2. Conséquences de cet effondrement ::

Par le prof Bof

  

 

a. RETOUR A certaines VALEURS SPIRITUELLES

 

 

Dans le premier tiers du siècle, on assiste à un retour marqué chez une partie de l’élite à des valeurs spirituelles et même religieuses. Certains, plus connus en France,  se convertissent ostensiblement  au christianisme  et des écrivains, philosophes, poètes,   romanciers, auteurs dramatiques  affichent ostensiblement leur option religieuse et donnent le ton à ce début de siècle  jusqu’à la vague existentialiste des années cinquante.

Plusieurs s’entassèrent dans les salles de cours pour entendre Bergson qui à sa manière comblait  le vide laissé par l’effondrement des espérances naïves du 19ième siècle et permettait de dépasser les limites étroites imposées par le positivisme régnant.

     Quelques grands noms : Léon Bloy,  Claudel, Péguy, les Maritain,  Psichari, Mauriac, Bernanos, Eve  Lavallière, Alexis Carrel, Edith Stein, Du Bos, Ghéon,  Mounier, Simone Weil et plusieurs autres qui occupèrent moins bruyamment la place publique.

 

 

 

 

 

 

 

Pour illustrer l’état d’esprit d’une bonne partie de l’élite intellectuelle au début du siècle le récit suivant est particulièrement  éloquent.

 

 

 

 

Au Jardin des Plantes

(Un pacte de suicide)

(vers 1902)

« Nous venions de passer en revue ce que nous avaient apporté nos deux ou trois  années d’étude à la Sorbonne. Sans doute un bagage assez important de connaissances particulières, scientifiques et philosophiques. Mais ces connaissances étaient minées à leur base par le relativisme des savants, par le scepticisme des philosophes.

 

Nous n’étions pas non plus, avec nos vingt ans à peine, de ces tenants du scepticisme qui lancent leur « Que sais-je? » comme une fumée de cigarette, et trouvent d’ailleurs la vie excellente. Nous étions avec toute notre génération, leurs victimes. ..

 

Cette  angoisse métaphysique pénétrant aux sources mêmes du désir de vivre, est capable de devenir un désespoir total, et d’aboutir au suicide.

 

C’est une angoisse de cette sorte que j’ai vécue alors…

 

…Nous venions donc de nous dire ce jour-là que si notre nature était assez malheureuse pour ne posséder qu’une pseudo intelligence capable de tout sauf du vrai, si, se jugeant elle-même, elle devait s’humilier à ce point, nous  ne pouvions ni penser ni agir dignement. Alors tout devenait absurde, -- et inacceptable, --sans même que nous sachions quelle chose en nous se refusait ainsi à accepter…

 

Je ne voulais pas d’une telle comédie… j’accepterais une vie douloureuse, mais non une vie absurde. 

 

Avant de quitter le Jardin des Plantes nous primes une décision solennelle qui nous pacifia : celle de regarder en face, et jusqu’à leurs dernières conséquences les données de l’univers malheureux et cruel dont la philosophie du scepticisme et du relativisme était l’unique lumière…

 

Nous décidâmes donc de faire pendant quelque temps encore confiance à l’inconnu; nous allions faire crédit à l’existence, comme à une expérience à faire, dans l’espoir  qu’à notre appel véhément le sens de la vie se dévoilerait, que de nouvelles valeurs se révéleraient si clairement qu’elles entraîneraient  notre adhésion totale, et nous délivreraient du cauchemar d’un monde sinistre et inutile. 

 

Que si cette expérience n’aboutissait pas, la solution serait le suicide; le suicide avant que les années n’aient accumulé leur poussière, avant que nos jeunes forces ne soient usées. Nous voulions mourir par un libre refus s’il était impossible de vivre selon la vérité.

 

C’est alors que la pitié de Dieu nous fit trouver Henri Bergson… » 

 

(Bergson, Gus,  laissait espérer en la validité d’autres modes de connaissance qui puissent atteindre le réel et la vérité. Pour une présentation un peu plus complète de ce texte, voir Appendice 2.)…

 

Raïssa Maritain. Les grandes amitiés. 1941.

 Desclée de Brouwer.

