L’HOMME DÉBOUSSOLÉ

L’ÈRE DU VIDE

Où est passé le Nord ?!

Par le prof Bof

 

A) L’INDIVIDU  EST DÉSEMPARÉ. L’ « ère du vide »

 

 

 

 

 

d)  Gus, dans les années quatre vingt, les pays avancés firent un pas de géant.  On assista à un nouveau Cana, un miracle sans pareil où la surdité, la pauvreté, la maladie, la vieillesse,  toutes les formes d’infériorité, tout ce que notre monde comporte de disgracieux ou d’injuste disparut d’un trait de crayon grâce au courage des Mères Térésa de nos Facultés et des abbés Pierre de nos administrations publiques. Si l’eau ne fut pas changée en vin, elle le fut tout au moins en piquette. Il ne faut pas être trop exigeant… surtout que tout fut fait d’un trait de crayon et par des fonctionnaires. On assista à la naissance de la rectitude politique, un quelconque ressac du Peace and Love de la génération antérieure,  un avatar de la caduque charité chrétienne et transfiguration aidant, le miracle opéra et les pauvres devinrent des économiquement faibles, les sourds des malentendants, les aveugles des handicapés visuels, les malades des clients, etc. Les professeurs se croisèrent les bras et applaudirent aux prouesses des « s’éduquants ». Les vieillards devinrent des aînés (pourtant  plusieurs en portaient le fardeau  depuis leur naissance) ; ils terminent leur âge  d’Or au Manoir de Jouvence (sic)  avant de passer au Salon … funéraire pour la Célébration des adieux  sur l’air de Ce n’est qu’un au revoir,  mon frère…  ou ma belle-sœur.

 

 

 

Gus, les habitudes étant ce qu’elles sont, on entendit des protestations fort mal venues après de tels miracles.

        Une fois que par écrit on fit comprendre à un sourd qu’il était désormais un malentendant, il dit d’une voix assurée et apparemment sans angoisse « qu’il n’était pas un malentendant, qu’il n’entendait  rien pantoute, pardon!, pantout, pardon! pas du tout, qu’il était sourd comme un pot… et qu’il avait toujours droit à la totalité de  sa pension d’invalidité »

        Quelques pays d’Afrique, qui ont perdu en dix ans 30% de leur pouvoir d’achat et de leur PIB sont inquiets de se faire appeler Pays en voie de développement  alors qu’ils s’enfoncent  à vue d’œil dans la pauvreté,  pardon ! accusent une progression négative dans leur avancement économique. S’il fallait que leur « progrès » à l’échelle de la langue tarisse les subventions des  agences internationales !

         Les afro-américains ont changé de nom quatre fois au cours du siècle; malheureusement  les Apôtres de la Bonne Langue ont  oublié de faire évoluer également le nom de ghetto.

   

Et mieux, Gus, tout ce qui est désirable, souhaitable, les desiderata, ont été promus au rang de droit de la personne. Bof s’est toujours demandé ce qui se passerait, dans le cas d’une famine universelle, si tous les citoyens du monde tapaient du pied et revendiquaient leur droit à la nourriture.  Sans doute qu’une manne leur tomberait du ciel… Ça s’est déjà vu parait-il.

 

Dans la même mouvance, mais en sens inverse, la malédiction contre les riches et les puissants sévit toujours, c’est le chameau qui ne réussit pas à passer par le trou d’une aiguille (Gus, c’est la deuxième bosse qui ne passe pas;  pour un dromadaire c’est plus facile).

 

Gus, une histoire vraie : un jury aux US dont une batterie d’avocats avait vidé le cerveau de larmes et de neurones a attribué 28 milliards de US dollars en compensation à une veuve dont le mari avait fumé toute sa vie des Philip Morris.

Depuis ce temps, les enfants d’Amérique rêvent en secret que leur papa fume (ils offrent parfois  un paquet de Philip Morris à la fête des pères)  et crève au plus vite pour qu’ils puissent se partager 90 000  fois le salaire du Président des États-unis.  Les plus pauvres, avec de bons avocats et des jurys débiles peuvent devenir des Bill Gates instantané  sans rendre aucun service à la nation sinon d’avoir fumer comme des irresponsables. De toutes façons une nation n’a jamais assez de Bill Gates.

Qui a dit que fumer était envoyer son argent en fumée ? pas pour les héritiers en tous cas.

Gus, 28 000 000 000 $ c’est la somme du Produit Interne Brut de l’ensemble des pays de l’Amérique Centrale (moins le Mexique). Tu comprendras que Philip Morris s’est empressé … de ne pas payer.


(25/05/05) UN TRÉSOR À PORTÉE DE MAIN.

Une animatrice de radio, qui a perdu son emploi, à cause de plainte d'allergie provoquée par Trésor de Lancôme  que portait une collègue de travail obtient  un dédommagement de 10.6 millions US$ de son employeur.

Le parfum lui aurait fait perdre la voix, ressentir à l’occasion des chocs électriques par tout le corps, et selon l’avis de son médecin, aurait mis sa vie en danger.

