.

 

 

LES ANIMAUX

NE SONT PAS AUSSI BÊTES QU’ON LE DIT.

 

 

 

 

Dans ce site, on met en évidence des éléments de comportement qui montrent l’originalité  de l’être humain ou de  l’esprit ou de l’intelligence (comme on voudra) qui sous-tendent toutes ces particularités. Mais si on ne retrouve pas chez l’animal  la douzaine de ces particularités qui sont analysées,  ça ne veut pas dire que le domaine où s’épanouit l’animalité ne soit pas quelque chose d’extraordinaire.

 

Gus, j’ai l’intention ici de te faire saisir la beauté, l’originalité  de ce qu’on appelle communément la SENSATION ou LA SENSIBILITÉ dans ce qu’elle a de plus radical et mystérieux.  Le problème est qu’on y est tellement immergé, ça nous pénètre de partout, qu’on en oublie  d’en prendre la mesure ou tout simplement d’en prendre conscience  un peu, comme on a dit, que la dernière chose dont un poisson prend conscience, c’est de l’eau… Il faut le sortir de l’eau pour  qu’il sache, bien

GUS, UNE BELLE HISTOIRE qui circule….

 

Un prof… demande à ses étudiantes  de faire la liste de ce qu’ils estiment être les sept merveilles du monde…

 

Tous s’exécutent … comme on peut deviner : la grande muraille de  Chine, les pyramides, etc..

 

Exceptée une élève qui semble confuse, avoir mal compris la question, « il y en a tellement, dit-elle,  à sa maîtresse »

 

Celle-ci  prend sa feuille et la lit aux `étudiantes

 « Les sept merveilles du monde sont 1. le toucher, 2. le goût, 3. la vue, 4.l’ouie, 5.  les sentiments, 6. le rire, 7. l’amour.

cruellement, ce que c’est que l’eau. Gus, rien de mieux pour saisir tout ce qu’il y a d’original dans la sensation  que de partir d’une hypothèse  rigoureusement ou même grossièrement matérialiste…. dont la science se targue de toutes façons.

 

Il y a plusieurs centaines de millions d’années,  on ne sait trop, mais ce n’est pas d’hier Gus, un peu de matière s’est mis tout à coup à ressentir quelque chose, peut-être une vague sensation de chaleur,  de bien-être, de peur ou, beaucoup plus tard, des sensations plus élaborées, voir, entendre,  connaître le plaisir sexuel, le plaisir de manger, la douleur de la faim, etc.

 

Comment la matière, qui est bête comme ses pieds comme chacun sait,  en est-elle venue là ???  Certains diront qu’à force de se  complexifier,  elle se serait comme réchauffée, et tout à coup elle a pris comme  en feu, et a sauté audacieusement, mais on ne sait trop comment, dans l’ordre de la sensation…de la sensibilité, des appétits sensibles,  de la connaissance sensible par tous les sens qui progressivement se développeront… tout ceci est la prodigieuse histoire de la matière  qui s’est donné on ne sait trop comment  ce statut d’être, cette promotion qualitative,  qui a opéré ce saut à un niveau d’être absolument imprévisible. .  De l’insensible a surgi tout à coup ou à force de s’y essayer la sensibilité…Le chaud et le froid  existaient de tous temps, mais tout à coup un être matériel, on ne sait si lui-même était chaud ou froid,   ressentit la chaleur…

 

Gus, on peut t’en fournir des explications faciles (Gus, la nature est équitable : elle distribue également la  débilité  entre les scientifiques, les philosophes et les littéraires)  C’est une simple question de Hasard, diront certains,  des erreurs de parcours,  des mutations  qui sont autant d’accidents de parcours;  des électrons  qui avaient perdu la boule et qui s’étaient  égarés, avaient  perdu leur chemin et à la fin  se sont ramassés, on ne sait trop comment, mais un jour, qu’il faut saluer chapeau  bas et sortir les trompettes (Gus, les anges n’existaient pas encore et ne pouvaient entonner  un hymne triomphal),   de ces égarements est sorti  un numéro chanceux, une cellule nerveuse, ou plus d’une, toutes énervées évidemment et qui se sont mises à « ressentir » leur environnement. On n’était plus chaud ou froid comme avant… Des êtres se sont mis à frissonner.

