« entre le rire et les larmes »

 

Marek Halter

 s’en prend aux José Bové de la planète…

A propos des Jose Bové qui arrachent les blés transgéniques…

 

 

 

 « A qui pensent-ils en le faisant ?

A nous, hommes rassasiés ?

 Ont-ils réellement peur que ce maïs nous fasse mal à l’estomac ?

Ou défendent-ils tout simplement leurs intérêts, le prix de leur propre production ?

Si la générosité les démange, pourquoi ne se préoccupent-ils pas de ces millions d’enfants squelettiques, le ventre gonflé par la faim, que ce maïs dix fois moins cher que le leur et qui n’a pratiquement pas besoin d’insecticide ou d’eau, aurait pu soustraire à la mort?

 Pensent-il parfois, paradant sur leurs tracteurs neufs, à toutes ces vies que les produits transgéniques pourraient sauver ?  

Je suis partagé entre le rire et les larmes.

 Je me revois là-bas, en Asie centrale, petit squelette ambulant, à manger les bouses de vache que mes camarades et moi avions séchées au soleil comme des galettes. Cette nourriture de fortune n’était pas plus saine que le maïs transgénique. Elle nous a sauvé la vie. »

MAREK HALTER. JE ME SUIS RÉVEILLÉ EN COLÈRE LAFFONT. 2007 p.60

 

Gus, une première, josé change son fusil d’épaule

Voir : José Bové contre-attaque sournoisement  MacDonald