Profbof.com

(thèmes ou chapîtres)

(Bestbof) Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

 

Qui suis-je ?

 

Le charme irrésistible des femmes musulmanes

                                                            Par le Prof Bof

 

 

 

Capsules les plus consultées  

en janv. 10

 

Filter bestbof - Exclude Filter xml: 245 different pages-url
Total: 893 different pages-url

Consultation des pages

 en janv. 10

(PAGES  les plus CONSULTÉES) 

 

Exclude Filter xml: 540 different pages-url
Total: 921 different pages-url

Viewed

/consommation/index.htm

859

/islam/femmecoran.htm

565

/ecologie/tableaux.htm

557

/travail/

548

/index.htm

489

/industrie/index.htm

347

/gauchedroite/democratie.htm

315

/terrorisme/histoire.htm

307

/sexualite/sexea.htm

300

 

 

 

Visites en 2010

 

Month

Number of visits

Pages

Jan 2010

10183

28809

Feb 2010

0

0

Mar 2010

0

0

 

Total : 2005-2009

Visites : 755 086

Pages consultées :

1 514 714

 

 

 

A propos de

l’être humain

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

(12 traits SPÉCIFIQUES)

 

 EVOLUTION

(hasard et finalité)

 

LIBERTÉ

( ILLUSION ou réalité?)

 

CRÉATIVITÉ    

 (nature et pRATIQUE)   

 

SEXUALITÉ (SPÉCIFICITÉ HUMAINE ET PRATIQUE)

 

AGRESSIVITÉ (SOURCES ET CONTRÔLE)

 

TRAVAIL (Nature, ÉVOLUTION  historique)

 

TOLÉRANCE  TEST .(Jusqu’où?) +

 

Relativisme éthique

 

 

quête du bonheur

 

 

Petite histoire

des mentalités

 

MENTALITÉ PRIMITIVE

(MYTHE, MAGIE, ETC.)

 

 L’APPORT GREC

CONCEPTS  ET PRINCIPES NOUVEAUX,

 

Monde CHRÉTIEN

(moyen age)

 

Monde moderne 

(16ième siècle)

 

(récents)

 

islam, islamisme, mahomet et le coran.

 

 Alarmisme et catastrophisme

 

 

La quête identitaire.

(fACTEURS, ÉVOLUTION)

 

 

gauche / droite

pOLITIQUE, ÉCONOMIQUE.

 

eINSTEIN EN IMAGES.

 

société de consommation

vALEUR ET DANGERS

 

Mondialisation

 

le terrorisme

HISTOIRE ET TECHNIQUES.

 

 

 Écologie et catastrophisme

 

 

 LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

 

 SUITE.

Petite histoire

des mentalités

 

 

 LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

 

 

 19IÈME siècle (Scientisme)

 

 Le 20E siècle

 

 

. Le 21e siècle

 

 

 

LE FEU SOUS LE BOISSEAU.

 

 Moralité et mode vestimentaire.

 

Gus comment comprendre la burqa dans certaines cultures?   Deux hypothèses :

 

1. Les femmes sont d’un charme absolument

irrésistible, de la pointe des pieds  à la calotte crânienne et un peu plus. Elles sont donc menacées perpétuellement.  Le voile ou la burka est la seule défense permise et efficace contre les brutes et les satyres qu’elles  peuvent rencontrer hors de leur domicile.

 

(Paul Claudel a déjà dit que  les belles femmes étaient un danger public  et que l’on devrait les mettre en prison. Les talibans, du même avis mais plus ingénieux, ont inventé la prison-mobile pour parer à tout danger…  comme la pape-mobile). Il est vrai que  le prophète Mahomet, un connaisseur,  a dit : ´La plus grande tentation pour l´homme est la femme´.

« Si vous placez de la viande dans la rue… et que des chats viennent la manger, qui doit-on blâmer, les chats ou la viande? » Haut dignitaire musulman d’Australie

 

19 mars 2009. Gus, deux ans plus tard, le même imam se fait prendre les culottes baissées. Il a été filmé en train de défoncer à coups de pieds la porte de sa mosquée… avant de prévenir la police de vandalisme islamophobe.

 

 

2. Les hommes s’excitent facilement sans Viagra et sont faibles et sans contrôle sur  leurs envies une fois la mise à feu.  Pour ne pas brûler vaut mieux mettre le feu provocateur sous le boisseau ou sous la burka … ou se marier disait le vieux saint Paul… pis encore !  peut-être  le ice-pack comme solution, à défaut  de harem.

 

Autrement dit; le grand art de gérer les excitations ou les tentations comme on disait au Moyen Age.

 

Parallèlement devrait-on inverser ces hypothèses en Occident?

