Encore d’autres MÉMOIRES D’OUTRE TOMBE (suite)

 

Gus, ton Prof peut dire comme d’autres avant lui : Je suis venu, j’ai vu et j’ai survécu.

 

LA PEUR PROGRAMMÉE.

Ton Prof a tremblé en  voyant les courbes apocalyptiques du Rapport de Rome. Et ne pouvant s’imaginer pouvoir se rendre en santé à l’an  2000, il a surmonté  en de brefs moments des tentations de suicide. Il a célébré le passage à l’an deux mille, tout étonné et  dans un énorme soupir de soulagement tout en prenant une bonne bouffée d’air pur (a même fait un plein d’essence pour tirer la langue à ceux qui l’avaient terrorisé dans sa jeunesse).  Il  attend de pied moins ferme évidemment l’an trois milles

****************************

Suite…

 

 

DES PONTS DE TROP.

 

Bof  trouve que les écolos manquent d’audace et de courage.  Ils livrent une opposition acharnée à la construction d’un pont sur la rive Nord de Montréal, pont qui relierait deux routes déjà  existantes sous prétexte  que l’addition d’un pont augmenterait la  pollution de la ville en en facilitant l’accès.  Pourtant avec un peu d’imagination, à moindre frais,  un peu de courage, un simple souci d’équité, on pourrait plutôt recommander pour un résultat instantané, comme le café,  la fermeture d’un des cinq ponts de la rive Sud. Pour encore plus d’équité, on  pourrait procéder à une rotation hebdomadaire dans les fermetures. Et si les autorités politiques ne comprennent pas, on pourrait inviter les supporters à venir terminer leur nuit en se couchant sur le pont à partir de cinq heures le matin, un peu avant que la circulation soit  immobilisée de toutes façons.

 

Kyoto : relâchement  et courage. 

 

Les Japonais donnent l’exemple : les hommes d’affaires et les bureaucrates  poussent l’héroïsme jusqu’à laisser tomber veston et cravate pour alléger les demandes des systèmes de  climatisation.  Gus, chapeau bas ! Il faut le faire! Le gouvernement anglais invite ses fonctionnaires à pratiquer courageusement les mêmes dérogations. Les autres pays, plus traditionnels, renoncent à Kyoto ou déjà avouent, quatre mois plus tard, qu’ils se sont encore plus éloignés de l’objectif au lieu de s’en approcher. Les fonctionnaires avaient depuis longtemps fourni leur effort en travaillant  en T-shirt.  La fin du monde à nos portes, quoi!

 

 

The 300-room palace in Lilongwe has gained new notoriety as the possible abode of ghosts. It is also viewed as a monument to wretched excess.Les esprits s’en mêlent.

Bof est découragé, la pollution  prend une allure verticale et métaphysique. Le Président Mutharika doit se réfugier à Bruxelles aux Quartiers généraux de l’Union européenne,  le temps que des spécialistes  dépolluent son nouveau palais de 300 chambres  envahi  par des esprits.

Consolation ailleurs : un Musée de sciences prévient les visiteurs, leur demande d’être généreux, leurs « feces » seront recyclés et serviront à l’éclairage de l’édifice.

 

**********************

Bof vit tragiquement sa schizophrénie congénitale partagée entre le goût de vivre et la peur de vivre, entre le risque et la trouille, entre la vigilance et la panique.

 

 

Extrait de ÉCOLOGIE ET CATASTROPHISME

 

 

 

Accueil 

Mémoires d’outre tombe

Titres de noblesse écologique et chemin de Damas

Brigades de choc et nouveaux croisés

Alarmisme systématique : nature-dangers-pratique

Statistiques et bikini

(courbes apocalyptiques --  faim dans le monde --  disparition des espèces --  surpopulation --

déclin des forêts -- El Nino – déchets -- température et réchauffement)

Statistiques et bikini (2)

(pluies acides -- poumons de la terre --  victimes de la pollution – Seveso --

jouets en PVC – dioxines -- hivers d’antan --  Tchernobyl -- énergie éolienne)

Statistiques et bikini (3)

(Effet de serre -- Onu : IPCC – arctique -- couche d’Ozone -- certitudes et incertitudes -- modèles informatiques --  températures passées – facteurs à considérer)

Greenpeace ou les déboires de la vertu.