>

 

 

La Révolution

INDUSTRIELLE

Par le Prof Bof

 

(18ième  siècle)

Où enfin la machine travaille plus que l'homme… !!!

et les optimistes croient que bientôt on n'aura plus à travailler... ou si peu.

Enfin ! le vieux rêve de l'humanité est à un siècle ou deux  près.

Certains, déjà dit-on,  aiguisent leur crayon pour nous préparer à la société des loisirs  et nous aider à lutter contre l’ennuie des temps libres qui menacent l’humanité.

Faust  * peut entonner son grand air :

(*Gus, c'est un personnage de Goethe devenu personnage d'opéra)

 

"A moi les plaisirs,

à moi les loisirs,

à moi les vacances...

Bye! Bye! travail.

Mon bikini, ma brosse à dent."


Mon cher Augustin,  comme d’habitude nous verrons les avantages et les points positifs de cette évolution du travail humain ainsi que les conditions sociales qui en ont permis l’éclosion ;  nous nous arrêterons également sur les aspects négatifs, sur les coûts payés en particulier par les premières  générations  auxquelles nous devons notre richesse d’aujourd’hui.

MAIS AVANT j’offre ici à ta réflexion quelques éléments en vrac pour une mise en contexte, sur le progrès, sur l’évolution des derniers siècles, sur les causes de la richesse et de la pauvreté, sur les valeurs, sur le mérite... etc.

 

Un peu d’histoire….Travail, technique et richesses.

 

 

Mon cher Gus,  un petit détour par l'histoire s'impose ne serait-ce que pour comprendre mieux les problèmes d'aujourd'hui...

 

Le problème de l’heure. A propos de la richesse actuelle des pays dit développés, s'agit-il...

d'une échappée d'un tiers de la population mondiale hors de la pauvreté millénaire de l’humanité

ou l'appauvrissement systématique d'un tiers au profit de l’autre ?

 

Problème d'une actualité criante si l'on veut comprendre certaines formes de ressentiment et  des frustrations devenues dangereuses  en ce tournant de siècle.

 

 

Une certaine version de l'histoire: les colonisations…

"Les Européens étaient agressifs, impitoyables, cupides, hypocrites, dépourvus de scrupules; et leurs victimes, des êtes innocents, heureux et sans défense, --des victimes impuissantes et donc exploitées sans vergogne."

 Résumé par D S. L

 

Gus, une fois que tu auras versé quelques larmes, même quelques sanglots à la lecture de ce texte …pour payer ton tribut à la rectitude politique, marche sur ton cœur, si tu en es capable,  et essayons ensemble de voir les faits à tête froide.

 

 

Gus, il y avait ceux qui savaient :

 « Prophétiser que la France, privée de son empire, serait vouée au déclin économique, est proprement démentiel (…) En dehors de la France, l’affirmation selon laquelle les empires coloniaux sont en général, au xxe siècle, de mauvaises affaires a cessé depuis, longtemps de passer pour un paradoxe; elle est tenue pour une banalité » Raymond Aron. L’Algérie et la république. Plon 1958

 

et il y avait ceux qui pensaient  savoir :

« La supériorité technique du mode de production socialiste planifié sur la production capitaliste, est un fait  massif et incontestable » 

 Maurice Duvergé. Introduction à la politique. Gallimard. 1964

 

 

Comment une collectivité devient-elle riche ?    

 

 

Vieilles recettes  pour augmenter la richesse.

 

Prison ship with the wind in its sails

La conquête territoriale, la spoliation et la colonisation.

 Pratiquée par à peu près tous les pays qui en avaient les moyens.

 De l'Assyrie aux temps modernes en passant par l'Égypte, la Perse, Rome, l’Arabie, l’empire mongol, l'empire ottoman, l’expansionnisme Zoulou et des Ashanti et presque tous les grands pays d'Europe, de Lisbonne à Moscou, qui s’y sont essayé depuis deux ou trois siècles jusqu’à la deuxième moitié du siècle précédent..

 

 

 

L'esclavage. Une importation forcée de main d'œuvre  (pendant trois siècles par les pays occidentaux, du dixième siècle à aujourd’hui (Somalie) dans des pays musulmans)

 

 

pyramide en construction

 

 

 

Redoublement de l’effort. Recette fondamentale Multiplication de la main d’œuvre et des heures de travail.

 

A partir du dix-huitième siècle, un fruit semble mur et on tente un nouveau truc, une nouvelle clé qui ouvre les portes du progrès. Une révolution qui se préparait mentalement et techniquement depuis la fin du Moyen âge.

 

 

Si au lieu des armes, du pillage, de l'exploitation, si au lieu des bras, les siens et ceux des autres, on mettait la tête, la créativité, l’invention au service des bras  pour augmenter la force de travail et multiplier la productivité.

