1. Bonheur de tranquillité

c) Le Bouddhisme

Par le Prof Bof

Bouddha, c’est-à-dire l’Illuminé

(563-480 av. J.-C.)

 

Par le Prof Bof

 

BIOGRAPHIE

Gautama Siddhârta, de son nom, est né aux Indes de famille  noble et de parents aisés et âgés. Dès sa plus tendre enfance, dit la légende, on l’aurait élevé en prenant garde de lui montrer  quelque forme de mal que ce soit.

A sept ans  cependant, une expérience le traumatisera et donne un sens à sa vie :   un oiseau s’empare d’un ver dans la terre qu’un jardinier vient de retourner. La vie serait-elle une tuerie universelle ?

Plus tard, hors de son palais, il prendra conscience  de la souffrance, de la souffrance qu’on peut facilement imaginer dans les villes ou bourgs de l’époque : la maladie, les infirmes, la pauvreté,  la vieillesse et la mort.

Autant de maux dont il  soupçonnait à  peine l’existence. Sa vie bascule : « Tout l’orgueil de la jeunesse m’abandonna soudain » 

Il quitte sa femme, son enfant et part vivre en ascète avec cinq compagnons. Il eut à un moment la tentation de revenir  en arrière, mais la légende dit  merveilleusement que «  la vaste terre se mit à faire un demi-tour sur elle-même pour qu’il ne puisse revenir en arrière »

Gus, le sixième siècle avant notre ère  peut être considéré comme le grand siècle de  la pensée abstraite, de l’accès à la pensée formelle, de  l’adolescence de l’humanité si on considère le questionnement et la manière de traiter les problèmes. Dans plusieurs points du monde on abandonne les styles de pensée primitive pour  s’ouvrir à un type de  réflexion que l’on pourrait appeler philosophique, où l’homme se remet en question et recherche des axes nouveaux pour s’accorder avec son environnement et sa destinée.

C’est le siècle  de Lao-Tseu, de Confucius, des présocratiques en Grèce, de Zarathoustra, de Jérémie et Isaïe en Israël.

Il s’essaie à la mortification, retient son souffle le plus possible, pratique le jeûne à en maigrir. L’orgueil le gagne, l’accable  et il renonce à l’ascétisme.

Une illumination marque un point marquant dans son  évolution.

   Il prend conscience de la succession des générations; mort et naissance, joies, désirs et peines s’enchaînent. Une loi universelle, le karma, fait que tout acte est puni ou récompensé dans cette vie ou dans une réincarnation. Nos œuvres nous suivent. A trente cinq ans, après sept ans de méditation, il se fait prédicateur ambulant et pendant une quarantaine d’années il tente de partager son « illumination » et ses secrets pour assurer la paix de l’âme et de l’esprit.

 

Gus, le bouddhisme, du moins le bouddhisme primitif, n’est pas une religion, ou tout au plus est une religion sans Dieu. Il se veut une école de bonheur. Bouddha parle en son nom personnel, il a peu d’intérêt pour la métaphysique, il  pratique un certain agnosticisme quant à l’origine du monde,  quant à la finitude ou infinité du monde, à la composition de l’être humain. Ce ne sont pas  ces connaissances qui assurent la paix de l’homme.

L’homme seul fait son salut, on  ne compte pas sur un Dieu ou des dieux, sur des sacrifices, des prières ou des  mantras : il n’y a ni ciel ni enfer.

 

Le bouddhisme est une philosophie essentiellement pratique qui vise à assurer la paix de l’âme, le bonheur de tranquillité dont il est ici question. 

 

Gus,  en construction aux Indes.

Plus haut (500’) que la statue de la liberté. L’édifice  qui sert de siège a quatorze étages.

Dans le peuple par la suite, on s’éloigna de cette sévérité primitive et  on greffa sur le bouddhisme, selon les pays où il se répandait,  tout l’arsenal des religions populaires avec panthéon, déification de Bouddha (bien malgré lui), pèlerinages, reliques, lieux de culte, pratiques rituelles, etc. 

