Bof, sur quel pied danser?

Quoi manger ? Quoi boire ? Quoi toucher ?

Gus, au bord de la crise de nerf

 

 

 

Les gouvernements inventent, créent  ou découvrent parfois un danger « potentiel » pour la santé de leurs ressortissants … Une façon simple de   montrer à la population qu’on prend bien soin d'elle et que l’on joue  prudent quand de telles menaces peuvent  atteindre de futurs électeurs… Et s’ils sont les premiers à relever ce millième danger qui  pèse sur l’espèce, sur l’espèce locale, ils auront droit à un mot « de félicitation et d’encouragement » de la part de Greenpeace…, ce qui se glisse bien dans un discours…

 

 La politique étant honnie, les politiciens encore plus;  à ceux qui, ambitieux, n’ont pas renoncé à devenir célèbres et à se faire un nom, il reste à « faire peur au monde »,  première condition pour faire la manchette des journaux ou  se mériter  un prix Nobel.. (de la paix, à défaut de la science.)

 

Évidemment ce qu’on ne nous dit pas, c’est que le soleil est autrement plus « potentiellement dangereux ». Bof rêve d’un gouvernement tout puissant, style 1984,  qui, pour le bien de la population,  condamnerait le soleil…à rester couché, même à s’éteindre.   Ordre du Haut Commissaire à la Bonne  Santé de la Population

 

Évidemment tous les névrotiques vont s’agiter, opteront pour la prudence,  changeront leur biberon même s’ils ont déjà atteint les 75 ans en bonne santé avec le même biberon d’origine.  Ils avalaient du poison sans le savoir comme d'autres font de la prose sans le savoir.  Ils  opteront pour un autre produit qui  calmera leurs nerfs pour  le présent mandat jusqu’à  ce que le produit de substitution fasse l’objet d’interdiction au prochain gouvernement, histoire de montrer qu’on a toujours autant, sinon plus que ses adversaires politiques, soin de la population  dont la santé ne devra jamais faire l’objet d'assez de prudence.

 

Heureusement  les spécialistes  en la matière  cherchent encore des preuvesqu’ils ne trouvent pas : Un spécialiste du gouvernement : “If I was a fish and there was bisphenol-a in the water, I’d be concerned,”mais  “If I was a fetus and my mother was using a plastic water bottle, I wouldn’t be bothered.”   Pr Foster

 

A propos  d’études du même genre en Angleterre, un « columnist », Rob Johnston   a résumé les méthodes employées.

 

1) Lancer une commission d’étude, puis en ignorer les résultats.

2) Demander à des experts de revoir l’étude, puis ignorer leurs recommandations.

3) Retenir ce que les plus hystériques des média veulent  entendre.

4) Prétende avoir agi énergiquement   dans l’intérêt du public.

 

 

  A la radio, récemment,  le thème discuté est le numéro  spécial d’une revue de consommation qui produit un dossier volumineux de tout ce qui est potentiellement dangereux pour la santé. Gus, Bof a fait depuis 5 ans le relevé de la plupart de ces menaces qui périodiquement nous pendaient au bout du nez. (Il les épinglait dans ses mémoires à mesure que les études sortaient). L’animateur de la ligne ouverte est fiévreux, quel beau sujet, la survie de l’humanité en jeu ou du moins d’un tout chacun… . si on n’y prend garde. Des intervenants y vont de leur numéro de  névrosé ou de leur cas particulier, sans oublier les allergies d’un chacun.…  Heureusement qu’au début les deux médecins spécialistes en la matière avaient pris soin de mettre les choses au point et de préciser ce qu’est la vraie science et comment opère la vraie  science  Une douche d’eau froide en début d’émission mais qui n’a pas  eu l’heur de calmer tous ceux ou celles « qui étaient au bord de la crise de nerfs »

 

Mon cher Augustin,  (Gus, pour les intimes)  avant de paniquer et de vider ta chambre… enlève quelques posters et écris en grosses lettres sur les murs… ou sur le frigo…

 

VIVRE EST DANGEREUX…

 

L’ULTIME CAUSE DE LA MORT : LA VIE….la maladie qui ultimement restera comme la dernière des dernières causes une fois qu’on aura éliminé les maladies cardiaques et surtout les différentes formes de cancer comme causes de mortalité, … 

 

Et tu pourras penser quant à t’en remettre à la science, que l’espérance de  vie  des populations qui suivent  les progrès courants (en Occident)  augmente  d’un an tous les quatre ou cinq ans. Ou s’en va t-on ? On prévoit  même que  des filles nées de ce temps-ci, la moitié  deviendront des centenaires ; elles  auront survécu à leur biberon et louvoyé  victorieusement  entre les 25 milles  produits chimiques « potentiellement dangereux »  et les deux ou trois maladies annuelles de civilisation que les âmes  délicates ont le souci de nous prévenir.  Les mâles auront sans doute folâtré un  peu trop et devront se résigner au fait que seulement 40% d’entre eux  seront centenaires. (Abus de condoms de plastique flexible au colorant dangereux? )  Les notes du secondaire en somme.

 

Évidemment, Gus, tu pourras toujours citer des populations qui ne connaissent même pas ces matières délétères, ces préservatifs ou ces colorants dangereux, ni ces substances  ou nourritures nocives, qui ont appris à boire à la mamelle comme tout le monde autrefois  et non pas à de vulgaires bouteilles de plastique potentiellement dangereuses. Ce sont  des gens qui auront pour la plupart la chance de faire une belle mort… dans la fleur de l’âge.

 

 

ON comprendra que, aux dires de Laflaque, on trouve désormais à l’accueil des Cabanes à sucre**, en place du bon vivant d’autrefois,  des diététistes anorexiques qui t’invitent  à la prudence et te présentent la liste des nourritures dangereuses pour la santé,,, qui étrangement coïncide avec le menu  de la « cabane ».

Il reste à  t’approcher de la table « avec crainte et tremblement » comme dit Kierkegaard en exergue du menu…

     ** http://fr.wikipedia.org/wiki/Cabane_%C3%A0_sucre

 

Gus, ton prof t’a déjà indiqué une technique infaillible pour réussir ton travail de recherche à l’université sur la nocivité des carottes, histoire de se payer la tête des « disciples de la carotte joyeuse ».

 

Tu commences par isoler un élément essentiel  de la carotte, la carotide, la carotène … au choix (pourvu que le nom fasse savant). Tu  fais bouffer à ton rat de laboratoire  mille fois l’équivalent, proportionnellement  au poids, de ce que pourrait absorber un adulte de notre espèce……. Pour  écrire ton mémoire, si le rat n’a pas changé de couleur ou n’en crève pas, au moins par indigestion,  reste l’argument définitif : tu assommes le rat…avec  le reste de la  poche de carottes…

 

CQFD. La carotte est nocive pour la santé..

 

Et tu auras droit, avec un peu de chance et avec ta tête de carotte, à un article dans les journaux ou à un interview à la télévision.

 

 

Gus, tu peux consulter également :

Le « dilemme de l’omnivore » et « la diète méditerranéenne » *(le nutritionisme)

 

Ou encore

CULTIVER  ET SAVOURER SES PEURS

PAR  L’ANALYSE DES CORRÉLATIONS