MORT, SURVIE Et immortalité

 

 

 

1. L’universalité de la grande espérance.

 La croyance en la survie est presque aussi mystérieuse que la survie elle-même.

 

1. Cette conviction ou cette croyance en la survie est venue spontanément dans l’humanité aussitôt, comme Bof l’a raconté à sa manière, un australo quelconque, pithèque de son métier, s’est avisé  un jour d’être « intelligent » et de se prendre (sans se proclamer  tel dès le début, question de timidité, de gène et pour ne pas trop intimider ses ex…) pour un « animal raisonnable ».

 

Le problème : Qu'est-ce qu’il peut bien y avoir dans l’intelligence de l’homme,  dans la perception qu’il a de lui-même, pour que aussi spontanément, facilement et universellement il en arrive à cette conviction, malgré toutes les dénégations sensibles. Les explications faciles que l’on donne parfois vont de l’expérience du rêve ou simplement un cas particulier de « whishfull thinking », un exercice de pensée « positive », de cette propension si généralisée à prendre ses désirs pour la réalité.

 

…….…

……..

 Pour le Whishfull thinkind ,  il est vrai, si l’on se fit au titre d’un programme de la TV américaine,  que tout le monde veut être millionnaire mais il suffit de recevoir ses comptes de fin de mois pour ramener 99.9% de la population à la réalité… De plus la croyance en la survie est loin d’être toujours jojo ; dans la plupart des cultures, on imagine des transitions ou des éternités de supplices,  qui ne feraient en somme les délices qu’aux pires masochistes de l’espèce humaine.  Comment  peut-on se convaincre  spontanément et universellement   d’une future  cuisson  lente  et éternelle,  à feux doux  ou violents selon les cultures, peu importe… a moins de vouloir obstinément ruiner son présent,  se torturer mentalement,  se préparer des agonies atroces. Il  serait  tellement plus simple  d’arrêter de prendre ses  désirs ou ses peurs pour la réalité.  Pourtant l’humanité, de la plus primitive à la plus évoluée, du moins en grande majorité,  s’entête  à s’inventer  ces futurs  interdits. C’est vrai qu’on prévoit aussi des futurs plus attrayants, des lieux de délices, des rencontres familiales, des retrouvailles,  des Club Med ou des bordels de luxe… mais dans tous ces lieux de délices on fait la part dure à certains et on pratique des exclusions de type fasciste. On doit faire expier ceux qui se sont emparé de leur part de paradis ici-bas ou avant-temps. Et de toutes façons ces lieux paradisiaques reproduisent souvent des schémas  imités de l’enfer capitaliste : concurrence,  compétition et  hiérarchies d’usage.  L’harmonie socialisante, égalitaire  et fraternelle, avait plus de prise sur terre surtout là où  on avait rompu avec ces lointains espoirs d’une vie future.  Il y en a toujours qui  semblent se garantir  les meilleures places, les meilleures parts ou morceaux… et il y a toujours les petits derniers, les Lazare qui doivent se contenter  des miettes du festin.  En ces lieux paradisiaques, il y a les premiers arrivés, ceux qui ont joué du coude et ceux qui sont sous le Bien-être social  céleste… Il y a ceux,  plus pressés d'arriver,  qui se font sauter et ont droit à  72 vierges pour les accueillir, les polygames qui retrouveront  leur harem, et les monogames  qui ….. crèveront d'envie, sans parler des célibataires qui auront droit à des Ice-Pak.  Pour les séances  de musique, certains  auront droit à la harpe, d’autres  devront se contenter de ruine-babines  ou d’un banjo. 

 

Tout ceci, Gus, pour  en arriver simplement  à mettre en évidence qu’il y a quelque chose de sérieux, de mystérieux dans cette conviction qui semble venir si spontanément à l’homme  dès qu’il s’est mis à penser. Ton prof va tenter de voir  comment cette conviction peut bien avoir germer dans  la tête d’ex-australopithèques  qui  avant  le Grand Saut ne s’étaient jamais mis martèle en tête pour se terroriser dans le présent à partir d’un futur  hypothétique qu’ils ne pouvaient  même pas imaginer.

 

Trop facile de  pousser le problème sous le tapis ou de le mettre au compte de la stupidité congénitale de l’homme  ou  d’une maigre consolation avant qu’arrive  la société de consommation  ou avant que l’homme nouveau s’invente un paradis plus coloré pour le  consoler des enfers capitalistes.

 

 

 

 

 

2. L’homme un mammifère pas tout à fait comme les autres… moins pesant ou plus léger ?

 

 

 

3. LA  MÉTAPHYSIQUE COMME SPORT EXTRÊME.

 

Le grand saut

 

La  nature de l’action révèle la nature profonde de l’être  qui s’exprime dans cette acton.

 

………

 

 

4. Ultime remarque, mon cher Augustin  au cas ou toi et moi serions tentés de se prendre pour un Autre

 

 

 

einstein"La plus belle émotion que nous puissions éprouver est de nature mystique. C'est la puissance de tout art et de toute science véritable. Celui qui ne connaît pas cette émotion pourrait tout aussi  bien être mort. Savoir que ce qui nous est impénétrable existe vraiment, se manifeste par la sagesse la plus élevée et par la beauté la plus radieuse, que nos facultés restreintes ne peuvent appréhender que sous leurs formes les plus primitives, ce savoir, ce sentiment se trouve au cœur de la vraie religiosité. En ce sens, et en ce sens seulement, je compte au nombre des hommes profondément religieux. »

Einstein. Comment je vois le monde.

 

 

Extrait de SUR LES TRACES DE L’HOMME.

 

 

 

 

Accueil. Index. Présentation

 

 

1. L'ourson

et sa patte de lapin

 

2. Le Roi-Lion

et sa galerie d'ancêtres

3. Le Loup

 qui questionne la lune

4. De Pluto

à Pluton

 

5. La libellule qui se prend pour Diogène

 

6. L'empire des sens et décolonisation

7. Lupus I

"Je pense, donc...hi,hi"

8. Le chien

 qui tire de la patte

 

9. Une volaille

 en quête d'absolu

 

10. La schizo... comme maladie structurelle

11. L’ESPRIT SAIN

vint à un hominidé

12. Les animaux ne sont pas si bêtes que l’on pense

 

13. survie et contingence

 

Pour nous rejoindre

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

GÉNÉALOGIE

(récents)

1a. gauche / droite

1b. eINSTEIN EN IMAGES.

2. société de consommation

3. Mondialisation

4. quête du bonheur

5. le terrorisme

 

6. Écologie et catastrophisme

 

7. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

Pour nous rejoindre