Les paris son ouverts :

Combiner  son argent et  ses convictions .

Parier et faire fortune avec le réchauffement climatique.

Pari entre David Evans (de Science Speak) et  Brian Schmid d’Australie.

Histoire toute récente et mise à jour du réchauffement  climatique

 

 

 

Les paris sont ouverts, dans les prochains 10 à 20 ans, la tendance au réchauffement va continuer sur sa lancée  ou même s’accélérer (c'est le pari de Brian Schmit )  ou bien le rythme  du réchauffement climatique va ralentir (C’est le pari de David Évans de la revue Science Speak)  

David Evans prend la peine de  s’expliquer à partir de son expérience professionnelle.

 (Gus, Bof t’en fait un petit résumé qui peut être utile pour comprendre l’évolution récente des opinions)

 «  J’ai passé six ans de ma vie à compter les émissions de  carbone, à évaluer les émissions de la forêt et des terres cultivées pour le gouvernement australien.

  Quand j’ai commencé ce travail   en 1999, il paraissait évident que les émissions de carbone étaient la cause principale du réchauffement climatique, mais depuis de nouvelles évidences tendent à montrer que les émissions de carbone n’ont plus le même impact, ne sont plus considérées comme la cause  principale. Et maintenant me voilà sceptique. … »

Et il est prêt  à se commettre ou se compromettre dans un pari pour soutenir ses nouvelles opinions.

Et il tient à s’expliquer

Les « quatre vérités »  d’il y a 6 ans…

1. Le bioxyde de carbone est un gaz à effet de serre. Ce fut prouvé en laboratoire il y a un siècle.

2. Un  réchauffement global  s’est produit  pendant un siècle, spécialement depuis 1975 et les concentrations de carbone ont augmenté pendant un siècle, spécialement depuis 1975.  Une corrélation n’est pas une causalité  mais  ça semble bien concorder.

3. Les analyses des glaces depuis 1985 permettent de mesurer la température et la quantité de carbone il y a  des milliers d'années  à travers des périodes de réchauffement et de refroidissement.  Il y avait apparemment une forte corrélation entre les augmentations de carbone et les changements de température..

4. Il n’y avait pas d'autres causes  qu'on pouvait suspecter de causer  le réchauffement climatique..

 

Ces idées, étant  assez bien acceptées,  passèrent de la communauté scientifique  au royaume de la politique. La recherche scientifique en profita,  des fonds considérables y furent consacrés, des bureaucraties se mirent en place et on passa à l’action.  Le protocole de Kyoto fut signé en 1997 ayant comme but de limiter les émissions de carbone.

Au tournant du siècle, plusieurs jobs dépendaient de  cette idée que les émissions de carbone causaient le réchauffement climatique. Je faisais personnellement un bon salaire  comme chercheur, ce qui aurait été impossible si je n’avais cru  dans la causalité du carbone…  Bien du monde était dans la même situation, on fréquentait  les conférences internationales. Nous avions  le soutien politique, l’oreille du gouvernement, de gros budgets étaient à notre service et on se sentait fort importants et utiles… . C’était beau. On travaillait pour sauver la planète.

Mais à partir de l’an 2000, les trois dernières évidences qui justifiaient  tous ces efforts devinrent moins certaines, des doutes surgirent  et  même  retournèrent  la situation…

La première évidence est toujours valable. Mais…..

Évidence no 2. A y regarder plus attentivement  l’évolution de la température au siècle dernier, en particulier de 1940 à 1975, la température se refroidit alors que le carbone augmentait. L’effet de réchauffement du carbone est supposé être  immédiat.  En 2003 on découvrit la « global dimming » (Gus, voir Wikipedia)  qui peut expliquer cette absence  de corrélation.  Le doute s’installe sur la corrélation entre réchauffement et augmentation de carbone. (Gus, Bof a souvent noté cette absence de corrélation  dans l’évolution  des deux facteurs; )

Évidence. NO 3.   À partir de 2004   les résultats de l’analyse des glaces anciennes se raffinèrent et on en vint à la conclusion que l’augmentation du carbone  arrivait habituellement  800 ans après l’augmentation des températures.  La causalité est renversée et le délai s’explique par le temps nécessaire pour que se réchauffent les océans qui pourront dégager plus de carbone. Il est possible que le phénomène ne produise une amplification mais on ne peut le prouver par l’analyse des glaces.

Cette nouvelle évidence jette un doute raisonnable sur le rôle  du carbone dans le réchauffement climatique.

ÉVIDENCE  no 4. … Une cause alternative est maintenant pensable et possible. Les rayons cosmiques (Henrik Svensmark 2006) affectent la formation des nuages,  leur hauteur, leur radiation, et l’effet de serre…  Et en effet le champ magnétique a été plus fort que d’habitude depuis les  trois dernières décennies.  Les recherches sur cette cause éventuelle sont encore dans l’enfance…

 

Ainsi trois des quatre arguments qui me convainquaient en 1999  de l’importance du rôle du carbone dans le réchauffement climatique sont maintenant remis en question.

 

C’est ce qui justifie mon pari que le réchauffement en cours ne continuera pas au même rythme  que depuis les trente dernières années.

 Et je suis près à  appuyer mes nouvelles convictions avec mon argent… »

 

 

Retour à l’ INDEX