 

1. Les femmes manqueraient  décidément de charme et ne jouissent  que d’un pouvoir de séduction fort restreint de sorte qu’elles doivent compenser par  la superficie exposée  ou les liftings répétés pour arriver à stimuler un partenaire éventuel, même d’occasion.

 

    Et ceci, Gus, sans compter sur la  concurrence, à visage découvert,  de trois milliards de «rivales» et, pire, sans compter sur la compétition des milliards de beautés qui n’ont qu'une existence virtuelle toutes voiles dehors.

 

2. Les hommes.  impassibles ou frigides ou usés ou ne sachant où donner de la tête  et du reste,  ont recours à la pilule bleue pour suppléer aux limites des excitations venant de l’environnement.

 

Gus, deux conceptions du mariage :

Le mariage comme boite à surprise

 ou le mariage  comme trêve entre  deux courses.

 

 

Gus, quand Marx parlait de l’accumulation du capital, penses-tu qu’il avait en tête  la polygamie? De ce point de vue, l’Occident semblerait plutôt porté de plus en plus vers  le partage, vers un socialisme de bon aloi.

 

 

Gus, Bof est du même avis que Mahomet et pense que les femmes sont fort excitantes, dangereusement excitantes… Mais avec le temps, passé un certain seuil, n’y aurait-il pas lieu de leur donner congé, congé  de voile ou de cloître ou de prison.

 

Heureusement qu’il n’y a pas d’homosexuels en Islam… Bof se demande comment ils devraient s’habiller ou se couvrir pour ne pas être des tentations permanentes pour ceux qui ont le goût à la chose.

 

 

 

 

La burka post moderne. 

 La honte du corps, du moins de son corps,   conduit à un  reformatage constant et institutionnalisé. Mémé n’a plus le droit d’être mémé. Une quelconque tolérance pour pépé.

 La chirurgie, la chimie, l’industrie,  le commerce, l’ingéniosité  viennent voiler, camoufler  ce vieux corps de misère qui suit son destin tant bien que mal.  On  coupe par ci, on gonfle par là,  on rétrécit, raccourcit ou rallonge au besoin, on siphonne ou  on injecte,  on efface ou on souligne, on camouffle ou on  exhibe,  on extirpe ou épile par ci  et on  transplante  ailleurs et, le fin du fin, on installe une armature de fils tenseurs pour retarder l’affaissement des chaires ou les recoller, etc.  C’est l’avenue la plus lucrative de la technologie moderne empruntée à la suspension des ponts.

Même les icônes n’y échappent  pas : pour avoir le privilège de faire la une des revues,  les fesses de Simone de Beauvoir sont passées ou repassées au Photoshop. La grande prêtresse de l’égalité  n’a même plus le droit d’avoir des fesses comme tout le monde, du moins comme toutes les femmes.  Gâtés, on attend avec impatience l’anniversaire (naissance, mort, La Nausée, L’Être et le Néant,) qui nous permettra de voir en une Jean Paul Sartre à poil, restauré, revampé au goût du jour grâce à Photochoppe, nouvelle fontaine de jouvence.

 25 sept. 09. Le suicide de  Nelly Arcan. Un cas tragique d’une praticienne  assidue pour illustrer la burka  post moderne ; le refus obstiné, radical,  de vieillir. La chirurgie pour lutter contre la mort, ou ce qui parait tel.

«  Quand j’ai eu 15 ans j’ai voulu en avoir 10, pour moi 10 ans était l’âge de la perfection de la peau et de la jeunesse non entamée, pour moi c’était l’âge d’avant la crevaison de la puberté »  L’enfant dans le miroir

Elle avouait dans une interview aux Francs Tireurs

 

« Elle m'a dit qu'elle vivait constamment dans le regard des autres, que lorsqu'elle entrait dans un appartement, elle devait toujours sentir qu'elle est la plus belle, la plus désirable, qu'elle voulait toujours faire tourner les têtes sur son passage »...

"À la fin, ça devient mortel", m'a-t-elle confié (Martineau)

Qui dit mieux ?

Ô temps, suspends ton vol !

Gus, rien de plus difficile que de photographier le temps, il bouge constamment.  C’est doublement difficile si on efface les rides ou démoli les murs délabrés.

Et si l’on revenait à la burqa

.

« Alors que les débats entre Al-Gazzali et Averroès portaient sur des questions abstraites et universelles, ceux d’aujourd’hui ont pour objet la longueur, la largeur et la couleur du voile de la musulmane. Il y a des siècles, Dieu présidait aux grands débats philosophiques entre musulmans, aujourd’hui beaucoup d’ignorants en ont fait un simple tailleur. »

maleK chebel, LIslam et la raison. Le com bat des idées, p. 68

 

 

 

 

 

justification de la burka….