 

 

 

La pensée de Bouddha

peut se résumer aux quatre grandes vérités

qu’il a proclamées

 

  «  Seule la sagesse permet d’appréhender ces vérités profondes et pacifiantes »

 

 

Première grande vérité : LA SOUFFRANCE EST UNIVERSELLE.

 

 

Le cycle de la naissance, de la souffrance, du vieillissement et de la mort est un mal en soi  C’est se cacher la vérité que de ne pas voir cette universalité du mal.

Seule la sainteté et la sagesse   permettent  de voir la souffrance cachée dans les choses apparemment agréables alors que le commun des mortels  y voient  une mixture de souffrance et de joie.

 

 

 

a) Ce qui peut paraître agréable implique la souffrance d’autrui. (Gus, tu prends plaisir à manger ton steak, mais as-tu pensé à demander l’avis du boeuf.)

Notre richesse, notre bien-être est fait de l’appauvrissement des autres…

 

b)  Tout plaisir est lié à l’angoisse de le perdre.

 

c)  Les choses apparemment agréables se payent par des désagréments.

         (Gus, que de privations pour garder son poids santé, pour garder cette ligne dont tu es si fier, que d’efforts et de peines  pour pouvoir afficher ces muscles sur lesquels tu comptes pour séduire.  Et cet amour de la richesse qui oblige certains à travailler comme des parias)

 

d)  Les plaisirs du corps sont brefs et vulgaires

 

 

2. Deuxième vérité : LE Désir est la cause du  mal et de la souffrance.

 

 

  a) la naissance, qui est au point de départ de tout, est désir, fruit de la passion sexuelle. Ce désir est sans cesse renaissant et cause les cycles de la vie.

   Partout on trouve les désirs de  posséder, de dominer, etc

 

   b) Plus  profondément, le secret de cet égoïsme universel est l’illusion du moi, la croyance à notre individualité, notre tendance à s’approprier les choses, à s’attribuer des états d’âme, à se sentir affecté par tout ce qui se présente.

 

3. Troisième vérité. Le remède à la souffrance

réside dans l’extinction du désir

et dans la prise de conscience que le moi est une illusion.

 

Ce qu’on appelle la personnalité ou le moi n’est rien qu’un agrégat de matière, de sensations, de perceptions, de réflexions ou d’acte de volonté..  (Gus, tu n’es rien, sinon un tas de.. Hors du tas, pas de Gus)

 

 

Le but du bouddhisme est de détruire l’individualité, de mourir à soi… pris non seulement métaphoriquement comme la lutte à l’égoïsme (comme dans la morale chrétienne)  mais pris radicalement,  métaphysiquement. Il importe de sortir de l’ultime illusion, de se débarrasser d’un moi, de la fiction d’un moi au dessus ou au dessous des grandes parties du … tas de sensations que nous sommes.            

 

Gus, si au lieu de dire « J’ai mal aux dents », tu pouvais en arriver à constater tout simplement : «Tiens, il y a un mal de dents »  et arrêter de vouloir tout t’approprier … comme un enfant.

 Gus, on a vu comment l’objectif des stoïciens était de cultiver par la réflexion une indifférence ou une endurance de sorte que toutes  les adversités de la vie  nous tombent  dessus comme l’eau sur le dos d’un canard, « s’encanarder » moralement  en somme. Le bouddhisme fait métaphysiquement un pas de plus dans la solution au problème du mal : il n’y a pas de canard, le moi est une illusion.

 

Moralement, être capable d’arriver à considérer les choses impersonnellement, sans référence à soi. L’art de vivre proposé : s’habituer à  considérer  les choses impersonnellement au lieu de s’approprier les maux de la vie.        

