Sexualité humaine. Niveau C

 

 

SEXUALITÉ ET CULTURE

 

 

Gus, je veux dissiper immédiatement une erreur ou un problème qui pourrait germer dans ta tête et t’empêcher  de dormir face à de nouvelles préoccupations qui t’agitent. Bof ne  pose pas ici le problème à savoir si les gens « dits cultivés » forniquent ou font mieux l’amour ou plus mal  que les gens que l’on considère comme manquant de culture. Ce serait une discrimination impardonnable.  Il n’est pas question non plus de savoir si l’on peut « cultiver » ses érections et ses orgasmes comme on cultive de la marijuana pourvu que ce soit en petites quantités.

 

culture, ici,  n’a pas du tout  le même sens que celui qu’emploient parfois tes professeurs quand ils te disent « de te cultiver », que tu seras cultivé  un jour si tu lis LE PETIT PRINCE  ou  LE PROPHÊTE  ou prend une semaine à écouter les Nibelungen de Wagner. Il s’agit ici de la culture entendue au sens sociologique ou ethnologique.  Bof reviendra un jour sur cette notion importante mais il t’offre  ici une brève initiation pour compléter notre sujet sur les niveaux de la  sexualité humaine

 

La culture dont il est ici question est cette manière d’être, cette couche de ton être, ce  réseau d’habitudes  qui t’affecte profondément et que tu as acquis parce que tu vis dans un milieu donné : en ce sens tu es profondément cultivé, très tôt : ta « culture », en ce sens,  c’est l’occidentalisation de ton être (sensibilité, intelligence, etc.), c’est ton américanisation  et plus particulièrement, c’est la québécitude qui t’affecte, réalité subtile   dont il est difficile de prendre conscience tant cela semble s’identifier purement et simplement avec notre être humain. 

 

En ce sens il n’y a aucune nature pure… à part peut-être les premières heures…mais dès qu’on t’a mis à l’Enfalac tu as commencé à t’ «enculturer », c’est–à-dire à être marqué en profondeur par la manière d’être homme de ta communauté culturelle. C’est un effet de proximité de l’environnement humain. L’homme, comme toute plante, est marqué par le terreau sur lequel il pousse.  C’est un phénomène nécessaire et inévitable. On ne choisit pas son terreau avant de naître, on le subit pour le meilleur ou pour le pire.

 

IMPACT DE LA CULTURE. L’impact de la culture  sur la nature est toujours plus profond et diversifié que l’on serait porté à le croire. Pour digérer la poutine,  les   tripes  à la mode de Caen  ou le rat, il faut avoir l’estomac enculturé ne serait-ce que pour fournir la salivation nécessaire.  Toutes nos facultés, notre intelligence, tous nos sens fonctionnent culturellement…et pas seulement quand on les amène à la Place des Arts. Gus, tu te vois marcher de coté comme les anciens Égyptiens.  Quelle sensation  tu ferais sur la rue principale!

 

POUR LE THÈME DE LA SEXUALITÉ qui nous préoccupe de ce temps-ci,  il en est de même.  La sexualité d’un chacun est affectée par la culture qui est la sienne même si tout se termine à peu près de la même façon… si la culture se perpétue.   Si l’on veut analyser la sexualité humaine, c’est le troisième niveau à étudier, après notre animalité et notre spécificité humaine.

 

En ce sens, la séduction et même les réactions physiologiques  sont pour une part culturelles.  Évidemment on est loin ici de Wagner et du PETIT PRINCE. En matière de sexualité, des rayons entiers de bibliothèque sont consacrés  à la variété des mœurs, des attitudes ou des modes d’opération dans le temps et dans l’espace. C’est une tale de choix pour sociologues, anthropologues et ethnologues, professionnels ou amateurs. 

 

Ici, Bof ne fait que te donner quelques exemples pour t’initier au problème, pour piquer ta curiosité et pour t’inciter à pousser un peu plus loin tes recherches si le thème t’intéresse.…

 

Une culture donnée transmet des critères de beauté, valorise certains excitants sexuels, attache des significations différentes à la sexualité  par ses mythes ou ses philosophies courantes. Les interdits varient, les rapports entre l’un et l’autre sexe, le rapport aux enfants, à la parenté, l’attitude face aux garçons et aux filles, à la puberté, à l’adolescence, les rituels de passage d’un âge à l’autre, autant de facteurs de variété sur lesquels on pourrait baratiner indéfiniment.

 

Dans la plupart des cultures on trouve des agressions anatomiques : la circoncision, la clitoridectomie, l’étirement du cou, la contraction des pieds, le perçage des oreilles ou du nez,  le gonflement ou le remontage des seins ou des fesses, set d’épingles de sûreté aux oreilles, anneau par ci, anneau par là, tatouage, siphonage ou ajout de graisse aux endroits pourvus d’un certain potentiel de séduction locale, etc. Comme ces endroits varient d’une culture à l’autre, avec la mondialisation on pourrait assister à des transferts de graisse  d’une culture ou d’un pays à l’autre. Gus, tu vois les  conteneurs partant du port de New York !