 

 

 

 

B.  LA VAGUE EXISTENTIALISTE

 

 

Le   pessimisme  envahit la culture du milieu du siècle et  trouve des chantres exemplaires dans la littérature, le théâtre,   les cafés  et… la philosophie…  

Les thèmes à la mode reflètent bien l’époque. L’être se révèle à travers des expériences vécues, concrètes qui mettent en cause l’existence. Chacun, à sa manière, explore un type d’expérience fondamentale ou révélatrice de la condition humaine.

Quelques témoins parmi d’autres :

 

 

« La nausée »

Sartre

« Nous étions un tas d’existants gênées, embarrassés de nous-mêmes, nous n’avions pas le moindre raison d’être là, ni les uns ni les autres, chaque existant, confus, vaguement inquiet, se sentait de trop par rapport aux autres. De Trop : c’était le seul rapport que je puisse établir entre ces arbres, ces cailloux. ..De trop le marronnier, .. Et moi, veule, alangui, obscène, digérant, ballotant de mornes pensées, moi aussi j’étais de trop. … Je rêvais vaguement de me supprimer, pour anéantir au moins une de ces existences superflues. Mais ma mort même eut été de trop; de trop, mon cadavre…

 

 

J’étais de trop pour l’éternité. L’absurdité, ce n’était pas une idée dans ma tête.. je comprenais que j’avais trouvé la clé de l’existence, la clé de mes Nausées, de ma propre vie. »

 « Le monde des explications et des raisons n’est pas celui de l’existence.

Ce moment fut extraordinaire… J’étais là, immobile, et glacé, plongé dans une extase horrible. Mais au sein même de cette extase, quelque chose de neuf venait d’apparaître ; je comprenais la Nausée, et je la possédais. … L’essentiel c’est la contingence. Je veux dire, par définition, l’existence n’est pas la nécessité. »

 

*****

 

« Plus tard, j’exposait gaiement que l’homme est impossible, impossible moi-même, je ne différais des autres que par le seul mandat de manifester cette impossibilité qui, du coup, se transfigurait, devenait ma possibilité; la plus intime, l’objet de ma mission, le tremplin de ma gloire… Truqué jusqu’à l’os et mystifié  j’écrivais joyeusement sur notre malheureuse condition. Dogmatique je doutais de tout sauf d’être l’Élu du doute; je rétablissais d’une main ce que je détruisais de l’autre et je tenais l’inquiétude pour  la garantie de ma sécurité; j’étais heureux. » p. 210

 

Les héros d’enfance de Sartre..

«  Grisélidis pas morte, Pardaillan m’habile encore. Michel Strogoff. Je ne relève que d’eux qui ne relèvent que de Dieu et je ne crois pas en Dieu. Allez vous y reconnaître. Pour ma part, je ne m’y reconnais pas et je me demande parfois si je ne joue pas à qui perd gagne et ne m’applique pas à piétiner mes espoirs d’autrefois pour  que tout  me soit rendu au centuple ». P.212. Les mots.

 

 

Dans un grand moment de lucidité, Sartre décréta qu’«un anti-communiste est un chien ».

Gus, dommage que l’histoire n’ait pas la décence de s’arrêter quand un grand homme a parlé ! A bas Pluto ! Viva Pol Pot !

 

 

«L’absurde »

Camus

 

 

 « L’absurde c’est la raison lucide qui constate ses limites »

 

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est  répondre à la question fondamentale de la philosophie »

 

« Dans l’attachement d’un homme à sa vie, il y a quelque chose de plus fort que toutes les misères du monde. Le jugement du corps vaut bien celui de l’esprit et le corps recule devant l’anéantissement. Nous prenons l’habitude de vivre avant d’acquérir celle de penser. Dans cette course qui nous précipite tous les jours un peu plus vers la mort, le corps garde cette avance irréparable. »

 

« Commencer à penser, c’est d’être miné. Le ver se trouve au cœur de l’homme. »

*****

 

 

« L’angoisse »

Heidegger

(à la suite de Kierkegaard). « L’angoisse, ce sentiment que tout  s’effondre, nous échappe, »

 

 « L’homme, un être pour la mort »

 

 « Pourquoi y a–t-il quelque chose plutôt que rien ? » (à la suite de Leibniz)

 

  «  L’homme comme être « jeté là » » (un peu, Gus, comme « un cheveu sur la  soupe » Et si le cheveu pouvait penser : qu’est-ce que je fais là)

 

« Le déclin de notre culture est si avancée que les nations sont en danger de perdre le minimum d’énergie spirituelle qui permet de constater ce déclin et de le juger. »

 

L’existence déchue : le « On »  Se perdre dans la foule, la masse  et le  divertissement.

