La quête d’identité

Le « Moi », le « Nous » et le « Eux »

 

« Les « gênes de l’âme collective »

Divers symboles religieux

                                                                                                            Par le Prof Bof

 

 

 

Au vingtième siècle, la population globale s’est divisée et structurée selon des lignes idéologiques et politiques.

Il est fort possible qu’au vingt-et-unième siècle  les alliances et les associations de pays se fassent plutôt selon des lignes identitaires et culturelles, la religion et la langue  figurant en première place…

 

 

LA QUÊTE D’IDENTITÉ A DÉJÀ ÉTÉ TRAITÉE PAR LE PROF BOF DANS UN AUTRE CONTEXTE

ACCEUIL.

Principaux facteurs d’identité

Vie et évanescence des passions identitaires

Test identitaire

Gus, apprends à te connaitre

Football, ivresse et  identité.

 L’autodéfense identitaire : immigration et intégration

 Le prof Bof se porte à la défense du patrimoine.

 

 

 

 LA nation

comme plaques tectoniques potentielles…

 

plaques tecto

 

Dans une nation forte, des facteurs de soudure   maintiennent ensemble  les plaques potentiellement divisibles.

 

1)    Malheur ou danger menaçant  la collectivité.  « Se serrer les coudes » « Aux armes citoyens.. »

 

 2)   Communauté de facteurs les plus agrégatifs (langue, religion, territoire propre ...)

 

 3) Communauté de descendance, de « souches », ou même de race. Homogénéité génétique. « Terre de nos aïeux »

 

 4) Culture de la mémoire.   Présence du passé dans le présent.    Mythologie nationale opérante.   Héros… et belles histoires…partagées… Silences entendus.  « Ton histoire est une des pas pires… »!

 

 5)  Sentiment partagé d’une vocation, d’une destinée  propre, sinon d’une supériorité…à tout le moins morale.

 

LES PLAQUES SE METTENT À BOUGER…

 

 1)  Marxisme larvé qui entretient une guerre de classes,  multiplie les  oppositions entre la majorité et toutes formes de minorités présentes. Culture des failles… secondée par la « rectitude politique »

 

  2) Mondialisation.  Immigration et émigration. Hétérogénéité progressive.  Difficulté d’intégration ….  Porosité des frontières…

 

  3)  Multiculturalisme. Ghettoïsation de la société.`

 

  4)  L’individualisme. Déplacement des valeurs prioritaires.

 

  5)  Dénatalité… Le pouvoir du nombre.  « La revanche ou la débâcle des berceaux » Au choix…

 

 

 

déplacement des plaques tectoniques psychologiques entre LE « NOUS »  ET LE « EUX ».

 

L’ÈTRE  humain n’est pas une île  et il  peut identifier  milles raisons de se trouver ou  de s’inventer une parenté quelconque doublée d’un sentiment d’appartenance, avec un certain degré de chaleur  pour souder l’association.

Une frontière flottante et invisible partage  le  familier  et l’étranger.  Ce nous est constitué pour ainsi dire de gènes de l’âme  collective.  Avec qui suis-je porté à dire « nous », habituellement par opposition  plus ou moins avouée à un « eux »?

 

La notion d’identité fait l’objet d’un intérêt particulier depuis quelques temps. Si autrefois les immigrants s’intégraient plutôt facilement  aux  populations d'accueil et  adoptaient les valeurs les plus courantes,  l’immigration récente pose des problèmes particuliers, surtout en raison du  nombre d’immigrants  légaux et illégaux  et d’une plus grande   différence dans les valeurs entre les partis concernés.  Ce qui donne lieu a des confrontations, à des replis ou à des refus.   Voir pour mieux saisir l’actualité du problème dans un contexte particulier : L’autodéfense identitaire : immigration et intégration 

La télévision et  Internet  pourraient être des facteurs d’uniformisation et d’échanges;  pour plusieurs cependant la réaction est plutôt  de se replier sur leur  identité d’origine grâce à la mondialisation de la télévision quitte à sombrer dans des formes quelconques de  ressentiment.

 

La mode est  au multiculturalisme, à la protection des identités particulières, surtout minoritaires,   à l’intérieur des grands ensembles  politiques; ce qui était au début considéré comme  un geste d’ouverture et de paix dans le pays d'accueil, a dégénéré ou a été perçu dans certains pays comme l’érosion de l’identité plus englobante, plus originelle, plus « de souche » comme certains aiment à dire et les  sous-identités s’affrontent à l’occasion ou servent de camp de retranchement et de fermeture à l’autre. 

 

De l’instinct à l’identité… La quête d’identité` s’enracine au plus profond  de la nature humaine, et même pourrait-on dire dans son animalité. Par instinct, l’être humain et l’animal  distinguent les « leurs », autant à défendre que source de sécurité, que les « eux » qui sont comme une zone de menace ou d’indifférence. L’extension des  siens, auxquels on s’identifie, varie d’une espèce à l’autre mais  s’étend habituellement au moins à la progéniture et  peut s’étendre également à la meute.    Pour l’être humain,  ce concept de siens, auquel le moi aime s’identifier pour se valoriser et se sécuriser,  prend une extension particulière selon la  culture ou l’époque… L’identité, mon cher Augustin,  peut être imaginée  comme des cercles, au rayon plus ou moins grand,  qui encerclent  le moi et dessinent  des espaces psychologiques plus ou moins familiers.  Ce Nous, qui prolonge le MOI, ce zonage psychologique,  va de la  famille immédiate ou élargie, au clan, à l’ethnie, à  la race,  à la religion,  à  l’histoire partagée, à la classe, à la nation ou  à l’humanité.

 

Tu vois, Gus, que le prochain d’un chacun  que l’on devrait parait-il aimer comme soi- même peut être plus ou moins proche.

Et les passions identitaires  peuvent être l’objet d’effervescence  ou d’évanescence; elles peuvent être excitées, entretenues, exacerbées par des chefs de files, des chefs de clan, par les poètes,  par  des Pères de la nation qui se présentent  comme les défenseurs, porte-parole ou gardiens de la flamme identitaire qui est soumise aux aléas de l’histoire et de l’évolution des mœurs.

 

« L’identité n’est pas une clôture mais un point de départ qui permet de donner une suite au passé, de l’infléchir. Elle est toujours à reconstruire  et un peuple, à moins de s’enterrer dans son propre mausolée,  doit savoir rompre avec ses usages, les piétiner pour se ressourcer. » Pascal Bruckner, La tyrannie de la pénitence,. P.214

 

 

suite : 5. Technologie. (perspectives)

 

 

1. LE TERRORISME

2. LA MONDIALISATION

3. ENVIRONNEMENT ET  CHANGEMENT CLIMATIQUE.

4. guerre d’identité ou de classes

5. Technologie.

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF >>>

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés>>>>

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)