Hypocrisie, indulgences,

richesses, crédits…

et Pollution mentale

 

 

Aux derniers Oscars, spectacle émouvant, certains ont invoqué la nécessité de prendre les transports en commun, histoire  d’honorer l’Oscar décerné à Al Gore. Comme la moitié de l’auditoire ou presque avaient un avion privé, on comprend que les applaudissements n’ont pas fait sauter le plafond.

Autrefois,  on pouvait tromper sa femme, sauter la bonne, exploiter ses ouvriers et se dorloter  la conscience en achetant à  prix d’or des indulgences… pour les bonnes causes.  John Travolta's House

Aujourd’hui, dans la nouvelle religion, on peut toujours continuer à voyager avec son  jet privé *  mais on peut toujours s’acheter des indulgences, pardon s’acheter des crédits de carbone pour avoir « des airs mails » de bonne conscience, crédits qui permettront aux riches de continuer à polluer, à bien parler (à $200 000. l’heure pour Al Gore) et aux pauvres d'expier, à mériter les crédits. 

* en hybride de luxe pour les courtes distances mais les célébrités sont sollicitées par toute la planète ne serait-ce que pour  faire un clip près du  Kalimanjaro ou avec un bébé phoque dans les bras

**. PHOTO.. Propriété de John Travolta. On y voit deux de ses cinq jets privés. Monsieur Travolta sermonne ses « fans » et y va de ses conseils pour sauver la planète, encourage un chacun à faire son effort selon ses moyens. A lui seul, il consomme avec ses avions cent fois la consommation totale d’un  citoyen américain ordinaire. Son empreinte personnelle sur la planète : avec ses avions  il génère  800  tonnes d’émission de carbone. On est loin du défi « une tonne » proposé timidement aux Canadiens par le précédent gouvernement. Pessimiste sur l’avenir de la planète, il  voit  la solution, à défaut de moteur nouveau (pour les avions sans doute) , dans  l’émigration sur d’autres planètes ou dans la construction de dômes comme dans le roman Globalia de J.C. Rufin qu’il n’a sans doute pas lu. Monsieur Travolta est  adepte de la scientologie qui est sans doute à l’origine de ses solutions radicales et futuristes.

 

Bof vit tragiquement sa schizophrénie congénitale partagée entre le goût de vivre et la peur de vivre, entre le risque et la trouille, entre la vigilance et la panique.

Extrait de MÉMOIRES D’OUTRE TOMBE F.

suite : Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

 

 mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,