La prise de conscience de 2011.

 L’écart entre les revenus va grandissant.

 

 

Cette prise de conscience devient aigüe.  L‘écart entre le 10%  les plus riches et le 10% le plus pauvre devient de plus en plus grand même si malgré tout, les dit pauvres sont devenus  depuis une dizaine d’année un peu moins pauvres.

Ce fait, du moins l’écart entre riches et pauvres, a pris une allure plus dramatique avec les  indignés qui parlent  plutôt d’une opposition entre les 99%  et les 1% le plus riche. Dans la perspective des INDIGNÉs, ces hyper riches sont surtout les boursicoteurs, les présidents de banques et de grandes compagnies…

Comment comprendre  cet écart s’amplifiant entres les groupes sociaux 

Plusieurs causes sont invoquées par les spécialistes (ET non par les Indignés, pour qui  l’avidité de posséder  et l’ écrasement des faibles explliquent tout.

 Les causes

 Mondialisation.

 

La relocalisation des entreprises aide les peuples en souffrance dans les pays sous-développés. Mais élimine surtout, dans les pays avancés, les emplois non spécialisés; les « jobs de bras » qui étaient relativement bien  payées…disparaissent de plus en plus et appauvrissent une partie des classes moyennes incapable de rivaliser  économiquement au plan du marché mondial.

 

De plus la compétition pour les talents exceptionnels (avec l’argent qui vient avec) se mondialise et entraine une surenchère dans les salaires… en tous domaines. Gus, les salaires fous des joueurs ont commencé surtout quand la recherche ou la compétition pour avoir les joueurs les plus compétents s’est ouverte au monde entier. Gus, petit partisan, combien de joueurs  non québécois, non canadiens, non américains  dans ton équipe favorite.

 

Technologie moderne

 

 Elle devient de plus en plus exigeante au plan de la formation,

 

 Study or perich.

 

Des compétences nouvelles sont exigées.  Il ne suffit plus comme on disait autrefois « d’avoir du cœur au ventre » mais d’avoir la tête bien fournie et même spécialisée pour répondre aux nouvelles exigences. À défaut de ces spécialisations nécessaires bien des travailleurs sont déclassés.

 

Les indignés perdent leur sens de l’indignation quand il s’agit du salaire de leurs vedettes favorites…  dont quelques unes viennent les conforter dans leur camping urbain.  Pourtant c’est dans les mondes du spectacle. (Sport, chansons, cinéma, télévision,  etc)  que l’on trouve  les plus grandes fortunes qui poussent le 1% le plus haut et crée le plus grand écart à la moyenne.  C’est un phénomène  relativement récent : les  Micros. Disques. Radio. Télévision…Stades (haut parleurs) .  etc. multiplient  presque à l’Infini quelques performances exceptionnelles  ou au moins au goût du peuple qui est prêt à payer des billets de plus en plus cher pour voir en spectacle « ses » vedettes qui sont devenus adulées mondialement.  Comparer les revenus d’une vedette il y a deux siècles et maintenant. Aujourd’hui une  « tune » à succès peut faire un ou une milliardaire…presque instantanément, ce  qui n’offusque pas habituellement les « Indignés ». Surtout si c’est une vedette qu’ils admirent et qu’ils ont faite leur. On trouverait difficilement un gérant de banque  ou un chef d’entreprise qui ne changerait pas son revenu annuel pour celui d’Oprah ou d’une vedette du  baseball.

 

 

Des créations ou inventions exceptionnelles  qui ont produit des modes ou des styles de vie en peu d’années. Richesses quasi instantanées pour ces créateurs qui font même l’objet de films à succès.  Et pour ceux qui gravitent autour. Avec Microsoft, Facebook. Twitter. Téléphones intelligents. Etc…La puissance moderne d’un nouveau « bouche à oreille», d’un jeu de doigts,  dont la politique moderne doit tenir compte.

 

 

Publicité et adulation. Revues spécialisées qui créent (presque au sens propre) des vedettes.

 

Revues pieuses consacrées au Culte de la vedette. Achat de billet de plus en plus cher. Qui font un hyper riche en bout de ligne.  Bien des « traders » sont jaloux des revenus de lady Gaga qui dépendent de si peu.

 

Le vol. la mafia. La drogue…

 

   Richesses énormes et difficilement estimables pour certains  hors la loi…En raison des secrets  ils ne comptent probablement pas dans le 1% des Indignés, encore moins pour l’impôt. De ce dernier point de vue, c’est le mode d’acquisition de richesses  le plus profitable. Il est difficile de savoir combien de ces criminels constituent le 1%  blâmé par les Indignés qui avaient leur fournisseur à portée de main.

  

Boursicoteur.

 

Pour soi ou pour les autres… On ne retient habituellement que les prouesses de ceux qui ont réussi. On oublie que le profit de l’un est fait de la perte d’un autre.  Et aux États-Unis, les responsables de fautes éthiques (système Pongi) ont été condamnés

à des peines pouvant aller jusqu’à cent ans. Dieu leur prête longue vie !

 

C’est le groupe que retient symboliquement ou en raison le « Wall Street Occupation » mouvement.

 

Quelques salaires qui ont fait scandale étant données les circonstances.

 

 Ne pas oublier  ce qui a été un scandale  pour la plupart des gens : les salaires et les bonis que se sont versés les responsables des banques et des compagnies d’assurance et d’automobiles qui ont été remises à flot avec l’argent du public selon les bonnes grâces d’Obama. Les principaux responsables?  les actionnaires, peut-être nous tous par nos fonds de pension, qui votent (ou ne votent pas) pour donner des salaires qui frisent la débilité  aux directeurs qui avaient contribué à conduire certaines entreprises à la ruine. La remise à flot par l’État visait à sauver l’épargne de millions qui avaient fait confiance aux banques, les millions de personnes  qui avaient une assurance- vie chez Aig et les ouvriers d’une industrie majeure pour le pays.

 

 Ce groupe est celui qui a frappé l’imagination des indignés (et du public) mais s’il s’agit  de richesse de la nation, il est loin d’être une force majeure qui constitue le fameux 1%. Ce serait différent s’il s’agissait du millième des plus riches de la population.

 

 

Et si l’on veut des réflexions au fil des événements, voir :

 

 A propos d’OCCUPONS WALL STREET.”

différentes capsules de circonstance.

 

ETC.ETC.ETC.