image002

 

Kyoto

comme mythe, mantra, danse de la pluie

et

Kyoto comme réalité

Version japonaise et version canadienne.

Du bon usage des mots.

Kyoto pour les nuls ou pour ceux qui font semblant de l’être.

 

 

Kyoto, non pas le protocole, mais le mot comme tel, est un édulcorant et un  émollient pour les âmes délicates…

image003 

 

« Le Protocole de Kyoto est un énorme handicap  politique. Je pense que notre parti se retrouve dans le pétrin sur la question environnementale. En pratique personne ne sait vraiment ce qu’est le protocole de Kyoto ni ce que cela implique. »

Michael Ignatieff, candidat à l’investiture à la chefferie du parti libéral.

 

 

 Le chat est sorti du sac

 

23/02/07 Eddie Goldenberg, conseiller de l’ancien premier ministre Jean Chrétien,  a avoué hier dans une conférence que le gouvernement libéral avait ratifié le protocole de Kyoto en sachant très bien que le Canada ne pourrait respecter  ses engagements.

Il s’agissait avant tout de convaincre l’opinion publique de la nécessité de répondre au défi que représente le réchauffement climatique. « Avoir galvaniser l’opinion publique, cela sera beaucoup plus important que le fait de savoir si nous pouvons respecter ou non les échéances prévues par l’accord »

 

 

 

« En effet, même si tous les pays avaient ratifié le protocole, incluant les États-Unis et l’Australie, et même si tous les pays respectaient leur cible, incluant le Canada, on ne repousserait le problème climatique que de sept jours  à  la fin du siècle. Et ce, pour une facture de 80 milliards de dollars par année! Pire encore, si on réussissait à prolonger Kyoto jusqu’en 2100, cela  ne repousserait le problème que de cinq ans !

Bjorn Lomborg

 

 

 

En opposition aux activistes et aux nouveaux curés, un des meilleurs spécialistes locaux de l’écologie scientifique, Claude Villeneuve, se prononce…

« Le Canada ne peut pas atteindre les objectifs de Kyoto dans la période de référence de Kyoto. Ceux qui vous disent le contraire sont de doux rêveurs »

Et Bof serait tenté d’ajouter… « ou des politiciens véreux »

 

 

 

Lire aussi ce texte fort intéressant. Un bref extrait tiré de

  « Le monde diplomatique » (2002)

 Le protocole de Kyoto ou le  radeau de la Méduse.

Au royaume des aveugles, l’« effet de serre » est roi

 

VOIR AUSSI.DEC. 2008-

Ce dont les journaux n’ont pas parlé.

Le consensus fout le camp.

650 savants font savoir à Poznan qu’ils ne croient plus

que l’homme soit la cause du  réchauffement climatique.

 

Un point tournant en 2009.

Un nouveau chic:

afficher  son scepticisme  face  à la causalité ANTHROPIQUE du réchauffement ( !) climatique

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout le monde en parle, avec sympathie,… les yeux mouillée,  mais qu’est-ce qu’on a fait… à part de se mériter des indulgences, par des actes insignifiants, peut-être bons, utiles, mais sans aucune proportion avec l’objectif  final.

Pour bien des gens… ces indulgences écologiques devraient alléger les souffrances des plus vaillants dans l’enfer qu’on nous promet pour bientôt. Des mantras, des professions de fois que tout le monde répètent à l’unisson mais qui tiennent lieu de l’action nécessaire si on voulait réellement  atteindre l’objectif.

 

Au fond c’est peut être Tony Blair qui a raison quand il affirmait  qu’aucun pays va saborder son économie pour atteindre les objectifs de Kyoto, à moins que pour certains pays, le Protocole soit  une belle occasion de liquider  leurs vieilles industries polluantes, non rentables économiquement, héritées de l’empire soviétique. Élimination aux frais de ceux qui ont des économies trop dynamiques ou qui ont appris à se sortir de la misère  par eux-mêmes.

