Profbof.com

(thèmes ou chapitres)

    Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

Qui suis-je ?

 

 

 

GAINS

DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

Et

Réflexions  sur la valeur des choses

 

 

Le gain principal, mon cher Gus, peut se résumer d’un seul mot

Une énorme multiplication de l’efficacité humaine qui a permis de sortir près de la moitié de

 

la population du globe de la pauvreté millénaire qui était la norme générale il y a à peine trois siècles.

 

 

Quelques petits faits, Mon cher Ti-Gust, pour t’aider à en prendre conscience

Le PIB mondial selon les époques

 

De 1500 à 1820 : De 565 à 651$ par              habitant. (en trois siècles)

 

De 1820 à 1992 : De 652 à 5145$

Presque dix fois plus en moins de deux siècles … grâce au charbon et à la machine à vapeur.

 

En France…

    Au début du 20ième siècle, consommation d’origine animale, 25 grammes,  et 50% du revenu était consacré à la nourriture.

 

 Aujourd’hui, on y consomme plus de 100gr et 10% du revenu en moyenne y est consacré.

 

Une voiture coûte, en 2008, 4 fois moins cher que dans les années 60.

Il fallait y consacrer   4000 heures de salaire moyen  plutôt que 1000 heures aujourd’hui.

           D’après Lecaussin..

 

 

Bel exemple, Gus,  de l'efficacité du travail humain en  agriculture…

 

 

 Pour récolter un are de blé…

 

 

 

au 18ième  siècle avec une

 

faucille :   2 HEURES

(sans marteau évidemment)

 

au 19ième  siècle avec une

 

faux : UNE HEURE 

 

 

au 20ième siècle:

 

avec une moissonneuse-lieuse : DEUX MINUTES

 

 

avec une moissonneuse-batteuse lieuse :

QUINZE SECONDES         

 

 

Au 21ième siècle.

le progrès  prend une autre direction.

 

« Gus, combien de siècles en Occident »

 

Gus, il y a de 12 à 15 milliards de pages sur Internet. Demande à quelqu’un  de trouver dans quelle page se trouve le bout de texte orangé.

S’il sait compter, il te dira probablement qu’il n’a pas assez d’une vie.

Demande à Monsieur Goggle.

Il te dira dans quelle page se trouve  ce bout de texte où je t’interpelle…

dans moins d’un tiers de seconde..

 

Gus, autre exemple : ton prof reçoit  tous les jours  de 12 à 15  000 éléments d’information  sur la fréquentation  de ses sites et comme il peut les   comparer aux compilations  des 24 derniers mois, c'est un tiers de million  d’informations  qui  sont disponibles … à tout moment de la journée.

Et tout ça  ne coûte rien, n’occupe personne, ne gaspille pas nos forêts… et est inutile à 99% sinon de s’attaquer à l’impossible…ou presque comme certaines prouesses sportives.

 

 

A ta calculatrice, mon cher Ti-Gust. (à propos de la moissonneuse-batteuse)

 

---De combien a été multipliée l'efficacité humaine dams le domaine de la culture du blé en deux siècles?

 

--- Par 480 me dis-tu ?

 

---Pas tout à fait. Tu dois tenir compte de tout le travail humain intégré à la moissonneuse batteuse-lieuse. Une foule de personnes pratiquant des  métiers souvent nouveaux sont intervenus : prospecteurs, mineurs, métallurgistes, ingénieurs, ceux qui ont amassé le capital investi, qui ont procédé à la construction des multiples usines, ouvriers, transporteurs, publicistes, mécaniciens, production et transport de l’essence et des

 

mécaniciens, production et transport de l’essence et des énormes quantités de grains,  etc…

 

Plus difficile  à calculer mais on arriverait à un multiple de 10 que ce serait extraordinaire dans l’histoire de l’humanité, assez pour sortir de la pauvreté alimentaire chronique.

 

Plus juste, combien en heures ou minutes de travail (de toi ou de tes parents) coûte la ration de pain hebdomadaire? qui autrefois était pour plusieurs l’essentiel de la rémunération escompté de l’effort de  travail…   avec une poule au pot à l’occasion selon certains vœux pieux.

 

 

Gus, la révolution industrielle profite avant tout aux pauvres et à la nouvelle classe moyenne.  Les métiers à tisser changent peu à la garde-robe des rois ou des aristocrates  mais énormément à celle des  pauvres qui peuvent tout à coup se payer une deuxième chemise et beaucoup plus par la suite…   et se permettre même le  gaspillage qui était autrefois un privilège de classe.

Un peu d’histoire

En 1825, en Grande Bretagne, pour la première fois dans l’histoire, la valeur ajoutée industrielle d’un pays dépasse celle de son agriculture… en Prusse ce sera en 1865, en 1869 aux États Unis. En 1875 en France.

 

De 1800 à 1855, le prix de revient des tissus de coton anglais est divisé par cinq tandis que leur production est multipliée par cinquante.

