LE PACIFISME A GOGO

ou le prêt-à-penser  pour cerveau attendri

 

Par le Prof Bof.

 

 

Depuis quelque temps un romancier nous assomme  à la radio avec un  pacifisme à gogo des années trente, avec, évidemment, les marchands de canons et les pétrolières  comme instigateurs des guerres, les larmes et les cris des veuves et des orphelins... Comme si on entendait encore depuis deux siècles des apologies de la guerre pour la guerre ! C’est dire des âneries, qui peuvent faire pleurer les Margots,   que d’affirmer emphatiquement que la paix est préférable à la guerre, que la fraternité est meilleure que le génocide, qu’une franche poignée de main est préférable à un coup de poing sur la gueule  ou à un coup de boule pour être au goût du jour.  Ça fait quelques millénaires que l’on répète ces lieux communs, et cela n’a pas empêché l’empire romain de s’étendre,  les guerres de cent ans et plus, les guerres napoléoniennes, les révolutions  et surtout les guerres  du vingtième siècle,  les plus atroces que l’humanité ait  connues. C’est ce pacifisme à gogo que plusieurs historiens considèrent comme une des causes  de la dernière grande guerre, à tout le moins de sa prolongation. S’il n’y avait pas eu  tant de capitulations  et d’atermoiements en 37,  en 38,  la guerre aurait certainement été écourtée.  Paix ou lâcheté ? on ne sait plus. Sans doute que c’était une ruse socialiste des marchands de canons pour avoir une meilleure guerre, une plus longue, plus profitable..,   avec plus de marrons à tirer du feu.

 

On a dit que la capitulation était la manière la plus efficace pour finir une guerre. Évidemment si toutes les armés s’étaient écrasées, comme certaines l’ont fait, devant les hordes hitlériennes, l’Europe aurait connu un bon demi siècle de paix ou plus, de paix nazie. De même en Corée, à défaut de résistance,  le pays serait unifié et connaîtrait la paix parfaite, la paix du silence, où on n’entendrait que les acclamations au vainqueur. Occuper quelques neurones à penser que l’alternative à la guerre est la paix peut consoler un moment, donner l’illusion de réfléchir, mais le plus souvent l’alternative à la guerre est la capitulation, l’asservissement, l’esclavage, l’injustice, l’exploitation,  l’extermination…

 

Le romancier est très habile à décrire les horreurs de la guerre. C’est à la portée de toutes les bourses intellectuelles, il suffit de l’avoir vécu,  de regarder la télévision, mais les mots ajoutent une aura d’horreur qui fait frémir le lecteur ou l’auditeur. C’est facile de s’interdire de distinguer entre  agression, et légitime défense.

 Je ne sais si l’auteur a  femme et enfants. Ça ne me regarde pas, ne m’intéresse pas  mais dans l’hypothèse où  sa virilité se serait manifestée en ce sens,  je me demande ce qu’il ferait si un jour  des individus s’amenaient pour  violer sa femme, tuer ses enfants, détruire ce qu’il a pu  construire dans sa vie et tout ça malgré le signe de Peace and Love  sur la  porte d’entrée de son domicile.

 

Lèverait-il le petit doigt?  Ce serait peut-être manquer de

doigté !!

Enverrait-il des roses à l’agresseur, comme Arsène Lupin à ses victimes ? Ce serait la guerre des roses dont l’histoire a gardé le souvenir.

Tenterait-il l’intimidation ou la conscientisation en citant ses romans : « Comment faire l’amour…sans se fatiguer » ? Inutile,  si l’agresseur ne les a pas lus, pire, s’il n’a pas aimés.

Penserait-il à  Tienanmen ou à Gandhi, risquerait-il des tactiques qui ont déjà réussi et se coucherait-il  devant le tank qui s’approche. Peut être efficace si  l’agresseur est un anglais et si la télévision et les journalistes ont été convoqués à temps.. Sinon Splash Ni vu ni connu.

Jouerait-il au couillon  (sans couilles pour la circonstance) ? alors  « Adieu tendre épouse, adieu  beaux enfants »… Vive la paix. Bonne chance agresseurs. Prenez bien soin de ma femme…

 

Et s’il se porte à la défense de son épouse, ou de ses enfants, peu importe les moyens,  c’est une bataille, et si le phénomène s’étend : c’est la guerre. Bonne chance, rien n’est assuré, mais adieu paix chérie de mon cœur… Adieu les belles pages qui étaient pourtant si bien senties. 