 

Et si on brûlait des lampions.. à la place… ou un petit rigodon pour la pluie, pardon, pour Kyoto

 

« Si l’on peut se permettre une métaphore, les experts qui ont porté « Kyoto » sur les fonts baptismaux ont concédé que l’humanité était peut-être devenue folle, que notre modèle de « développement » correspondait potentiellement à foncer vers un mur à une vitesse  de 100 kilomètres à l’heure, et en ont déduit qu’il était urgent de réduire cette vitesse à... 97 kh

Frédéric Durand
, Le monde diplomatique (2002)

 

Et si Kyoto ratait  Kyoto.

 

Les politiciens se renvoient la balle, jouent une édifiante partie de ping-pong, Kyoto devenant, heureusement,  léger comme une balle de ping-pong. Ceux qui crient le plus fort sont évidemment ceux qui n’ont aucune chance d'avoir à prendre des responsabilités,… et parfois c'est à se demander s’ils savent compter   ou sont prêts à en assumer les conséquences…C’est le cas des partis d’opposition et des groupes de pression.

 

Porter un foulard vert, c'est bien, même beau, surtout s’il fait froid ou s’il y a des courants d'air, mais on erre, si au-delà du talisman, ou  un effet de talc sur la conscience, on croit faire avancer la cause. C’est un peu comme la danse de la pluie, ou  comme les meneuses de claques qui se prennent tout à coup,  pour des porteurs de ballon,  qui ne voient pas devant eux le mur d’armoires à glaces à portée de nez qui bloquent le passage. À chaque danse,  on leur rentre dedans.

Et Hop, la victoire  couronne les meilleurs discours.

 

Évidemment à défaut d’être sur la glace (Gus, Bof change de sport), on peut porter la calotte (à défaut de culotte) du club. Ça donne de meilleures jambes sans doute à ceux qui sont sur la glace…

 

image006

La ville de Kyoto aux prises avec le  protocole de Kyoto.

L’émission de carbone au Japon a augmenté de 8% depuis 1990  même si le pays a connu une longue période de relative stagnation dont il se sort progressivement.

Pour atteindre l’objectif fixé par le Protocole le pays doit retrancher 14% des émissions actuelles qui ont malheureusement plutôt tendance à augmenter.

 

La ville de Kyoto se devrait de donner l’exemple, histoire de sauver au moins l’honneur du nom. Mais… Mais.

 

Seulement à Kyoto, le nombre des voitures  est passé de 1.3 M à 2 M en 2002 et plus depuis…

Si on ne s’en tient qu’à cet aspect, Gus, (les émissions des véhicules), 2 M de voitures devraient désormais ne pas émettre plus (même moins) que 1M en 1990…

En gros, deux manières d’y arriver, en attendant de nouvelles  technologies qui tardent à venir :

 Ou bien toutes les voitures consomment la moitié de l’essence d'autrefois. Les hybrides  ne font pas le poids… Le parc automobile est surtout fait de petites voitures qui étaient déjà en 1990 fort performantes.

Ou bien, prendre le bœuf par les cornes : supprimer la moitié des voitures ou plus simplement en autoriser l’usage une journée sur deux… ou les interdire à peu près partout…  surtout où on doit aller.

Gus, s’il fallait que Kyoto perde la face.  Un déshonneur national.

 

Au Canada, Le vrai défi.   Le vrai Kyoto  sans danse de la pluie.

 

 

http://www.profbof.com/alarmisme/mythekyoto_fichiers/image007.jpgLes chiffres  avant de commencer à danser

 

L’OBJECTIF FIXÉ PAR LE protocole.

 

                   560 Mégatonnes de carbonne.

                         À atteindre en 2008-20012.

 

SITUATION en 2005 : (et + depuis)

                         ENVIRON 760 MÉGATONNEs

                                           (prévisions : 21% de plus d’ici 2020)

 

Gus, une petite soustracton

     

DONC A RETRANCHER : ENVIRON 200 mt DE C.

