Profbof.com

(thèmes ou chapitres)

    Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

Qui suis-je ?

 

1. GAUCHE-DROITE

AU PLAN POLITIQUE

 

Dans le tableau suivant, Gus, remarque  que si c’était possible  un cylindre où les deux extrêmes se rejoindraient serait  plus éloquent et plus juste car les extrêmes  de gauche ou de droite se ressemblent et se rejoignent sur bien des points :

dictature,

désignation d’un  mal absolu,  usage de la force,

refus de toute opposition, diabolisation et élimination  de l’adversaire, propagande étatique,

filière  de privilèges et de privilégiés,

auréolisation du Chef, etc.

Bof voudrait que les deux extrêmes  se rejoignent comme une feuille que l’on retourne sur elle-même. C’est impossible sur internet.  D’autres, pour rendre compte  des différentes tendances, recouvrent ce tableau horizontal  de deux tendances verticales qui vont de autoritaire à libertaire…à des degrés ou niveaux  appropriés.

 

Gus, a propos de l’auréolisation du Chef, tu peux toujours aller voir la belle galerie de spécimens du 20ième siècle que Bof a déjà préparée.

 

 

 

HISTORIQUE. Gus, cette division des tendances politiques date déjà de deux siècles, cependant elle a subi bien des mutations avec le temps au point d’être méconnaissable d'un siècle à l’autre.  Les grands points de rupture ou de fracture dans la société  évoluent avec le temps. Les principales couches de sédimentation dans le passé: partisans de la république vs  les nostalgiques de la monarchiesécularisation vs structure cléricale de l’état; étatisme et nationalisation  vs libre entreprise et propriété privée; repli sur soi et sa collectivité  vs ouverture sur l’autre et sur le monde.

 

 Le point de fracture   se déplace constamment avec l’apparition de nouveaux besoins  ou d’idéaux de remplacement.  Les extrêmes des tendances servent plutôt d’épouvantail  (en Occident)  et sont utiles pour peinturer l’adversaire dans un coin. Échecs et  peurs   ramènent  les opinions plus ou moins vers le centre. La tendance sociale-démocrate  a trouvé son propre frein dans les déficits accumulés, les dettes projetées sur les générations à venir et les hausses d’impôts peu rentables électoralement et économiquement. (Voir : Évolution  des sociales démocraties au 20ième siècle

 

La division  gauche-droite  perd un peu de sa signification en Europe pour prendre plus d’importance aux USA sous les noms de conservatisme et libéralisme (politique).

Prochaines polarisations ? Mondialisation, altermondialisation (avatar de l’anti-mondialisation); immigration, dépopulation, intégration, communautarisme; pollution, Kyoto : sécurité, intégrisme, etc. ?

 

 

 

 

Gus, la démocratie est un jeu d’équilibre. Il est presque impossible  de supprimer un des deux pôles d'attraction qui  reflètent dans une certaine mesure un dualisme propre à  la personne humaine. On aboutit si on supprime un des pôles à une dictature, de droite ou de gauche, où l’homme est comme amputé d’une partie de son cerveau, coté droit ou gauche évidemment. C’est le rêve entretenu par les extrémistes dans les deux cas et c'est une bonne part de l’histoire et des tragédies du vingtième siècle.

 

A retenir, Gus : une des sentences les plus célèbres du dernier siècle :

« La démocratie est le pire des systèmes, à part tous les autres »

Churchill

Sa pratique relève de l’art,

un grand art de  fabriquer des consensus à partir des  divisions,

de faire régner une paix fragile entre ennemis potentiels,

de croire en l’homme, mais pas trop, de calibrer pessimisme et optimisme,

de tempérer mutuellement idéalisme et pragmatisme dans l’action,

de faire prévaloir un bien commun minimal sur  la multiplicité des égoïsmes,

de  faire naître et tempérer des espoirs qui seront sources de déception constante,

d’endiguer le mal à défaut de le détruire  par crainte du pire,

de partager les richesses sans en tarir les sources,

d'aménager un espace hospitalier aux différentes manifestations de l’humain,

de faire cohabiter un moi et un toi, à la condition minimale qu’ils n’aient  pas l’intention de s’entretuer,

de croire par principe à la Sainte Trinité politique :

établir une fraternité minimale pour concilier liberté et égalité,

ce qui a passé souvent pour un impossible rêve, qui a braqué les populations du vingtième siècle les unes contre les autres, que ce soit au nom de la liberté ou au nom de l’égalité.