 

4. Quatrième vérité. LE CHEMIN A HUIT VOIES. « L’octuple sentier »

 

 

Ces huit voies sont de multiples facettes qui relèvent de la rectitude morale que l’on peut pratiquer dans tous les domaines : la rectitude dans la pensée, la réflexion, l’action, les paroles, l’ascèse, les rapports avec autrui, etc. C’est le « sermon sur la montagne » du bouddhisme.

Entre autres, Gus, des conseils pour les moines, qui ne devraient pas trop nous surprendre.

1) L’ascèse. Mortification des désirs, pratique de la pauvreté, du célibat, de la non-violence, de la compassion, de la pitié.  Le moine doit s’en remettre aux autres pour vivre. Il pratique la quête quotidienne des aumônes aux petites heures du matin…Dans l’esprit du bouddhisme, le mystique qui se livre à la contemplation n’est pas un parasite mais la seule justification de

la société humaine.

 

2. La méditation. Pour détruire les illusions.

 Apprendre à mépriser le corps. Méditations sur les 9 ouvertures d’où coulent des substances répugnantes… (Gus, tu calcules déjà ? Avoue quand même qu’il y a de belles ouvertures, qu’elles ne sont pas toutes exécrables…)

ETC.

 

 

 

 

 

 

 

 

LE NIRVANA.

Ultime but visé par qui a compris les quatre grandes vérités et s’est engagé dans le chemin à huit voies.

On nous prévient que le Nirvana est impensable, incompréhensible.

C’est hors du monde sensible, de l’ignorance, de l’illusion,  des désirs personnels, de l’éphémère. On l’atteint  une fois qu’on a échappé au Karma, qu’on est  libéré de l’obligation de renaître,  libéré de l’illusion du moi. (Gus, une vague qui se prendrait pour quelque chose et qui tout à coup réalise qu’elle n’est qu’une forme transitoire de l’eau de l’océan qui est infini.)

                         

Ce serait une forme d’absolu et d’infiniment bon, une fois qu’on s’est débarrassé de tout ce qui nous conditionne. Le soi s’éteint et l’absolu demeure. Pour une branche du bouddhisme, c’est la Vacuité absolue; pour une autre, pour le Grand véhicule plus populaire, c’est l’union de l’individu à Dieu, à un absolu permanent, un ciel de félicité après la mort, c’est l’omniscience.

 

 

 

 

Gus, au cas où tu ne te retrouverais plus…

 

Le Bouddhisme et l’Occident.

 

Similitudes à plusieurs points de vue, analogies dans le discours, mais si l’on s’en tient au Bouddhisme primitif  deux différences essentielles sur deux points majeurs.

A propos du désir.

Le Bouddhisme professe l’extinction de tout désir.

Dans le christianisme et les grands maîtres de la pensée grecque on recommande de faire un tri dans ses désirs : certains sont à combattre et  à éliminer parce  que  déraisonnables et indignes  de l’être humain.

 D’autres désirs au contraire marquent un accomplissement et sont à exalter au maximum, « il importe d’apprendre à désirer de mieux en mieux et de plus en plus. » Platon

 

A propos du MOI

Le Bouddhisme  invite à se débarrasser de cette illusion et à se dissoudre dans le tout ou le rien.

 Dans la tradition chrétienne, on doit lutter contre l’égoisme jusqu’à un certain point et surtout éviter de se prendre pour un autre, « vous serez comme des dieux ». Le moi n’est rien par lui-même mais néanmoins est réel. Cette personne  peut s’ouvrir sur l’infini ou l’absolu de l’être par la connaissance et l’amour. « L’acte pur », «La pensée de la pensée » Aristote ; « le Ciel des Idées » Platon.

 

SUITE : BONHEUR DE PLAISIR OU DE JOUISSANCE

 

 

 

 

 

Ajout 29/04/05.

Une curieuse de journée avec le Dalai Lama.

 

Gus, choses cocasses  qui ont failli ébranler le solide bon sens de ton Prof..