 

 

comment y arriver?…Où couper?…. quoi faire?…. Par quels moyens ? au-delà des mantras,  des imprécations,  des discours,  en prenant la réelle mesure des défis

 

Gus, juste un petit exemple pour prendre la mesure du problème :

On demande aux Canadiens de calfeutrer,… (une deuxième fois) leurs fenêtres ou mieux de les changer pour atteindre  l’objectif… ou changer leurs ampoules pour des fluorescents. C’est presque une danse de la pluie, ou allumer un lampion s’il s’agit du vrai Kyoto quand on prend conscience que si on éliminait  toute forme de chauffage au Canada,  on ne nous aurait  fait faire  que le quart du chemin pour réaliser la réduction exigée par le Protocole.

 Il y a un début à toute bonne chose pourrait-on dire. On peut toujours calfeutrer. C’est économique et cela devrait avoir déjà été fait. Mais pour le bon citoyen, en regard de Kyoto, c'est un baume pour l’âme,  c'est se  mériter des AirMiles écologiques  qui nous seront remis (en petites économies personnelles).  Se livrer pieusement et écologiquement à ces pratiques,… ça nous permet de dire, en bombant le torse, qu’on a travaillé pour Kyoto. Après tout, le Baron de  Coubertin   n’a-t-il pas dit   à propos des Olympiques que  l’important  c'est de participer. On n’est pas obligé de gagner Et  tout ceci ne sert au fond qu’à détourner notre attention du réel  défi que représente  la rétroversion d’un tiers de l’économie.

 

Il est difficile, même pour des politiciens, de libaniser un pays sans l’aide d’Israël. Et avec l’accord des citoyens en plus…

 

Et Bof entend encore les auditeurs d’une tribune libre se lamenter  comme des  truies qu’on égorge (Gus, c’est une métaphore)  parce qu’il était question qu’on augmente de un sous le prix du litre d’essence … pour financer  des projets  pour limiter les gaz à effet de serre.… Pas dans ma cours…

Et dire qu’on pourrait éliminer  tout le transport routier (tous les « chars », les autobus, les camions  au Canada) et on n’aurait fait que les trois quarts du chemin que l’on doit faire pour atteindre les objectifs…

 

Évidemment on peut toujours dire qu’on n’est pas obligé, comme dans l’exemple précédent, de prendre toutes les réductions dans le même secteur… On peut charcuter également tous les secteurs….

Gus, fais ton exercice comme n’importe qui. Dans le tableau suivant, on ne peut plus officiel,  (il est copié des statistiques gouvernementales) retranche  au minimum 200 mégatonnes  des 700 actuellement  dépensées.

 

Faire des soustractions de chiffres, c’est évidemment facile sur papier.

 

 

Maintenant, Gus,   un effort pour rejoindre la réalité : quelles sont les conséquences  des coupures dans les secteurs  que tu a choisis?  Pour l’emploi, pour les services sociaux, la richesse collective…etc. , Évidemment c'est ce qu’il y a de plus difficile…. Demande aux spécialistes… Et surtout interroge les gens responsables des secteurs que tu auras  sacrifiés par des coupes nécessaires pour atteindre l’objectif. Prête l’oreille à ceux qui sont maintenant en chômage ou qui ont perdu leurs fonds de pension…qu’ils comptaient prendre bientôt. Mais…

 

 

Gus,  le droit de PoLLUER à bon compte.

L’art de se refaire une virginité.

La bourse du carbone en europe…

En janvier 2006,  le droit à payer pour une tonne de carbone était de 22.35 euros.

En fin de décembre 2006, le coût était de 6.48 euros…Un pet.. pour la bonne conscience.

