ART DU MAQUILLAGE ET MÉTAPHYSIQUE

 

 

 

 

L’ « INTELLIGENT DESIGN » 

 

 

 Bof, on parle beaucoup de ce temps-ci surtout aux USA de l’« intelligent design ».Y a-t-il-  une différence avec ce que tu sembles vouloir suggérer depuis le début ?

Gus,  avant même d’aborder  le sujet, quelques distinctions importantes sont de mise  ne serait-ce  que pour clarifier un peu le problème et pour éviter de multiplier les sottises qu’on entend souvent.

Gus, ton prof a déjà traité  des notions pertinentes ailleurs… Mais il en fait ici un résumé pour aider à comprendre cette controverse sur « l’intelligent design» » et la situer dans son contexte américain.

 

L’intelligence a de la difficulté à accepter que ce crayon de maquillage est le fruit d’une rencontre fortuite d’atomes surgis du néant….mais cela va de soi, évidemment, pour le visage derrière le crayon. 

Du moins à ce que l’on dit

 

 

 

Avant d’aller plu loin…

Gus, distinction extrêmement importante

… si tu ne veux pas  dire des sottises comme ton Prof a lues dernièrement dans un magazine assez respectable : « 60% des Américains, y disait-on, croient que l’univers a été créé en six jours ouvrables il y a dix mille ans »

 

Gus, cette débilité mentale, celle de la journaliste,  s’excuse par une confusion dans le vocabulaire, surtout autour du mot créationnisme  ou création.

 

Version musulmane du créationnisme.

Dans un livre luxueux, Harun Yahya, écrivain turque, ne prétend pas que la création remonte à cinq ou six millénaires. Mais le montage photographique tend à refuser  l’idée d’évolution en ce sens que les plus anciennes formes de vie    correspondent aux formes de vie actuelles…

Sens littéralement biblique : l’origine du monde est conçue telle que  décrite dans la Bible. Mot pour mot.  Un travail expéditif de six jours il y a à peine quelques milliers d'années.    Ceux qui  y voient une vérité le prennent aujourd’hui de  façon métaphorique ou si l’on veut le prennent pour une  poésie métaphysique.. qui véhicule  un message capital….  Et cherchent ailleurs  l’origine  de la semaine de sept jours et du  repos dominical que l’on pratiquait autrefois et que l’on a remplacé par la semaine de  40 heures  (ou de 35 heures pour les travailleurs plus efficaces ou mieux syndiqués). On peut trouver évidemment, soit par nostalgie,  esthétisme ou ignorance préscolaire, quelques fondamentalistes  qui pratiquent  « un littéralisme »   qu’on aime bien stigmatiser… pour faire de la copie journalistique…à défaut des soucoupes volantes ou des extra-terrestres ou d’un dernier complot qui se tienne bien.

 

Sens  large et dérivé : au principe des choses et de l’évolution, il y a un principe supérieur et organisateur dont les êtres finis dépendent.

 

C’est le sens évidemment de toutes les religions, de la grande majorité des philosophes, de Socrate à Aristote en passant par Platon,  de la tradition philosophique fortement majoritaire, en passant par Voltaire,  et probablement par 60 % des témoignages récents  de tendances diverses  que Bof a colligés dans les pages précédentes  et…   fort probablement de la majorité des Américains… qui si l’on compte les prix Nobel et les universités ne sont pas tellement plus stupides que les autres.

 

Prétendre que 60% des Américains sont créationnistes dans le premier sens frise la débilité mentale  de celui ou de celle qui énonce le jugement.   Prétendre  qu’ils sont créationnistes dans le deuxième  sens, c'est  pour bien des gens faire honneur à leur jugement et à leur sens de la contingence des choses, de la leur en particulier.

 

 Gus, on pourrait imaginer un sondage inversé avec la question suivante : Croyez vous que l’univers et la totalité des êtres viennent  du néant et que leur évolution est le fruit des rencontres fortuites des atomes jaillis  on ne sait d’où… , le tout  et vous-même évidemment, le fruit d’un pur hasard. De l’amibe à votre propre existence.

 

Augustin, pose la question dans un pays ou l’autre. Soustrais les réponses affirmatives de cent. Et tu auras le pourcentage de créationnistes dans cette population.

 

Autrement  dit : un choix  s’impose entre les deux options les plus fondamentales et radicales, le reste est de la frime…

 

Du néant à l’être….

 

Ou

 

De l’Être à l’être

 

Ou  vu d’une autre façon. :

 

Le plus vient du moins. (1 de 0)

 

Ou

 

Le moins vient du plus. (.1 de 1)

 

Et le problème est bien secondaire sinon insignifiant du nombre d’étapes (1, 10, 1000)  des évolutions qui ont conduit au stade final, toi pis moi, mon cher  Gus,

 

 

 

 

Les connaître peut satisfaire une curiosité légitime… mais ceci n’élude d’aucune façon le point de vue philosophique, qui n’est pas seulement une question d’option mais d’usage de l’intelligence dans ses exigences les plus fondamentales…

 

Voir suite : création et intelligent design

et aussi

Hasard et finalité