La tête de Bof mise à prix à Bali

 

 

 

Gus, des dizaines de milliers d’écologistes vont se rendre dans l’île paradisiaque de Bali… aux frais des  payeurs de taxes de leur pays respectif ou de l’organisation militante qu’ils représentent. Ce sera une compétition  verbale à qui affichera le plus de zèle, parlera le plus fort,  à  propos des pseudo objectifs de Kyoto et à qui se battra le plus les flancs pour, à défaut de faire baisser le température de la planète, de   faire monter et propager la température du zèle… qui devrait  tenir pour au moins encore six mois…en attendant une prochaine danse de la pluie. (Pour s’amuser à un petit jeu  mesquin pour ceux que cela amuse : on a calculé que les milliers de  gens qui se sont rendus à Bali auront  produit  autant de GES  que 20 000 voitures pendant un an)

 

Gus, Bof  a joué sa tête en parlant du pseudo Kyoto… VOIR. ALARMISME.

 Kyoto

comme mythe, mantra, danse de la pluie

et

Kyoto comme réalité

Version japonaise et version canadienne.

Du bon usage des mots.

 

 

 Bof va tenter de défendre sa tête  mise à prix avant de la perdre… de sorte que,  si jamais on la lui coupe, on devra faire  comme pour Danton,   qui avait demandé à son bourreau de la montrer à la foule déchaînée,   de la tenir à bout de bras et de montrer comment  elle était belle.

 

Parlons de Kyoto…

 

180  nations ou presque en font partie… Trente-six pays seulement  se sont engagés à respecter des  objectifs  qui pour la plupart visaient à  diminuer les GES  à moins de 6% 

par rapport à 1990.  Déjà une première différence : certains de ces pays étaient  au sommet d’un cycle économique  et d’autres étaient  au bas d’un cycle… Pour certains pays qui avaient connu un apogée économique en 1990 c’était plus facile de respecter l’objectif  puisque leurs performances économiques diminueraient de toutes façons. Pour ceux qui se sont sortis de la dèche ou qui ont connu des périodes de prospérité inégalées depuis 1990, (comme le Canada ou l’Irlande par exemple)  pour une  raison ou une autre, politique ou économique,  l’effort demandé était beaucoup plus considérable à moins de saccager leur économie..

 

Gus, de  cette trentaine de pays qui se sont engagés à des objectifs fixes, à peine quatre ou cinq sont en voie de l’atteindre… Ce sont des pays qui méritent d’être étudiés.. Comment? Pourquoi? Quelles mesures ont été prises? À quel coût?  Économique ou social.  Gus, ces pays en voie d’atteindre leur objectif font à peine la population du Québec et de l’Ontario réunis…

 

Les  AUTRES PAYS n’ont fait que parler, profiter de  mesures qui étaient déjà en place,  multiplier les professions de foi à un rythme régulier pour conserver leur bonne réputation et de ne pas être voués aux gémonies… . par les plus « baveux… »  

 

Voyons la chose  plus en détail. La grande illusion

 

Des pays comme la Grèce,   L’Espagne,  l’Irlande, le Canada qui ont progressé énormément depuis 1990 sont hors combat, k.o.  La ville de Kyoto semble  également  sur une voie de garage… Un million de voitures de plus depuis 1990.

 

Mais reste  ceux qui apparemment  parlent le plus, se gaussent  le plus  des  retardataires, l’Union européenne…

 

A part les pays nordiques qui semblent sur la bonne voie,  l’Union européenne peut avancer des chiffres encourageants mais,  mais,  mais grâce à la faillite généralisée des pays de l’Europe de l’est qui, pour des raisons purement économiques, ont détruit , après la chute du mur de Berlin et l’abandon de la Russie, presque tout leur  secteur manufacturier qui était  extrêmement polluant et  non rentable d’après  les standards occidentaux  qu’ils ont du adopter  forcés par les évènements…

Gus, trois sortes de monde à Ball.