Bientôt on les trouvera dans un dolarama. (janv.2007. C’est fait)***

 (en fev.07.  un dollar)

Et Chirac qui compte imposer  une taxe punitive aux USA pour ne pas avoir adhéré à Kyoto.  Au prix  actuel de la bourse de carbone en Europe les USA sont acheteurs et sont prêts  à submerger toute l’Europe avec leurs déchets de carbone… et si possible nucléaire si le prix est le même. 

 

*** (14/06/07) La BbC déclare que la bourse de carbone en Europe a contribué à augmenter la pollution : au début les crédits étaient évalués à $100 chacun mais dernièrement il ne valait plus que .10 cents

 

 

POZNAM. 2008.

Un jugement sévère : « Jusqu’ici, Kyoto n’a fait absolument aucune différence dans la lutte contre les changements climatiques. » Dieter Helm,

 dans un article du Oxford Review of Economic Policy.

 

 (De fait les gaz à effet de serre n’ont pas cessé d’augmenter. Et on s’apprête à reconduire le Protocole sans reconnaître l’échec de la première version.) Les succès apparents dépendent  de l’effondrement économique des  pays de l’ex-empire soviétique et des pays qui déjà  fonctionnaient surtout avec l’énergie hydraulique  ou nucléaire.)

 

À Poznam, un recueil de 83 pages  de recommandations  n’est en fait que des revendications en fonction des intérêts nationaux  des participants.

 

 

 

Émissions

de gaz à effet de serre,

selon le secteur,

Canada, 2004

 

Secteur

Émissions (Nombre de mégatonnes d'equivalents-CO2)

Pour-

Cen-

tage

Industries gazière, pétrolière et charbonnière

155.0

20%

 

Transport routier

 

145.0

19%

Production thermique d’électricité et production de chaleur

130.0

17%

 

Résidentiel

 

43.0

6%

Commercial et institutionnel

37.9

5%

 

en Agriculture

 

55.0

7%

 

Procédés industriels

 

54.3

7%

 

Déchets

 

29.0

4%

Tous les autres (surtout reliés à l’énergie)

108.8

14%

Et les discours des politiciens  que tu dois lire ou écouter en ayant toujours un œil sur le tableau ci-joint.

 

« On va atteindre l’objectif du protocole sans toucher à notre économie »  Bravo!!!!

 

« Au contraire, on va développer une économie nouvelle plus écologique et plus prospère qui nous permettra  d’atteindre l’objectif  et même de le dépasser» Bravissimo!!!!!!!

 

 Et la réalisation  des objectifs de Kyoto est pour l’an prochain…ou  jusqu’à 2012 si on  se traînait un peu les pieds…

             

En attendant évidemment la voiture à hydrogène ou à éolienne, le charbon non polluant et des substituts du pétrole, peut-être le nucléaire.  Toutes choses possibles, qui ne sont pas hors de portée de l’ingéniosité et de la créativité humaine, mais qui ne respecteront pas, semble-t-il, pour se produire le calendrier de Kyoto.

 Bof a toujours dit qu’un homme intelligent quand il se sentait étouffé pensait à desserrer sa cravate… à condition qu’il lui reste assez d’énergie et de moyens pour rejoindre le nœud.

 

L’art de CONTRE-INTERROGER LES GRANDES GUEULES

 

Gus, si tu étais dans les souliers d’un journaliste (ou d’un député  en Chambre), des questions à poser :

 

1) Quelle mesure proposez-vous pour que le pays puisse atteindre l’objectif de Kyoto…?

 

2) Combien de Mégatonnes de GES cette mesure permettrait-elle d’éliminer…?

  Gus, si tu cherches un peu,

si tu consultes des spécialistes, tu verras que bien

des suggestions (v.g généraliser les hybrides,)

ne permettent même pas d’éliminer une mégatonne.

 

3) Vous venez de nous suggérer une mesure  intéressante. Quelles autres mesures suggéreriez- vous pour nous permettre d'atteindre les 99.5% restant de l’objectif de Kyoto.