 

Gus, deux types de discours.

 

Discours  tendre et compatissant.

 Le pouvoir des larmes.

 

L’Occident  se morfond en excuses pour sa richesse, Il bat sa coulpe,  multiplie les mea culpa.  Ne réussît pas à étouffer ses sanglots face  au scandale de sa richesse en regard des laissés pour compte,  de son échappée depuis deux siècles de la pauvreté généralisée sur la planète. 

 

Pourquoi lui, et pas les autres?  Pour  s’en laver la conscience, il se doit d’offrir régulièrement quelques oboles à ceux qui  en sont encore  au stade de la pauvreté millénaire et ont raté le bateau il y a deux siècles

 

Sven Lindquist : «  L’extermination est au cœur de la pensée européenne… son impérialisme… un processus nécessaire biologiquement et qui, selon les lois de la nature, conduit à l’élimination inévitable des races inférieures »

 

Serge Latouche : «  L’Occident…  n’a probablement su  produire des ordinateurs que parce que quelque part des gens mouraient de faim et de désirs… »

 

Claude Lévi Strauss «  Le monstrueux et incompréhensible cataclysme que fut pour une si large et innocente fraction de l’humanité, le développement de la civilisation occidentale »

 

 

Discours dure aux retardataires.

Le coup de pied au cul.

 

   Bottez-vous le derrière. Relevez vos manches.  Faites travailler vos neurones. Inventez, créez, risquez. Développez l’esprit d’entreprise, ouvrez des marchés.  Il ne suffit pas de s’agiter les bras et les pieds pour devenir riche ou de tendre la main.  Au mieux la manoeuvre peut vous arracher de la misère pour vous confiner dans  la pauvreté.  C'est  l’invention et le progrès technique  qui  sont  la  principale cause de la richesse et de l’aisance…  Vous n’avez même pas à  réinventer  ce qui l’a déjà été, tant mieux si vous pouvez  le pousser plus loin.  Adoptez des lois  qui suscitent l’initiative et  favorisent  les créateurs de richesses. Investissez dans votre propre pays et non à l’étranger.  Ramenez les richesses qui sont dans les coffres en Suisse. Veillez à l’honnêteté de vos chefs.  Assurez-vous, s’il y a des dons, que ce n’est pas uniquement au profit de la bureaucratie locale et des politiciens.

 

 

 

Gus, on l’a échappé belle.

Gus, où en serions-nous si les artisans de la révolution industrielle avaient connu et avaient été arrêtés  par le principe de précaution. Te rends-tu compte de la fumée des cheminées d’usine, des dépôt de suie sur les murs et sur les poumons, des  coups de grisou, des chemins de fer qui déguisent les campagnes et occupent  un espace qui aurait pu être mieux utilisé pour arracher les populations  à  la famine,  des risques de la vitesse de  ces  trains qui pouvait, au dire de certains généraux, émasculer les troupes si on avait l’audace et l’impudence d’y faire monter des soldats.

Gus, on l’a échappé belle,  en effet,  s’il avait fallu que ces artisans aient connu et pratiqué  le principe de précaution , ce « piège à cons »,  a-t-on dit,  de cette fixation à la phase négative  du développement mental dirait Freud,  de cette confusion entretenue  entre   la prudence, vertu de l’intelligence, et la quête mythique du  risque zéro, que même l’auteur de leurs jours semble n’avoir pu réaliser.

  Si les artisans du dix-huitième siècle avaient été gagnés par la paralysie créatrice  généralisée par peur de possibles effets négatifs qui auraient pu nous affecter  un siècle ou deux plus tard, Gus, tu t’éclairerais à la chandelle, tu ne saurais pas lire, tu jouerais aux cartes le soir et ramasserais des petits fruits le jour dans une belle campagne idyllique à l’air pur revigorant… s’il n’y avait pas de  peste en cours  ou une fièvre dévastatrice…   Une consolation, Gus, il ne te resterait qu’une vingtaine  d'années à vivre  si tu avais la bonne idée de respecter l’espérance de vie courante à l’époque.   Et Bof ? Certainement pas à son ordinateur…Il aurait aimé avoir pour ami un certain Papin…  le faire figurer dans son FaceBook… si Bof avait une page.

Gus, un petit tableau  extrêmement éloquent.

 

 

 

 

1870

1950

1973

2007

Âge moyen de l'entrée sur le marché du travail

13

17,6

18,5

20

Espérance de vie

45,3

67,2

70,6

78

Âge moyen de la retraite

Mort

68,5

64

65,5

Nombre moyen d'années passées sur le marché du travail

30,5

49,6

45,5

42,5

Nombre moyen d'années passées à la retraite

0

0

6,6

15,5

% de la vie où les gens sont éveillés et travaillent

61%

45%

35%

28%

Source: How Are We Doing? (statistiques pour les États-Unis)

 

 

 

A ta calculatrice, Mon cher Ti-Gust.    Calcul subliminal.