 

Les plus que croyants.  La foi sans les œuvres..

Ils baignent à Bali dans l’euphorie idéologique. Ils se voient déjà les maîtres et les sauveurs du monde. Les nouveaux princes, gorgés d’idéalisme, s’imposeront au peuple et  aux politiciens de la planète (comme nos marxistes des années 70).  C’est à qui anticipera le plus de catastrophes, multipliera  le plus de mesures (plus ou moins efficaces) pour se gagner des indulgences et ne pas tout de même perdre l’appui du public  qui a déjà épuisé son capital de peur et de tremblement. (Gus, Bof a déjà identifié huit espèces  d’activistes) On se veut contre tout, chacun des activistes a  ses spécialités et ses chasses gardées : la mondialisation, l’Occident exploiteur,   la civilisation industrielle, la société de consommation, le nucléaire, les OGM  ou toutes mesures préconisées dont les organismes autorisés et moralement responsables de l’avenir de la planète n’auraient pas eu l’initiative… etc. ..

 

Les plus que sérieux. 

Ceux qui savent que si on arrive à réaliser parfaitement les objectifs de Kyoto, on retardera à la fin du siècle   d’au plus cinq  années  les catastrophes  prévues par les hypothèses et les modèles mis sur ordinateur… qu’on corrige périodiquement. Pour être sérieux, pour éviter la catastrophe appréhendée, on ne demande rien de moins qu’une économie de guerre, préindustrielle, avec rationnement, taxations et conversion  de tout le complexe industriel comme on a été capable de le faire  en 1940 pour venir à bout  de l’hitlérisme.  Aux grands maux, les grands moyens. Les catastrophes appréhendées sont pires que la menace hitlérienne et  exigent des moyens pour le moins équivalents  pour les affronter…

 

Les hérétique ou les empêcheurs de tourner en rond.

 On fait tout pour les  empêcher d'avoir un espace de plancher…ou de se faire entendre.  ON refuse de lire  une lettre  signée par cent savants  de tous les continents, (voir texte plus bas)  (plusieurs sont des anciens membres du GIEC), qui considèrent  comme inutiles les efforts de l’homme  pour changer le climat  dont on n’a pas fait de preuve   qu’il en était responsable. Les études se multiplient pour établir d’autres pistes de recherches.  Le Moyen Age  et le Groenland ont connu  des cycles de chaleur suivis de cycles de froid.  On propose plutôt de garder ses moyens, surtout technologiques, pour faire face aux catastrophes si jamais il y en avait et si le cycle actuel se prolongeait Symboliquement, on pourrait commencer à construire des barges pour  rescaper  le demi- million de  citoyens des Îles Maldives  et de Tuvalu qui seraient submergés  par les 20 pieds d’élévation de l’océan promis par  Gore pour la fin du siècle…

 

Gus, un intrus A venir ?? Un journaliste prétend connaître quel sera le thème  du discours de premier de l’an (2008) de Benoit XVI. Parait-il qu’il dénoncerait une certaine forme d’écologisme qui est vécue comme un substitut à  la religion. Benoit XVI  inviterait  la population à s’en remettre plutôt aux donnés scientifiques.  A voir. Suspense.

Gus, considère le joli petit tableau suivant… il vaut mieux que de beaux discours….

 

Regardons tout d'abord les progrès de l’Union européenne qui semblerait commander un certain optimisme et autoriser de bomber le torse  dans les rencontres  internationales. L’objectif  est de -5%  par rapport  à  1990 et cet objectif  devrait être atteint d’ici  2012.   Gus, regarde et admire les fluctuations de  la belle ligne verte  qui peut autoriser  un certain optimisme….Admire. Applaudis. 

 

La grande illusion   Et maintenant le secret de la beauté de la ligne verte. 

