Profbof.com

(thèmes ou chapitres)

    Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

Qui suis-je ?

 

Un mythe persistant : la machine crée le chômage

   

 

 

 

Autre conséquence de la révolution industrielle concernant le  travail …

3. L’instabilité professionnelle  créée par le progrès constant et l’obligation permanente de se recycler  entretiennent chez  le travailleur   l’inquiétude quant à  son emploi. 

 

Remarque, mon cher Gus, que ton prof ici pèse ses mots. Certains sont moins subtils que ton cher prof et disent tout simplement que le progrès et la machine créent le chômage.

 L’idée est tenace, plus en tous cas que le chômage que crée dans l’immédiat toute nouveauté ou machinerie moderne. On peut comprendre l’angoisse de ceux qui voient tout à coup leur emploi et même leur métier  disparaître mais on doit absolument regarder à long terme et considérer l’ensemble de la population.

Cette idée ou cette peur qui est devenue un mythe a une belle histoire mais elle a été mille fois démentie.  Cependant  certains penseurs du dimanche ont l’oreille dure et les cataractes épaisses. S’il y avait une ombre de vérité dans cette vieille crainte entretenue par de pieuses âmes ou des politiciens en mal d’élection, il faudrait bien qu’un jour on nous explique pourquoi le chômage  se situe entre 20 et 70% dans les pays moins industrialisés et  entre 5 et 10 % habituellement dans les pays dit industrialisés et avancés et comment il se fait qu’en Angleterre, patrie de la Révolution industrielle, il y avait 6 millions d’emplois en 1790 et, contre toutes les attentes des prophètes de malheur,  30 millions en 1990 et que c’est un lieu d’espérance pour les chômeurs de la planète.

 

Mystère ET BOULE DE GOMME.

 

Comment comprendre que l’exode des populations se fasse toujours de la campagne à la ville.

Et comment  se fait-il  que les chômeurs des pays non industrialisés montent pratiquement  à l’assaut des pays industrialisés …. pour y trouver du travail.. .. dans des usines qui sont selon le bon vieux mythe des créatrices de chômage.

Et on est bien obligé de souscrire à cette loi : le chômage est en raison inverse de l’industrialisation.

Qu’une industrie devienne désuète, qu’elle ferme, qu’elle créée dans l’immédiat des chômeurs, c'est une tragédie pour ceux qui y sont impliqués mais il semble bien que ce drame soit  inscrit dans la logique même du progrès : le moins efficace cède le pas devant le plus efficace.

 

Sinon vive l’âge de pierre !

 

 

Histoire du mythe

 

Quelques points de repère de ce bon vieux mythe qui a les promesses de la vie  éternelle et qui à long terme ne tient pas la route…

 

Si l’histoire s’était arrêtée à ces moments cruciaux de son développement !

 

Dioclétien. Un ingénieur lui propose une machine pour dresser les colonnes d’un temple en construction.  L’empereur refuse : « Laisse-moi nourrir le petit peuple »

 

Montesquieu. Il s’oppose aux moulins à eau « qui vont priver les manouvriers de leur travail »

 

Mercier. (Tableaux de Paris,) Il est angoissé   par  la distribution urbaine qui va plonger les porteurs d’eau dans le néant.

 

Même époque. Peine de mort  prévue pour ceux qui briseraient les machines.

 

Révolte des Luddites. (1812) Des hommes de métiers qui se voient remplacés par de simples ouvriers sont excités par un mystérieux Général Ludd et détruisent des usines.en 1812.

12 arrestations et 4 exécutions dont un enfant de 12 ans..

 

Lyon. Les ouvrier détruisent les premiers métiers à  tisser inventés par Jacquart

 

Bateliers. Ils mettent le feu aux premiers navires à aubes qui suppriment leur métier.

 

Marx. Considère comme un postulat.  l’élimination du travailleur par la machine qui  « nourrit l’armée de réserve  des travailleurs », condamnant le monde prolétaire à la paupérisation.

 

(Postulat  confirmé un siècle plus tard  par les milliers de travailleurs mexicains qui risquent leur vie et courent vers leur paupérisation en s’infiltrant illégalement aux USA !!!)