 

Gus, ne t’imagine pas que quand tu regardes dans ton microscope, quand tu explores tous les méandres du cerveau grossi des millions de fois, que tu vois la sensation…Non, ce que tu vois  c’est ce qui se passe dans le cerveau quand l’animal ou l’homme ressent quelque chose…Extrêmement intéressant  à connaître et éventuellement utile, mais quelqu’un de tes amis, totalement sourd de naissance, verrait exactement les mêmes choses que toi, lui  qui étudierait les mêmes examens, (les réussirait peut-être mieux,) mais il  n’aurait malgré son éclatant 100%  aucune idée  de ce que c’est qu’entendre un son.  Mais il saurait  très bien ce qui se passe dans le cerveau quand, toi, chanceux, tu écoutes de la musique. Par rapport à lui, ce qu’est un son serait une part de ton jardin secret à toi. Aide-le : mets lui  la main sur la toile d’un haut parleur, il connaîtra très bien ce que c’est qu’une vibration, des vibrations rapides, mais il sera encore loin, à un univers de distance,  de savoir ce que c’est qu’un son sinon que c’est un peu, comme tu lui as expliqué, comme voir avec les oreilles… excepté que c’est totalement autre chose.

 

Gus, pour bien saisir  l’originalité et la transcendance de ce que c’est que la sensibilité dans toute sa majesté, ton Prof va se permettre d’être vulgaire et peut-être pour s’adapter, en tout cas pour te faire ressentir toute la nouveauté d’être de la sensation quand le miracle s’est produit dans la nuit des temps.

 

Gus, un jour, peut-être est-ce déjà arrivé, tu te livreras à des téléphones érotiques avec une spécialiste ou une copine, comme l’ex-président des États-unis aimait bien le faire avec tu sais qui. (L’actuel président,  plus prudent ou plus timide, téléphone à Dieu le Père).  Suppose que dans le feu de la conversation et à la fine pointe du dialogue érotique que  tu vois  tout à coup ton câble de téléphone commencer à se tordre,  de toute évidence se tordre de plaisir, envahi  par les sensations que tu es supposé ressentir toi-même et qui lui passe à travers… Tu vois le miracle…De la matière qui ressent quelque chose, une matière  habitée par le plaisir .… Tu as le malheur d’ébruiter la chose : la télévision te harcèle, on veut  filmer le câble miraculeux en action,  mais tes parents sont malheureusement de retour. Les manchettes des journaux : « Miracle chez  Gus, un câble en érection »  

Les pervers ou les impuissants veulent forcer ta porte, veulent y toucher; les animateurs de lignes ouvertes s’emportent et parlent du câble « cochon »  et évidemment  de son propriétaire qui doit posséder des pouvoirs assez exceptionnels en « cochonneries ». D’autres plus polis parlent de celui qui a de nouveau  « inventé  la sensation », celui qui fait sauter de degrés dans l’être, celui qui confère des statuts nouveaux, celui qui a fait sauter à pieds joints un peu de cuivre au niveau de l’animalité; on entonne « un nouvel animal nous est né » » … Gus, le nouveau disjoncteur ou stratificateur de l’être. Le héros inconnu qui a réinventé la sensibilité… à partir d’une matière  qui jusqu’à maintenant, tout comme autrefois,  était insensible. L’œuvre de millions d’années refait  en un instant…Réinventer la roue, faire éclater une bombe atomique  ou changer l’eau en vin, ce sont du pareil au même, ce sont des pets à coté de cette prouesse de notre Gus national qui sera  invité  bientôt à l’Assemblée nationale pour recevoir l’hommage des représentants du peuple.