Les oppositions souvent symétriques qu’on trouve à l’intérieure des démocraties modernes  sont à la fois sa  richesse et sa faiblesse

 que les partis de centre tentent de concilier de leur mieux,  dans la mesure du possible et en tenant compte des exigences du moment.

 

 

 

 

Démocratie, dictature, gouvernance  et clameur du peuple

 

Gus, dans une dictature, on entend peu le peuple condamné à se taire ou à chanter les mérites du « Chef » ; on entend surtout  ce dernier qui se livre à des discours fleuves pour convaincre le peuple de la  chance qu’il a d'avoir un tel  Sage à la direction de l’État.

 

Dans les démocraties modernes, il devient de plus en plus difficile de gouverner : on n’entend plus que la clameur des revendications du peuple (groupes de pression, manifestations, occupation de la rue ou des officines publiques,  partis, médias, tribune libre, ligne ouverte, forts en gueule, etc.). Les désirs de l’homme sont en principe infinis surtout quand se pointent à l’horizon la possibilité de les  satisfaire.  Les lamentations ou les réclamations fusent de toutes parts pour plus de biens, de richesses, de subventions, de sécurité, de protection, de gratuité, de garantie contre la rivalité ou la compétition,  de soutien à l’incompétence, d’assurances contre toutes formes d'adversité, pour la conservation des  droits acquis ou pour l’acquisition de nouveaux droits, pour l’accès aux privilèges, pour l’accès à l’égalité des privilèges, pour l’accès à plus de privilèges.

 

Traditionnellement  le pouvoir était divisé en trois instances, pour éviter toute forme d'absolutisme. A cela s’est ajouté avec le temps le pouvoir des media et, se manifestant de plus en plus, un cinquième pouvoir, le pouvoir de la rue, qu’on aime bien qualifier de « pouvoir citoyen », qui peut paralyser  tous les gouvernements et compte quelques succès à son crédit. Caractéristiques principales de ce nouveau pouvoir : il n’est pas mandaté, quelques milliers de « citoyens » peuvent annuler le vote de millions de citoyens qui se sont rendus aux urnes pour « s’exprimer ». Souvent ne sert que de paravent à des minorités ou à lancer au nom d’une certaine justice des « pas moi », des « pas dans ma cour ».  Ces psychodrames servent surtout à mettre en branle  le quatrième pouvoir qui, espère-t-on, rejoindra ou intimidera le législatif.  Les manifestants crient d’autant plus fort ou allègrement qu’ils n’ont pas à assumer une quelconque conséquence de leurs réclamations… qui ne visent qu’eux et dans le temps présent.  Idéalement, les réclamations sont promues par une brochette d’artistes ou de vedettes  à la polyvalence  certifiée mais qui seraient terrorisés à l’idée  de se présenter à une élection.

 

 Si encore en face du chœur des revendications on pouvait entendre un autre chœur, un chœur de Mère Teresa  qui insisteraient  pour donner toujours plus de leur personne ou de leurs biens pour pallier toute injustice ou inégalité…!  Qui réclameraient qu’on  augmente leurs « propres impôts ».  

 

Les deux chœurs existent probablement, mais ils n’ont pas le don de s’équilibrer ou de se faire entendre avec la même puissance de voix

 

Le chœur de la mendicité. Il chante avec force  et en nombre. Inclut les plus pauvres et les plus riches, les plus misérables et les plus puissants. Quand il ne chante pas, il s’exprime dans les sondages ou dans les tribunes libres.

 

Le chœur des donateurs. Moins nombreux.  Chante sur deux tons, Un peu cacophonique.

Sotto voce. Augmentez nos impôts.

A pleine voix. Augmentez les impôts du voisin.

         

A qui le morceau…?

 

 

 

 

 

Gus, si cela peut t’aider, voici un petit tableau  de la distribution  des  votes par tendances en France en 2007

 

 

FAMILLES POLITIQUES

Extrême-gauche et gauche

Centre gauche

Centre droit

Droite et extrême droite

Répartition habituelle des votes

15-20%

25-30%

30-40%

15-20%

 

 

 

 

GAUCHE

 

Extrême

Reformatage périodique de la conscience politique. Une constante cependant : tout ce qui n’est pas communiste est fasciste par décret dogmatique.  A moins que ce soit  de vulgaires suppôts de l’impérialisme.

