Profbof.com

(thèmes ou chapitres)

    Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

Qui suis-je ?

 

 

 

 

 

Les ratés

de la mondialisation …

par le prof bof.

(ou de la situation économique, politique, sociale et morale)

 

 

Mobilité  et Fragilisation

des emplois et des conditions de travail. Des emplois et …des usines…Les usines émigrent là où les conditions économiques  sont plus intéressantes.  Les ouvriers traditionnellement les mieux protégés ou avantagés sont les plus menacés.  Pour le moment la mondialisation  n’a pas atteint les lois sociales  ou  entraîné l’uniformisation des conditions de travail.  Dans bien des cas, il s’agit de rattraper deux siècles d’évolution économique, sociale et politique.

 

Cette compétition  amène des fermetures d’usines, qui sont d’autant plus douloureusement  ressenties s’il n’y a pas un dynamisme compensateur qui crée de nouvelles industries  plus en mesure  avec les compétences d’un pays avancé.

Pour le moment c’est la pauvreté qui est mondiale, la richesse, même si elle augmente,  est localisée : 10% de la population du globe produit et consomme 70% des biens et services.

 

L’évolution technologique fait qu'il ne suffit plus dans les pays avancés d'avoir du cœur au ventre et de bons bras pour être en mesure de gagner sa vie… On doit de plus en plus se préparer à faire travailler ses neurones… si on ne veut pas être laissé`pour compte.

 

Richesses privées invraisemblables.

 

Distorsion morale et économique qui dans certains cas a été amplifiée ces derniers temps.

 

350 personnes les plus riches de la  planète possèdent plus que le revenu annuel de près de la moitié de la population du globe.  Et si encore on avait rendu des services proportionnels à l’humanité..

 

Selon le NYT, les 400 personnes les plus riches des USA ont une fortune combinée de 1,13 billion de dollars américains. C’est environ 10% de plus que le PIB du Canada.

 

(Gus, quand on parle de richesses, interroge prioritairement le mérite et demande-toi toujours quels sont les services rendus  et s’il peut y avoir  une proportion raisonnable entre  services et revenus.)

 

Autrefois pour accumuler de telle fortune certains n’avaient qu’à naître (Comte, Baron,  Rois, seigneur, etc…)

 

Gus, à propos des primes de séparation pharaoniennes que se votent les directeurs dans certaines compagnies…

« Ce cirque macabre d'enrichissement sans cause doit cesser.  La culture de cupidité et de voracité qui s’est installée depuis une dizaine d'années est  un chancre qui défigure le visage des sociétés qui font appel à l’investissement publique »

 

Yves Michaud, mieux connu en certains milieux comme le Robin des banques.

L’ÉCLATEMENT DE LA BULLE : Voir : LES CAUSES DE LA CRISE  

Selon Forbes, en 2007, il y avait dans le monde 1 125 milliardaires  (vs 476 en 2003). Il y en a plus à Moscou qu’à New York.  Et il y avait 10 millions de vulgaires millionnaires.

Gus, tu comprendras qu’on puisse trouver des pizzas à mille dollars et des bouteilles de vin à $5 000 sans trop entamer son budget.

 

La consommation ostentatoire

 

des uns rend plus pénible l’exclusion des autres … qui se précipitent pour acheter les revues où l’on parle de « leurs vedettes » et qui salivent devant  le spectacle « des gens  riches et célèbres » qu’on regarde rituellement. Mince consolation  pour les spectateurs; l’« ostentaté »  dans son « ostensoir » n’a malheureusement qu’un derrière pour le siège de  ses cinquante ou cent voitures; qu’un  estomac pour engouffrer ce que sa fortune lui permet;  n’aime pas plus le caviar que son statut  l’oblige à déguster  que le pauvre qui ne peut pas se le payer; ne jouit pas de l’ubiquité pour occuper tous ses châteaux; qui n’a qu’une pauvre paire de pieds pour les centaines de souliers qui encombrent ses placards; qui malgré tout,  nature humaine aidant,  devient vert de jalousie quand un rival le dépasse dans  un avion plus gros et plus performant que le sien. Gus, c'est la déchéance… L’échec d’une vie. La misère des riches.

 

Heureusement qu'ils ne se mettent pas à pratiquer l’humilité : il faut tout de même laisser aux gueux quelques vertus à pratiquer qui leur permettent de relever la tête.

