Remarque importante.

Ce site  primitivement faisait partie dun ensemble plus vaste, soit dune histoire  de lévolution  du travail (Voir ci-contre). Il se situait à la suite de l’étude sur la société de consommation (autour des années 1960) où sont reflétés   les discours idéologiques courants  à lépoque.

Il a été décidé den faire un site original  parce  quil avait pris de plus en plus d'ampleur en regard du projet initial sur lhistoire du travail et méritait  de voler de ses propres ailes..

 

ÉVOLUTION DU TRAVAIL

ACCUEIL.

DÉBROUSSAILLAGE

 1. LE TROC

 2. L'ARGENT

 3. LE PATRON

 4. LE SALARIAT

 5. L'ÈRE INDUSTRIELLE

 6. S. DE CONSOMMATION

 7. MONDIALISATION

 

par le prof bof.

 

     Profbof.com

(thèmes ou chapitres)

    Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

Qui suis-je ?

 

 

Loin de la belle et simple autosuffisance…que l’humanité connaissait encore il y a quelques générations.

Les conditions du travail d’un chacun,

(quant à son existence, quant à sa nature et sa rentabilité)

 sont de plus en plus déterminées

par ce qui se passe sur l’ensemble de la planète.

 

Les échanges de biens et services ont progressivement passé de l’orbite du village

à celui de la ville, 

du pays

et maintenant, dernier stade, du monde entier***

 

L’électronique accélère le processus

 et la fibre optique  élimine les distances,

les hommes deviennent de plus en plus interdépendants pour vivre et bien vivre.

Le gardien derrière  la caméra de surveillance d’un édifice

peut être  littéralement aux antipodes. 

 

Le travail de l’homme prend le large, le grand air… et s’étend au village global (ou presque) qu'est devenue la planète.

***Bien malins ceux qui voient dans ce processus quelque volonté hégémonique secrète et diabolique.

Il convient plutôt d’y voir une conséquence  du développement technologique qui a pratiquement éliminer les distances,  fragiliser les frontières, perméabiliser les pays à tous les types de migration.

 

Gus, la mondialisation signifie aussi la diversification ou la dispersion des axes d’influence. L’Occident a connu ses belles heures (18ième et 19ième siècles), les USA ont pris le relais pour le 20e siècle.

Pour le 21e siècle, les astres semblent s’enligner pour que les axes d’influence se déplacent en direction de l’Est et du Sud.

 

DU TIC AU TAC.  OU DU TAC AU TAC `Les autres pays tu aimeras comme le tien

Tous les pays veulent  vendre  leurs produits à l’étranger. C’est une source de  richesse….  Et aimeraient en plus limiter l’entrée des produits concurrents des autres pays. 

C’est le triomphe du « protectionnisme » qui est une tentation permanente  et dont l’histoire a gardé mauvais souvenir. 

Un dicton : quand les biens ne traversent plus  les frontières, ce sont les armées qui passent.

 

La mondialisation, Gus, c'est en principe jouer du TAC AU TAC.

 

C’est la possibilité de produire et vendre plus, surtout dans les domaines où l’on réussît le mieux,  en qualité ou en quantité.     Le prix à payer, pour cette opportunité ? Donner accès à son propre marché, aux produits des autres pays, particulièrement  là où ils excellent   au risque de voir  certains secteurs de son économie, moins efficaces,  souffrir de cette concurrence.

Cette liberté, à double sens, mutuelle, devait au total, du moins en principe, assurer une plus grande richesse d’un chacun.

"L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes : si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels."   Montesquieu.  De L'Esprit des Lois

“Partout les hommes ont échangé mutuellement leurs opinions, leurs lois, leurs coutumes, leurs maladies et leurs remèdes, leurs vertus et leurs vices. Tout a changé et continuera de changer. Mais est-ce que les changements du passé, et ceux qui restent à venir, vont être utiles à l’humanité ? Sa condition en sera-t-elle meilleure  ou en sera-t-elle simplement une de changement constant ? »

 

Guillaume Thomas de Raynal, S.J. en 1770 (Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes.)

Le défi de la mondialisation.

