondiale et autres choses encore. Ça ne vous rappelle pas un ancien discours sur l’Enfer promis aux âmes ayant mal vécu sur Terre ? Sans nier les changements climatiques, je m’oppose à la catastrophe appréhendée »   XX

 

« Il y a toujours eu et il y aura toujours des gens au sein de la population qui prennent un vilain plaisir à faire la morale aux autre. Autrefois ce groupuscule était personnalisé par les curés. Aujourd’hui, comme la religion catholique bat de l’aile, les environnementalistes ont pris la relève » XXX

*********

 

Gus, une nouvelle peur “tendance

comme si on n’avait pas les nerfs à bout.

Les cellulaires peuvent causer une famine mondiale.

Pour le réchauffement de la planète,  Big Mac et crème glacée,

pires que les BMW et les Hummer.

 

*****************

 

“Et si c’était vrai » :

Et si le réchauffement climatique se dégonflait…

comme le refroidissement s’est dégonflé il y a 30 ans.

 

 

Des étudiants s’amusent à redéfinir  la méthode scientifique pour la mettre au goût du jour

 

 

http://www.phdcomics.com/comics/archive/phd091606s.gif

 

Et Gus, une belle illustration du schema precedent …

Pour illustrer ceci mon cher Gus, voici ce que pense Zbigniew Jaworowski, M.D., Ph.D., D.Sc. des manipulations idéologiques de données, ce qu’il appelle « le plus grand scandale scientifique de  notre temps »

Les études pour établir le niveau de CO2 dans le passé sont basées sur les analyses de cartouches de glace. Pourtant on a à notre disposition pour connaître le passé, du moins de la période préindustrielle à nos jours, 90 000 mesures directes prises dans l’atmosphère en Amérique, en Europe et en Asie entre 1812 et 1961, mesures  qui ont été faites parfois par des prix Nobel, selon toutes les règles de l’art, avec une possibilité d'erreur maximale de 3%. On retrouve ces mesures dans 175 revues techniques. Les climatologistes ont négligé ces mesures. Et ces mesures vont jusqu’à 550 ppmv, de quoi faire augmenter considérablement la mesure que l’on retient habituellement pour fixer le niveau de CO2 à partir duquel on considère l’augmentation récente considérée comme alarmante.

Pourquoi, Gus ? Exactement comme ce qui est suggéré dans le schéma ci-haut. Elles n’étaient pas utiles pour confirmer l’hypothèse  d’un réchauffement climatique causé par l’homme. Certaines de ces mesures ont été retenues, pour l’unique raison qu’elles confirmaient les thèses que l’on voulait défendre. On a retenu que les faibles valeurs pour les temps passés, on a éliminé (idéologiquement) toutes les mesures anciennes qui montraient  des taux élevés de CO2, pouvant aller jusqu’à 550 pmmv. L’Important, la thèse à prouver, était que le taux de CO2 était peu  elevé au 18ième  et 19ième  siècles.  Et fixer la valeur à  289 ppmv, qui a été retenue depuis…

Une étude récente (Beck 2007.) a de nouveau  mis en évidence cette aberration..

 

 

Les paris son ouverts : combiner  son argent et  ses convictions .

Parier et faire fortune avec le réchauffement climatique.

Pari entre David Evans (de Science Speak) et  Brian Schmid d’Australie.

Histoire toute récente et mise à jour du réchauffement  climatique

 

 

Le pire moteur jamais construit selon THOMAS Edison.

 

Au début du vingtième siècle, à Milwaukee, dont on a les statistiques, un quart de million de livres d'excréments des chevaux qui  assuraient  les transports devait être éliminé quotidiennement  par une brigade spéciale (Gus, trouve lui un nom) ; à   Chicago,  10 000 chevaux morts devaient être « toués » hors de la ville à chaque année. Sans compter sur la vermine, les insectes  et tous les éléments pathogènes qui y trouvaient  des champs de culture  dune richesse  inépuisable  à faire frémir une escouade de pathologistes.

 

C’est ce qui a amené Thomas Edison à  déclarer que le cheval  était le pire moteur à avoir été inventé.    À  peine bon  pour  les labours,  les routes de campagne ou les champs de course ou encore pour les impotents qui ne peuvent plus marcher.