 

 

 

Les égoïsmes corporatifs. (OU NATIONAUX)

 

 Ceux qui s’opposent à la mondialisation pour défendre des acquis, des privilèges qu’ils ne veulent pas  perdre au profit  …  des plus pauvres, d’ici ou d’ailleurs. Dans un marché clos,  protégé, dans une situation de monopole ou de fixations des prix, n’importe quel imbécile (Même toi et moi, Gus)  peut réussir en affaire.  Et les consommateurs  sont pénalisés … quand ce n’est pas de l’escroquerie.

 

Ces égoismes  peuvent se doubler d’’Hypocrisie 

Les ruses de certains avocats ou pays qui défendent le  libre échange tout en refusant d’entrer dans le jeu  ou en le faussant  à coup de subventions. « Achetez nos produits, pour les vôtres on verra. » 

 

Particulièrement vrai en matière d’agriculture.

Précieux instrument : la vache folle et son chum, les OGM, les hormones, la couleur ou dimensions des fruits, les salaires payés, les dangers écologiques, le principe de précaution, etc. Le nationalisme s’en mêle :  au pays des « frites » on achètera tout de même pas  des pommes de terre d’un pays mieux connu pour son vin de glace ou ses glaces mi-annuelles.

 

Vieille histoire exemplaire : arrêter ou limiter l’importation de certaines voitures parce qu'elles ne sont pas aptes à circuler sur les routes du pays. Réplique : refus d'importer  des skis français parce qu’ils ne conviennent pas aux neiges du Japon.

Et le bon sens revint ! 

Gus, c'est ce qu’on appelle une guerre commerciale.

 

 

Les nouveaux barons.

 

Les fortunes indécentes sans aucune proportion avec les services rendus.. s’il y en a  (sport, management, spéculation, show-business).

 

Voyage en Enronnie

 

Veni, vidi, parti avec

 le cash.

 

 

En 2004, le plus haut salarié du Canada a fait 173 millions $.

Gus, calcule, c’est l’équivalent,  pour CHAQUE HEURE DE TRAVAIL,  des revenus annuels moyens de deux familles.

Services  à peine mieux justifiés que les fortunes royales ou aristocratiques***  et qui sont en train de constituer une nouvelle aristocratie capable de réer une richesse héréditaire … en quête d’une Nouvelle Révolution ou  tout au moins d’une Nouvelle Révolte. D’ailleurs certains ont déjà commencé à se retrancher… à l’écart avec leur police ou leur garde prétorienne. 

 

***Les détenteurs de ces fortunes ne  se sont donné que la peine de naître... peut-être même avec l’aide de forceps. Les nouveaux barons ont à leur crédit le fait d’avoir en plus de cette prouesse  appris à donner un coup de pied sur un ballon ou à frapper une balle par-dessus une clôture ou à se donner en spectacle, etc.

 

On apprend  que des managers  font en salaire des millions $ en  primes de performance alors que la compagnie annonce des pertes.

 

« En 2001 les responsables  des 25 plus grandes faillites aux USA se sont versé 3,3 milliards de dollars pour prix de la destruction de 210 milliards de dollars d'actifs et de plus de 200 000 emplois. En France, les présidents de Vivendi Universal et d'Alstrom se sont fait attribuer des indemnités de 20 et 5,1 millions d’euros alors même qu'ils ont conduit  les groupes qu’ils dirigaient à la cesatiomn de paiement. »

 

Gus, si tu en veux plus sur ce thème, Voir et revenir….

 

 richesse scandaleuse,  pauvreté abjecte

 

On peut dire à la décharge de certaines de ces  anomalies  que  cela se fait habituellement dans un régime de liberté, sans torsion de bras et sans extorsion (beaucoup de marketing  cependant ou des conseils d'administration débiles ou complices ou  mafieux.)  que le grand coupable, s’il en faut un, est, dans bien des cas, …*

 

Gus, amoureux transi qui susurre des mots d'amour  à l’oreille de sa Dulcinée

 

* l’électronique qui multiplie à l’infini dans le temps et dans l’espace

une performance quelconque et  qui confère à un gringalet ou à une gringalette une voix de stentor,  la fait entendre de la planète entière et couvrir en prime le brouhaha des supermarchés.

