Un point tournant en 2009.

Un nouveau chic:

afficher  son scepticisme  face  à la causalité ANTHROPIQUE du réchauffement ( !) climatique

 

 

 

Des listes ou même des ouvrages compilent les noms des scientifiques qui affichent leur scepticisme face à la pensée officielle, c.a.d. que l’homme serait par ses activités la cause principale du dit réchauffement climatique.  On ajoute évidemment  les titres et les publications passées des dits spécialistes..

 

Aux 650 qui se sont manifestés à la dernière rencontre de Poznam dans un  document officiel, d’autres s’empressent d’ajouter leurs noms à la liste qui ne cesse de s’accroître.…

Parmi ceux qui en janvier dernier (2009) ont fait leur  « coming out », les plus remarquable sont ceux qui ont appartenu à la NASA, qui a mis en branle l’alarmisme au sujet du réchauffement climatique,  et  qui, recouvrant leur indépendance d’esprit après leur départ ou leur retraite, rejettent

Signe des temps.

La bulle verte éclate.

Un programme de télévision (ABC) entreprend de rire  des écolos.

INSERT DESCRIPTION

 les conclusions de l’agence pour laquelle ils ont travaillé… A noter que tous ces changements d’opinion, se font à sens unique…Peu ou pas de sceptiques se rallient à l’opinion  encore majoritaire, c’est un boulevard à sens unique.  Quand le bateau est en train de couler, les passagers vont tous dans la même direction… à moins que ce soit les musiciens de l’orchestre qui restent à leur poste, comme dans le Titanic,

 

… La situation ressemble un peu à nos marxistes de salon dans les Cégep ou dans les universités à la fin des années 80 pressentant la fin  de l’URSS et la chute du Mur de Berlin et s’apprêtant à publier leur testament « Pourquoi je fus communiste et pourquoi je ne le suis plus »

 

 

Particulièrement intéressant est le témoignage de John S Theon, antérieurement au service. de la Nasa en tant que spécialiste de l’atmosphère,  et qui était le superviseur impuissant de  James Hansen,  qui a lancé, peut-on dire, l’alarmisme récent à propos du réchauffement climatique (1988), … et qui multiplie encore les interventions auprès des gouvernements et des politiciens. Theon, maintenant  à la retraite,   peut faire état du malaise  que ce  « louse canon » créait et crée encore pour la NASA. Il vient justement de prévenir Obama que le monde court à la catastrophe si le réchauffement climatique n’est pas arrêté d’ici quatre ans.

 

Theon, n’est pas le premier savant de la Nasa à afficher  son scepticisme, plusieurs le font dès qu’ils récupèrent leur liberté en quittant la célèbre agence.

 

 Un administrateur de la NASA, Michale Griffin,  avouant son scepticisme  a du démissionner.

 

Amusant. Le  dernier homme à avoir marché sur la lune,: Jack Schmitt— fit profession de scepticisme face à l’alarmisme à la Al Gore.  Il voit les choses de haut.

 

Et  d’autres,   comme le Dr Roy Spencer (http://www.drroyspencer.com/2009/01/another-nasa-defection-to-the-skeptics-camp/) ont eu à subir Theon  lorsqu’il soutenait le discours officiel, … affichent maintenant leur scepticisme. 

 

Autres membre de la NASA  dissident, Joanne Simpson … La NASA comptait sur l’unanimité et la solidarité de l’équipe pour  obtenir les fonds gouvernementaux pour étudier les conditions du climat par satellites. 

 

 

Dr Will Happer, Professeur à  Princeton University et ancien Directeur de l’ Energy Research au  Department of Energy, de 1991 à 1993. auteur de deux cents articles scientifiques sur le sujet a le mérite d'avoir été  congédié par Al Gore pour sa tiédeur à soutenir les thèses alarmistes et catastrophistes..

 

Et plusieurs dizaines d’autres spécialistes tiennent à ajouter leur nom à la liste de Poznam.

Voir. http://joannenova.com.au/2009/01/28/the-turning-point—its-becoming-chic-to-be-a-skeptic/

 

Les hésitations des scientifiques se traduisent par une évolution également dans la perception du public…

 

Un tout récent sondage nous montre cette évolution en huit mois (entre avril 2008 et déc. 2008)

 

 

Quel sérieux accordez-vous au problème du réchauffement global ?

 

 

Dec. 2008

Apr. 2008

Very serious

41%

47%

Somewhat serious

24%

26%

Not very serious

17%

16%

Not at all serious

16%

8%

Not sure

3%

4%

 

Le réchauffement global est-il causé  avant tout par les activités humaines ou par des changements planétaires à long terme ?

 

 ©

Apr. 2008

Dec. 2008

Avril.

2009 *

Human activity

47%

43%

34%

Long term planetary trends

34%

43%

 

48%

Some other reason

8%

6%

 

7%

Not sure

11%

8%

11%

 

 

 

 

  

*Sondage Rasmussen du 15 avril. Les opinions varient très rapidement et toujours dans la même direction. La classe politique croit à la causalité humaine dans un pourcentage plus élevé, soit 48%.;


Autre sondage (USA, janv.2009) pour connaître les  préoccupations des  américains.

 

Parmi un choix de 20 problèmes auxquels la nation fait face actuellement,  on demande d’établir un ordre de priorité.

 On devine que les problèmes économiques et  le  chômage sont en tête des préoccupations.

L’environnement est en 17ième position et le réchauffement climatique en 20ième position.