 

 Et Gus, acharné comme un vaillant pit-bull sur un fond de culotte,  curieux,  en quête de vérité et de solutions, tu pourrais  reprendre cette question autant de fois que la somme des résultats des différentes mesures n’aura pas atteint les 200 mégatonnes que le Canada dans la situation actuelle doit éliminer pour respecter le Protocole

 

4) Gus, petit baveux, n’oublie pas de demander  pour chaque solution proposée quelles sont les conséquences envisageables au plan économique et social.

 

Et demande si on peut les publier

dans le journal du lendemain.

Gus, un bel exercice pour toi…

 Et si tu pouvais t’adjoindre un spécialiste, ce pourrait être fort intéressant.

 Le Magazine Time  et le journal La Presse publient  chacun leur liste de 50 choses à faire pour sauver la planète  ou atteindre l’objectif  fixé par Kyoto pour le Canada. Tente d’évaluer, au mieux que tu peux ***, ce que ces mesures peuvent économiser en mégatonnse de GES; fais la somme  et vois si ça fait le poids pour atteindre l’objectif.

 

***pour te guider, comme point de référence (voir plus haut) pour atteindre les 200 Mégatonnes, il faudrait arrêter  toute forme de transport et tout usage domestique d’énergie fossile directement ou indirectement (électricité par énergie thermique.)

 

 

Fév. 2009 La consommation énergétique a augmenté entre 1992 et 2007 de 26%.

 Les nouvelles énergies dites propres ne représentent que 4,7% de l’offre disponible,

L’éolien et le solaire comptent pour 0,1%

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.profbof.com/alarmisme/mythekyoto_fichiers/image004.gifGus,  ceci dit,  mythe ou fantasme en moins, tu peux faire beaucoup en te servant de ta tête,  user de prudence,  éviter toute forme de gaspillage,   les dépenses (voitures par exemple) ostentatoires, etc. etc.

Si tu es en panne d’imagination, et si tu as besoin de conseils, tu peux toujours aller revoir ce que disait autrefois ton prof.

Titres de noblesse écologique et chemin de Damas

 

 

 

 

.

 

Gus, ton Prof se permet de te rappeler ce texte

 qu’il publiait  en 2005.

                                      

 

 

http://www.profbof.com/alarmisme/mythekyoto_fichiers/image009.jpgGUS, après MONTRÉAL,

aux choses sérieuses maintenant !

Le sprint final pour le derby de Kyoto.

Les finalistes sont sur la ligne de départ.

 

http://www.profbof.com/alarmisme/mythekyoto_fichiers/image011.jpgGus, il s’agit d’une course un peu spéciale, elle se court à reculons,  en défaisant le chemin parcouru ou l’équivalent, peu importe les trucs, c'est l’objectif qui compte… et de participer. Il faut régresser en pédalant contre la montre, pardon! contre l’émission des gaz à effet de serre en excédant de l’objectif fixé à Kyoto puisqu’il faut rejoindre le niveau d’émission de GES de 1990 et y soustraire un 6% en prime de bonne volonté.

 

 Après les éliminatoires, voici la  liste des grands  coupables qui devront se faire aller par en arrière le plus longtemps. Dans le peloton de tête …

pour les objectifs les plus beaux à relever et aux défis  les plus  exaltants.  

 

 La foule en délire acclame …

 

A vos marques….

 

Le Canada   --24%

Le Portugal  --37%

L’IRLANDE --26 %

Le japon --18%

L’Espagne --42 %

La GRÈCE --26%

 

Les para-Olympiques de Kyoto : Un « outsider », un peu honteux,  se met également  au pas de course en marge  de la piste, les USA, avec un objectif de  --13% à atteindre. Le pays n’est malheureusement pas sur la liste officielle mais il tient à montrer sa bonne volonté et ses aptitudes à pédaler à contre courant. Il a triché sans doute ou court différemment,  puisqu’il  a déjà pris une avance et a retranché  2% de  son objectif.