 

Une raison plus profonde pour certains « théologiens »,

 

Gus, tout mâle bien constitué peut penser que toute la femme est sexée et de  bout en bout, du moins au temps des fréquentations… Mais certains rigoristes musulmans font un pas de plus : toute la femme est sexe… Tu saisis la différence…   Un iman en autorité à l’université El Azhar  s’adresse à une spécialiste du droit islamique.   "Tu es une "Aoura" de la tête aux pieds, tes cheveux sont "Aoura", tes yeux sont "Aoura", tes mains sont "Aoura" et même ta voix quand tu parles est "Aoura", tu n’as donc pas le droit de parler ni de chanter pour d’autres que pour ton mari."

 

Que signifie Aoura ? un terme délicat pour « partie honteuse ou intime »

 

Une fois cette petite nuance abolie  entre sexée et sexe, la suite est d’une logique impeccable,  du moins d’après nos propres mœurs ou de ce qui en reste. Tu y trouves, Gus,  la raison fondamentale pour justifier le voile intégral.   Aucune femme ne voudrait se promener sur la rue avec le sexe au vent, la vulve à l’air,  aux prises avec les regards libidineux de ceux qui ne rêvent ou ne pensent qu’à ça.

 

Tant qu’à y être, pourquoi pas une burka pour les mots  trop sexés, femmesfesses, seins, cuisses, aoura, etc.

 

On n’a plus les bombes qu’on avait…

 

 

Gus, un  malheur n’attend pas l’autre : UNE NOUVELLE BOMBE ÉCLATE EN AFGHANISTAN comme s’il n’y en avait pas eu assez.

Miss Afghanistan  est élue MISS MONDE. Le peuple est atterré devant   le scandale. On s’apprête à lui interdire  le retour en Afghanistan, après un séjour prolongé aux USA, sous  peine de subir la justice des Mollahs en attendant celle d’Allah; une telle exhibition est scandaleuse et il faut  prévenir toute contamination par ce produit  des  civilisations décadentes.....  Les Américains par contre, de peur que la bombe ne leur éclate à domicile,   songe à la larguer en burka et en parachute dans un village lointain de son pays où seul  son éventuel mari  saura, un jour, qu’elle fut belle autrefois  et feindra d’ignorer qu’elle fut Miss Monde de peur de passer pour un collaborateur. Ce sera leur petit secret d’alcôve.

 

Gus, tu vois où on s’en irait si toutes nos bombes atomiques se muaient tout à  coup, comme eau en vin,  en bombes incendiaires de ce nouveau genre. Quel feu d’artifices !

 

Gus, un conseil entre nous…

Gus, sois quand même prudent avec les femmes voilées. Comme elles ne peuvent, pour  séduire, afficher  les circonvolutions et les méandres  de leur nombril,  ni  miser sur un entrebâillement prometteur de l’entre deux seins, elles doivent concentrer leur pouvoir de séduction dans leur regard, leur sourire et dans  la finesse de leur conversation.  Un trio qui peut être de la véritable dynamite, dirait un publicitaire de MacDonald.

 

              Malgré les conseils de Bof, Gus, imprudent,  a succombé

 VOIR : GUS SE FAIT UNE COMPAGNE MUSULMANE

 

 

 

Le droit au viol (à défaut de voile)

Des violeurs ont été convaincus que les femmes non voilées sont des salopes qui ne demandent qu’à être violées et ils s’engagent à les satisfaire,…  en « gang » au besoin, pour les plus exigeantes ou en cas de défaillance individuelle. On ne lésine pas sur le service.

Des viols collectifs ont en effet  lieu dans plusieurs pays occidentaux… Une épidémie a eu lieu à Sidney :  sur des « truies australiennes » se défendent les violeurs. A la Cour suprême un violeur pakistanais a prétendu que ses victimes n’avaient pas le droit de se refuser vu qu’elles ne portaient pas le foulard et qu’elles étaient des salopes. Ce droit de « les sauter »  est proclamé par certains muftis importants en Australie et au Danemark. Une manière de se porter à la défense des bonnes mœurs… dans le vêtement du moins.   Deux sur trois  des viols collectifs à Oslo sont le fait d’immigrés musulmans  et  80% des victimes sont des femmes norvégiennes.

Un  professeur d’anthropologie d’Oslo, Unni Wikan, arrive à la conclusion  que  les femmes norvégiennes sont responsables  de leur viol et que c’est aux  femmes, dans leurs vêtements, de s’adapter à la société multiculturelle … pour assurer l’harmonie et la paix dans la société. (Et si encore on pouvait trouver  des burqas chez Wal-Mart. !)

Dans « L’enfer des tournantes », Samuel Bellil fait le relevé de situations semblables  dans les banlieues  « musulmanes  » de  France.