 

Dans les circonstances, on comprendra  que  larrivée de l’automobile fut vue comme  un élément de salubrité publique et defficacité au plan économique.

 

l’essence à lépoque se vendait 18 cents  le gallon

 

Ce qui pour les spécialistes correspondrait à 4$ le gallon en monnaie daujourdhui..

 

 

Ne pas succomber à l’alarmisme actuel est « politiquement incorrect. » Il faut presque du courage pour le faire.

 

L’administrateur en chef de la NASA, Michael Griffin,  eut le malheur de commenter  à la radio l’alarmisme courrant. Il émit des doutes quant au  réchauffement climatique. Il trouve arrogant de croire que « le climat actuel est le meilleur que l’on puisse avoir et que nous devrions prendre des mesures pour s’assurer que ça ne change pas »

 

Évidemment James Hansen déchira sa chemise et critiqua vertement son patron, mais un lot de scientistes à travers le monde se portèrent à la défense de Michæl Griffin, montrant que le prétendu consensus n’est qu’un attrape nigaud entretenu par les activistes   environnementalistes  pour qui la science est le dernier de leur souci.

 

Quelques uns des  témoignages qui vinrent appuyer Michael Griffin

 

Le docteur Walter Starck,  scientifique  australien, approuve tout à fait la distinction faite par Griffin entre les données scientifiques relatives aux changements climatiques et les prédictions catastrophistes qui les accompagnent et commandent des politiques en conséquence.   Les premières peuvent être évaluées selon  leur évidence spécifique.  Mais les secondes reposent seulement sur des arguments d'autorité.  Certains sont arrivés à des conclusions favorables à partir des mêmes éléments avec une égale autorité.  A moins de qualifier le  «  petit age glaciaire »  comme normal ou optimal, l’effet net de tout réchauffement  a été bénéfique et jusqu’à maintenant les prédictions de désastres éminents se sont presque toutes avérées fausses.

Certains trouvent inacceptable de dire que le climat empire surtout si l’on pense à ce que ce fût avant l’age industriel.

Plusieurs saluent en particulier le courage du directeur de la Nasa d’échapper à  la « rectitude politique et climatique » qui s’impose dans la culture actuelle.

.. et pour conclure, le physicien Lubos Motl d'Harvard félicite Griffin` « j’ai toujours cru que les gens qui actuellement sont dans les sciences rigoureuses et en  technologie ne peuvent tout simplement pas acheter une « cheap and soft pseudoscientific propaganda » telle qu’apparaît  la lutte actuelle contre les changements climatiques.

Pour voir plusieurs témoignages dans la même veine.

Voir. http://www.ewire.com/display.cfm/Wire_ID/3967

 

 

« quand j’entends  parler de réchauffement global,  ma température monte au point que je me mets en quête d’un fusil » .

 

Le réchauffement global anthropique  est devenu le nouvel Act of God, à être blâmé pour tout ce que les gens craignent ou subissent.  … C’est devenu l’argument par défaut pour donner un petit air angélique à ses causes favorites.

 Les hauts lieux de la morale sont apparemment monopolisés actuellement par ceux qui laissent le moins d’empreintes de  carbone.

Et si ce n’était que ca…!

Pire, ce réchauffement global anthropique semble toujours l’argument moral pour retarder ou arrêter  tout  développement  entrepris par la société.

Et encore pire,  la croisade contre le réchauffement global est maintenant la plus grande excuse pour ne rien faire,  un argument universel arrêtant systématiquement l’expansion  des aéroports, des routes,   les constructions de logement  et  la construction de toute nouvelle centrale électrique.

 

On  peut douter de la vérité du changement climatique anthropique, étant donnée la haute politisation du problème. Mais ce qui est fort certain, c'est qu’il n’y a pas historiquement  de problèmes qui ont été résolus en ne faisant rien ou en  tentant de reculer l’horloge du temps.

 

Jurons tous d’essayer de couper les émissions de l’hystérie collective avant, comme ils disent, que ce ne soit trop tard et que la civilisation ne s’arrête..

C’est l,essentiel du message de

MICK HUME ,   The Times June 5, 2007 (My temper is rising. Must be global warming .)