  Il reçoit hier le courriel suivant en anglais (ton prof s’est chargé de le traduire  pour ensuite se rendre compte qu’on pouvait facilement le trouver en français sur Internet)

Je sais que l’on prête aux riches et Bof est dans l’impossibilité de garantir que le Dalai Lama ait quoi que ce soit à voir avec ce document qu'on lui prête si généreusement …

 

Gus, ce sont des  conseils  de gros bons sens et de  bon sang,   C’est le final qui est un peu curieux.

 

Voici le courriel, tel quel qui s’est amené dans l’Outlook Express de ton Prof.

 

 

Voici un bref et beau  message. Pour votre plaisir! C’est le message du Dalai Lama pour 2005. Prenez  quelques secondes pour le lire et y réfléchir. Ne gardez pas le message pour vous. Vous avez 96 heures pour le transmettre à d'autres. Vous aurez alors une agréable surprise. Ceci est vrai pour tout le monde,  même si vous n’êtes pas superstitieux. … ou  peu importe votre  foi religieuse.

 

 

1. Un grand amour ou de grandes réalisations impliquent  toujours de grands risques.

 

2. Quand vous perdez, ne perdez pas la leçon.

 

3. Suivez les trois R.

      Respect pour vous-même.

             Respect pour les autres.

                Responsabilité pour toutes vos actions.

 

4. Souvenez-vous que ne pas obtenir ce que l’on désire  peut être un merveilleux coup de chance.

 

5) Apprends les règles de sorte que tu saches comment les transgresser correctement.

 

6.) Ne laisse pas une petite dispute mettre en danger une grande relation.

 

7) Quand tu réalises que tu as fait une erreur. Prends immédiatement des mesures pour la corriger.

 

8) Garde- toi quelques moments de solitude chaque jour.

 

9) Ouvre tes bras au changement, mais ne te départis pas de tes valeurs.

 

10)  Rappelle-toi que le silence est quelques fois la meilleure réponse.

 

11) Vis une bonne et honorable vie. Quand tu seras vieux et  que tu  y repenseras, tu y prendras plaisir une seconde fois.

 

12)  Qu’une bonne atmosphère dans votre foyer soit  le fondement de votre vie.

 

13. En désaccord avec ceux que tu aimes?  Ne t’occupe  que de ce problème. Ne ramène pas tout le passé à la surface

 

14)  Partage  tes connaissances. C’est une manière d'atteindre l’immortalité.

 

(Gus, ton Prof partage ses connaissances à des milliers de lecteurs ou à tes émules. De quoi sans doute  mériter « les promesses de vie éternelle ». Dieu seul sait, cependant, comment ça peut être long l’éternité « surtout vers la fin »,  et si en plus on souffre des rhumatismes. ! )

 

15)  Sois gentil avec la terre.

 

16.) Chaque année, va à un endroit que tu n’as jamais vu.

 

17) Souviens-toi que la meilleure relation est celle où l’amour mutuel  dépasse le besoin que l’on a d'un chacun.

 

18) Juge de ton succès par ce que tu as  investi pour y arriver.

 

19)  Livre-toi à l’amour  et à la cuisine avec un certain  abandon.

 

 

Envoyer le  mantra de ce courriel à au moins 5 personnes  et votre vie va s’améliorer.

 

0-4   Votre vie va s’améliorer légèrement

5-9   Votre vie va s’améliorer  selon votre  désir.

9-14 Vous aurez au moins   5 surprises dans les trois prochaines semaines.

15 et plus. Votre vie va s’améliorer radicalement  et tout ce dont vous avez rêvé va commencer à prendre forme.

 

Ne garder pas ce message pour vous.

 Ce mantra doit quitter vos mains dans les 96 heures.

Vous aurez une plaisante surprise.