 

Dans les estrades des  cyniques ou des jaloux, regardant le dernier peloton,   disent tout bas pour ne pas être entendus : « Ça leur apprendra à être performant, à se sortir des crises  et à créer de la richesse. Les salauds !! » 

 

Dans les estrades également, les nouveaux espoirs  de la pollution à venir,  l’Inde et surtout la Chine qui se voit  pour bientôt  dans le peloton de tête aux prochaines Olympiques à Kyoto et frémit de hâte de donner sa pleine mesure.

 

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » Certains vainqueurs sont un peu honteux, ont le triomphe modeste, ne pavoisent pas et  manifestent peu : ils n’ont eu qu’à détruire les vieilles usines ultra polluantes héritées de l’empire soviétique  et qui de toutes façons  n’étaient plus rentables. Une  dernière utilité cependant de ces usines : avoir fait monter l’objectif de 1990, ce qui le rendait facile à atteindre, surtout si depuis on s’enferme dans  une récession permanente. Viva Kyoto !

 

Également comme spectateur, un commentateur de carrière qui énonce les règles du jeu ou de la course : «The blunt truth about the politics of climate change is that no country will want to sacrifice its economy in order to meet this challenge”  Tony Blair. C’est ce que certains ont appelé “the Blair switch”

Andrew Kramer, un reporteur du New York Time (28/12/05) rage dans son coin « C’est un paradoxe du Protocole de Kyoto que des compagnies en Russie et autres pays de l’Est, qui comptent parmi les plus grands producteurs de GES  sont en position de gagner des centaines de millions de dollars  dans l’échange des droits de polluer. Les gains potentiels de Russie vont de 20 à $60 milliards »

A ses cotés, Andrei Illarionov rit dans sa barbe, il a toujours considéré Kyoto comme un « Auschwitz économique ». A la tête de l’Académie des Sciences  de Russie, il s’était opposé à l’adhésion de la Russie au Protocole  qu’il considérait comme une farce. Poutine s’était fait tordre le bras par Tony Blair, qui en est bien revenu depuis, avec des promesses  de bonbons. Après sa démission, Illarionov se vide le cœur : « Le Protocole de Kyoto  est une menace pour la science et l’environnement, pour la santé et la sécurité publique, pour la croissance économique et pour la lutte internationale contre la faim et la pauvreté. Comme le fascisme et le communisme, le Kyotisme est  une menace  contre les libertés fondamentales derrière  un écran de fumée de propagande. Comme pour ces idéologies de haine de l’homme, la vérité prévaudra et il sera défait » (Financial Times, 15/11/04)

 

Un politicien (ou apprenti-politicien) risque sa carrière et fonce tête baissée dans le mur de l’hypocrisie officielle :

« Le Protocole de Kyoto est un énorme handicap  politique. Je pense que notre parti se retrouve dans le pétrin sur la question environnementale. En pratique personne ne sait vraiment ce qu’est le protocole de Kyoto ni ce que cela implique. »

Michael Ignatieff, principal candidat à la succession de Paul Martin, à la tête du parti libéral du Canada, parti qui s’est engagé envers le protocole…  mais les gaz à effet de serre ont augmenté de 24% sous leur règne de  huit ans.

Ce qui oblige le Canada  à saborder, faute de mieux, son économie de 30% dans les six prochaines années s’il veut garder sa réputation de scout exemplaire à la face du monde, du moins en face de Greenpeace.

C'est ce qu’on appelle respecter les spécificités de la parole et les spécificités de l’action, Il ne convient pas  de mêler les genres, surtout si on est en politique et on compte se faire réélire.

(25/05/06)

Et ce n’est pas un lapsus, une fulgurance inconsciente, un Damas, une chute de la picouille de la rectitude politique, il récidive et promet en plus de Kyoto de s’attaquer à d’autres vaches sacrées. Comme quoi la cure d'indouisme du parti  libéral serait terminée.

