Alarmisme

Professionnel

 

Nature, techniques, dangers,  coûts

 

 

 

L’alarmisme professionnel  ou le catastrophisme

 

Le rêve impossible  du risque zéro et le refus d’évaluer un risque et d’en prendre la mesure.

 

Gus, deux types de gens qui ne vivront pas vieux : aussi débiles les uns que les autres : ceux qui courent tous les risques et ceux qui refusent en principe tous les risques. De ces derniers, certains ne sont pas sortis de leur  caverne il y a douze mille ans de peur de… ou d’autres qui ont refusé tout vaccin depuis la fin du 19 siècle ou tous les antibiotiques  de peur de …ou de ceux qui voudraient revenir sans l’avouer  ouvertement aux conditions d’avant l’ère industriel de peur de … ou de ceux qui de toutes façons sont convaincus que l’homme est de trop, qu’il est condamné à plus ou moins brève échéance et que plus tôt il disparaîtra,  mieux ce sera.

 (Voir CROISADE/ PHILOSOPHES)

 

En dehors des cas extrêmes,  chacun peut être attiré par l’un ou l’autre pôle selon son information, son tempérament et  ses humeurs plus ou moins pathologiques, allant de l’inconscience au névrotisme.

 

Les spécialistes de l’évaluation des risques  considèrent qu’un chacun tend à défendre son mode de vie. Ceux qui s’accommodent facilement d’une société  hiérarchisée approuveront plus facilement une technologie nouvelle si elle est considérée sans danger par les experts.  Les individualistes, d’esprit compétitif, y voient une opportunité de se faire valoir.  Ceux qui privilégient l’égalité comme idéal de société  ont tendance à voir la technologie comme un moyen pour les corporations capitalistes de  maintenir des inégalités qui font du tort à la société et à l’environnement. Ces derniers craignent plus les nouveautés  technologiques  que les désordres sociaux (criminalité, gangs, mafia, familles en crise,  guerres, etc)  alors que c’est l’inverse pour les premiers.

D’autres études  prennent en exemple la loterie : la majorité craint davantage de perdre  ce qu’ils ont que de risquer beaucoup pour des gains éventuels supérieurs.

 

Bof préfère ceux  qui prennent les menaces comme des défis et se retroussent les manches  plutôt que de battre en retraite au moindre danger. (voir les faux pas de Greenpeace)

 

L’alarmisme se comporte le plus souvent comme le fondamentalisme religieux :  tous les faits, peu importe les contradictions,  viennent confirmer la foi du croyant. Que le climat se réchauffe ou se refroidisse,  à court ou à long termes, les records de haute ou de basse température, les incendies par ci, les records de chute  de neige ailleurs, que l’Antarctique se réchauffe ou se refroidisse, el Nino, la Nina,  le fameux hockey de Mann  ou  le chaud climat du Moyen Age, les savants hérétiques sont des suppôts de Esso, les activistes de carrière, les diplômés de science humaine valent bien  les spécialistes du climat.  Autrement dit, peu importe les faits si la foi est sauvée… à défaut de la planète.

 

 

 

PRINCIPE DE PRÉCAUTION. 

À en user avec précaution.

Croire que le risque zéro existe et l’invoquer...

Le  principe de précaution  peut être entendu de deux façons :

 une façon bête et stupide défendue par certains idéologues, politiciens  ou compétiteurs intéressés et  bien avisés  entre corporations  ou compagnies ou pays …

et il peut être entendu comme relevant du sens commun, la bonne vieille prudence qui est une qualité de l’intelligence  qui l’amène à mesurer et calculer la portée des actes qu'elle commande pour agir « intelligemment » en pesant le pour et le contre. 

 

Le principe de précaution doit être pensé par une tête capable de penser  proportionnellement. On doit être capable  de  mettre dangers encourus et bénéfices attendus en perspective.  Les obsédés du sexe ont foutus tout le monde en enfer ; les nouveaux curés verts sont prêts à semer la famine et la mort  dans le tiers monde, rapatrier avant qu’ils ne disparaissent cholera, malaria, etc.   et  ramener à la pauvreté millénaire de l’humanité ceux qui ont eu la chance (en prenant des risques évidemment) de s’en sortir.