 

A propos des fréquentations ou du mariage: ségrégation préalable ou non des sexes selon la culture;  qui (et comment?) choisit le conjoint ? Place à la liberté; âge des fréquentations; habitat des conjoints. Dans certaines cultures, l’amour est une condition ou un pré requis officieux  au mariage. Ailleurs, on se marie, (avec l’époux choisi par les parents qui s’y connaissent et veulent le bien de leurs enfants évidemment !), puis on apprend à s’aimer par la suite.

 

Tu t’étonneras davantage sur l’importance relative attachée à  telle partie de l’anatomie dans la séduction. Je devine, Gus,  ton petit catalogue de priorités, qui se confond avec l’orientation usuelle et usuellement discrète  de ton regard.  Dis-toi que ces valeurs  peuvent être inversées  ou chamboulées d’une culture à l’autre. Pendant des siècles, en Chine,  on a tellement attaché d’importance à la petitesse des pieds  des femmes qu’on a fait subir  littéralement des tortures aux petites filles… Ah, les hommes avec leurs gros sabots.  Culturels aussi les emplants mammaires;  pourtant plusieurs se consolent en disant que c’est dans les petits pots….Le bronzage, si à la mode,  était, il y a un siècle, une stigmate que subissaient  ceux qui gagnaient leur pain  dans le travail aux champs.

 

Et même cette enculturation ou culture  sociologique se modifie constamment avec les époques…Exemple : il y a quelques années, en Amérique, pour sauver les bonnes mœurs,  on effaçait  dans les revues ou les catalogues le nombril des femmes, comme d’autres aujourd’hui ne se montrent jamais à visage découvert. Aujourd’hui toute jeune fille ou fillette en Occident  se doit de prouver qu’elle est équipée d’un nombril. Et l’exposition au regard est plus probante et plus universellement reconnue comme preuve qu’un test de laboratoire.

 

Par ces froids sibériens, au lieu d’un chaud baiser avec la copine dont « tu es accro depuis quelques temps »,  tu te vois, Gus,  si tu étais de certaine culture encore plus nordique que la nôtre, vous exciter mutuellement, en vous frottant le nez libidineusement, sous -30 degrés, avec les mixions inévitables. Tu as un frisson de dégoût : c’est un frisson culturel, mon cher Gus.

 

Anecdote : le poids idéal varie géographiquement et historiquement. Des cultures privilégient la grosseur, d’autres les castagnettes. Vu dans un reportage : dans une tribu où la graisse semble être une valeur suprême, on avait gavé comme une oie  la future épouse du roitelet local à un point tel qu’elle ne pouvait plus marcher et que six gros hommes forts ont du la transporter sur des brancards pour la cérémonie nuptiale. Et le chef de jeter un regard de convoitise sur cette  chaire flasque qui débordait de tous cotés. Mystère insondable pour un occidental: presque un truc pour combiner la monogamie et la polygamie en une personne  ou donner une allure géographique au plaisir d’exploration sexuelle. Gus, ne ris pas: il faut toujours respecter les autres cultures si étranges nous paraissent-elles ! Dans cette recherche des extrêmes, l’Occident a connu la mode Twiggy  et plusieurs anorexiques partent à la conquête d’un idéal culturel au point d’en être malade de corps et d’esprit. Gus, surveille ta diète, ...mais pas trop.

 

De longues traditions religieuses ont privilégié et célébré la virginité et le célibat (jusqu’à un certain degré cependant…histoire de durer).  A l’autre extrême, des douze épouses de Mahomet, sa favorite était Aïcha qu’il avait épousée  à l’âge de neuf ans. Tous les goûts sont dans la nature et certains préfèrent  s’abstenir ou choisir les fruits plus murs.

 

Et la nature dans tout ça !!

Tous finissent malgré tous ces détours  par faire de beaux enfants et assurent la survie de leur  collectivité.

 

Suite : LA  SÉDUCTION DU  RELATIVISME CULTUREL

 

au diable la raison : tout se vaut, « des goûts et des couleurs, on ne discute pas. » 

 

 

 

A.   En tant que mammifère..Héritage animal

 

    A+ Les douze miracles  de l’invention

de la sexualité ou les DOUZE TRAVAUX D’HERCULE DE LA MATIÈRE (récent)

 

B.    « Et le sexe se fit homme et femme »

      1. Effort de compréhension

 

      2. Encadrement éthique

 Responsabilité du mâle

 Inceste et exogamie

 Pudeur

       3. Créativité au service de la sexualité

 Reformatage et reconfiguration

 Amour, Délice et Grandes orgues

 Exploration et exploitation

C. En tant qu’être d’une culture donnée (1)

       2. La séduction du relativisme

  

  1. .En tant que sexualité

d’un individu particulier

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

GÉNÉALOGIE

(récents)

1a. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

6. quête du bonheur

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)