Relativisons, mes frères,

Mon cher Gus, un petit exercice de journalisme fiction qui tablerait sur la vérité pour mettre les choses en perspectives.

 « En ce triste onze septembre 1% des mortalités sur la planète sont dues au terrorisme, du jamais vu » 

« Aujourd’hui, catastrophe  à New York : presque autant de gens sont victimes du terrorisme que de la malaria en Afrique»

« Dans une seule journée, Ben Laden fait autant de victimes  que la route en trois semaines aux USA, un record !»

« Si les terroristes avaient détruit un building de plus, le nombre des morts aurait presque atteint 1% des victimes du Rwanda. Où s’en va-t-on ? »

Et un peu plus  tard :

 « Les 3 000 victimes du 11/9 enfin vengées par la mort de 12 000 Irakiens tout aussi innocents. Viva la muerte»

« En ce triste 11 sept. mort tragique de  presque autant de New-yorkais, bien américains, en bonne santé, que de réfugiés faméliques  au Darfour dans toute une semaine »

 

 La guerre d’Irak presque aussi dangereuse que le mariage :

 En un an un peu plus  de mille de nos valeureux soldats ont été tués; dans le même temps, 1400 braves américaines ont été tuées par leur mari…Même plus!  la rectitude politique nous interdit de comptabiliser le nombre des maris assassinés.»