 

Si on regardait la situation  de l’Europe  de l’Ouest  industrialisé (non communiste),  (voir la ligne rose) , malgré les efforts qu’ils ont pu  promettre ou opérer,  ils se sont éloignés passablement  de l’objectif et on peut facilement prédire, sans lire dans les cartes ou dans les lignes de la main,  sans interroger les astres, que l’objectif visé est hors de portée pour le moment…  à moins  d’un miracle ou d’une catastrophe économique généralisée, tout comme pour les trois autres concurrents non européens.(Canada, Japon, Nouvelle Zélande)

 

Et le secret  de cette belle réussite  apparente illustrée par la ligne verte est l’effondrement  de l’Europe de l’est (ex-communiste)  (la ligne bleue)  qui a fait infléchir la belle ligne rose où  les voitures roulent toujours à 160 k. h   sur les autoroutes  (du moins en Allemagne)  pour donner finalement comme moyenne globale pour l’Union européenne la belle ligne verte … qui permet  de donner des leçons à tout le monde. Cré ligne bleue va !!! Qu’est ce qu’on ferait ou qu'est- ce qu’on dirait si on  ne l’avait pas!  

 

Et pour compléter  le panorama…

 

Dix pays en voie de développement ont augmenté leurs émissions annuelles de plus de 5 milliards de tonnes métriques de GPS,  ce qui équivaut à 75% de la croissance des émissions de CO2 entre 1990 et 2005. (Département de l’énergie des États-unis.).

 

Un expert en politique environnementale de l’université Oxford (Michael Wara ) est amené à conclure :

   Kyoto "was a diplomatic success, but environmentally it was a complete failure."


Le tableau précédent vaut pour
 2005…

 

----------------------------------------------------

Bof  se permet  de recopier le tableau suivant qui  établissait la  situation  en 2003 et ce que Bof écrivait à l’époque. Et qui est on ne peut plus explicite sur les efforts et réussites de chaque pays…

 

L’énorme majorité de ceux qui semblent avoir réussi, au-delà de toute espérance diraient les  naïfs,    sont  les pays ex-communistes…(la deuxième moitié)  Deux semblent faire exception à cette règle : l’Allemagne et la Grande Bretagne. l’un et l’autre  pays ont bénéficié de politiques ou  de situations déjà amorcées bien avant Kyoto.. (Kyoto n’y est pour rien) L’Allemagne bénéficie pour le calcul des  statistiques  de l’annexion de l’Allemagne de l’Est… et l’Angleterre avait  déjà commencé  à remplacer  le charbon par le gaz naturel  pour ses centrales thermiques. La poursuite de cette politique a amené une  baisse importante dans les gaz à effet de serre. La France avec ses centrales nucléaires qui produisent 80% de son électricité peut se permettre de faire cavalier seul. Tout comme le Québec avec son hydro électricité.

Situation en 2004.

Différence entre l’objectif fixé de Kyoto et la hausse réelle en % du PIB (qui devrait être éventuellement éliminé).

 

1. Espagne 34

2. Canada 32.6

3. Autriche 28.7

4. Luxembourg 28.3

6. Nouvelle-zélande 21.3

8. Italie 18.6

10. Portugal 14

11. Japon 12.5

Etc.

 Andrei Illarionov, ex-président  de l’Académie des sciences  de la Russie,  se vide le cœur, il  a toujours considéré Kyoto comme un « Auschwitz économique ».

A la tête de l’Académie des Sciences  de Russie, il s’était opposé à l’adhésion de la Russie au Protocole  qu’il considérait comme une farce. Poutine s’était fait tordre le bras par Tony Blair, qui en est bien revenu depuis, avec des promesses  de bonbons. Après sa démission, Illarionov se vide le cœur : « Le Protocole de Kyoto  est une menace pour la science et l’environnement, pour la santé et la sécurité publique, pour la croissance économique et pour la lutte internationale contre la faim et la pauvreté. Comme le fascisme et le communisme, le Kyotisme est  une menace  contre les libertés fondamentales derrière  un écran de fumée de propagande. Comme pour ces idéologies de haine de l’homme, la vérité prévaudra et il sera défait »

 