 

 

« Moi, itou »

Il reste cependant étonnant qu’un amuseur public au joli minois (ou nombril) ait cent fois la rémunération annuelle d’un président des États-unis, un job qui, parait-il,  passe ou passait pour important.  Les gérants de fonds publics exigent des rémunérations de joueurs de hockey ou de football  ou de vedettes de cinéma ou même de romanciers à succès.  Et le grand public est tout fier de voir son ou ses idoles plus riches que celles de son voisin.

 

Petite consolation pour le président des États-unis cependant, il pourra, même sans Lewinski, récupérer facilement, une fois qu’il aura quitté son poste, son salaire annuel. Une  douzaine de conférences d’une heure, défrayées par tous les « m’as tu vu avec » de la ville ou de la faculté le consoleront d’avoir travaillé « pour des peanuts » au service de la nation

 

Les états FRIPONs ou VOYOUS.

 

Pays exploiteurs qui se déguisent en  paradis fiscaux, ce qui empêche les pays normaux d’avoir des politiques cohérentes… Ces paradis abritent toutes les mafias (officielles ou non, inconnues ou à blason) et  les exploiteurs  publics qui refusent de payer leur tribut au pays qui leur  a permis d’accumuler leur fortune ou leurs profits indécents ou  des profits qui auraient du revenir aux investisseurs, en particulier aux  fonds de pensions, qui leur permettent d’opérer.

 

 

MONDIALISATION VERTICALE ET MÉTAPHYSIQUE.

L’expansion  territoriale et le  contrôle des marchés ne suffisant pas à certains appétits, on assiste au droit de propriété sur des cellules, des  bactéries,  des gènes qui sont brevetés légalement et on devra payer des droits si on s’avise de faire une quelconque  recherche sur ce dont s’est approprié une corporation. Des chercheurs ont appliqué pour un brevet sur une méthode pour tester les niveaux d’homocysteine  dans le sang. Ce qui peut être légitime. Mais pourquoi pas un pas de plus et breveter   la relation dans l’organisme entre l’homocystéine et la déficience de vitamine. 20% du génome humain est maintenant propriété  privée. Le gène du diabète est breveté et son propriétaire a quelque chose à dire au sujet des recherches sur le gène et peut en fixer le coût. Le génome de l’hépatite C est propriété privée. Les chercheurs intéressés  se doivent de payer des royautés  s’ils s’avisent d’enquêter « sur le territoire du voisin »

Des pays revendiquent des droits sur les composantes des arbres locaux…au cas où un jour un remède miracle en sortait.

Des chirurgiens ont breveté, non seulement les instruments qu’ils ont pu inventer, mais également les techniques qu’ils auraient inventées et ont effectivement  traduit en justice  des  collègues … qui ont été distraits par les besoins du patient.

Des avocats (pas intéressés évidemment) conseillent aux athlètes de breveter  les mouvements ou les techniques qu’ils ont inventés. Il ne suffit plus  que la postérité retienne leur nom pour identifier le mouvement. Gus, tu vois la fortune des descendants de Barbara Ann Scott ou de Sonia Henie si elles avaient breveté  « le double axel »  ou les héritiers de Boom Boom Geoffrion (+2006) qui a inventé le lancer frappé au hockey ou les héritiers du « joueur inconnu » qui un jour reçut  un ballon en plein front  qui eut l’heur (le ballon) de  rebondir  dans les buts.

Ou pire, si Newton avait soigné un peu plus les intérêts de sa famille et de ses héritiers en brevetant la gravité ! Tu nous vois, Gus, obligés de payer des droits pour rester en place.

 

 

Les casseurs

 

qui ne savent pas trop pourquoi ils sont là, qui se mêlent dans leurs contradictions,   qui amusent la galerie, la TV et empêchent des voix moins bruyantes mais plus intelligentes et autorisées de se faire entendre.