C’est vrai qu’il a appris à compter et à respecter les chiffres à Harvard.

17/03/07,

Et surtout, Gus, ne pas oublier que les vrais  joueurs, les plus sérieux, ne figurent pas parmi les trente cinq pays qui sont engagés face à un objectif.

Gus, les spécialistes, en particulier les  techniciens désespèrent de diminuer réellement les émissions de CO2 tant qu’on n’aura pas  réussi à « purifier » le charbon. Aux Usa,  un tiers des émissions viennent du charbon utilisé pour l’énergie thermique.­. Et quant à la Chine, l’équivalent d’une grande centrale thermique est construite chaque semaine  selon des méthodes dépassées.  La partie est perdue si on ne réussit pas  à régler le problème du charbon… … Du charbon blanc ?(on a bien du chocolat blanc) ? ou à tout le moins écologique ? Pourquoi pas une variété de charbon Greenpeace (grâce  aux investissements dans la recherche des fonds du mouvement)

 

Gus,  à chacun ses statistiques.

      En 2006,  émissions de GES par Habitant : Québec  11.1 MG, Alberta 69, Ontario. 15

Et si l’on tient compte de l’efficacité économique relative de chaque province, il est légitime de se demander combien de KG de rejets toxiques pour produire un million ($) en valeur du PIB : Alberta 102, Québec 129, Ontario. 130.

 

Dans la foule, Martin, qui a accepté Kyoto, contre l’avis de ses spécialistes mais pour satisfaire aux démonstrations de rue et gagner quelques votes en cas de prochaines élections…bégaie, hésite, rit dans sa barbe et voit déjà son successeur  obligé de payer les milliards de dollars en  punition pour les succès de l’économie canadienne (il y a quelques siècles, Gus, c'est ce qu’on appelait « acheter des indulgences » ),  liquider ainsi  tous les surplus engrangés depuis et réglant ainsi subtilement et en douce  le problème du déséquilibre fiscal.

 

Dans les dernières rangées  du stade, un stand de parieurs.  Des spécialistes analysent  les données et misent de fortes sommes contre le Canada qu’ils connaissent mieux.

Malgré les bravades du Premier Ministre qui prétend que le Canada aura réduit ses émissions  de 270 mgt de Gaz à effet de serre (GES) en 2012 alors que si l’on considère les chiffres de 2005 une simple diminution de 170 mégatonnes suffirait pour revenir au niveau de 1990-6% et célébrer  au Champagne.

 

Gus, les parieurs sont prudents et prennent ce dernier objectif comme critère. Et la plupart parient toujours contre le Canada.

 

Gus, sais-tu  ce que cela signifie 170 mégatonnes de GES à  éliminer ?

 

Un exemple : c’est immobiliser à tout jamais à peu près tout le transport au Canada, (voitures, camions, autobus,  trains, avions locaux, bateaux)  qui en 2003  déchargeait dans l’atmosphère  190 mégatonnes… en attendant qu’on puisse les faire repartir à l’eau ou à l’hydrogène…ou en poussant…

 

Un autre exemple : c'est, si c’était possible, éliminer trois fois toutes les industries manufacturières et de construction du pays à moins de les faire fonctionner à bras ou avec des éoliennes…  fabriquées à l’étranger évidemment.

 

On peut, il est vrai, étaler ou saupoudrer sur plusieurs secteurs ou individus (le défi d’Une-Tonne) cet effort de réduction… mais l’ordre de grandeur reste  le même. Si la réduction devait être assurée symboliquement par chacun des Canadiens, le défi serait de 5 tonnes par individu (20 par famille de quatre) pour l’objectif de 170 mégatonnes et de 8 tonnes pour atteindre l’objectif de 270  fixé par le gouvernement et proclamé par le Premier Ministre.