 

(Gus, comme c’était  le week-end ultime des déclarations de revenus, Bof a pensé un moment, illusoirement évidemment, que c’était un cadeau insoupçonné de ses gouvernements. De fait la déclaration est facile, c'est de trouver les revenus qui fait problème)( 24 heures plus tard, Bof est convaincu : les gouvernements et le Dalai Lama ne sont pas de connivence et ils ne se concertent pas du tout )

 

 

Gus, tu sais comment Bof  accorde peu de foi à ces messages. Comme il connaissait quelqu’un de proche qui  flirtait avec le bouddhisme, il lui envoya à titre d’information  ce  message qu’il  avait reçu, à peine lu  et qui venait d’on ne sait où comme bien du matériel sur Internet qui surgit inopinément dans notre boite aux lettres.

 

Miracle, coïncidence,  pouvoir du Dalai qui pourtant n’est pas un intime de Bof,  effet des mantra, on ne sait trop, ou récompense tardive pour pratique assidue et résignée de la vertu par  ton Prof,  il s’ensuivit  ce jour là,  un miracle (sinon deux puis trois) dont je te fais ici le résumé.

 

 

Journée du  28/04/05

 

Ton Prof, Gus, après avoir envoyé  et collaboré innocemment à propager  le précieux mantra, s’occupait  dans son jardin à tirer sur ses tulipes pour qu'elles s’excitent un peu et  précipitent le pas  pour être au moins au rendez-vous pour la fête des mères, lorsque madame Bof, la mère en question, apparut, tout excitée  et  énervée :

 

--- Bof, mon cher Bof, crois-tu  au miracle ?

 

--- Tu sais bien que non, ma chère boffe.

 

--- Devine ? Frangine vient d’être retrouvée.

 

 

 

TRISTE   ET BELLE HISTOIRE DE FRANGINE,

(Mort et résurrection, dirait Tolstoï)

 

Il y a un mois, par un beau vendredi saint, ensoleillé à contretemps, vers trois heures de l’après midi, (Eh oui, Gus!) Madame Bof cherche désespérément son oiseau préféré, un inséparable,  un love bird en italien, un  psittacidé agapornis roseicallis  pour ceux qui aiment ça long ou habitent  les quartiers chics. (Gus, c'est de plus un excellent exercice pour un bègue : remarque cependant  que l’inséparable  se vend deux fois plus cher en latin un peu comme les jeans qui sont griffés, snobisme oblige et se paye).  Comme l’oiselle, car c'en était une,   est fureteuse  et coquine en plus, aime jouer à la cachette  et lancer un  Pit Pit.  victorieux quand elle gagne, on fouille les armoires, placards, frigo, congélateur, laveuse, sécheuse,  lave-vaisselle,  investiguent sous les lits les chaussons et les chaussettes qui traînent, toutes ses cachettes usuelles en somme. Pas de Frangine. Épuisés comme seul   Colombo  peut  le comprendre, on conclut, elle et moi,  que l’inséparable s’était séparé, qu’il avait profité d’une porte entrouverte pour goûter à cette liberté  si bien chantée par les oiseaux, les hommes et les adolescents.  Après deux ou trois jours, après des nuits sous le point de congélation, Bof dut consoler madame Bof qui était inconsolable, qui regardait par la fenêtre et avait de la difficulté à détacher son regard du thermomètre au mercure recroquevillé, antipathique qui tournait au bleu sous la froidure.. Dans un ultime geste de désespoir, elle signala la perte de l’oiseau  à la Société Protectrice des Animaux  ne tarissant pas sur  ses qualités  (celles de l’oiseau) qu'elle étalait étouffée dans un dernier sanglot.

 

UN MOIS PLUS TARD COMME ON DIT AU CINÉMA.

 

La SPA  réussit à réveiller madame Bof  (Gus, ton Prof était  au jardin comme on a dit plus haut)  et lui annonce qu'un oiseau correspondant  à la description faite quatre semaines plus tôt avait été vu et récupéré  à dix kilomètres, de l’autre coté de la ville. Du jamais vu, mémoire d’inséparable ou parole de perroquet.  Ton Prof,  tu peux le deviner Gus,  laissa ses tulipes à leur rythme un peu paresseux,  se précipita,  brûla quelques feux rouges contrairement à ses habitudes, pour aller récupérer la précieuse bestiole et faire cesser la contraignante période de deuil à laquelle Madame Bof  se croyait astreinte.