« Certains jeunes sont pris dans une contradiction entre le rigorisme de leurs origines culturelles (intégrisme religieux, intouchabilité de la femme, polygamie...) et un environnement culturel très fortement érotisé.

 « 
Le flirt est proscrit, l'amitié fille-garçon aussi, et la tension sexuelle est exacerbée. La seule éducation sexuelle que reçoivent ces jeunes est celle de films pornographiques, ils n'ont aucune autre image de la relation amoureuse. »

Évidemment les journaux ont tendance à minimiser le fait et surtout à ne pas faire état de l’aspect culturel  des viols de peur d’être accusés d’islamophobie avec les conséquences habituelles selon les législations récentes.

« Un peu plus loin, un peu plus haut »

 Et pourquoi pas le meurtre ?…

La jeune Aqsa Parvez - présumément étranglée par son père parce qu’elle refusait de porter le hijab (Peel, Ontario)

Autre meurtre.

Rafia Zakaria,  une avocate pakistanaise, commente la  mort tragique et mystérieuse d’une politicienne musulmane norvégienne d’origine pakistanaise qui militait pour l’interdiction du voile à l’école

« Ces menaces et cette mort tragique sont des marques indélébiles dans la conscience des musulmans du monde entier. Quand les femmes musulmanes en Occident élèvent leur voix en faveur du hijab et proclament leur droit de le porter, elles doivent également reconnaître la réalité de l’oppression que subissent les femmes musulmanes qui refusent de le porter…

 C’est seulement en souscrivant sans équivoque à la liberté de s’opposer au voile que les musulmanes européennes peuvent revendiquer le droit de l’appuyer. »

 

 

Gus, on peut considérer le sentiment de  pudeur et son corollaire le vêtement, de la burka  et du chador  à la feuille de vigne, au pagne et à  la corde de luxe, comme un phénomène universel à de très rares exceptions. Il est d’usage chez les adultes des deux sexes de voiler de façon plus ou moins efficace certaines parties du corps. Et cela même dans les pays chauds où pourtant on aurait bien raison de ventiler  les organes.  Et partout, à moins que ce ne soit au cabaret et que les spectateurs aient payé pour voir la performance, la copulation est considérée comme un geste privé.

 

 Bof a une sainte horreur  des pseudo complots, mais il se demande parfois si  la mode du « nombril à tous  vents » ne serait pas un sursaut de générosité de l’Amérique profonde pour économiser un peu d’étoffe et ainsi  fournir  des burkas là où on le désire; toute l’opération viendrait d’un louable souci de multiculturalisme.

 

Dans nos civilisations modernes, tout nous pousse  à regarder par-dessus ou par-dessous, « à deviner à travers. ». Par opposition, dans le monde animal, aucun sens de la pudeur, à part quelques primates dévoyés qui font les clowns et qui singent  l’homme.

 

Gus, sois positif et vois grand : on a parlé des restes humains. Le string est un reste d’humanité et un dernier hommage, peut-être ultime,  au sentiment de pudeur.  Certains en sont venus à penser que la pudeur n’était qu’une boucle ou un fion dans l’histoire : après une brève période de valorisation du vêtement, sponsorisée par les boutiques,  l’humanité retournerait à la belle nudité de ses lointains ancêtres, assumerait son animalité,  du moins là où  le climat le permet. 

 

Et si les camps de nudistes étaient déjà pleins de ces pèlerins de l’avenir !

 

Le  tabou de la pudeur pourtant est tel, peut-être pour quelque temps encore, que ceux ou celles qui osent le violer  sont rémunérés pour leur mise à poil comme autrefois on se rassemblait sur la place publique pour voir les mises à mort. . Et les voyeurs sont lourdement taxés. Gus, n’oublie pas l’évolution récente de notre espèce : l’être humain s’appelle aussi, dans les livres savants, HOMO MONEYMAKERUS POST-MODERNUS. Ah! Le latin!

 

On peut imaginer que si un jour certains animaux franchissaient la barrière spécifique et si s’allumait en eux le lampion de la conscience, le prix d’entrée des zoos doublerait car les singes et autres mammifères, au nom de l’équité salariale, exigeraient une rémunération spéciale pour s’exhiber, forniquer à poil et au vu et au su  d’un ensemble de voyeurs ou tout simplement pour une petite danse à $10.

 

 

 

Compléments : Ce que rapporte  les danses à dix piastres  en pourboires selon le cycle  de la performante. Modèle de recherche scientifique.

 

Voir aussi; un GPS  musulman  pour éviter de faire pipi dans la direction de la Mecque. Voir Noel chez Bof et Gus.

 

Retour à l’index des capsules >>>>

 

BRICOLAGE

et jardinage

 

GÉNÉALOGIE