Un politicien (ou apprenti-politicien) risque sa carrière et fonce tête baissée dans le mur de l’hypocrisie officielle :

« Le Protocole de Kyoto est un énorme handicap  politique. Je pense que notre parti se retrouve dans le pétrin sur la question environnementale. En pratique personne ne sait vraiment ce qu’est le protocole de Kyoto ni ce que cela implique. »

Michael Ignatieff, principal candidat à la succession de Paul Martin, à la tête du parti libéral du Canada, parti qui s’est engagé envers le protocole…  mais les gaz à effet de serre ont augmenté de 24% sous leur règne de  huit ans.

 

Ce qui oblige le Canada  à saborder, faute de mieux, son économie de 30% dans les six prochaines années s’il veut garder sa réputation de scout exemplaire à la face du monde, du moins en face de Greenpeace. qui trouvera bien autre chose.

 

 17/03/07,

Et surtout, Gus, ne pas oublier que les vrais  joueurs, les plus sérieux, ne figurent pas parmi les trente cinq pays qui sont engagés face à un objectif.

Gus, les spécialistes, en particulier les  techniciens désespèrent de diminuer réellement les émissions de CO2 tant qu’on n’aura pas  réussi à « purifier » le charbon. Aux Usa,  un tiers des émissions viennent du charbon utilisé pour l’énergie thermique.­. Et quant à la Chine, l’équivalent d’une grande centrale thermique est construite chaque semaine  selon des méthodes dépassées.  La partie est perdue si on ne réussit pas  à régler le problème du charbon… … Du charbon blanc ? (on a bien du chocolat blanc) ? ou à tout le moins écologique ? Pourquoi pas une variété de charbon Greenpeace (grâce  aux investissements dans la recherche des fonds du mouvement)  

 

Malgré  toutes les catastrophes annoncées, publicisées,  la population  ne semble pas être trop émue. Par exemple, aux  USA,   depuis 20 ans,  le pourcentage de la population qui  affirment que l’environnement et la pollution sont  pour eux le principal problème, oscille autour de 3%. Il ne faut pas oublier pourtant qu’au pays de Bush, la Californie  et plusieurs autres états, ont  pris les mesures les plus radicales en matière de lutte contre la pollution, mesures qui peuvent servir de leçon à bien des donneurs de leçons,

 

 

Lettre des 100 savants  qui n’a pas été lue à Bali.

Dec. 13, 2007

His Excellency Ban Ki-Moon

Secretary-General, United Nations

New York, N.Y.

Dear Mr. Secretary-General,

Re: UN climate conference taking the World in entirely the wrong direction

It is not possible to stop climate change, a natural phenomenon that has affected humanity through the ages. Geological, archaeological, oral and written histories all attest to the dramatic challenges posed to past societies from unanticipated changes in temperature, precipitation, winds and other climatic variables. We therefore need to equip nations to become resilient to the full range of these natural phenomena by promoting economic growth and wealth generation.

The United Nations Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) has issued increasingly alarming conclusions about the climatic influences of human-produced carbon dioxide (CO2), a non-polluting gas that is essential to plant photosynthesis. While we understand the evidence that has led them to view CO2 emissions as harmful, the IPCC's conclusions are quite inadequate as justification for implementing policies that will markedly diminish future prosperity. In particular, it is not established that it is possible to significantly alter global climate through cuts in human greenhouse gas emissions. On top of which, because attempts to cut emissions will slow development, the current UN approach of CO2 reduction is likely to increase human suffering from future climate change rather than to decrease it.

The IPCC Summaries for Policy Makers are the most widely read IPCC reports amongst politicians and non-scientists and are the basis for most climate change policy formulation. Yet these Summaries are prepared by a relatively small core writing team with the final drafts approved line-by-line by ­government ­representatives. The great ­majority of IPCC contributors and ­reviewers, and the tens of thousands of other scientists who are qualified to comment on these matters, are not involved in the preparation of these documents. The summaries therefore cannot properly be represented as a consensus view among experts.