 

 

 

 

 

 

 

Quel embonpoint gagnerait  l’adolescent s’il mangeait en une semaine tout le pain que lui permet d’acheter sa première heure de travail chez  MacDo ?   (Il est vrai qu’il a surtout en tête son premier système de son!)

 

Tu comprendras que l’on peut diviser l’humanité actuelle en trois tiers :

 

Ceux qui dépensent des fortunes pour récupérer  leur ligne et dont le drame existentiel est la peur d'engraisser.

 

Ceux qui réussissent à garder leur ligne sans avoir à  se mortifier ou à se torturer.

 

 

 

 

Ceux qui aimeraient bien savoir ce qu’ils  mangeront ce soir  et s’accommoderaient bien de la graisse superflue  des liposuccions et des centres de  santé ou de mise en forme.

 

 

 

 

 

A ta calculatrice, Mon cher Ti-Gust, à  ta calculatrice «à  remonter le temps ».

 

Apprends la valeur relative des choses.

 

Tu peux, mon cher Gus, te faire une idée de ce que valait un livre autrefois avant l’invention de l’imprimerie et le comparer avec le prix du dernier livre que tu as acheté (!)

 

Ne comptons pas le nombre d’heures pour tanner les peaux et préparer les parchemins ou ce qui pouvait tenir lieu de papier. C’est déjà beaucoup mais le pire est à venir.

Informe-toi du salaire horaire moyen d’un ouvrier spécialisé d’aujourd’hui dans ton milieu.

Essaie d’imaginer le temps qu’il faut avec une plume d’oie et  son écriture du dimanche, pour copier 200  ou 2000 pages. Tu multiplies le temps que tu imagines par le salaire horaire d’aujourd’hui et tu as la valeur que représentait un livre avant l’invention de l’imprimerie.

Tu comprendras pourquoi  un livre était une  telle richesse que seuls monastères (parce qu’ils les faisaient), nobles ou riches bourgeois pouvaient se les  payer.

 

Si en plus le livre était enluminé, c'était comme une Ferrari de l’édition… que seules les Céline Dion de l’époque pouvaient se procurer. Au fait, que pouvait bien valoir  une bonne  chanteuse populaire de l’époque? (sans amplificateur, ni disque, même avec un bon agent de relation publique)

 

 

 

TANT QU'À Y ÊTRE, POURQUOI NE PAS JOUER À LA RÉINCARNATION

 

Petit jeu auquel tu pourrais te livrer et briller avec tes amis et relancer la conversation lors de votre prochaine rencontre.

 

 

 

Si vous  aviez à vous réincarner (Avec la permission du New Age Council) et si vous aviez le choix entre quelqu’un de très riche (pourquoi pas Louis XIV? ) du 17ième  siècle et quelqu’un d’un milieu très modeste (à  la limite, un prestataire de  l'aide sociale aujourd’hui), Qui choisissez-vous d’être?

 

Une fois accordés la grandeur du  logement, le vêtement, la quantité de nourriture, le pouvoir (et le danger)  pour les classes privilégiées  d’autrefois,  il faudrait tenir compte de la qualité, de la diversité et  de l'exotisme de la nourriture, du chauffage central, de l'eau courante, de l'eau chaude, de tous les services de l'électricité, du tout à l'égout, des analgésiques, de l’hygiène, des soins médicaux disponibles, des antibiotiques, des divertissement (radio, disque, TV. théâtre, PC ), des possibilités de voyager, de l’ Information quasi instantanée,  livres, journaux,   et surtout de l'espérance de vie.

 

Tes copains et toi par exemple, vivant il y a trois siècles, vous seriez tous en moyenne orphelins d'un parent. Ce n'est pas trop grave car un tiers de ceux qui prennent part à cette discussion seraient déjà morts, j’espère  que tu n’es pas  du  lot, mon cher Gus : au mieux il te resterait si tu restes dans la moyenne une trentaine d’années à  vivre si tu choisis de revivre dans la peau d’un  richard du 17ième siècle.

 

De plus, avec le brillant cours secondaire  que tu as fait, tu passerais pour une sommité dans le domaine des sciences pratiques et théoriques.

 

 

SUITE : Coûts  de la Rév. IndusTrielle. Conditions sociales du travail.>>>

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACCUEIL Les diverses sources de richesse et l’écart entre les nations.

Vrais et faux responsables de la richesse des nations.

Les multiplicateurs de l’efficacité humaine.

Mathématiques philosophico-morales. Les vrais et les faux

GAINS DE LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE + réflexions sur la valeur des choses.

Coûts  de la RévOLUTION IndusTrielle. Conditions sociales du travail.

Un mythe persistant : la machine crée le chômage.

Dix recettes pour demeurer ou s’enfoncer dans la misère.

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

 

(récents)

Le 21e siècle

1a. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)