 

Gus, une autre heureuse COÏNCIDENCE.

 

Tu n’ignores pas qu’ici les étudiants et les professeurs se relaient pour faire la grève; ils poussent la délicatesse à se distribuer équitablement les jours de la semaine.  Ce jour là,  la Pâques de Frangine,   une jeune fille, étudiante, belle et gentille, en congé évidemment, put aider sa mère à attirer  ce bel oiseau qui voltigeait d'arbres en arbres autour de leur maison (Merci Madame M… merci mademoiselle m…..)

 

Sans grève ce jour là, pas de Frangine, du moins pas de retour chez elle où elle semblait si heureuse … avant son  escapade. (Gus, tu me diras que trente jours c’est pas mal plus long que  trois jours  pour ressusciter, on peut  pratiquer, se faire la main et il n’a pas de quoi à en faire un plat,  mais qui nous dit, Gus,  que le temps est le même pour les oiseaux, pour Einstein et pour les humains.)

 

 

 

 

 

Encore du jamais vu ce jour-là.

 

  Un « vendeur de voitures » court après Bof  (le gérant de banque est moins rapide cependant) pour rompre un contrat de location, lui offrir un millier de dollars et en plus remplacer son actuelle bagnole  par un dernier modèle à moindre coût. Une dame parait-il chercherait désespéramment une voiture correspondant exactement aux spécifications et à l’âge de sa présente voiture  (en location depuis trois ans). Après savants calculs et pitié pour cette dame qui était peut être, sait-on jamais,  une admiratrice qui fréquentait discrètement les sites du Prof Bof  et investissait dans des futurs souvenirs qui se vendraient à prix d’or,  ton Prof, Gus, contre tous ses principes, accepta de s’enrichir … sans aucun mérite de sa part comme un vulgaire gagnant de la loterie,  sinon avec une volonté ferme de faire plaisir aux dames  et de laisser quelques reliques éventuelles.

 

 

 

Autre SURPRISE LE SOIR.

 

 Tu sais, Gus, que quelqu’un qui a un site peut avoir des renseignements  (pratiquement illimités)  sur  les fréquentations de son site. Tu peux imaginer toutes les informations, à 97% inutiles qui inondent Bof avec ses 25 sites sur Internet., que ce  soit  le No de ton appareil, la grandeur et les couleurs de ton écran, ta version d’Explorer, le Cru du Word que tu utilises pour remettre tes travaux pleins de fautes. On ne me dit pas la couleur de tes cheveux, mais je le savais déjà. Toujours est-il que ce soir là, pour accélérer son sommeil, Bof décide d’aller voir quelle est la fréquentation de ses sites par « continents » au cas  où, sait-on jamais,  cela pourrait permettre de régler des problèmes d’incontinence sénile. Quelle  ne fut pas sa surprise d'apprendre qu'il y avait un Martien qui,… non, Gus, pas tout à fait, mais  un citoyen de l’Antarctique  qui était venu  consulter ses oeuvres.

 

 Et Bof  qui ne savait même pas qu’il y avait quelqu’un assez fantasque pour aller s’établir entre cette Mer de Glace et cette Terre de Feu. Peut-être un survivant de GreenPeace folâtrant avec les phoques et que le bateau avait oublié. Des phoques à perte de vue pour les cartes postales,  sans Terre-neuviens, ni êtres humains, des phoques  occupés à rendre des actions de grâce en l’honneur de  Brigitte Bardo.

 

Si tu savais, Gus,  comment on s’endort bien en pensant  à un antarctiquien  qui pense à toi, au Dalai Lama qui te veut  du bien  et à la belle Brigitte Bardo d’antan, de jadis,  qui se fout sans doute de ta gueule parce que tu n’as pas encore l’air d'un phoque.

