COMPARAISON

Gus, si tu as manifesté quelque intolérance face aux propositions du TEST, tu devrais être en quête d'une quelconque justification de ton intolérance… Voici une distinction importante qui pourra t’aider.

 

 

Mon cher  Augustin, au cours de la première moitié du siècle précédent, la sociologie et les études ethnologiques connurent un grand essor. Un public médusé découvrit alors un grand nombre de cultures qui parurent fort étranges aux yeux d’un occidental mais qui manifestaient malgré tout une cohérence quelconque. Il fut alors de bon ton de professer une forme de relativisme culturel, c'est-à-dire affirmer qu’il était impossible de définir un bien ou un mal qui soit purement simplement un bien ou un mal mais que ces notions, si importantes, étaient en somme relatives à la culture propre de chaque communauté. Ce qui était bien pour l’une pouvait être mal pour une autre sans aucune possibilité de trancher qui avait raison. Ce qui parut à certains une ouverture parut à d’autres un enfermement. Aucune manière de juger du bien ou du mal au-delà de sa propre culture ou de son époque…Aucune valeur universelle, humaine, tout n’était que culturel. Ce fut une époque faste pour le  RELATIVISME CULTUREL, pour cette  forme de « soft » scepticisme du moins quant aux valeurs, … surtout quant à celles qui dérangeaient le plus. Ce relativisme qui se présente comme un respect de l’autre, une ouverture à autrui et un anti-dogmatisme a pénétré avec le temps toutes les couches de la société et il parut indécent de condamner ou de défendre quelque action que ce soit.

 

Ce relativisme  fut mis à dure épreuve cependant lors des procès de Nuremberg qui suivirent  la dernière guerre mondiale. Certains commencèrent à en douter et, devant les horreurs des camps d’extermination, ils commencèrent à penser qu’il était peut-être légitime de dire que certains actes sont purement et simplement mauvais…. et inhumains.

Quand  une société se  proclame une race pure et  déclare qu’une autre est impure, il est logique à l’intérieur de cette culture  d’entreprendre une opération de salubrité publique… La science ne peut juger que de l’efficacité et de l’économie des mesures prises pour cette opération.

S’il existe des valeurs au-delà des cultures qui permettent  de juger et de condamner   ou encore de proclamer des Chartres des droits de l’Homme, ces valeurs ne peuvent se fonder que sur ce qui est en déca et au delà de toute culture : ce qu’il est convenu d’appeler la  nature humaine.

Pour bien se représenter les points de vue opposés je te présente, mon cher Gus, les deux points de vue en les opposant  sommairement dans ce qu’ils ont de plus caractéristiques.

 

«Toutes les cultures se valent  à ce qu’il semble et à l’assemblée démocratique des nations chacune a droit à un vote.  Platon, Mozart, Van  Gogh, Einstein n’ont qu’à  rentrer  dans leur trou ou jouer du coude dans les coulisses du nouveau pouvoir  et attendre un vote qui leur serait favorable pour être rappelés à l’existence ». Bof.

 

 

 

 

RELATIVISME CULTUREL

MORALE NATURELLE

Les valeurs, le bien et le mal, sont essentiellement  « RELATIFS » à la culture d’un peuple à tel ou tel stade de son développement

DÉFINITIONS

Le bien et le mal ne sont pas seulement (ou toujours) une question de culture; possibilité de définir un bien « humain » et « Raisonnable »

 

La culture du peuple ou de la nation ou de la communauté à une époque donnée

 

CRITÈRES

DE

VÉRITÉ MORALE

 

 

Le raisonnable et l’humain

 

 

Il en est du bien et du mal comme des goûts et des couleurs : il n’y a pas lieu de discuter…Impossibilité de décider ce qui est le meilleur : manger des sauterelles ou du Ketchup ou des escargots…

Modèle théorique

Les vérités mathématiques ou scientifiques.

 

2+2= 4  est vrai au-delà des cultures.

La culture  a priorité sur la raison et la nature.

 

Rapport prioritaire entre culture et nature

 

La nature a priorité et peut transcender la culture.

La mort de la raison.

L’impuissance de la pensée personnelle.

Destruction du fondement  de la  communauté humaine.

La culture ou la race comme ultimes données.

Dangers inhérents à chaque position

 

Orgueil dogmatique et ethnocentrisme.

Fermeture sur soi et intolérance.

Confusion facile entre SA raison et LA raison.

Inconscience de la difficulté de la vérité.

Invitation à la paresse et au recours à la tradition.

 

Impossibilité de définir la vérité.

Impossibilité de définir la nature humaine.

 

Pré requis à chaque position

Possibilité ou espérance de trouver la vérité.

Existence de certains critères.

« Tout le monde il est bon et tout le monde il est gentil…et moi itou »

Eviter toute confrontation.

Ouverture à tout et à tous…

Possibilité de dialogue dans chacune des positions.

Échange d’arguments.

Dialogue difficile mais possible et enrichissant.

Danger que  l’émotivité mène le bal et se prenne pour l’évidence.

Si la culture est tout, aucune possibilité de dépassement :

L’esclavage était bon à telle époque et dans tel milieu. C’est moins bon aujourd’hui du moins en Occident.

Plus tard, on verra…!

Peut justifier une liberté totale d’action et éliminer toute responsabilité.