La gauche

de la

gauche

Frange

 

CENTRE

Tendance à refuser la dichotomie :

 Blanc vs Noir telle que présentée ici.

S’embarrasse de distinctions et de subtilité.

Tente de voir des nuances de gris.

Analyse les situations  au cas  par  cas.

Accusé par la gauche de vouloir sauver la chèvre et le chou,

de n’être ni chair ni poisson, de n’être au fond qu’une droite déguisée.

 

DROITE

 

Extrême

 

La droite

de la

droite

Frange

 

Pour  la droite c'est une gauche déguisée, ou moins pressée

A noter, Gus, que c’est habituellement la gauche qui aime le mieux cette polarisation de la pensée politique, qui plastronne et pavoise le plus avec l’étiquette qui est son auréole  de vertu et de bon sens, sinon de bon sang.

 

C’est elle qui excommunie et  précipite  ses adversaires à l’autre extrême  pour  mieux se faire valoir et mieux les dénigrer. “Quand on me demande si la division entre parties de droite et de gauche, entre gens de gauche ou de droite, a encore une quelconque signification, la première chose  qui me vient à l’esprit est que quiconque pose la question  n’est certainement pas de la gauche » Alain. 1925

 

« Si un jour je marche sur l’eau, les journaux titreront :

 « La dame de fer ne sait pas nager »

 Margaret Thatcher

 

 

1. Temps privilégié

Tendance à valoriser

le futur

 

« Ça ne peut pas être pire »

« Les lendemains qui chantent »

.

Le pari  inconscient :

 « Tout changement est un progrès »

 

On valorise le CHANGEMENT, les RÉFORMES, le progrès.

 

À l’extrème : l’aventurisme,

la « gauche à gogo »

La Révolution

(extrême gauche)

 

le PASSÉ ou LE PRÉSENT

 

 « LE PASSÉ A FAIT SES PREUVES »

« Un tien vaut mieux que deux tu l’auras ».

 

« Ça pourrait être si facilement pire »

 

 

On valorise  l’ordre, la stabilité, les traditions,

 

À la limite : le retour au passé (réactionnaire )

Le monarchisme

 (extrême droite selon les pays)

Islamisme : théocratie

 

2. RAPPORT INDIVIDU ET ÉTAT.

L’accent ou la priorité est mis sur ….

 

…La collectivité et sur les droits sociaux et collectifs.

On insiste sur l’égalité à tous les points de vue.

Responsabilité collective.

 

Tendance à considérer que  la société et la culture ou les systèmes économiques sont causes des inégalités de fait.

 

On croit à la possibilité d’une société parfaitement égalitaire (non seulement à l’égalité des chances, mais aussi à  l’égalité dans les résultats)

Exalte la fraternité humaine

 

En principe, anti-raciste.

Au pire, élimination  de classes ou de têtes qui dépassent

 

… L’individu et les droits individuels.

On croit en général à l’égalité des droits et des personnes mais à la diversité des talents.

 

On croit à l’inégalité des talents, on insiste sur la responsabilité individuelle et on se scandalise moins  des inégalités sociales.

Elles sont des conséquences de la nature ou  de la liberté d’un chacun.

 

L’extrême droite débouche sur le racisme

et vise à institutionnaliser les inégalités. 

 

Autrefois l’aristocratie : privilège de classe.

La Royauté comme institution divine…

ou privilège héréditaire.

 

3. De l’usage de la force

 

Se veut et se porte théoriquement à la défense du faible

Se veut plus participative.

Confiance dans la bonté et l’éducabilité des masses.

 

Le criminel est peu coupable, est plutôt une victime, une victime de la société et il doit être rééduqué.

 

La source du mal est à l’extérieur de l’homme.

 

A la limite : apologie de la Révolution ou de la Force pour changer de régime politique.

Oppose la « vraie démocratie du peuple »

aux démocraties « formelles »

Particulièrement habile à utliser le puovoir de la rue, faute de pouvoir conquérir le « pouvoir formel ».

 

Pour se fixer personnellement, il importe de démêler

la part des bons sentiments,

des intérêts personnels, des intérêts de classe

 et ceux de la société. 