 

 

 

« Car pour l’instant du moins l’ « antimondialisation » est un discours qu’on oppose de façon conjuratoire à  la méchanceté des choses : les propositions concrètes restent balbutiantes, sinon l’appel rituel à manifester, chaque fois que les grands de ce monde se réunissent  quelque part sur la planète. Comme si de la religion on avait banni la dimension de l’espérance pour ne garder que celle de la malédiction : on piétine cet univers  profane que rien ne peut profaner, on se veut les comptables moroses  de l’enfer contemporain… ON s’abandonne jusqu’à la nausée au bonheur de pouvoir dire du mal de cette société afin d’en exorciser   toute l’amertume, on ressort l’artillerie lourde antifasciste toujours utile  quand on est à court d’arguments. Nous voici repartis, pour reprendre un terme sartrien, dans la déconnade totale » Bruckner.

 

 

La corruption

 

comme obstacle au développement ou comme système.  Quand le tiers le plus pauvre des pays riches sert à enrichir le tiers le plus riche des pays pauvres (si ce n’est l’unique Président).  Et les pays de bonne réputation qui hébergent et profitent de ces fortunes à numéro.

 

« Même la Croix rouge prend l’habitude, pour les opérations humanitaires qu’elle entend mener d’affréter deux bateaux : un pour les populations d’affamés, l’autre en rétribution aux miliciens. C’est la dérision de l’Humanitaire » Debré. L’illusion humanitaire, p.  63

 

 

« Dans plusieurs pays latino-américains, l’état ne peut pas concurrencer l’industrie criminelle, qui soudoient les hauts fonctionnaires, les politiciens influents, les juges en leur versant des salaires alléchants… ».

 

« Dans les démocraties, la politique est  devenue quelque chose de méprisable; on a l’impression qu'elle ne peut plus changer ni la société ni la vie. Dans les pays sous-développés où  le métier de politicien est exercé sans scrupules par des criminels ou des gangsters, la politique est vitale, parce qu'elle décide tout. La survie de millions de personnes dépend de décisions politiques. »

Mario Vargas Llosa

 

Il est urgent de mondialiser la démocratie avant l’économie… Sans une démocratie coriace, la mondialisation peut être un phénomène très destructeur. »

M. Vargas Llosa…

 

 

 

Une autre petite chanson pour l’Afrique.

 On ne manque pas d’argent, mais on souffre d’une déficience dans le capital humain, social et institutionnel.

L'Afrique ne manque pas de capital, mais il n’est pas investi en Afrique.  Les Asiatiques investissent 3% de leur avoir à l’étranger, les Africains, l’élite possédante, investissent 40 % à l’étranger. On évalue la sortie légale ou illégale des capitaux entre 50 milliards $ et 100 milliards par année. Ce qui excède de beaucoup les 20 milliards d'aide reçus  et les 10 milliards d’investissement. On évalue à 500 milliards les capitaux détenus par les Africains à l’étranger. L’argent est là, mais il n’est pas investi en Afrique pour le faire fructifier. L’aide financière a un effet maléfique : elle permet à l’élite de survire et lui évite de faire les ajustements nécessaires pour répondre aux vrais problèmes. L’aide joue un peu le rôle d’un pansement sur un cancer.

 

Gus, PAYS PAUVRES, PAYS RICHES

VOIR  2O RAISONS HISTORIQUES QUI EXPLIQUENT  L’ÉVOLUTION DES UNS ET DES AUTRES.

 

Les sweatshops des pays sous-développés.

 En particulier celles où se fabriquent les produits de Haute Gammick arborés fièrement, à défaut de diplômes, comme bidule magique et comme une preuve par neuf de leur existence personnelle par  bien des pauvres de la planète.

 

LA MALÉDICTION SUPRÊME.

 

Peuples marginalisés. Pire que d’être exploités, ils ne sont pas exploitables parait-il.  Reste la mondialisation  de la charité… « Diantre, cachez ce mot que je ne

saurais voir »

Gus, si tu veux avoir un petit coup d’œil sur ce qui nous attend dans le prochain quart de siècle comme création et partage de la richesse. Voir et revenir

Visions d’AVENIR SUR LA RICHESSE DES NATIONS *

(COURS EN CRISTALLOGRAPHIE)

 

 

Suite : José Bové part en guerre

 

 

MENU

1. La mondialisation à son meilleur

2. Mondialisation, hégémonie et uniformisation.

2B. La mondialisation et l’État               providence

3. Les ratés de la mondialisation

   4. José Bové part en guerre

5. Changer le monde 101. cours accéléré (3 niveaux)  

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

 

(récents)

1a. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

6. quête du bonheur

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)