L’invention ET LA CRÉATI VITÉ  AU COEUR DU RÉEL

 

 

.

Gus, la créativité est au coeur de l’être. La créativité humaine pourtant si riche n’est que l’ultime manifestation (ET RÉSULTAT) de cette créativité omniprésente dans l’ÊTRE  ET LA NATURE.  Bof en parle moins dans ce site parce qu’il en a été question ailleurs… entre autres pour célébrer les  trois grands moments  de création ou de créativité qui s’identifient avec les grands sauts qualitatifs de l’évolution qui sont autant de niveaux d’être. 1 Le passage du néant à l’être . Une description  vivide  comme si Bof et toi y étaient  2.  Le passage de la matière à la sensation. Un jour la matière se mit à ressentir  quelque chose… et cerise sur le Sunday, la matière d’un sexe commença, surtout les samedis soir, à attirer la matière d’un autre sexe. Du jamais vu comme phénomène d'attraction et de multiplication des masses (Voir. Hasard et finalité : organes, érection, orgasme)  Ces simples inventions, encore de service, nous épateraient si une certaine science ne nous avait convaincus qu’il ne s’agit que de hasard, d’erreurs dans la  transmission génétique et d’heureux adons. 3)  La nature fait un autre grand spécial, sort son édition du samedi-dimanche selon  certaine description : l’Esprit vint à un  quelconquepithèque. Et l’homme se mit à  réfléchir en attendant que Charlemagne invente  l’École.

 

A coté de ces prouesses, qui portent sur l’infiniment improbable ou presque impossible,  la créativité humaine, que ce soit celle d’Einstein ou d’Edison, qui porte en somme sur l’infiniment banal,  a l’air d’une  bricoleuse de  hochets pour poupons.  C'est vrai qu'elle a comme excuse de ne pas être le Hasard.