 

 

« C« 

AUTORITAIRE : LA FORCE AU SERVICE DU DROIT. 

« Law and order »

 

Les criminels en prisons, les drogués en Alaska,

 

 Souvent pour la peine de mort.

La peur est nécessaire pour contrôler  les forces du mal en l’homme.

 

Le mal prend sa racine dans la nature humaine.

 

VOIR AUSSI : Le pacifisme à gogo ou le prêt à penser pour cerveau attendri.

 

 

4. ECONOMIE

 

Tendance à majorer le rôle de l’état  ou de la collectivité dans l’ordre économique.

Tous pour un, un pour tous.

 

A la limite, élimination de la propriété privée considérer comme la cause de tous les maux.

 

Compassion : se porte théoriquement à la défense du faibles  de l’opprimé qui sont des victimes.

Insistance théorique sur la distribution équitable des biens.

La Gauche se veut  « généreuse » 

(Gus, si c’est Mitterand qui le dit, la voix ou la plume  doit  ici trembler d’émotion)

On préconise l’universalité des programmes sociaux.

 

La richesse des uns est la cause de la pauvreté des autres. 

 

Se veut distributive, ne serait-ce que pour se faire élire ou réélire mais  prend bien soin de ne pas  émasculer ou tarir les sources de richesses de la nation.

Importance de créer la richesse avant de la distribuer

 

 

 

 

 

 

Tendances :

certains se braquent sur les résultats,

d’autres sur les moyens

Tendance à avoir confiance dans l’initiative d’un chacun et à  majorer  l’importance de l’individu.

Chacun pour soi… ou presque..

 

On croit à la propriété privée, au travail. On valorise l’efficacité et la production.

 

L’individu est le premier responsable de son bien-être économique.

Méfiance face aux interventions de l’état.

 

L’intérêt personnel  comme principal moteur économique..

 

Plus sélectif  dans les mesures de redistribution. Ne vise que ceux qui sont dans le besoin..

 

Importance du marché, de l’offre et de la demande pour déterminer ce qu’il faut produire.

 

Importance de la charité privée

Au plus fort la poche

Richesse de classe héréditaire.

 

Gus, une belle histoire de pendule…

Gus, DISTRIBUTION ET PRODUCTION : les deux frères ennemis.

On ne distribuera que ce que l’on a  produit…

(Gus, n’applaudis pas. Ton prof n’a pas trouvé ça tout seul)

La gauche  compte apparemment sur la pensée magique pour produire des richesses (siphonner les riches, augmenter les salaires, baisser les prix, so,so,so, solidarité. Ou encore comme on l’a vu récemment; « la richesses est là, il suffit de la redistribuer ».

La droite valorise et considère même comme nécessaire de mettre l’intérêt personnel comme principal moteur pour produire de la richesse quitte  à en arriver à une société  inégalitaire.

Les partis de centre sont conscients  de cette  association  inévitable. 

Gus, petit exercice : comparer  Corée du Nord et Corée du Sud.

 

La manière de concevoir la pauvreté conduit à des  attitudes ou à des principes de solution différents: pour certains sont pauvres ceux qui ont moins que la moyenne statistique ou  qui sont dans le dernier cinquième du partage (4%) des revenus de la nation ; pour d’autres la pauvreté se définit par l’incapacité de satisfaire les besoins fondamentaux (nourriture, logement. etc.) Dans ce dernier sens, la pauvreté des ménages au Canada est passée de 40% en 1951 à 8% en 1981 d’où elle  a peu varié malgré une pluralité de mesures sociales…Dans le premier cas, le problème est insoluble théoriquement  à moins de prôner et de réaliser un égalitarisme absolu;  la définition sert plutôt à  entretenir  les indignations  et les cris du coeur… ou les résignations définitives.  

 

 

 

5. valeurs privilégiées

 

Plutôt indulgente et libertaire au plan des mœurs

Universalite, union des classes laborieuses à travers les nations.

« travailleurs, fonctionnaires du monde, unissez-vous »

Laïque

Marxisme athée

Tiers--mondiste.

Accueillante théoriquement à l’égard des étrangers.

 

 

Famille (rôles sexuels)

 

Patrie (drapeau, hymne nationale)

 

Voir :  Nation , nationalisme

Extrême droite : fascisme, nazisme

 

Religion.