 

Les obsédés de la précaution  et de la peur de vivre devront bientôt interdire , ou plutôt selon leur habitude faire interdire par les politiciens pris en otages , le ski,  les sauces, les voyages-aventures, les pratiques sexuelles,  tout ce dont on ne peut prouver la parfaite innocuité et  qui nous permettrait de mourir en parfaite santé..

 

 

Gus, deux  problèmes  que Bof te pose : l’espérance de vie était de 40 ans en 1850, elle est aujourd’hui de près de 80; où en serions-nous aujourd’hui si depuis Pasteur, dont on connaît les angoisses, on avait procédé aux lancements de  nouveaux vaccins ou  médicaments qu'avec la certitude qu’il n’y avait aucun danger dans l’immédiat et pour les siècles à venir.

 

Gus, tu es en poste et tu dois décider d’interdire  un médicament  qui a entraîné 10 décès et qui a sauvé déjà 100 000 vies humaines. Des groupes de pression et les compagnies rivales s’agitent. Es-tu précautionneux ou  sage…et  prudent? (Gus, ne fais pas l’imbécile et ne me dis pas qu’on n’a qu’à sauver les 100 000 vies et éviter les 10 décès. Laisse aux imbéciles de quoi dire tout de même. Il y en a qui croient  encore, après avoir lu les contes de Perrault, qu’on peut avoir le beurre et l’argent du beurre)

 

Cas. AU Pérou, on arrête l’addition  du chlore dans l’eau potable pour se confirmer à certaines pressions alarmistes.  A Lima, peu de temps après, 40 000 mille morts  causées par le choléraLes Verts  se seraient ruinés à envoyer des fleurs…

 

 

 

 

 

Dangers de l’alarmisme systématique :

 

 Les spécialistes et les amateurs qui jouissent secrètement de leur pouvoir, risquent d’étouffer les alarmes justifiées fondées sur des études  sérieuses. On oublie que les nerfs d’une population finissent par s’épuiser  quand on les sollicite à propos de tout et de rien  ou surtout que la monstruosité ou l’ampleur des dangers à l’horizon brise tous les ressorts, étouffe le goût de se retrousser  les manches et invite à s’asseoir sur  (tu sais quoi, mon cher Gus,) en attendant d'en crever sur place.  En Angleterre la population s’est étonnée que devant  les dangers  présents dans tous les medias on ne recommeande finalement que de baisser son thermostat et de fermer les lumières quand on n’en à pas besoin.  Autant recommander une diète sans sucre à quelqu’un qui est à l’article de la mort !

 

L’ALARMISME,  UN SPORT DES PAYS GROS, GRAS  DURS, qui ont un goût pour les sports extrêmes, pour  explorer certaines autres dimensions psychologique de l’existence…Dans les pays de famine,  on n’a pas à s’inventer des futurs  où l’on mourrait de faim ou crèverait de froid ou de chaleur. Un luxe : le « thrill » de perdre   son confort et son bien-être, histoire de l’apprécier davantage. Regarder «The Day After Tomorow »  devant un feu de foyer. C’est curieux de constater comment Greenpeace est peu présent pour semer la terreur à propos des OGM dans les pays où les populations meurent de faim. 

 

 

L’ALARMISME  systématique  n’est pas sans danger.

 

LES VICTIMES SE COMPTENT PAR MILLIONS

Greenpeace à été décoré par CORE (Congress of Racial Equality)   du prix de GreenPeace-black DeAth AwarD pour avoir apporter misère et mort dans les pays en voie de développement, par les millions dépensés à faire  pression sur les compagnies ou les gouvernements  pour dénier les bénéfices de la technologie  moderne  aux nations pauvres ravagées par la malaria, la dysenterie et la malnutrition…Le porte-parole de core précise et accuse :  « Ils savent que leur programme a un effet dévastateur sur les familles, les communautés et tuent des millions chaque année. Mais ils ne reculent pas »

On estime à 40 millions de morts, comme à la dernière guerre, les victimes de la malaria en Afrique parce qu’on  a empêché ces pays d’utiliser, même intelligemment, le DDT; une simple aspersion annuelle à l’intérieur  des huttes ou maisons aurait sans dommage, du moins sans commune proportion,  permis d’arrêter  l’expansion qu’a prise la malaria.  Quand on pense qu’au beau temps du DDT en nos pays les enfants s’amusaient sous les douches des épandeurs. Les pays qui ont fait fi des interdictions et des menaces venant des pays bien nantis et bien pensants ont réussi à contrôler l’expansion de la maladie.