Contrary to the impression left by the IPCC Summary reports:

z   Recent observations of phenomena such as glacial retreats, sea-level rise and the migration of temperature-sensitive species are not evidence for abnormal climate change, for none of these changes has been shown to lie outside the bounds of known natural variability.

z    The average rate of warming of 0.1 to 0. 2 degrees Celsius per decade recorded by satellites during the late 20th century falls within known natural rates of warming and cooling over the last 10,000 years.

z    Leading scientists, including some senior IPCC representatives, acknowledge that today's computer models cannot predict climate. Consistent with this, and despite computer projections of temperature rises, there has been no net global warming since 1998. That the current temperature plateau follows a late 20th-century period of warming is consistent with the continuation today of natural multi-decadal or millennial climate cycling.

In stark contrast to the often repeated assertion that the science of climate change is "settled," significant new peer-reviewed research has cast even more doubt on the hypothesis of dangerous human-caused global warming. But because IPCC working groups were generally instructed (see http://ipcc-wg1.ucar.edu/wg1/docs/wg1_timetable_2006-08-14.pdf) to consider work published only through May, 2005, these important findings are not included in their reports; i.e., the IPCC assessment reports are already materially outdated.

The UN climate conference in Bali has been planned to take the world along a path of severe CO2 restrictions, ignoring the lessons apparent from the failure of the Kyoto Protocol, the chaotic nature of the European CO2 trading market, and the ineffectiveness of other costly initiatives to curb greenhouse gas emissions. Balanced cost/benefit analyses provide no support for the introduction of global measures to cap and reduce energy consumption for the purpose of restricting CO2 emissions. Furthermore, it is irrational to apply the "precautionary principle" because many scientists recognize that both climatic coolings and warmings are realistic possibilities over the medium-term future.

The current UN focus on "fighting climate change," as illustrated in the Nov. 27 UN Development Programme's Human Development Report, is distracting governments from adapting to the threat of inevitable natural climate changes, whatever forms they may take. National and international planning for such changes is needed, with a focus on helping our most vulnerable citizens adapt to conditions that lie ahead. Attempts to prevent global climate change from occurring are ultimately futile, and constitute a tragic misallocation of resources that would be better spent on humanity's real and pressing problems.

Yours faithfully,

[List of signatories]

Copy to: Heads of state of countries of the signatory persons.

 

 

Suite : mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,  F , G

 

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

survivre comme ultime argument… contre la panique

Et

Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

Et

 

Kyoto comme mythe et Kyoto comme réalité

Kyoto pour les nuls ou pour ceux qui font semblant de l’être  

 

 

 

 

 

 ET PLUS ENGLOBANT…

Ecologie et catastrophisme

Accueil 

Mémoires d’outre tombe ou histoire vécue de l’alarmisme  au vingtième siècle

Titres de noblesse écologique et chemin de Damas

Brigades de choc et nouveaux croisés. Les faits, les idées, les passions. Du rationnel à l’irrationnel. Du casseur au philosophe.  L’univers des groupes de pression intéressés.

Alarmisme systématique : nature-dangers-pratique

Tableaux et graphiques  qui parlent de réchauffementArt de mentir sans mentir mais

Statistiques et bikini. Mythes, erreurs et réalité. Du bon usage des chiffres.

 (courbes apocalyptiques --  faim dans le monde --  disparition des espèces --  surpopulation --    déclin des forêts -- El Nino – déchets -- température et réchauffement)

Statistiques et bikini (2)

  (pluies acides -- poumons de la terre --  victimes de la pollution – Seveso --

     jouets en PVC dioxines -- hivers d’antan --  Tchernobyl -- énergie éolienne)

Statistiques et bikini (3)

  (Effet de serre -- Onu : IPCC – arctique -- couche d’Ozone -- certitudes et incertitudes -- modèles informatiques --  températures passées – facteurs à considérer)

Greenpeace ou les déboires de la vertu.

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)