On assiste alors à  UN SURSAUT DE L'INVENTION TECHNOLOGIQUE qui débute en Angleterre pour s’étendre par la suite à une bonne partie de la planète.

 

 

 

"A partir du dernier tiers du XVIIIe siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation qui ait jamais affecté les hommes depuis le néolithique : la révolution industrielle. Pour la première fois dans l'histoire, le pouvoir humain de production y est libéré, les économies peuvent désormais fournir, en les multipliant sans cesse jusqu'à nos jours, des biens et des services mis à disposition d'hommes toujours plus nombreux.(...) Peu à peu, tous les domaines de la vie sont atteints et transformés : travail quotidien, mentalités, cultures."

Jean-Pierre Rioux

 

Pour en mesurer la portée…

Si on reculait par la pensée de deux ou trois siècles

 

Ah ! Quel heureux temps où le tiers-monde n'existait pas! Où le tiers était l'entier !

 (Gus, les tiers sont des moitiés en  mathématiques historiques)

 

 

Ah ! Temps bénis où le ressentiment, la  frustration, l'humiliation, la jalousie, les comparaisons odieuses et humiliantes  n'existaient pas et où les tours pouvaient se tenir debout sans être une provocation.

 

Heureux temps où tous les peuples se dressaient  les uns contre les autres par les armes mais étaient unis dans  une même enveloppante pauvreté.

 

 

 

 

Des spécialistes ont tenté de comparer les niveaux de vie au siècle précédant la révolution industrielle en Angleterre (vers 1680).

La conclusion la plus acceptée : de l'Orient à l'Europe  le niveau de vie était à peu près semblable, au plus un rapport de 2 à 1, certains favorisant l'Orient, d'autres l'Occident.

Un peu partout quelques grandioses monuments,  quelques palais somptueux et la grande masse de la population au niveau de subsistance (survivre et se reproduire) à peu près comme dans les pays du tiers-monde d'aujourd'hui.

 

Aujourd’hui l'écart de revenu par tête  entre la nation industrielle la plus riche, disons la Suisse, et le pays non industriel le plus pauvre, le Mozambique, est environ de 400 pour 1. Plus juste, en parité de pouvoir d'achat, l’écart serait en 1996  de  80 pour 1. Il y a deux siècles et demi, cet écart était probablement  de 5 pour 1.

 

Ouille! Le grand écart, ça fait mal !

 

PROBLÈME IMPORTANT : découvrir l’origine ou les causes de cet écart qui n’a cessé de grandir depuis deux siècles.

C’est l’ambition de ce site.

 

                                                     

Gus, rigolons sérieusement…avant de passer aux choses sérieuses…

Un nouveau Colomb découvre le Vieux monde

Un pasteur  fraîchement nommé dans un bled du  Quart-monde.

Ayant remarqué autour de la chapelle certains abus de nicotine et d'alcool, le dimanche suivant il s’enflamme et à bout de menaces, il fulmine  en chaire:

"Vous allez tous mourir à 40 ans".

L'après midi, grande fête autour de la chapelle. Tout le monde y est, cigarette au bec et bouteille à bout de bras.

Inquiet, le pasteur s'informe: " On célèbre votre bel optimisme, Monsieur le Pasteur : personne ici au village n'a jamais dépassé le cap des quarante ans"

 

Celle-ci est tragiquement vraie, Gus. 

Causes et effets inattendus…

Avant que Pasteur  invente les microbes...

Les fidèles des religions (juive et musulmane), obligés de se laver les mains avant les repas avaient une longévité plus grande que les autres.

 

Fait étonnant pour l’époque mais mal leur en pris… En temps de peste ou d’épidémie, on les accusait d'empoisonner les puits...  vu qu'ils s'en tiraient mieux que les autres.

 

Dans la même veine, Mon cher Gus, pourrais-tu me dire pourquoi en temps de peste les boulangers mourraient avant les forgerons ? ….Ce n’est pas une colle mais un fait authentique et un peu de logique….

 

Extrait de INDUSTRIE

 

 

ACCUEIL Les diverses sources de richesse et l’écart entre les nations.

Vrais et faux responsables de la richesse des nations.

Les multiplicateurs de l’efficacité humaine.

Mathématiques philosophico-morales. Les vrais et les faux

GAINS DE LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE + réflexions sur la valeur des choses.

Coûts  de la RévOLUTION IndusTrielle. Conditions sociales du travail.

Un mythe persistant : la machine crée le chômage.

Dix recettes pour demeurer ou s’enfoncer dans la misère.

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

GÉNÉALOGIE

(récents)

1. eINSTEIN EN IMAGES.

2. société de consommation

3. Mondialisation

4. quête du bonheur

5. le terrorisme

 

6. Écologie et catastrophisme

 

7. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

 

Pour nous rejoindre