Témoins de Jéhovah, créditistes, naturistes, Greenpeace… sont coupables des maladies et des mortalités  là ou l’on a interdit, à leur demande ou pression, le chlore ou le fluor pour aseptiser l’eau pour s’en remettre à des méthodes beaucoup moins efficaces.

Gus, le problème est d'autant plus difficile que pour bien des gens,  l’écologie, qu’on a apprise sur les genoux de la maîtresse à l’école primaire, n’est plus une science, mais est devenue une religion, une foi, et comme toute foi, elle est   imperméable à des arguments ou des calculs rationnels.  Le diable s’est emparé de la planète avec la naissance de la technologie moderne et  l’espérance de vie, qui  a redoublé n’a servi qu'à redoubler le mal qu'est l’existence de l’homme.

 

 

 

 

L’arme secrète des alarmistes  Quant à l’avenir.

 

L’arme inconsciente, imparable de tout alarmisme concernant l’avenir: tenter de régler les problèmes de l’avenir avec les moyens d’aujourd’hui. On connaît nos moyens actuels, ils ne font pas le poids devant une imagination débridée  qui se paye le luxe d’imaginer, au gré de ses humeurs,  le pire  dans l’avenir  qui échappe évidemment à nos prises. Nos moyens seront possiblement décuplés dans cinquante ans… quand il n’y aura plus de pétrole parait-il, ce qui devait se produire d'après les premières prédictions vers 1930.  Gus, suis la courbe de la progression de la technologie depuis 100 ans… et reprend tes esprits et ton goût de vivre.  Gus, ton Prof a déjà fait une liste de réflexions  qui témoignent d’une imagination appauvrie et constipée quant au futur  et qui  se sont mis le doigt dans l’œil  dans leur « perspectives » d’avenir.    

     Entre le présent certain et l’avenir incertain, envisagé, présagé, il y a place (place publique) pour toutes les formes de pessimismes possibles qui permettent à certains de se faire valoir comme détenteurs de nouveaux pouvoirs ou se faire confirmer comme gourous dans leur activité, politique, journalistique ou académique. Gus, rêver de risque zéro, confondre prudence et trouille …., la sagesse de prévenir et le goût de terroriser, etc Des sectes  n’ont pas peur de se mouiller et nous annoncent même la date de la fin du monde; aujourd’hui on peut trouver des émules scientifiques qui nous annoncent à tour de rôle la fin  de la vie sur terre, habituellement en ce siècle pour susciter de belles peurs.  Gus si tu as bien lu les mémoires de ton Prof, tu  auras pris conscience de quelques dizaines de peurs  récentes qui ont fait long feu.

 

 

 

 

 

 

L’ARME SECRÈTE ……..   QUANT AU PRÉSENT…

CONFONDRE POSSIBILITÉ, RISQUE, danger

Gus, voici un exemple récent : en Angleterre, l’association des toxicologistes, les plus habilités pour  parler au nom de la science et   qui ont acquis une compétence certaine dans le domaine, dénonce l’ « alarmisme hystérique » de certains groupes de pressions comme  le WWWF et Greenpeace qui montent des campagnes de terrorisme écologique à propos de tout et de rien, en particulier contre les plastiques et les pesticides, qui causeraient à leur dire  cancers (organe au choix), rétrécissement du pénis, appauvrissement de la réserve de spermes (l’important, Gus,  est de frapper là où ça fait mal).

Une fois acquis que tout est à peu près dans tout,  que tout est poison et que tout est dans la dose, on voit comment il est facile, avec les techniques de détection moderne (l’équivalent d’un grain de sucre dans une piscine olympique),   de trouver des éléments  prétendument ou nommément cancérigènes mais dans des proportions de moins d’une partie sur un milliard, ce qui pour les spécialistes qui s’y connaissent, comme les toxicologistes de carrière, constitue une dose qui en  garantit l’innocuité.

Gus, devant ces dénonciations  percutantes et autorisées, par ceux dont c'est la spécialité, les représentants de  Greenpeace y sont allé de leur refrain habituel qui  fait que l’humanité ne serait pas sortie de l’âge des cavernes ou que même les individus ne seraient pas capables de mettre un pied devant l’autre: « Étant donné les grandes incertitudes  au sujet de l’activité biologique en faible concentration, devons-nous exposer  les enfants en gestation ?» (Dr Paul Johnson) (The Observer, 18 sept. 05)   (Gus, peux-tu me prouver que tu ne seras pas tué en venant à ton cours.  Excellente raison pour  t’absenter). Mais les savants doutent que leur intervention ait quelque effet tant les media sont férus d’histoires à faire peur… et le public qui en redemande pour connaître  le plaisir de vivre « avec crainte et tremblement » comme le recommandait  Kierkegaard. (bis)

 

 

 

 

 

De LA MESURE DU RISQUE

et de l’utilité des mathématiques.