 

Gus, ce fut ma journée tibétaine.

 

ENTRE NOUS DEUX, GUS : Ce n’est pas vrai que Bof tire sur les tulipes pour les faire pousser plus vite, ce n’est pas vrai qu’il souffre d’incontinence sénile, ce n’est pas vrai que madame Boffe laisse traîner des chaussettes sous le lit…Pour le reste tout est vrai.

 

 

Gus, si tu veux te mériter des indulgences tibétaines, tu peux toujours te faire un  moulin MANI STONEà prières qui est tout aussi efficace et plus expéditif.  Tu multiplieras ainsi  tes chances d'avoir des surprises, pourvu que ce ne soit pas de passer de copine en copine.  La petite dernière me parait fort gentille. Pour ton moulin a prières,  tu n’as qu’à recopier  ce mantra ou un autre sur la roue avant de ton vélo  et chaque tour te ménageras des surprises… surtout s’il y a des nids de poule dans la chaussée.

 

 

 Gus, un an plus tard, grande surprise un beau matin …. Encore le Dalai ??

 Bof te jure, lui,  qu’il n’a rien fait

 

 

 

 

 

Gus, l’œuf de Frangine est blanc…

Et c'est le plus petit.

 L’autre,  un vulgaire œuf de poule qu’on a trouvé dans le frigo sans l’intercession du Dalai…

 

 

 

Autre miracle du Dalai Lama ???

Avec le temps,

Frangine  sut se rendre utile

et faire la fortune de ses maîtres.

 

Quoi de mieux

qu’une déchiqueteuse professionnelle à sa disposition

 

Il suffit

de laisser traîner innocemment

les comptes des fournisseurs,

 des taxes municipales

ou d’impôt gouvernemental

 

 

 

Laisser la bestiole à son  initiative ..,

à son anarchisme inné,

lui  laisser passer sa rage contre ces relents du capitalisme 

 

Dans un crépitement comme celui de ces anciennes machines à écrire, 

elle débite à une vitesse folle des languettes de papier  qu'elle tente de se mettre dans le troufignon (!) pour les apporter sans doute à un  nid éventuel

 

(du moins c'est l’intuition de Bof… mais il n’a pas une cervelle  d’oiseau pour bien comprendre et évaluer la situation)

Quel honnête citoyen  oserait décemment  retourner un compte réduit en charpie sans avoir peur d’insulter  ses fournisseurs

 ou,  pire,

son bon gouvernement. !! ??

 

Pas Bof en tous cas,

Encore moins Madame Boffe.

 

 

 

 

 

SUITE : BONHEUR DE PLAISIR OU DE JOUISSANCE

 

 

 

 

ACCUEIL

1. BONHEUR DE TRANQUILLITÉ  « Être moins » La paix avant tout.

Faire face à l’adversité de la vie..

 

 a. le Stoïcisme S’endurcir, se faire un dos de canard……

 b. Schopenhauer. S’évader du pire des mondes…

 c. Le Bouddhisme… Mort à Soi.…Extinction du désir…

 

2. Bonheur de plaisir. « Le plaisir d’être », de jouir de la vie.

a. Hédonisme, Épicurisme

b. Variations sur le plaisir. Fun. Sadisme. Masochisme. Don juanisme.

 

3. Bonheur de croissance. Le plaisir de s’accomplir,       

a. Le monopoly de la vie.  Les avenues à explorer

b. La dialectique du Vrai.  Le plaisir de s’ouvrir au monde.

c. La dialectique du Beau.   Le plaisir d’admirer de mieux en mieux

d. La dialectique du Bien.  Quoi faire de sa vie ? Etre plus…

e. Ouverture aux autres…Le plaisir d’aimer et de s’ouvrir à autrui.…

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

 

 

Pour nous rejoindre

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)