 

Quand les pieds et les entrailles en s’agitant créent leur propre vérité   qui vaut bien celle de bien des penseurs…!

 

 

 

Comment comprendre ce phénomène curieux ? Trois raisons parmi d’autres….

 

 

1. Des emplois sont créés pour construire, réparer, transporter, réparer, vendre, assurer   les nouvelles machines. Un tiers de la population travaille indirectement pour l’alimentation même si seulement 3% est  affecté directement à l’agriculture.

 

2. Les prix diminuant  vu l’efficacité des nouvelles entreprises, la demande augmente de beaucoup et en fin de compte plus de travailleurs s’occupent à la satisfaire malgré l’efficacité accrue.

Les travailleurs de l’imprimerie aujourd’hui dépassent  de beaucoup les copistes d’autrefois.

 

3. L’énergie créatrice de l’homme, une fois libérée, invente de nouveaux produits pour satisfaire des besoins imprévisibles et il semble bien qu'on ne soit pas prêt d’en voir la fin.

Les charretiers et bateliers d’autrefois  se sont recyclés en ouvriers de l’industrie automobile  et en camionneurs.

Gus, si tu en as le temps et le goût, regarde autour de toi  et compte les produits qui n’existaient pas il y a un siècle.

Certains sont stupides.

D’autres merveilleusement utiles.

Tous expriment la créativité illimitée de l’intelligence humaine quand on lui donne sa chance.

 

Mon cher Gus,

Où en serions-nous aujourd'hui si le mythe avait toujours prévalu ???

Si on n’avait pas reconstruit les premiers bateaux à  vapeur détruits par les bateliers qui venaient de perdre leur emploi, si on n’avait pas réparé les métiers à  tisser détruits par les ouvriers de Lyon au siècle dernier !

 

 

 

 

Gus, la  poésie fout le camp.

 

Qu’il serait agréable mon cher Gust, si on pouvait encore aller en ballade le dimanche, loin des pots d’échappement des voitures,  entendre les  han, les ho, les ha   des bateliers halant les chalands le long du canal, voir la sueur suintant de  leur corps demi nu et musclé incliné à 60% …et chantant Les bateliers de la Volga, leur grand succès repris et conservé par le Chœur de l’armée Rose (version 2002) : Les bateliers de la vodka.

 

 

Il reste cependant une constante : le travail s’il est moins difficile qu’autrefois dans les pays avancés  est toujours un labeur, une contrainte : même si l’effort physique exigé est moindre,  on est toujours sujet au stress de la subordination à  un patron, d’un horaire, de déplacements parfois difficiles, de la compétition à l’extérieur ou à  l’intérieur de l’entreprise, aux relocations  et aux fermetures d’entreprises par désuétude ou incapacité à  faire face à  la compétition locale ou étrangère.

Les conditions particulièrement pénibles du 18ième  et 19ième  siècle semblent se reproduirent  aujourd'hui dans certains pays en voie de développement.

.

 

 

 

Le bon vieux stress

Dans le bon vieux temps  le stress était différent : l’effort de travail en lutte constante contre  la pénurie, la mortalité omniprésente, la maladie trop souvent incurable, la famine toujours menaçante suite à une  mauvaise récolte, les épidémies contre lesquelles on était impuissant et les guerres larvées dont le petit peuple faisait les frais.

 

SUITE : (Plutôt 20)  Dix recettes pour demeurer ou s’enfoncer dans la misère.>>>

 

ACCUEIL Les diverses sources de richesse et l’écart entre les nations.

Vrais et faux responsables de la richesse des nations.

Les multiplicateurs de l’efficacité humaine.

Mathématiques philosophico-morales. Les vrais et les faux

GAINS DE LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE + réflexions sur la valeur des choses.

Coûts  de la RévOLUTION IndusTrielle. Conditions sociales du travail.

Un mythe persistant : la machine crée le chômage.

Dix recettes pour demeurer ou s’enfoncer dans la misère.

 

 

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

 

(récents)

Le 21e siècle

1a. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)