 

Certains penseurs ont préconisé le risque, invité à vivre dangereusement. La vie moderne, la vie tout court, la vie quotidienne nous en offrent suffisamment d’occasions  sans que l’on ait à courir après systématiquement pour se donner l’impression de « vivre dangereusement » (Affronter son patron ou traverser la rue peut suffire). Aujourd’hui la règle pour certains, ou du moins ce qu’ils veulent imposer à la population, est le refus à peu près systématique de tout risque.

Par ailleurs, certains tentent, par de savants calculs, d’évaluer la gravité d’un risque encouru et tente de le mesurer (autrefois, Gus,  on ne les calculait pas, on en crevait bien vite avant d’avoir  le temps d’en parler et de terroriser le reste de la planète… qu’on ignorait de toutes façons

 

 

 

 

 

 

Des trucs de l’alarmisme.

Un bon truc. La comptabilité à colonne unique : cacher systématiquement l’autre coté de la médaille. C’est « l’enronisme » de l’alarmisme.

 

Le grand art  de l’alarmisme professionnel  pour faire grimper le peuple dans les rideaux ou se terrer sous  les lits ou de monter à l’assaut des barricades est de   cacher précautionneusement un  coté de la médaille.

Ne parler que des pertes, jamais des gains,

des risques, mais pas de la nature du risque et du profit éventuel.

 

 

 

 

 

Quelques exemples,  mon cher Gus,

On rapporte quelques décès dans l’usage d’un médicament et les avocats ont déjà pris les devants pour intenter des poursuites. Aucune allusion évidemment aux milliers de vies qui ont pu être sauvées par le procédé qu’on met au ban des accusés. S’agit-il d’une vie perdue pour une vie sauvée, du 1 pour cent ou du 1 pour un million.  Devant une poursuite, ce qui serait intéressant, Gus, ce serait de pouvoir ressusciter les dix personnes mortes et de faire mourir les milliers de personnes sauvées par le médicament

 

ET SI ON CALCULAIT

Une belle recette de Greenpeace, un de ses bons trucs : le mouvement dénonce périodiquement, à la veille surtout des campagnes de souscription, le chlore (ou l’équivalent) que contient l’eau fournie par les services publics dans tous les pays avancés.  Gus, c’est vrai que le chlore est un camcérigène,  mais ce que ne dit pas Greenpeace (c’est l’allure racket du système qui a été souvent mis à  jour et qui a fait que les meilleurs directeurs,  même fondateurs,   ont quitté le bateau en claquant la porte et dénonçant les pratiques auxquelles ils avaient participé bien malgré eux), c’est que le danger ou le risque couru d’y  attraper un cancer   est  trois fois moindre que celui d’être foudroyé  par  un éclair.

 Gus, j’espère qu’à l’avenir tu sortiras avec un paratonnerre sur ta casquette si tu  penses en crever de boire l’eau  de robinet de ta municipalité.  Pour le goût, c'est un autre problème!!!. Et une question de goût !!! Ça varie d’une ville à l’autre et d’un pays à l‘autre…  Quant au risque (réel)  causé par les pesticides  sur les aliments il est évalué  comme  encore moins  dangereux…(Gus, ton Prof qui a survécu  aux tonnes de fruits et légumes qu’il a ingurgités depuis son enfance, et souvent bien malgré lui,  peut en témoigner, il leur doit même sa verdeur permanente)  mais que veux-tu ?  L’homme continue de mourir, même si l’espérance de vie ne cesse d’augmenter en Occident. C’est scandaleux. Cette idée de mourir est une  mauvaise habitude, me diras-tu, acquise avec le temps. Il faut bien quand même lui  trouver  une cause quelconque !  Et ici  les amateurs de théories de complots ont de quoi s’amuser comme des petits fous. Et pour les amateurs de films d’horreur,  la peur au fond est  une émotion si recherchée, si délicieuse,  pour  bien des gens, qu’il faut la cultiver…quitte à en crever à chacun notre tour. Quel plaisir de fermer sa porte à double tour quand on sait qu’il y a des violeurs qui rodent dans le quartier et de se réveiller le lendemain avec encore toute la vertu dont on est capable.

