Sir Wolfe revient sur les plaines d’Abraham pour foutre la France dehors

 

C’est la perception propagée par les Curzi et les Falardeau à propos du concert de Paul Mc Cartney,  invité   pour célébrer le quatrième centenaire de la fondation de la ville de Québec… On n’y voit que des menaces pour la nation, un geste de traîtrise, un peuple qui aime se vautrer dans la honte,  des réflexes de colonisés, de lèche-cul, d’enculés qui payent même pour la vaseline..  (sic dixitur)

 

On prévoit une foule de deux cent milles enculés (ées) sur les plaines pour le concert… Ça va coûter cher de vaseline au   gouvernement… , le Comité  des fêtes n’ayant rien prévu à ce poste dans son budget. 

 

Sans compter les frais de la visite du célèbre Beatle, qui demeurent secrets d'état… comme il se doit en temps de guerre… à tout le moins larvée.

 

En attendant l’arrivée de Jeanne d’Arc qui va laver l’affront un mois plus tard…

 (Gus, qui est Jeanne d’Arc?)

 

ET on compte sur la Grand messe de Gilles Vigneault pour exorciser le terrain avant le retour à la normale.

 

Gus, selon certains, Mc Cartney, un intru dans les fêtes de Québec,  un peu comme le Château Frontenac dans le vieux Québec francophone. Mais quelle visibilité ! Quelle publicité ! « What a  show »!