 

LA PLANÈTE SE RÉCHAUFFE,  TIENS, TIENS !!!

 

Mais cette fois-ci, d’après  la NASA, il s’agit  de la planète Mars, qui depuis 1970 se serait réchauffée comme la Terre de .6 degré Celsius.  De quoi faire réfléchir…

 

AUTRE POINT DE RÉFLEXION. Des chercheurs suédois de l’Université de Lund   arrivent à la conclusion que la température sur la planète Terre fluctue en dents de scie, se réchauffe et se refroidit alternativement entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud.  D’après leurs spéculations,  le réchauffement  de l’hémisphère Nord aurait atteint son maximum et  s’apprêterait à commencer sa  phase de  refroidissement.

 

ALARMISME PERSONNEL : CULTIVER  ET SAVOURER SES PEURS PAR  L’ANALYSE DES CORRÉLATIONS…

 

…en comptabilisant  les facteurs de risque qui nous entourent

 

L’ex-chancelier allemand  Helmut Schmidt

lance un appel pour arrêter l’”hystérie” à  propos du réchauffement  climatique.  La surchauffe actuelle est causée par les média.  Il y a toujours eu des changements climatiques.  Et c’est idiot de croire, pense-t-il,  qu’on puisse, à partir de plans conçus  au sommet de Heiilgendamm, changer le climat globalement

 

La genèse  de  l’alarmisme contemporain.

Une étude intéressante  qui  tente  de mettre en évidence  les différents facteurs et leurs interactions.

Vu du point de vue british,  en illustrant particulièrement le  rôle de madame Thatcher..

A lire ..(en anglais)

http://www.john-daly.com/history.htm

En guise d’avant goût, Bof publie  ce petit tableau qui peut servir de résumé… Suivre les flèches pour comprendre l’ensemble des interactions.

 

 

http://www.john-daly.com/history4.gif

 

 

Si les concombres pouvaient parler….

 

On demande à la Cour Suprême de définir si le CO2 est un polluant ou pas.

Pourquoi ne pas demander à ceux à qui le CO2 profite?

Simple expérience et calcul élémentaire.

Automne, hiver et printemps… les serres sont fermées le plus hermétiquement possible pour minimiser les coûts de  chauffage.. Le CO2 de l’air,  absorbé par les plantes, diminue dans une proportion de 30 %.

Dans une autre serre, dans les mêmes conditions, à l’exception qu’on ajoute 30% de  Co2 pour compenser  la déperdition  par l’absorption des plantes. Les concombres  de la serre  avec ajout compensatoire de CO2 sont, étrangement, 30% plus prolifiques ou plus gros grâce à l’addition de CO2.

Et les concombres d'entonner en chœur, VIVE le CO 2!!!

 

Échec en Afrique du sud du concert contre le réchauffement climatique.

La foule fut fort décevante.  En fait de réchauffement on repassera, peut être changement mais réchauffement !! ?…. Il a neigé le 6 juillet dernier, ce qui ne s’était jamais vu depuis les vingt cinq dernières années..

A Buenos-Aires on célèbre le réchauffement climatique en dansant  dans les rues. Il a neigé le 8 juillet pour la première fois depuis 1908.  Gus, tu vois le party si on déménageait tout ce beau monde  au Québec en Janvier…

 

Ce qui se comprend assez bien à partir du tableau suivant :

 28 ans de prise de température par les satellites

Ce qu’on peut trouver de plus sérieux et fiable

 

GLB. :  LE PORTRAIT GLOBAL. A REMARQUER LA POINTE  EN 98         DU PHÉNOMÈNE El Nino  qui a lancé bien des spéculations.

NH. : L’hémisphère nord s’est un petit peu réchauffé.

SH. : L’HÉMISPHÈRE SUD N’A PAS CHANGÉ…

 

Et pour l’avenir, les paris sont ouverts. voir

Et un spécialiste en prévision offre un pari de $20 000 à Al gore que d’ici 10 ans la situation climatique ne changera pas substantiellement, pas plus que ce qui a été toujours prévisible.