Relation à un idéal quelconque

 

Distance entre ce que je pense et ce que je pourrais ou devrais  penser. Possibilité de mettre en question ce que je suis (ma culture et mon époque) au nom d’un idéal pensable par la raison.

L’esclavage a toujours été un mal. Et on avait tort de le justifier pour telle ou telle raison : biblique, raciale, conquête, etc..

 

Comment accepter les positions contradictoires… à circonstances identiques ?

Se détruit en s’affirmant : si tout est relatif et culturel, qu’en est-il de l’affirmation que tout est culturel ?

Difficulté principale

 

Comment savoir que notre raison a atteint la vérité? comment reconnaître l’évidence s’il y a lieu ?

 

Chaque époque a raison comme chaque culture.

 

Situation de l’une et l’autre face au progrès et à l’évolution morale

 

Le progrès est possible.

Une vérité peut se manifester plus ou moins évidemment… et se manifester progressivement avec l’expérience de l’humanité.

Invitation au doute et à la critique de sa propre pensée ou de sa propre culture.

« Avant le 16ième siècle la terre était le centre de l’univers, elle ne l’est plus depuis. »

Si la science adoptait l’un ou l’autre discours…

 

«  Avant le 16ième siècle on croyait faussement que le  soleil tournait autour de la terre. »

« Les Romains se trompaient (et les Somaliens se trompent) en pensant que l'esclavage était moral »

 

Valides en tant qu’exprimant la conscience qu’une époque a d’elle-même. Valeur historique et documentaire comme les modes ou les styles.

Et les Chartres des droits de l’Homme ?

Possibles  et valides en raison de  la réflexion  qui les supporte et d’une meilleure connaissance de ce qu’est un être humain  et de l’universalité de sa condition.

 

Théoriquement la tolérance est plus facile puisque la vérité est essentiellement relative… à un chacun ou à chaque culture.

« A chacun sa vérité » et tout le monde a raison.

Plus difficile cependant à maintenir ce point de vue « de facto).

Le nihilisme au service de la paix.

(Voir ou subir  le test initial)

Et la tolérance ? 

La vérité est possible mais n’est pas nécessairement facile. D’où la prudence dans l’affirmation, surtout en tenant compte que la « vérité » ou «  les vérités » ne s’imposent pas toutes avec la même force.

Pour assurer la paix sociale et respecter la quête de vérité des autres, la tolérance est de mise jusqu’à un certain degré.

( voir le test initial)

 

« Le fait que la capacité innée et généralement humaine de s’enthousiasmer pour certaines valeurs soit extrêmement  dangereuse ne signifie pas pour autant qu’elle ne soit pas indispensable » Konrad Lorenz

 

« S’il est difficile de s’entendre sur un maximum de valeurs, il est relativement facile pour des hommes de bonne volonté de s’entendre sur un minimum essentiel pour une bonne vie en société, c’est ce qu’on appelle vulgairement mais sagement  mettre de l’eau dans son vin… si bon soit-il, même si on n’en est pas encore à changer l’eau en vin »  Bof

 

« Toutes les cultures se valent  à ce qu’il semble ou à ce que l’on dit : à l’assemblée démocratique des nations chacune a droit à un vote.  Platon, Mozart, Van  Gogh, Einstein (les Dead White European Males) n’ont qu’à  rentrer  dans leur trou ou jouer du coude dans les coulisses du nouveau pouvoir  et attendre un vote qui leur serait favorable pour être rappelés à l’existence » Bof

 

 «  Tout se vaut. Bien sûre. Mais on préfère quand même se servir d’un cellulaire plutôt que du téléphone arabe, se servir d’un kalachnikov plutôt que  d’une vulgaire machette, des  médications modernes  plutôt que de s’en remettre aux passes des guérisseurs »

 

« Gus, la perversion de la philosophie, non  pas défendre des opinions, si diverses soit-elles,  mais défendre les « Gangs » qui les professent…C’est ce qu’on pourra appelé le dogmatisme des identités (ou des cultures),    par opposition à un certain pluralisme des idées… Et l’ultime critère de  vérité quand tout devient une  guerre des identités, une guerre des gangs, une course au privilège ou au « dû », c’est à savoir  qui criera le plus fort au racisme ou à la victimisation  ou aura le groupe de pression le plus efficace ou occupera le mieux le centre de la rue ou  les « lignes ouvertes ». « Ma patrie, right or wrong »  « Ma « gang » uber alles ». Et l’erreur se définira par une phobie quelconque,  de « moi » évidemment, une phobie de ce que je suis,  et de ma « gang » « Ego uber alles, vous êtes tous des racistes, des bibiphobes »

 

 

« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. » Camus  Discours  de Suède.

 

SUITE : COMMENT COMPRENDRE LA DIVERSITÉ DES MŒURS >>>>>

 

 

.…..Accueil

1 .TEST DE TOLÉRANCE

2. Test…En raison de quoi ?

Test… Comment réagir ?

 

4. Tolérance, immigration, multiculturalisme,

défense identitaire, communautarisme, peuple d'accueil.

 

4B. RELATIVISME  CULTUREL ET    MORALE NATURELLE

 

5. COMPRENDRE  LA DIVERSITÉ DES MŒURS.

 

6. LES DEUX SENS DE « CULTURE »

 

7. PORTRAIT DU « QUÉBÉCOIS PURE LAINE »

 

8. L’IMPACT DE LA CULTURE SUR LA NATURE.

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

Pour nous rejoindre

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..