3. Bonheur de croissance

 

Le plaisir d’ «être plus» et de s’accomplir

Par le Prof Bof

 

 

 

 

Gus,

et si on jouait au Monopoly de la vie…!

Quelles sont les avenues à explorer…?

les boulevards où flâner…?

 

Comment exploiter son potentiel humain au maximum ? Où  investir

       son capital? Ses énergies ?

ses efforts ?

Y a-t-il un art de s’actualiser, de se réaliser, d'aller au bout de soi? Comment «  se faire et se trouver » ?

Comment exploiter son potentiel?  Quelle est la nature du rendement escompté ?

À quoi s’attendre? quoi espérer…?

 

Comment procéder à une analyse

 coût bénéfice ?

 Où en avoir plus pour sa mise…… ?

 

 

 

 

 

LA REGLE DU JEU :

 

« Apprendre à désirer de plus en plus et de mieux en mieux »

 

 

 

 

Les dés

Gus, le jeu de la vie se joue à deux dés

Le premier dé : C’est la part de fatalité et de nécessité dans la vie. L’héritage biologique et culturel d’un chacun,  ton éducation, Gus,  les circonstances spatio-temporelles que  tu n’as  pas choisies, le hasard des circonstances, des défis ou des rencontres.

Tout ceci représente également LES CARTES  qui te sont données au départ du jeu : ton physique, tes aptitudes, tes talents,  tout ce que  tu n’as pas choisi, dont tu n’as pas à te culpabiliser ni à te vanter et  avec quoi tu devra jouer le jeu de la vie.  Ici l’égalité proclamée par les Chartres n’est pas au rendez-vous : c’est comme dans une vraie partie de cartes, certains sans aucune forme de mérite ont une belle « main », d’autres pas.  Les as pour les uns, les petits chiffres pour les autres, et ce n’est pas parce qu’ils éprouvent de la difficulté avec les additions.  Et pire, dans la vraie vie, il n’y a pas comme aux cartes  une deuxième, une troisième distribution… où on pourrait  espérer normalement une meilleure « main »  pour rejouer sa vie.

 

Le deuxième dé : C’est la manière propre qu’un chacun a de jouer ses cartes. C’est la part de liberté et de responsabilité face au capital qui nous est imparti. C’est ce qui ultimement dépend de moi.  C’est ma manière d’exploiter le capital que la nature m’a donné.  A ce grand jeu de la liberté, certains font des miracles avec des cartes minables, d’autres réussissent à gaspiller un capital impressionnant au départ. Si encore on pouvait inverser les règles de la vie et jouer « à qui perd gagne », ce que certains semblent favoriser. (Certains philosophes ont prétendu que l’homme créait de toutes pièces, en toute liberté, ses valeurs. Nous sommes ainsi toujours responsables de nos échecs : on n’a qu’à déclarer que désormais les échecs sont  à rechercher et les réussites à éviter. Qui a proclamé que la santé était préférable à la maladie, la satiété à la faim, la vie à la mort, la sagesse à la folie, la connaissance à l’ignorance !  Nos réussites ou nos échecs dépendraient tout simplement, selon ces philosophes,  des valeurs que l’on a choisies, créées,  inventées en toute liberté à partir de rien.)

Pourquoi la règle au Monopoly de la vie ne serait pas : qui perd gagne comme on peut bien le faire pour une partie de Monopoly entre amis un dimanche de pluie?

« Nous héritons de tout, sauf de nous-mêmes »

 

 

 

LES QUATRE COINS DU JEU de la vie

 

L’OUVERTURE À L’infinité  de ce que peut offrir la vie

CETTE  OUVERTURE PEUT PRENDRE QUATRE DIRECTIONS

OU S’ENGAGER DANS QUATRE AVENUES (et quelques ruelles)

 

 

Coin du vrai.

 

Pousser à leurs limites mes capacités de m’ouvrir à la totalité de l’être,  par mes capacités de connaître.

Ma richesse intérieure dépendra

 

 

Coin du Beau.

 

La totalité de l’être s’offre à mon admiration. Toutes les formes de beauté, des plus faciles au plus raffinées sont autant d’occasion de jouissance pour

de la quantité et de la qualité des curiosités  et des centres d’intérêt que j’aurai développées.

 

 

l’esprit. Profiter de la vie, sous cet angle, c’est développer et raffiner au maximum  sa capacité de jouissance dans l’ordre de l’esprit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ses multiples facettes à explorer  la totalité de l’être et des êtres s’offre à combler mes appétits multiples. 

Je suis un être vivant dans la communauté des êtres humains.  Combien de relations et surtout de quelle qualité ou. profondeur  suis-

Le profit que je tirerai de la vie, dépend de la quantité et de la qualité des appétits et des désirs  que j’aurai développés et cultivés.

 

Coin du Bon et du Bien

 

 

je en mesure d’établir avec les êtres humains qui constituent mon environnement spécifique et peuvent contribuer à ma richesse intérieure? 

 

Coin des relations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite : LE PLAISIR DE CONNAÎTRE.

 

 

ACCUEIL

1. BONHEUR DE TRANQUILLITÉ  « Être moins » La paix avant tout.

Faire face à l’adversité de la vie..

 a. le Stoïcisme S’endurcir, se faire un dos de canard……

 b. Schopenhauer. S’évader du pire des mondes…

 c. Le Bouddhisme… Mort à Soi.…Extinction du désir…

 

2. Bonheur de plaisir. « Le plaisir d’être », de jouir de la vie.

a. Hédonisme, Épicurisme

b. Variations sur le plaisir. Fun. Sadisme. Masochisme. Don juanisme.

 

3. Bonheur de croissance. Le plaisir de s’accomplir,           

            a. Le monopoly de la vie. Les avenues à explorer.

            b. La dialectique du Vrai. Le plaisir de s’ouvrir au monde.

            c. La dialectique du Beau.  Le plaisir d’admirer de mieux en mieux

     d. La dialectique du Bien. Le plaisir de l’action, des relations interpersonnelles.

 

 

 

 

ACCUEIL

1. BONHEUR DE TRANQUILLITÉ  « Être moins » La paix avant tout.

Faire face à l’adversité de la vie..

 

 a. le Stoïcisme S’endurcir, se faire un dos de canard……

 b. Schopenhauer. S’évader du pire des mondes…

 c. Le Bouddhisme… Mort à Soi.…Extinction du désir…

 

2. Bonheur de plaisir. « Le plaisir d’être », de jouir de la vie.

a. Hédonisme, Épicurisme

b. Variations sur le plaisir. Fun. Sadisme. Masochisme. Don juanisme.

 

3. Bonheur de croissance. Le plaisir de s’accomplir,       

a. Le monopoly de la vie.  Les avenues à explorer

b. La dialectique du Vrai.  Le plaisir de s’ouvrir au monde.

c. La dialectique du Beau.   Le plaisir d’admirer de mieux en mieux

d. La dialectique du Bien.  Quoi faire de sa vie ? Etre plus…

e. Ouverture aux autres…Le plaisir d’aimer et de s’ouvrir à autrui.…

 

Pour nous rejoindre