 

 

Deux points constants de cette littérature : retour dramatique des questions fondamentales….que le scientisme croyait avoir éliminées et un certain désespoir  (ou dogmatisme) quant à la possibilité d’arriver à des réponses.

 

 

 

C. l’espérance se veut POLITIQUE

 

 

 

La fièvre révolutionnaire et les saluts idéologiques  s’emparent des esprits, tout au moins de l’intelligentsia de plusieurs pays et se concrétisent en URSS et en Chine.  Le monde tend à se diviser en deux pôles rivaux de séduction, deux visions du salut politique et  du mal à combattre. Le fractionnement s’opère selon  deux des pôles  idéologiques fixés par la Révolution francaise : l’égalité d’une part, la liberté de l’autre. (Pour la fraternité, on verra !)

 

La guerre froide entre les blocs est l’évènement marquant du siècle autant pour les ressources mises en œuvre que pour les dangers encourus et qui ont été évités de justesse.

A l’Ouest, on dénonce à qui mieux mieux la société de consommation et on affiche son mépris de la démocratie formelle. A l’Est, on se tait on ne sait trop pourquoi : sans doute un silence d’approbation.

 

 

 

Le "Che"

Guevara.

Universellement « posterisé »  et sur les murs de presque toutes les chambres d’étudiants et d’étudiantes dans les années soixante… dans les pays où on pouvait se le payer.

Gus, quelques faits importants.

1949. Prise du pouvoir par Mao

1850-1953.  Guerre de Corée.

1953. Mort de Staline

1959. Castro à Cuba. Guevara en mission.

1962. Crise des missiles à Cuba

1956. Khrouchtchev  dénonce les crimes de Staline.

    (MAI 1968 .L’imagination au pouvoir.) 

1965-1975. Les dominos et la guerre du Vietnam.

1975  Pol Pot et les Khmers rouges au Cambodge.

1976. Les Boat people ou fin du mythe marxiste pour ceux qui y croyaient encore.. en Europe.

Soljenitsyne. Et les Goulags.

1985-1989 Gorbatchev. La Glasnost et la Perestroïka.

Chute du mur de Berlin.

1991. Démembrement de l’URSS.

  Fin du régime communiste en Yougoslavie et guerre de Bosnie-HErzégovine. 

 

 

 

 

 

Gus, quand l’histoire se fait rigolote…

Un pactole pour l’édition : à la chute du communisme, chacun y va de ses confessions, à la saint Augustin  ou à la Rousseau (au choix) :

« Pourquoi je fus communiste et pourquoi je ne le suis plus »

« Pardon papa, pardon maman, si j’aurais su, j’aurais pas venu là »

« Un itinéraire exemplaire : de Pol Pot au pot tout court. A bas les majuscules »

« Bobo maman, ai mis mon doigt dans mon œil »

« Non, non de rien, je ne regrette rien »

« Trotski et la moule zébrée »

etc. etc. Gus, des larmes et des tonnes de repentirs.

 

 

Suite : Les spectres remplacent les mythes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil., Situation

1.Effondrement des mythes de soutien

2. Conséquences de cet effondrement

3.Les spectres remplacent les mythes

Les spectres …  (SUITE B)

   Les spectres …  (SUITE C)

4. Désarroi et individualisme

5. Héros pour chaque génération

6. Tableau RÉCAPITULATIF

7. Appendice. Texte de Rostand

 

Deux thèmes pertinents au 20e siècle, ont été traités ailleurs à propos du travail :

Société de consommation (les années soixante)

Mondialisation (fin de siècle)

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 25 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20ième siècle 

 

BRICOLAGE

(mON vERSAILLES À MOI)

GÉNÉALOGIE

(récents)

1a. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

6. quête du bonheur

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)