La psychiatre arabe américaine

 Wafa Sultan

s’éclate sur Al-Hayat TV (Qatar) (29 mai 2008)

 

Pour l’émission… soit  filmée, soit en texte.. Voir http://www.memritv.org/clip/en/1783.htm

Quelques extraits significatifs :

 « Quand j’examine le Coran au microscope, les Hadith et les ouvrages islamiques, j’en arrive à l’absolue conviction que c’est impossible—impossible—pour tout être humain de lire la biographie de Mahomet, d’y croire et  en sortir une personne psychologiquement  et mentalement en santé….

  Vous souvenez-vous comment le prophète Mahomet tue Asmaa bint Marwan? Ses hommes la démembrèrent  quand elle était en train de donner le sein à son enfant……

Quand l’Islam  considère les femmes déficientes au plan de la raison et que je réfute cette prétention, je ne fais que contre-attaquer et me défendre…

[...]  je m’intéresse en particulier au langage, au langage de l’Islam. Le langage de l’islam est négatif, un langage de mort, qui n’exprime que la violence, la haine, et le racisme. L’homme est le produit du langage, le résultat d’un langage négatif ou positif auquel il a été  exposé…

[...]Je ne vois pas l’Islam comme une religion. … selon ma notion de la religion, L’Islam est une doctrine  politique qui s’est imposée  par la force.  Toute doctrine qui appelle â tuer ceux qui n’y croient pas n’est pas une religion.. C’est une doctrine totalitaire qui s’impose par la force…

….Je frémis quand je lis l’haddith : «Le paradis de la femme est sous les pieds de son mari. »…

« Le problème avec les Musulmans est qu’ils ne distinguent par leur prophète et leur propre nez. Quand vous critiquez Mahomet, ses actions et sa vie, c’est comme si vous leur coupiez le nez…

(A propos du Choc des civilisations (Samuel Huntington)

…Ce qu’on voit dans le monde actuel n’est pas un choc de religions ou un choc de civilisations. C’est un choc entre deux oppositions, entre deux périodes. C’est un choc entre une mentalité qu appartient au Moyen Age et une autre mentalité qui appartient au 21esiècle. C’est un choc entre civilisation et mentalité arriérée, entre un monde civilisé et un monde primitif, entre la barbarie et la rationalité. C’est une opposition entre la liberté et l’oppression, entre la démocratie et la dictature. C’est une opposition entre les droits de l’homme d’une part, entre la violation de ces mêmes droits d'autre part. C’est un choc entre ceux qui traitent  les femmes comme des bêtes et ceux qui les traitent comme des êtres humains. Ce que l’on voit aujourd’hui n’est pas un choc de civilisations.  Les civilisations ne s’affrontent pas, elles compétitionnent. ..

“ Je ne suis pas chrétienne, ni musulmane ni juive. Je suis un être humain séculier. Je ne crois pas au surnaturel mais je respecte le droit des autres d’y croire…

(A l’animateur qui la traite d’hérétique…) « Frère, vous pouvez croire dans des pierres si vous le voulez, pourvu que vous ne me les lanciez pas. Vous êtes libre d'adorer tout ce que vous voulez, mais les croyances des autres ne vous regardent  pas  … »

Ailleurs Wafa Sultan justifie sa croisade

« A présent je suis libre (aux États-Unis), mais je ne peux oublier ma nièce, mariée de force à son cousin, à l’âge de 10 ans. Lui en avait plus de 40. Son mariage était valide et légal en accord avec la charia parce que Mahomet, prophète de l’islam, épousa sa deuxième femme alors qu’elle avait 6 ans : lui en avait plus de 50. Je me souviens toujours de ma nièce revenant chez son père, le suppliant de ne pas la renvoyer chez son mari. Il lui répondait que pour l’islam il était honteux qu’une femme quitte la maison de son mari, et que Dieu la récompenserait de lui obéir. A l’âge de 25 ans, ma nièce s’est suicidée en s’immolant par le feu. Elle est morte brûlée vive, laissant 4 enfants. »

 

A cause de cela, et de tant d’autres tragédies humaines dont j’ai été le témoin durant les 30 premières années de ma vie, j’ai décidé de combattre l’islam. Attention, je dis bien : combattre l’islam. Pas l’islam politique, pas l’islam militant, pas l’islam radical, pas le wahhabisme, mais l’islam tout court. Je crois vraiment que l’Occident a inventé ces termes pour satisfaire au politiquement correct. En Syrie où j’ai grandi, on dit juste « islam ». L’islam n’a jamais été mal compris, l’islam est le problème »

 

Gus, remarque qu’elle n’en est pas encore à faire sa profession de fois sur les panneaux publicitaires des autobus.