 

Gus, tu comprendras que les parieurs, qui flairent le profit et mesurent les risques, scrutent les statistiques,  méditent les paroles de Tony Blair,  misent  sur l’échec du Canada dans son « Back-pedalling »…  N’est pas pédale qui veut…

 

Des optimistes misent quelques dollars sur le succès du Canada, pratiquent des incantations, scrutent les astres,  se livrent à des danses du CO2  autour des cheminées ou des pots d’échappement…

 

Heureusement  que le Canada a prévu le pire et a déjà mis de coté plusieurs milliards de dollars pour acheter des  « droits de polluer » à des pays  qui ont déjà atteint ou dépassé leur objectif comme la plupart des pays  qui ont souffert de « l’hibernation » soviétique.. Ce sera la première fois de l’histoire que le fait d’être dans la dèche  est rentable  et peut être considéré comme un secteur progressif de l’économie.

 

Les parieurs  misent  également sur l’échec de l’Irlande, du Portugal, de l’Espagne… à moins que ces pays que se sont sortis récemment de la déche y retombent à nouveau…    à se ruiner  à racheter …des droits de polluer pour soutenir leurs jeunes entreprises.

 

Gus, la situation sur la ligne de départ en 2002.

Gus, remarque qu’il ne s’agit pas  d’une  classification des bonnes ou mauvaises volontés mais reflète plutôt le  dynamisme  économique des nations depuis ces quinze dernières années.

 

 Dans le tableau  suivant,  pour avoir une idée du chemin à parcourir ou à régresser, il faut ajouter à l’augmentation depuis  1990, la diminution qui a été fixée comme objectif pour chaque pays et qui est entre parenthèse : Ex. Portugal = 48%

 

 

Gus, la situation sur la ligne de départ en 2002.

Gus, remarque qu’il ne s’agit pas  d’une  classification des bonnes ou mauvaises volontés mais reflète plutôt le  dynamisme  économique des nations depuis ces quinze dernières années.

 Dans le tableau  suivant,  pour avoir une idée du chemin à parcourir ou à régresser, il faut ajouter à l’augmentation depuis  1990 , la diminution qui a été fixée comme objectif pour chaque pays et qui est entre parenthèse : Ex. Portugal = 4 8%, 

http://www.profbof.com/alarmisme/mythekyoto_fichiers/image012.gif

 

Pour fin de comparaison

 

Situation en 2004.

Différence entre l’objectif fixé de Kyoto et la hausse réelle en % du PIB (qui devrait être éventuellement éliminée).

 

1. Espagne 34

2. Canada 32.6

3. Autriche 28.7

4. Luxembourg 28.3

6. Nouvelle-zélande 21.3

8. Italie 18.6

10. Portugal 14

11. Japon 12.5

Etc.

Situation en 2006 (onu)

De 1990 à 2006… baisse des émissions de 4.7.     Illusoire… Baisse surtout attribuable à l’effondrement industriel des pays de l’est européen (voir le tableau ci –haut)..

Plus juste, de 2000 à 2006. augmentation des GES de 2.3. pour les 40 pays les plus industrialisés.

Canada +23.7, Espagne +50%, Australie, +28.8 

Mantra et hypocrisie

A propos de carbone et de Kyoto.

Augmentation du Co2 entre 1997 et 2004

(dernière année avec statistiques complètes)

Émission globale 18%

Pays qui ont ratifié le Protocole.  21%

Pays qui n’ont pas ratifié  le Protocole 10%

Les USA : 6.6%

 

75 % des pays qui ont signé le Protocole ont eu une augmentation supérieure à celle des USA.

 

 

 

mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,  F, G

 

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

survivre comme ultime argument… contre la panique

Et

Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

Et

 

Kyoto comme mythe et Kyoto comme réalité

Kyoto pour les nuls ou pour ceux qui font semblant de l’être

 

Ou ur ceux qui font semblant de l’être  

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

 

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)