Méfiance à l’égard des étrangers,

de l’immigration.

 

 

6. pensée

 

Idéalisme théorique,

Très théoricienne.

Rêve de solution globale

Séduction auprès des intellectuels***.

Valorise les idées ou les programmes au dépens des faits. 

 

Porté sur la rectitude politique, sur  les solultions verbales ou les discriminations positives. Les pauvres sont devenus des économiquement faibles, les  sourds des mal-entendants, les malades des patients, les assistés sociaux des bénéficiaires ou mieux des prestataires.

Et les faibles, en principe, ont toujours raison

Porté vers le prêt à porter idéologique  de l’heure,  sensible aux beaux mots et aux belles idées… Voir :  une certaine intelligentsia

 

 Sensible aux maux  de l’humanité, et à  tout ce qui va mal… Porté vers la compassion universelle…  surtout si on peut identifier  et diaboliser un coupable, ( voir aussi :  Critique sociale. Niveau UN. ) Quant aux solutions,  on saute vite à l’intervention de l’état comme panacée sociale.  Les échecs ou les difficultés sont dus à « la mauvaise recette », recherche d’une meilleure…

 

*** Gus, les Américains distinguent le « scholar » et l’ « intellectuel »

Le « scholar » 

«  est celui qui pense en fonction de ses moyens »

L’ « intellectuel » est « celui qui pense au-delà de ses moyens »

 

 

 

 

 

 

 

 

« C’est quand même dommage que toutes les personnes qui seraient vraiment capables de diriger le pays soient toutes occupées à conduire des taxis ou à couper les cheveux

…ou  à animer des tribunes radiophoniques » 

 

 

 

Extrême droite ou extrême gauche ???

 

« Une fois dépassées certaines bornes plantées sur la route du radicalisme, on ne sait plus. Au-delà, on ne trouve en effet qu’une chose politiquement neutre : la défaite de la raison »

Mario Roy.

 

 

Plus terre à terre.

Moins théoricienne. 

La réflexion est guidée en fonctions des  intérêts soit individuels  ou corporatifs.

 

Sens des faits,  de l’expérience.

 

Peu protée sur la rectitude politique : les pauvres, les aveugles, les sourds, sont toujours des pauvres, des aveugles,  des sourds.

 

Responsabilité individuelle dans ses malheurs ou ses échecs.

 

 

 

 

La droite  passe pour  moins sensible  aux difficultés de vivre,    Au plan de la critique sociale, tente  d'inventorier les causes, sans éliminer à priori la nature humaine et les responsabilités individuelles, inventorie  des moyens  et des remèdes qui ne relèvent pas nécessairement de l’état. …Appel à se prendre en main, et moins compté sur les autres… ( Voir; Évolution de la sociale démocratie en Europe et aux États-unis.)

 

 

Gus, conversation entre philosophes

 

Après l’accession de Hitler au pouvoir, Jaspers s’étonne auprès de Heidegger :

--« Comment un homme aussi inculte que Hitler peut-il gouverner l’Allemagne ? »

Et Heidegger de répondre :

--« La culture n’a aucune importance, regardez les mains merveilleuses qu’il a »

 

Et à un autre moment, ce  dernier s’étonne  «comment Jaspers, purement allemand, à l’instinct le plus authentique, qui perçoit la plus haute exigence de notre destin. … demeure lié à sa femme.. »  (qui était juive)

Une bonne excuse cependant, Heidegger n’est pas le premier ni le dernier intellectuel à qui le nationalisme ou autre passion similaire aura fait dire des sottises..

 

 

 

 

Gus, les idéologues ont vaticiné :

«  le jogging est de droite, c'est un comportement américain-capitaliste-individualiste et inélégant axé sur la performance. » 

Gus, Ah ! le joli choeur des anges !…

 

On se  fait la voix  en entonnant  l’Hymne à la solidarité..

…  avant d'attaquer l’Hymne à la joie.

 

So  ,so  ,so, moi y en a à vouloir des sous…

 

So, so, so. moi y en a à  vouloir donner des sous.

 

Gus, quand tu entends parler de solidarité tu peux deviner si tu es le moindrement perspicace si c’est quelqu’un qui met la main à sa poche ou bien si c’est quelqu’un qui tend la main… même si pour le moment l’un et l’autre se tiennent bras dessus bras dessous.