Gus, on peut  supposer que la victime reconnaissante enverra quelques millions de sa nouvelle fortune à Lancôme qui en est l’innocent responsable

 

La campagne pour l’air pur, conjointement  avec l’« Asthme-power », a le vent en voile. On interdit le parfum, les fleurs dans les hôpitaux, dans les bureaux, dans les salles de cours, au concert, à la Télévision. Bof a une inquiétude cependant. Pourvu que les incriminations ne soient pas  rétroactives, qu’il n’ait pas à payer chèrement  pour les effluves d'After Shave qui lui ont permis de séduire Madame Boffe !

Ceci, Gus, pour un autre trait caractéristique de notre fin de siècle : la manie des poursuites et de la judiciarisation omniprésente. Une autre façon de copier l’Amérique en plus de se mettre le nombril au vent.

 

Il est question d’ajouter un nouveau principe à la Constitution américaine qui sert de modèle à bien d’autres :

 « S’il t’arrive un malheur quelconque, (peu importe tes responsabilités) il y a un coupable et il faut le faire payer pour que justice soit rendue». 

Comme quoi un malheur n’arrive jamais seul ! Enfin on le reconnaît !

 

 

Gus, parait-il que les Japonais auraient un dicton : « Un pays entre en décadence quand le nombre d’avocats dépasse le nombre d’ingénieurs ».  Le Bareau penserait, parait-il, à intenter un procès contre le gouvernement japonais pour entretenir un tel dicton.

 

 

Mon cher Augustin, cherche l’imbécile.

 

On s’amuse souvent à lire ou reproduire les instructions stupides que l’on trouve  sur les étiquettes de certains produits.  Avec la mode  des poursuites, les compagnies y sont obligées  pour éviter que des imbéciles ou des escrocs (aidés par tu sais qui) en profitent pour se faire payer des pensions lucratives  et pourvoir, en bons parents,  au bien-être de leurs héritiers pour une ou deux générations.

 

Tampax : « Retirer le tampon utilisé avant d’en insérer un nouveau »

        …. Pour ne pas créer un embouteillage sans doute !.

 

Sur une scie à chaîne : « ne pas arrêter avec les mains ».

(Gus tu vois pleurer le jury  voyant le pauvre type avec une main sans doigts, qui ne peut même pas se gratter les oreilles quand ça démange et également au banc des accusés  l’équipe des chirurgiens qui n’ont pas réussi à recoudre les doigts que l’on avait pourtant ramassés avec toutes les règles de l’hygiène)

Sur un pudding au pain Marks & Spencer:

« Le produit sera chaud après avoir été chauffé. »

  
Dans les instructions d'un fer à repasser:

« Ne pas repasser le linge sur le corps ».

(Surtout si vous avez des rides,

ça peut faire des mauvais plis!)

 

Séchoir à cheveux Conair : « Ne pas utiliser sous la douche »

Sur un autre : « Ne pas utiliser en dormant »

 

Sur un hachoir à légumes : 

«  Ne pas enlever les légumes avec les doigts quand le hachoir  fonctionne »

(Pour le moment, les bouts de doigt

n’ont pas la cote en gastronomie »

 Dans le manuel d'instructions d'une télévision:

« Ne versez pas de liquide dans le téléviseur. »

(une excellente idée à un mois de la fin de la garantie)

 

Sur un somnifère (Nytol) : « Avertissement : peut causer la somnolence »

 

Sur un sac d’arachides : « Avertissement : contient des arachides »
 

Sur une brosse pour cuve de toilettes :

« Ne doit  pas être utilisée pour son hygiène personnelle »

(Pour les dents, pas de problèmes, elle ne passe pas,

mais pour les aisselles…  si on veut démêler la touffe …

pour ceux ou celles qui en ont encore ?!)

 

Sur des repas surgelés Swann:

« Suggestion pour servir: décongeler »

(Gus, évalue ce que vaut la beauté de la pauvre fille, surtout si elle n’avait que ça pour faire sa vie,  qui s’est défigurée à tout jamais en se cassant  une dent sur sa lasagne)

 

 

Sur un costume de superman pour l’Halloween : 

« Porter ce costume  ne vous permet pas de voler »

Un concurrent fait dans la subtilité :

« …ne vous autorise pas à voler »

 

 

 

« Pour usage intérieur ou extérieur seulement »

 

« Si j’avais su, j’aurais pas venu »

 

 

 

 

 

 

.

Extrait de LE VINGTIÈME SIÈCLE.

.Accueil., Situation

1.Effondrement des mythes de soutien

2. Conséquences de cet effondrement

3.Les spectres remplacent les mythes

   Les spectres …  (SUITE B)

   Les spectres …  (SUITE C)

4. Désarroi et individualisme

5. Héros pour chaque génération

6. Tableau RÉCAPITULATIF

7. Appendice. Texte de Rostand

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

GÉNÉALOGIE

(récents)

1a. gauche / droite

1b. eINSTEIN EN IMAGES.

2. société de consommation

3. Mondialisation

4. quête du bonheur

5. le terrorisme

 

6. Écologie et catastrophisme

 

7. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

Pour nous rejoindre