« La fin du 20ième siècle tourne le dos à ces modes de pensée et assiste au déclin des idéologies : trop d’échecs économiques et sanglants dans les aventures du fascisme, de l’hitlérisme et du marxisme léniniste. Le vide dogmatique n’est compensé que par le pragmatisme du libéralisme. Le capitalisme ne risque-t- il pas de mourir par insuffisance de régulation ? Les pratiques religieuses, les idées sur la cellule familiale, sur la sexualité, les valeurs civiques et le patriotisme,  sur le rôle du travail comme ciment social et sur l’égalité des chances sont profondément bouleversées ». NAISSANCE D’,UNE CIVILLISATION.YVES BRUNSWICKS ET ANDRÉ DANZIN. »

 

Et des exclus ???

« L’illettrisme, dans la civilisation nouvelle, devient un fléau social, car la disparition du travail musculaire ne laisse plus de chances d’insertion â ceux qui ne possèdent q’insuffisamment les bases de  futur perfectionnement : la lecture, l’écriture et le calcul. »Ibid.

« S’isoler est le meilleur moyen de rejeter le monde tel qu’il est. C’est un réflexe familier à la classe dirigeante. Refus du réel; les antiennes antilibérales, les philippiques antimondialisation, les apologies d'un modèle alternatif, les ukases anti-américains, le culte irréfléchi d’un pseudo modèle français » (ou québécois!?). 104, Minc. Crépuscule des petits dieux.

 


 

Mon cher Augustin, je t’offre quelques éléments de réflexion…..

 

 

LA mondialisation à son meilleur

 

 

En vrac

 

 

En principe chaque pays  fait et exporte ce qu’il fait le mieux et à meilleur compte et importe en échange  les biens et services pour lesquels d’autres pays sont plus efficaces. Avec un certain dynamisme minimal, chacun y trouve son compte et les consommateurs sont mieux servis.

 « La pauvreté a davantage reculé dans le monde durant les cinquante dernières années du 20ième siècle qu’au cours des 500 ou 5000 années précédentes » (ONU) Depuis l’effondrement de l’empire soviétique,  des continents entiers ont été réintégrés dans l’économie mondiale. 80% de la population mondiale produit et échange  à l’intérieur d’un même système. Progression  de la richesse de 5% annuellement dans plusieurs pays. Les personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour ont diminué de moitié. 

Toujours selon l’ONU, depuis environ vingt ans la mondialisation a contribué à faire reculer la pauvreté dans vingt-quatre pays en développement qui comptent au total quelques 3 milliards d’habitants. 

 

 

Gus, un calcul pour toi : l’ouverture des marchés et le dynamisme qu'elle a suscité dans plusieurs  pays, en particulier en Asie, a arraché à leur pauvreté millénaire combien de fois  plus de personnes  que toutes les subventions des  pays dit riches, des concerts d’autopromotion et des spasmes de générosité  que la vue d'enfants au ventre creux ou ballonné a pu susciter à l’heure du dîner.

 

« A propos de la mondialisation, je crois moi, que la mondialisation n‘est pas une tragédie. Ce mouvement inéluctable a enrichi  la planète du point de vue scientifique, technologique, humanitaire  et culturel. C’est un processus  socioéconomique très bénéfique, surtout pour les pays les plus pauvres. Les contrées sous-développées qui ont tablé, d’une manière intelligente et efficace, sur une ouverture de leurs frontières et la création de marchés concurrentiels ont connu ces dernières années un essor économique fulgurant—le Chili par exemple ou l’Espagne, l’Irlande, certains pays asiatiques » Mario Vargas LLosa

 

La baisse des prix de plusieurs biens qui accompagne normalement la mondialisation profite en particulier  aux pauvres : nourriture, vêtements, appareil ménager, produits électroniques, etc. qui étaient le lot des privilégiés, il n’y a pas si longtemps. La concurrence mondiale amène  des chutes de prix  considérables  dont profitent  les moins fortunés.

 

Plusieurs pays considérés jadis comme pauvres sont en  voie de rejoindre les pays développés.