 

LES CONNAISSANCES  GÉOLOGIQUES DES MEMBRES DE L’ipcc  SONT À PEU PRÈS NUlles …

 

C’est du moins ce que prétend Tom Segalstad qui est à la tête du Musée géologique de l’Université  d'Oslo et qui a appartenu à l’auguste aréopage qui décrète la condition du monde à tous les quatre ans…

Jusqu’à récemment les scientifiques étaient presque unanimes à penser que le co2 ne pouvait pas rester dans l’atmosphère plus que de 5 à 10 ans en raison du pouvoir presque illimité de l’océan d’absorber le co2.

Pour les besoins de la cause on rallongea la période  de permanence du Co2 dans l’atmosphère. On diminua le pouvoir d’absorption des océans….

Gus, si tu veux en savoir plus. Voir.

http://www.canada.com/nationalpost/financialpost/comment/story.html?id=433b593b-6637-4a42-970b-bdef8947fa4e

 

GUS, FIGNOLE TA BONNE CONSCIENCE ÉCOLOGIQUE

Gus, toi qui fais tous les soirs ton examen de conscience écologique depuis que tu as vu le film de Al Gore, toi  qui es rendu à comptabiliser toutes tes dépenses en énergie, tout ce qui peut engraisser ton empreinte de carbone  sur la planète, n’oublie pas de compter les fautes subtiles qui échappent habituellement à des consciences moins délicates que la tienne; il ne  faut pas oublier de tout compter, le prix des matières premières, des engrais, du transport de chacun de ces éléments ou des travailleurs…Par exemple.

 

Pour produire ton ordinateur sur lequel tu comptabilises tes fautes et te l’amener chez toi : 612 litres de pétrole ont été utilisés..

Un litre de lait, (et oui! ), 0,13 litre de pétrole. Et si tu le bois dans un gobelet de plastique, ajoute 3,2gr de pétrole.

Un verre de jus d’orange, 2,5 g. de pétrole.

Un kilo de viande de bœuf : 2 litres ….

La production d’un kg d’agneau de Nouvelle Zélande (transport inclus)   7,8 litres de pétrole

 

Et tu n’es pas un va-nu-pied, ton jean dont tu es si fier :   25 litres de pétrole, soit un demi réservoir d’une voiture économique.

 

Le beurre d’arachide au secours de la planète.

 

Gus, y as tu pensé comment tu peux sauver la planète en t’apportant un sandwich ou une tartine de  beurre d’arachides à la place d’un sandwich au jambon ou te payer un hamburger à la cafétéria.

 Tu sauves ainsi 3.5 livres de carbone (ça fait ça de  moins sur ta conscience de jeune écolo). Ce chiffre  correspond à l’économie quotidienne de carbone en roulant  dans une voiture hybride plutôt que dans une voiture standard.

En effet, le boeuf, avant de devenir steak, haché ou pas,  a consommé une quantité considérable  de céréales qui ont épuisé la terre et une grande quantité d’eau. Trois sandwichs au beurre d’arachides   par mois sauvent  autant d’eau que de mettre une pomme de douche économique.

Et un boeuf exige cinquante pieds carré de déforestation. Attends que les Chinois prennent le goût de la viande !!!  Et de plus, le transport du boeuf coûte beaucoup plus cher en raison du poids que celui des arachides… et ultime  avantage, les  cacahuètes n’ont pas de flatulences,   ne pètent pas à journée longue  pour émettre du méthane dans l’air.

 

Oui, le réchauffement  climatique

apparaît de plus en plus comme une création  humaine

 

 

SUITE :mémoires 7

 

mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,  F, G

 

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

survivre comme ultime argument… contre la panique

Et

Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

Et

 

Kyoto comme mythe et Kyoto comme réalité

Kyoto pour les nuls ou pour ceux qui font semblant de l’être

 

 Bof vit tragiquement sa schizophrénie congénitale partagée entre le goût de vivre et la peur de vivre, entre le risque et la trouille, entre la vigilance et la panique. Bof a toujours pensé qu’on n’avait pas à anticiper  l’apocalypse pour éviter tout gaspillage, pour recycler tout ce qui peut l’être (il se propose de donner son corps à la science si on en veut bien),  pour éviter de polluer  inutilement (Gus, ton prof s’obstine cependant  à respirer…   la mort dans l’âme) et surtout éviter de  polluer pour des fins ostentatoires ou pour mousser des profits. 

 


 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

 

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)