 

Voir : Pourquoi il y a si peu de femmes en politique  ???224

 

 

Le cinquième pouvoir…

Gus, nomme les quatre premiers

 

LA RUE….

 

25 000 MANIFESTANTS  peuvent influencer autant sinon plus que 5 ou 50 millions  d’électeurs.  Pour faire valoir une idée quoi de mieux  que des banderoles, des poubelles renversées ou mieux, pour ceux qui ne veulent pas comprendre,  des voitures culbutées et enflammées?  C’est plus facile et expéditif qu’une campagne électorale  pour rallier des millions de voix à son point de vue. Plus suivi à la télévision  qu’un débat de candidats…

 

C’est la voix de ceux qui en veulent plus, rarement celle de ceux qui n’en peuvent plus.

C’est aussi la voix de ceux qui ne veulent pas perdre des privilèges.

C’est une manière pour  des minorités de s’imposer à des majorités.

C’est le poing sur la table quand on est à court d’arguments….

Ce peut être  aussi un « party »  pour les casseurs, casseurs de vitres en attendant de casser le système.

 En tout cas, ça change les idées… et ça emmerde les élus.

 

Avec l’avancement des technologies, heureusement, on pourra compter les votes aussi rapidement  que les voitures renversées.

 

« La France pourrait d’ailleurs créer des instituts de formation aux débrayages et manifestions qu’elle vendrait au monde entier, elle qui sait si bien transformer  le mécontentement en divertissement. »

Pascal Bruckner, La tyrannie de la pénitence p.200 

 

 

 

Gus, de quoi perdre ton latin si tu l’avais étudié….

En Angleterre, débat national. Doit-on séparer  les sexes dans les piscines publiques selon le désir des populations musulmanes ?

 

« La droite – généralement prompte à défendre les droits des minorités religieuses---insiste pour que tout le monde, hommes et femmes, s’éclabousse ensemble dans le même bassin. La gauche—qu’on aurait plutôt vue s’opposer à  toute ségrégation des femmes--- prône l’acceptation de la natation séparée, temporairement du moins, dans l’espoir d’inciter les minorités religieuses, surtout les plus conservatrices,  à participer davantage à la vie collective »

Actualité. 15/04/08

 

Gauche, droite, droite gauche.  avec quel pied frapper le ballon si on est politiquement correct?

 

« Le sport est indéniablement politique. A ce titre, il génère des valeurs politiques. Il est intéressant d'essayer de savoir si ces valeurs sont de droite ou de gauche. Il me semble que la gauche a rompu avec ses valeurs pour se rallier au modèle de droite fondé sur le principe de rendement, de hiérarchie et de compétition. »

 

«  Trop d'intellectuels ont succombé aux "passions vibratoires" et aux "extases" sportives ; ce sont eux qui légitiment à présent l'horreur sportive généralisée : violences, dopage, magouilles, crétinisme des supporters, etc. »

  dans le Monde. 2010.6.10)

 

DROITE- GAUCHE

« La première est farouchement individualiste, pratico-pratique et portée sur l’action; la seconde est grégaire, théoricienne et amante des mots. Cela avantage la seconde, parce que l’époque valorise bien plus les mots que leurs conséquences pratiques.

Les  « So-so-so-solidarité » dans un mégaphone est un geste plein de poésie… qui en fait, permet surtout de se désolidariser des malheureux qui ne sont pas de la même tribu. » Mario Roy

 

 

 

 

 

VOIR AUSSI : une certaine intelligentsia au vingtième siècle.

 

Suite :

 

Gauche-droite au plan économique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Gauche-droite au plan politique

2. Gauche-droite au plan économique

3. Jeux d’haltères et d’équilibre  dans l’économie de marché

4. Démocratie, totalitarisme et dictature

Mondialisation et État providence

6. Cours accéléré 101.  la critique sociale (3 niveaux)

7. Petite histoire d’un certain gauchisme.

8. L’État providence aux USA et en Europe.

9.  une certaine intelligentsia au vingtième siècle.

10. L’histoire économique en dessins pas très animés.

25 manières de se partager les meilleures

et les moins bonnes parties d’un bœuf. 

Qui a le filet mignon et qui a la queue à déguster?

 

Sites  complémentaires :

 

Le travail et son évolution

La révolution industrielle

La société de consommation

La mondialisation

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)