 

La concurrence mondiale est un fort stimulant à la créativité locale et entraîne l’élimination des incompétents ou des entreprises qui ne  peuvent subsister qu'à coup de lobbying, de subventions gouvernementales, de protectionnisme et de prix artificiels qui pénalisent le consommateur, le plus pauvre en particulier,  qui en plus subventionne par ses impôts les subventions accordées aux producteurs.

 

Possibilité étendue et ouverture de marché pour les producteurs et travailleurs efficaces de tous les pays (à condition qu’il y en ait).

 

Mobilité de l’industrie…Émigration de certaines industries vers des pays en voie de développement et qui recommencent le cycle de l’enrichissement.. (souvent en repartant malheureusement du 19 ième siècle).

 

 

(Selon  une enquête dans 18 pays du world Public Opinion. Org.)

 

Degré d’appui à la mondialisation :

la Chine (87 %),

Corée du Sud (86 %)

 Israël (82 %).

 États-Unis (60 %),

la France (51 %)

 l'Argentine (55 %).

 

Évaluant   l'impact sur Leur économie nationale.

 

Des 14 pays sondés sur cette question,  une majorité absolue de citoyens de chacun des pays est d'avis  que cet impact est positif;  

Les plus pessimistes : croient que l’impact est négatif,  aux États-Unis (42 %),  en France (34 %) ainsi qu'au Mexique (27 %) et en Inde (27 %).

Les opinions sont aussi largement positives  en ce qui a trait au sort des entreprises nationales, des consommateurs ou encore du niveau de vie en général.

 

        2009. Bof, est-ce que c’est la mondialisation qui est cause de la crise actuelle….???

           Gus, pour connaître  les vraies causes de cette crise  qui vient des États-unis et s’est propagée au reste de la planète..

Voir : LES CAUSES DE LA CRISE    2008-09

 

 

 

Progrès dans la lutte contre la pauvreté

 Selon THE WORLD BANK…En 1981, 69.5 % de la population mondiale avait un revenu de moins de $2.00$ par jour. Avec les progrès de la mondialisation  le pourcentage est descendu à 47,6 % en 2005.

 

Durant la même période,  la proportion de la population avec un revenu de moins de 1.25 $  est passé de 52.2 %  à 25.7 %.....

Pour un revenu de moins 1$, le pourcentage est passé de 41.9 à 16.1.

 

Ce n’est pas le Pérou, serait-on tenté de dire, mais ce sont des progrès qui ont, il n’y a pas si longtemps, pris des siècles pour s’accomplir…  à peine pour pouvoir s’en rendre compte.


 

Culturellement…

Quelques exemples de mondialisation réussie

Le cirque du soleil. Quelques amuseurs publics d’un coin de pays en mal d’identité coalisent autour d’eux des talents de tous les pays du monde et  renouvellent un genre. Ils remplacent  les rugissements des lions ou les barrissements des éléphants par des valeurs universelles, le charme, la poésie,  l’élégance, la  musique  et … des  prouesses époustouflantes. Ils rejoignent tous les continents,  de Las Vegas à Tokyo, de la tente de cirque à Imax  en passant par la TV, et toutes les générations, de bébé à pépé en passant par mémé. (En 2006, treize différents spectacles, six permanents, les autres en tournée avec un auditoire de 7 millions de personnes)

 

Des petits pays comme l’Islande,  la Finlande, Capo Verde, etc  imposent  leurs vedettes à la planète. Une Maori est probablement la plus grande cantatrice de sa génération. Le Canada se fait une spécialité de fournir des chanteuses populaires. La  World Music est au goût du jour. Ceci naît spontanément  sans mandat de l’ONU.

Des sports sont pratiqués par toute la planète.  Les tournois mondiaux mettent  en présence des participants  de nombreux pays… Chacun peut établir son hégémonie temporaire… à tour de rôle.  Gus,  aux Olympiques, on retrouve en tête  presque toujours les plus grands pays. Ça va de soi… Mais, intelligent comme tu es,  calcule le nombre des médailles proportionnellement  à la population des pays. Les hégémonies se déplacent… Et c’est plus honnête comme calcul… Du moins plus instructif si tu veux évaluer la compétence sportive d’une population.  (Gus, au cas où tu n’aurais pas les données en main…VOIR).