 

 Pour mettre nos craintes en perspectives…

Voici quelques cas courants. S’enivrer de la vitesse, Gus, tu le savoures à l’occasion : au fait, on évalue statistiquement  que sur une population de 100 000 personnes qui pratiqueront la moto cette année, 2000 se tueront (statistiques us *). Sur 100 000   fumeurs, 300  en mourront et (plaisir des chiffres)  5 centièmes de une personne périra sous le coup d’un éclair. (Gus, ne fais pas ton comique, ce n’est pas un prof de collège, encore moins d’université et il ne s’agit pas non plus d’éclair de génie.)

*Gus, attention. C’est sans doute pire dans ton patelin où les routes n’ont pas la qualité des routes américaines… (Gus, excuse-moi. Je viens de commettre un impair, je viens d’injurier la nation, nos compatriotes, qui conduisent évidemment beaucoup mieux que les Américains. Ça va de soi  qu’il est illégitime et  méprisant   de transposer ces statistiques à nos concitoyens  qui intelligemment, prudemment s’adaptent à nos routes et ramassent quotidiennement les œufs dans les nids de poule)

 

ET SI L’ON PRATIQUAIT LE GRAND ÉCART…Du 1 à 10.

Les savants, personnages autorisés s’il en fut,  parfois des mêmes facultés et des mêmes universités, travaillant avec les mêmes ordinateurs  IBM, qu’ils soient du MIT ou de Harvard ou de l’Université du Québec à Baie-Comeau t’offrent, mon cher Augustin,  un éventail de choix pour nourrir tes craintes ou tes désespoirs selon tes aptitudes. La littérature des dernières années te propose le grand écart des options pour satisfaire  toutes les attentes :

Elle fait monter durant le prochain siècle les océans de 1 pouce ou de dix pieds (au choix) selon tes aptitudes à la natation..

Elle fait varier la température pour le présent  siècle  d’un degré ou de dix degrés (Fahrenheit ou Celsius selon le pessimisme d’un chacun).

Elle fait périr la population au cours du siècle … ou lui laisse quelques millénaires pour polluer encore plus la planète. …où toi et moi, Gus, ne seront plus.

C’est du cinéma à la carte, moins le « pop corn »

 

Le grand avantage de l’alarmisme prophétique, parler des deux cotés de la bouche. Si le malheur annoncé se produit, on vous l’avait bien dit; s’il ne se produit pas, c’est grâce à nos avertissements qui ont modifié les comportements.

 

 

mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,

 

 

 

 

 

Cette page  était précédemment incorporée au site suivant

Écologisme et catastrophisme.

Accueil 

Mémoires d’outre tombe ou histoire vécue de l’alarmisme  au vingtième siècle

Titres de noblesse écologique et chemin de Damas

Brigades de choc et nouveaux croisés. Les faits, les idées, les passions. Du rationnel à l’irrationnel. Du casseur au philosophe.  L’univers des groupes de pression intéressés.

Alarmisme systématique : nature-dangers-pratique

Tableaux et graphiques  qui parlent de réchauffementArt de mentir sans mentir mais

Statistiques et bikini. Mythes, erreurs et réalité. Du bon usage des chiffres.

 (courbes apocalyptiques --  faim dans le monde --  disparition des espèces --  surpopulation --    déclin des forêts -- El Nino – déchets -- température et réchauffement)

Statistiques et bikini (2)

  (pluies acides -- poumons de la terre --  victimes de la pollution – Seveso --

     jouets en PVC dioxines -- hivers d’antan --  Tchernobyl -- énergie éolienne)

Statistiques et bikini (3)

  (Effet de serre -- Onu : IPCC – arctique -- couche d’Ozone -- certitudes et incertitudes -- modèles informatiques --  températures passées – facteurs à considérer)

Greenpeace ou les déboires de la vertu.

 

 

Pour nous rejoindre

 

 

mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,  F, G

 

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

survivre comme ultime argument… contre la panique

Et

 

 

Kyoto comme mythe et Kyoto comme réalité

Kyoto pour les nuls ou pour ceux qui font semblant de l’être

 

 . 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)