 Les grands spécialistes de la chose seraient étonnés mais tout ce qu’on  dirait c’est que c’est normal mais qu’habituellement ça prend plus de temps,,,, que le cuivre a ce potentiel, mais qu’il faut du temps, quelques millions d’années pour que la matière se tasse un peu et que le Hasard déploie ses grandes ailes tutélaires.  Faut croire que la matière de ton  câble, Gus,  était particulièrement disposée,  pressée, en tous cas énervée ou on ne sait trop quoi…

Et la spécialiste qui était à l’autre bout de la ligne miraculeuse qui demande sa part des bénéfices ou tout au moins… de l’attention médiatique.  Le téléphone rose deviendrait rouge.

 

Remarque, Gus, que pour sauver ta réputation, j’aurais pu  faire passer  une valse de Strauss  dans le câble et tu  l’aurais vu valser  ou mieux  mettre du Mozart  et te faire voir un câble en extase… Mais  Bof ne sait pas trop bien de ce que ç’a l’air un câble en extase..

 

Gus, tout ça pour te faire saisir le grand saut ontologique que l’être  a fait quand  dans la matière se sont produites ces sensations simples,   qui sont le lot de l’homme et de l’animal,  ces sensations,  sentir le chaud, le froid,  la douleur, le plaisir,…etc. autant de petits miracles si on s’y arrête. Et dire qu’il y a des gens qui courent après l’or  ou l’argent.

 

Tout ça pour dire, Gus, que la distance qualitative  entre un atome et une amibe est plus grande qu’entre une amibe et un dinosaure. Quant au poids, évidemment, c’est autre chose, surtout si tu n’as pas à le porter ou l’endurer sur tes orteils.

 

 

 

 

Gus, une histoire de petits POIS…

 

On dit  que les  oiseaux ont une cervelle qui tient dans un pois...

Disons tout simplement qu’on n’a plus les pois qu’on avait.

Voici  une histoire de pois,  les prouesses de l’inséparable (psittacidé agapornis) de Madame Boffe..

On nous a expliqué que c'était des techniques développées  pour la fabrication  éventuelle d’un nid…même  si Madame Boffe peut garantir la virginité de son psittacidé agapornis..(répète, Gus)

Devant une feuille de papier, quand son heure est venue, Frangine (c’est son nom) se met à tailler avec son bec en quelques secondes des bandelettes qui peuvent atteindre  la largeur de la feuille disponible.

Ensuite, tentative pour faire tenir sous ses ailes ou son arrière-train  les bandelettes.

Et  le retour vers le lieu d’un nid éventuel…avec ce qui reste de la cargaison..

 

Gus, si le pois avait été plus gros, peut-être qu'elle aurait su que tous ses efforts …étaient  inutiles.

 

Gus, Frangine est une miraculée du Dalai Lama.

 

À sa manière elle tente ici de rendre hommage à son bienfaiteur…

 

Pour la belle et tragique histoire de Frangine et de ses rapports

 avec le Dalai Lama

Voir : bouddhisme (2ième partie)

 

 

 

Accueil. Index. Présentation

 

 

1. L'ourson

et sa patte de lapin

 

2. Le Roi-Lion

et sa galerie d'ancêtres

3. Le Loup

 qui questionne la lune

4. De Pluto

à Pluton

 

5. La libellule qui se prend pour Diogène

 

6. L'empire des sens et décolonisation

7. Lupus I

"Je pense, donc...hi,hi"

8. Le chien

 qui tire de la patte

 

9. Une volaille

 en quête d'absolu

 

10. La schizo... comme maladie structurelle

11. L’ESPRIT SAIN

vint à un hominidé

12. Les animaux ne sont pas si bêtes que l’on pense

 

13. survie et contingence

 

Pour nous rejoindre

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

GÉNÉALOGIE

(récents)

1a. gauche / droite

1b. eINSTEIN EN IMAGES.

2. société de consommation

3. Mondialisation

4. quête du bonheur

5. le terrorisme

 

6. Écologie et catastrophisme

 

7. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

Pour nous rejoindre