 

Une grande artiste, Madein China, réussit à décorer par ses œuvres les jardins et les arbres de Noël de la planète.

 

La pizza, le spaghetti, et Bocelli font le tour du monde.  Les cuisines se planétarisent.  La poutine du Québec et Céline Dion suivent.... Aller dans un super marché  prend l’allure d’un cours de géographie.  Les cuisines locales reculent,   deviennent presque exotiques  et sont réservées aux jours de fêtes nationales… histoire de montrer aux enfants ce que leurs ancêtres mangeaient du temps des vaches maigres.

 

Année de l’Exposition Universelle des nombrils mal séchés des préadolescentes. Le tissu épargné dans tous les pays riches ira à ceux qui n’en ont pas…Du tissu évidemment…  pour confectionner des burkas  au cas où la mode se généraliserait.

 

Grandes célébrations médiatiques, rituelles et périodiques des casseurs de tous les continents qui se donnent des rendez-vous festifs (les idéologues ont de la difficulté à les suivre pour fournir les arguments…)

Conjurations, hargne et affrontement…en spectacle  à défaut de programme commun. Changement périodique des programmes pour les mettre au goût et à la sensibilité du jour : on se sert de l’endos des pancartes et on passe subtilement de  l’antimondialisation à l’altermondialisation en attendant on ne sait trop quoi, quitte à renouveler le stock des pancartes et des épis de maïs  transgéniques.

 

Toutes les générations adoptent le Jeans, nouvel esperanto,  comme symbole de la jeunesse éternelle…et de la contestation de la mondialisation.

 

*****

Le tout jeune japonais est sans doute convaincu que le « jeans »  qu’il porte va de soi,  est d’invention japonaise et y prend peut-être plaisir à affirmer son identité…  Qu’importe s’il s’y sent confortable. C’est un cas de mondialisation discrète et réussie, une contribution valable à la culture et à l’économie mondiale qui n’infériorise personne.

 

Pour ne froisser personne, pour être culturellement équitable, on pourrait pourtant rêver  d’une culotte  qui incorporerait des éléments empruntés à une vingtaine  de « culottes nationales », créer un pot pourri vestimentaire pour faire multiculturel et tenter ensuite de l’imposer à la jeunesse du monde. Sans doute qu’il serait  préférable d'attendre la touche chinoise ou indienne qui modifiera le jeans, qui est devenu l’esperanto  ou le latin en matière  de revêtement de fond.  On perd de vue que le tissu est d’origine française ou génoise, qu’il a été inventé avec ses boutons métalliques par un Bavarois fraîchement immigré aux USA,  adopté initialement par presque tous les travailleurs  des pays industrialisés et les cow-boys du cinéma américain,  puis sacralisé et mythifié par les hippies, qu’il a été promu finalement comme vêtement d'aisance et de détente pour pauvres ou riches, petits ou grands, jeunes ou vieux et exporté   par  les Américains… qui l’ont implanté par séduction hégémonique au reste de la planète. Et maintenant fabriqué en Chine ou en Asie pour la plupart.

 

Le bilan est positif ( si on sait occuper le temps gagné)  : être débarrassé  de l’obligation culturelle de presser (ou de  le faire presser)  presque quotidiennement le pantalon de mise, d’en  vérifier le pli pour « bien paraître », s’affranchir de la honte d’afficher son  état de fortune dans le vêtement que l’on porte, puisque les plus riches, snobisme et mode obligent,   manifestent  maintenant leur richesse en portant des jeans savamment  usés et même déchirés…(Gus, entre nous, ton Prof ne déteste pas les prises d’air) Gus, c'est le poor-power à l’œuvre.  .

 

 

Suite : Mondialisation, hégémonie et uniformisation.

 

 

 

       

MENU

1. La mondialisation à son meilleur

2. Mondialisation, hégémonie et   uniformisation.

2B. La mondialisation et l’État               providence

3. Les ratés de la mondialisation         4. José Bové part en guerre

5. Changer le monde 101. cours accéléré (3 niveaux)  

 

 

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)