 

Mais tu es un homme, mon homme,  un tueur éventuel… ou une victime  qui sera peut-être décorée, honorée,  à moins que les pacifistes à gogo te considèrent  désormais comme un écoeurant et écrivent  de beaux textes à ta place pour la radio..

 

Gus,  le pacifisme à gogo se prête à de si beaux effets de  toges, à de

Gus, tu connais cette belle chanson sur le pacifisme…

Le déserteur de boris vian

 

Vous êtes bon apôtre

Monsieur le Président

Si vous me poursuivez

Prévenez vos gendarmes

Que je n'aurai pas d'armes

Et qu'ils pourront tirer

 

À noter cependant que dan la version originale les deux derniers vers étaient :

Que je tiendrai une arme,

et que je sais tirer ..."

 

Boris Vian a accepté la modification suggérée par  son ami Mouloudji

pour accentuer le côté pacifiste de la chanson !

 si belles chansons, à de si beaux sermons, à de si belles pages  de littérature…  Et les victimes de la haine,  des agressions conquérantes, des visées expansionnistes,  des intentions génocidaires, de l’esprit de  vengeance ne cessent  de se multiplier, qui n’ont plus le droit de se défendre  car la paix à tous les droits et impose tous les devoirs..  La justice,  la liberté  et le simple droit de vivre en prennent tout un coup!

 

La recette pour cette pensée molle est facile : il suffit d’oublier que la paix,  comme le tennis, se joue à deux. et souvent à quatre.

Si on pouvait aller au fond des choses…

Sur la tombe du soldat inconnu.

A quelle sorte de guerre se livrait le « soldat inconnu » ?

A la défense du pays injustement attaqué, à la défense de la veuve et de l’orphelin?

Ou

À l’attaque injustifiée des pays voisins, à multiplier les veuves et les orphelins ?

Si l’Allemagne n’a pas de monument au soldat inconnu, est-ce parce qu’ils sont trop bien connus?

Et la veuve du soldat inconnu a-t-elle au moins reçu une pension?

Bof a de la difficulté à  comprendre qu’un homme prétendument intelligent soit  incapable mentalement de faire la distinction entre  guerre d’agression et guerre défensive, guerre injuste et guerre juste..  même s’il peut être parfois difficile de distinguer l’une de l’autre. C’est tellement plus simple de faire une bouillabaisse de concepts, d'amalgamer tous les combattants, de confondre agression et droit de défense, droit d’exister,  la force et le droit. Plat à déguster froid. C’est le meilleur encouragement que l’on puisse faire à l’injustice et au triomphe de la force. Évidemment si on veut s’épargner l’effort de penser, il est plus simple de proclamer  que toute guerre est injuste,  que tous les belligérants sont également coupables…. Quelle belle vacance pour l’esprit! L’intelligence  couchée sur la plage.,.

 

Mon cher Augustin, il est possible que « quand les hommes s’aimeront d’amour » que nous soyons morts tous les deux comme l’a prédit le poète, mais en attendant  il est possible  qu’on  ait à se défendre … si on ne veut pas mourir plus vite que prévu…   surtout mourir injustement ou vivre à un niveau infrahumain,,, et même à lever le  bras pour défendre la veuve et l’orphelin  Ah, le beau temps où on n’aura plus besoin de soldats, où ils seront tous devenus troubadours et composeront de belles chansons d’amour pour la radio…et que les pacifistes à gogo  auront perdu leur raison d’être! 

 

Ce petit mot irait bien dans la bouche  de mon bon romancier : J’ai vu de mon balcon six hommes passer une vieille femme à tabac. Mon voisin m’a demandé « Vous n’y allez pas? » et j’ai répondu «Non, ils sont assez nombreux. »

 

C’est « la paix des braves »

 

« N’importe qui peut être pacifiste entre deux périodes de guerre. C’est comme être végétarien entre deux repas »

 

«Il y aura des moments où des pays individuellement ou de concert, jugeront l’usage de la force non seulement nécessaire mais moralement justifié. »

OBAMA. Discours de réception pour le prix Nobel.

 

 

 

 

 

 

I